Mausolée numide de Thugga

Mausolée numide de Thugga


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Le tombeau de Thuuga

Thuuga était le chef d'un petit clan qui remonte à la tribu iksar Kylong. C'est à l'époque des Lumières que la tribu de Thuuga existait dans une petite ville des Dreadlands. Cette ville s'appelait Drolakis. Le pouvoir de sorcellerie de Thuuga et sa puissante tribu de guerriers ont été subjugués par Venril Sathir ressuscité. Avec leur assujettissement vint la malédiction qui transforma le peuple de Drolakis en une armée de drolvarg. Ces bêtes deviendraient l'armée de Venril dans le sud.

L'amour de Thuuga pour sa patrie l'a amené à créer un trône secret basé sur l'architecture de la ville de Drolakis. Lorsque le chef a été tué au combat, sa force vitale a été emportée dans cette demeure cachée. Ce lieu de repos était le seul reste intact d'un trône secret du commandant drolvarg. Ses secrets sur la trahison des Sathiriens et l'histoire de Chelsith ont été ensevelis ici jusqu'à récemment, lorsque le drachnide l'a découvert.


Mausolée de Dougga/Thugga, Tunisie et son inscription libyco-punique traduite

دقة (dougga) الشهير (تونس)، لوبي (اللوبية هي الأمازيغية القديمة) تمكن بفضله المختصون إلى حل الغاز الكتابة اللوبية. النقش كان ا واجهة الضريح اللوبي البونيقي الطراز النومدي الملكي. .النقش الثاني الإشارة ليه من قبل من الرحالة في القرن السابع الثامن لكنه مفقود ولا يعرف أين هو. النقش الأول انتزعه القنصل الإنكليزي اس سنة 1842 لك تشويه للمعلم الذي لاحقا سنة 1910. النقش في المتحف البريطاني ال ال. النقش المزدوج الأول البونيقي واللوبي :

النقش البونيقي الأحرف العربية :

1-منصبت أطبن بن يفمطت بن فلو

2-هبنم أدنم عبارش بن عبدشترت

3-زمر بن أطبن بن يفمطت بن فلو

5-و لا. ززي و طمن و ورسكن

6- ش ير ل وانكن بن أشي

7- هنسكم ش برزل شفط بن بلل و ففي بن ببي

1-منصبت ان بن فالو

2-ها شي أدونيم أبارش عبدشترت/أبدشترت

3-زمر أطبان بن فالو

5-و لا. ززي و طمن و ورسكن

6- ا حرشم شي ير مدسل ننبسن وانكن بن أشي

7- ا نسكم ش ل بلل ففي بن ببي

1 -نصب / أطبان بن فالو

2-من ابنائه الأسياد أبارش بن عبدعشترت

3-زمر أطبان بن فالو

5-و اد ائلته الذين. و طمن و ورسكن

6-حرفيو/مصممو/عمال الخشب مدسل ننبسن وانكن أشي

7-سكبة الحديد (الذين يسكبون الحديد) بن بلل و ففي بن ببي

-شي = بمعنى DE بالإجليزية ،

- ا : إبن : الأبناء هي موجودة أيضاً بنفس الصيغة بالعبرية ה בנים ، الياء والميم هي أدوات الجمع في الكنعانية و العبرية

ادونيم : جمع أدون : الأسياد

- ا : هنا جمع حرش : و (الشين لب ثاء العربية الكلمات)

: لها الخشب الكنعانية العبرية ابة، ا العين لوبي ال إفريقي الذين لا ينطقون العين.

-ها ش برزل : نسكم هي جمع نسك : أي سكب/ صب :في العبرية נסך المعنى ،

ل : الحديد في العبرية ברזל برزل

-الملفت للإنتباه ا الأسامي المذكورة منها البونيقي

-عبدعشترت : : اط العين إستعماله ألف لوبي بربري .

-عبد أرش : عبارش : عبد أرش بونيقية (مثلا نقش قرطاجي تحت رقم KAI81) و نقش فينيقي كنعاني عثر عليه في فلسطين في منطقة وادي الخليل Shephelah, Jar Inscription 20

-شفط : الأصل قاضي هنا ل إلى إسم

انكن، ، ففي. ا أكثر في النص اللوبي

اء لافتة للنظر : زمر لل. ا لغياب إستعمال الحروف الصوتية فإن قراءة هذه الأسماء يمكن أن تسيل الكثير من الحبر

-منجي (يقرأ الجيم المصرية) النص اللوبي MNGY لا : MINGY MANGY MONGY MNIGI. ل هو ذو أصل لوبي يمكن ربطه بإسم منجي المتداول كثيرة في تونس فقط ؟ ل يعود سبب إنتشار الإسم الحالي المعنى العربي لكونه يشبه إسما لوبي قديم في تونس؟ الأمازيغية أمنجي (am/ngy) ل السيل اي هي من الجذر ngy الذي يحمل معنى السيلان و الجريان . لا أمر محير

-زمر: ZMR, يمكن إشتقاق معاني من العربية وزمري هو اسم فينيقي كنعاني معروف جدا يعني المنشد للالة وهو موجود في اسماء ملوك السلالة العمورية في ماري (الشكر للأستاذ تيسير خلف لهذه المعلومة (, لكن هذه الكلمة موجودة في الأمازيغية ⵣⵎⴻⵔ Zemer / ZMER بمعنى القدرة الإستطاعة ، القوة

-بلل : لانعرف هل BILEL ،BALEL BOLAL . ل هو إسم لوبي قديم؟ يمكن ربطه بإسم بلال الحبشي؟ لل: ا ابلال او ابلالت الدارجة مازال الاسم بلال

النص اللوبي بالأحرف اللاتينية (النقش اليمين إلى اليسار) عبارة عن دبلجة لنفس الأسطر المقابلة لها بالبونقية

6-NBBN NShQRh MDSL W NNFSN NKN

7-NBBN NZLh ShFT W BLL W FFY W BBY

النص اللوبي إلى العربية

2- . (عبد ارش) إبن دشتر (عبدعشترت)

5-خدامه/ابنائه طمن إبن ورسكن

6-من ال/حملة الخشب ل ننفسن انكن

7-من ال/حملة الحديد إبن بلل إبن ففي إبن ببي

1907

- لمة W و : الجزائر اويحيى أو لحلو . ا ايت: اي أبناء

- لمة KSL NS: لم أعرف لها إشتقاق . لكن الباحثين فسرو KSL بمعنى خدم/أبناء و NS بمعنى HIS في الإنكليزية و fils في الفرنسية

- لمة N BBN: متكون ثلاثة ازجاء: حرف N الأول في الأمازيغية تعني OF في الإنكليزية و DE في الفرنسية ، مثال : TAFAT N TAFUKT مترجمة حرفيا إلى الإنكليزية LUMIÈRE DU SOLEIL

لمة BB : الأمازيغية BIBB

N الأخير هي صيغة الجمع في الأمازيغية للعديد من المفردات مثل argaz ⴰⵔⴳⴰⵣ رجل، في الجمع irgzn ⵉⵔⴳⵣⵏ رجال

لمة N BBN ا بمعنى من بين حاملي / الذين جلبوا

- لمة N ShQRh : هنا SQR كلمة ASGHAR الخشب في الأمازيغية (اللهجة القبايلية). اخل الغين القاف أمر شائع في الأمازيغية

اً المقطع N BBN NShQRh : بين عمال/حاملي الخشب N ShQRh حرفيا DE BOIS.


Le Mausolée Royal de Maurétanie – Algérie

Le Maghreb et la Terre de l'Atlas sont des surnoms communs pour l'Algérie. Des paysages naturels incroyables, qui s'étendent du désert du Sahara aux montagnes de Kabylie et à la mer Méditerranée, captivent les voyageurs du pays le moins fréquenté qu'est l'Algérie.

Le Mausolée Royal de Maurétanie est un monument funéraire situé sur la route entre Cherchell et Alger, dans la province de Tipaza, en Algérie. Le mausolée est le tombeau où le roi berbère numide Juba II (fils de Juba I de Numidie) et la reine Cléopâtre Sélène II, souverains de Numidie et de Maurétanie Caesariensis, auraient été enterrés. Cependant, leurs restes humains n'ont pas été retrouvés sur le site, peut-être en raison de pillages de tombes.

Le sépulcre est parfois connu sous le nom de mausolée de Juba et Cléopâtre Selene. En français, on l'appelle le Tombeau de la Chrétienne (“le tombeau de la femme chrétienne”) parce qu'il y a une forme de croix chrétienne des lignes de division sur la fausse porte.

Le mausolée a été construit en 3 av. la reine Cléopâtre VII d'Égypte et le triumvir romain Marc Antoine. Par son mariage avec Juba II, elle est devenue la dernière reine de Numidie et plus tard la reine de Maurétanie Caesariensis.

Les restes humains de Juba II et de Cléopâtre Selene n'ont pas été retrouvés sur le site. Cela est peut-être dû à un vol de tombe qui a eu lieu à un moment incertain (peut-être peu de temps après la construction du mausolée). Il est également possible que la structure soit simplement destinée à servir de mémorial et non de lieu de sépulture.


Encyclopédie catholique (1913)/Thugga

Siège titulaire de Numidie, peut-être la forteresse numide de Tocai mentionnée vers 305 av. par Diodore S iculus (XX, v, 4). Le roi Masinissa a probablement capturé Thugga de Carthage au IIe siècle av. Pagus sous Claude Ier, Thugga dépendait de la colonie romaine de Carthage. Sous Marc Aurèle, il comprenait un pagus et un civitas Septime Sévère l'érige en municipe, Septimianum Aurelium liberum Thugga, qui devient colonie en 261 sous Gallien. Justinien y fit construire une forteresse qui est encore en partie conservée (Procope, "De Êdificiis", VI, 5). L'existence d'un pagus et d'un civitas explique pourquoi il y eut deux évêques, Saturninus an Honoratus, qui assistèrent au concile de Carthage en 256. Un évêque donatiste, Paschasius, se rendit au concile de Carthage en 411. Thugga est aujourd'hui Dougga, un village de Tunis, célèbre pour ses ruines , parmi lesquels se trouvent le temple du Capitole Construit sous Marc-Aurèle, un théâtre, trois arcs de triomphe, des nécropoles romaines et un mausolée punique.

TOULOTTE, Géog, de l'Afrique chrétienne, Proconsulaire, 285-88 IDEM, Byzacène et Tripolitaine, 208 SALADIN dans Nouvelles archives des missions scientifiques, II 448-529 CARTON, Dougga (Tunis, 1911).


Dougga - Une ville romaine au sommet d'une colline en Tunisie (première partie)

Dévalant la colline tunisienne en terrasses de grès chaud, se trouvent les magnifiques vestiges de l'une des villes avancées de Rome, aux confins de l'Empire. Et l'une des villes romaines les mieux conservées d'Afrique du Nord aussi et si bien conservée qu'elle est à juste titre inscrite sur la liste du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO.

Ce n'était pas non plus un marigot, un endroit terne sans les commodités des villes plus proches du cœur

La famille royale numide a adopté l'architecture monumentale en pierre de ses voisins initialement plus avancés et c'est ici à Dougga que l'un des rares monuments numides survivants peut être trouvé : le mausolée d'Atban.

Le mausolée est bien en bas des pentes de la colline, en dehors de la ville proprement dite. Elle se présente sous la forme d'une tour, ornée de colonnes grecques mais aussi de chapiteaux égyptiens en fleur de lotus et surmontée d'une pyramide. Ici dans la pierre se reflètent les différentes influences sur le royaume numide. Il est inscrit à la fois en carthaginois et en libyen indigène (rendu en alphabet carthaginois) et cela a permis aux érudits de déchiffrer l'ancienne langue libyenne.

Note 1 : le terme temple capitoline désigne le temple principal surplombant une ville de style romain, un forum ou une place centrale.

Cet article a été publié pour la première fois sur Trifter, ici .

Article écrit par BruceW

Ingénieur électronique et écrivain passionné par l'histoire (notamment la Première Guerre mondiale) et la photographie.


Dougga

Voir toutes les photos

Certains l'appellent Dougga, d'autres Thugga. Quoi qu'il en soit, sa préservation vierge lui a valu le statut de site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il se trouve sur une colline escarpée, perché au-dessus de collines fertiles de bosquets du centre de la Tunisie. Malgré son statut de ville romaine préservée, la colonie est en fait un peu plus ancienne que cela : la découverte de dolmens (structures funéraires de l'âge du bronze) dans les limites de la ville indique une présence humaine depuis au moins 2000 avant notre ère. Bien que la plupart des vestiges de la ville datent de l'époque romaine, il existe plusieurs structures numides importantes, notamment le mausolée punique-libyen. C'est à cette époque que le site était connu sous le nom de Thugga.

Le site doit son état de conservation à l'éloignement et à l'absence d'empiètement moderne. Parmi ses structures se trouve un théâtre pouvant accueillir pratiquement toute la population de la ville, soit environ 3 500 habitants. Il y a aussi un cirque pour les courses de chars, une grande villa, plusieurs bains datant de 300 de notre ère et deux arcs de triomphe.

Le site contenait un grand nombre de sols en mosaïque élaborés. (Certains sont in situ mais la plupart sont conservés au musée du Bardo à Tunis.) Le plus remarquable de tous, cependant, sont les vingt temples trouvés, un nombre vraiment disproportionné de temples pour la taille de la population. Au début, on pensait que Dougga était un site religieux majeur, mais il a depuis été décidé que les temples ont été érigés par de riches résidents en hommage à leur bonne fortune.

Le plus célèbre et le plus photographié de ces temples est le Capitole, construit au IIe siècle de notre ère. Il est dédié à la triade protectrice de Rome : Jupiter, Junon et Minerve. La capitale est exceptionnellement bien conservée, en raison de son inclusion dans une fortification byzantine postérieure. Les visiteurs du site peuvent se promener dans les rues pavées et vallonnées et profiter de l'atmosphère sereine. Outre les sites majeurs, il existe une intéressante latrine collective (plus on est de fous !).


Contenu

Masinissa était le fils du chef Gaia d'un groupe tribal numide, les Massylii. [8] Il a été élevé à Carthage, un allié de son père. [9] Au début de la Seconde Guerre punique, Masinissa combat pour Carthage contre Syphax, le roi des Masaesyli de la Numidie occidentale (aujourd'hui l'Algérie), qui s'était allié aux Romains. Masinissa, alors âgé d'environ 17 ans, a dirigé une armée de troupes numides et d'auxiliaires carthaginois contre l'armée de Syphax et a remporté une victoire décisive (215-212 avant JC). Il était fiancé à la fille du général carthaginois Hasdrubal Gisgo. [3] : 180

Après sa victoire sur Syphax, Masinissa commanda sa cavalerie numide qualifiée contre les Romains en Espagne, où il fut impliqué dans les victoires carthaginoises de Castulo et d'Ilorca en 211 av. Après le départ d'Hasdrubal Barca pour l'Italie, Masinissa a été placé à la tête de toute la cavalerie carthaginoise en Espagne, où il a mené avec succès une campagne de guérilla contre le général romain Publius Cornelius Scipio (Scipion l'Africain) en 208 et 207, tandis que Mago Barca et Hasdrubal Gisgo ont levé et formé de nouvelles forces. Vers 206 av. J.-C., avec de nouveaux renforts, Mago et Hasdrubal Gisgo, soutenus par la cavalerie numide de Masinissa, rencontrèrent Scipion à la bataille d'Ilipa, où le pouvoir de Carthage sur l'Hispanie fut brisé à jamais, sans doute la plus brillante victoire de Scipion l'Africain.

À la mort de Gaia en 206 av. Pendant ce temps, les Carthaginois ayant été chassés d'Hispanie, Masinissa a conclu que Rome gagnait la guerre contre Carthage et a donc décidé de faire défection à Rome. Il a promis d'aider Scipion dans l'invasion du territoire carthaginois en Afrique. Cette décision a été facilitée par la décision de Scipion l'Africain de libérer le neveu de Masinissa, Massiva, que les Romains avaient capturé lorsqu'il avait désobéi à son oncle et s'était engagé dans la bataille. Ayant perdu l'alliance avec Masinissa, Hasdrubal commença à chercher un autre allié, qu'il trouva en Syphax, qui épousa Sophonisba, la fille d'Hasdrubal, qui jusqu'à la défection avait été fiancée à Masinissa. Les Romains ont soutenu la revendication de Masinissa sur le trône numide contre Syphax, qui a néanmoins réussi à chasser Masinissa du pouvoir jusqu'à ce que Scipion envahisse l'Afrique en 204. Masinissa a rejoint les forces romaines et a participé à la bataille victorieuse des Grandes Plaines (203).

À la bataille de Bagbrades (203), Scipion a vaincu Hasdrubal et Syphax et, tandis que le général romain se concentrait sur Carthage, Gaius Laelius et Masinissa ont suivi Syphax à Cirta, où il a été capturé et remis à Scipion. Après la défaite de Syphax, Masinissa a épousé la femme de Syphax, Sophonisba, mais Scipion, méfiant de sa loyauté, a exigé qu'elle soit emmenée à Rome et apparaisse dans le défilé triomphal. Pour la sauver d'une telle humiliation, Masinissa lui a envoyé du poison, avec lequel elle s'est suicidée. Masinissa était maintenant accepté comme un allié fidèle de Rome, et a été confirmé par Scipion comme le roi des Massyles.

À la bataille de Zama, Masinissa commanda la cavalerie (6 000 numides et 3 000 romains) sur l'aile droite de Scipion, Scipion retarda l'engagement assez longtemps pour permettre à Masinissa de le rejoindre. La bataille étant en jeu, la cavalerie de Masinissa, après avoir chassé les cavaliers carthaginois en fuite, revint et tomba immédiatement à l'arrière des lignes carthaginoises. Cela a décidé la bataille et à la fois l'armée d'Hannibal a commencé à s'effondrer. La deuxième guerre punique était terminée et pour ses services, Masinissa reçut le royaume de Syphax et devint roi de Numidie.

Masinissa était maintenant le roi des Massylii et des Masaesyli. Il montra une loyauté inconditionnelle envers Rome, et sa position en Afrique fut renforcée par une clause du traité de paix de 201 entre Rome et Carthage interdisant à cette dernière d'entrer en guerre même en légitime défense sans autorisation romaine. Cela a permis à Masinissa d'empiéter sur le territoire carthaginois restant tant qu'il jugeait que Rome souhaitait voir Carthage encore plus affaiblie.


Voyou

Siège titulaire de Numidie, peut-être la forteresse numide de Tocai mentionnée vers 305 av. par Diodorus Siculus (XX, v, 4). Le roi Masinissa a probablement capturé Thugga de Carthage au IIe siècle av. Pagus sous Claude Ier, Thugga dépendait de la colonie romaine de Carthage. Sous Marc Aurèle, il comprenait un pagus et un civitas Septime Sévère l'érige en municipe, Septimianum Aurelium liberum Thugga, qui devient colonie en 261 sous Gallien. Justinien y fit construire une forteresse qui est encore en partie conservée (Procope, "De ædificis", VI, 5). L'existence d'un pagus et d'un civitas explique pourquoi il y avait deux évêques, Saturninus et Honoratus, qui ont assisté au concile de Carthage en 256. Un évêque donatiste, Paschasius, est allé au concile de Carthage en 411. Thugga est maintenant Dougga, un village de Tunis, célèbre pour ses ruines , parmi lesquels se trouvent le temple du Capitole Construit sous Marc-Aurèle, un théâtre, trois arcs de triomphe, des nécropoles romaines et un mausolée punique.


Dougga

Voir toutes les photos

Certains l'appellent Dougga, d'autres Thugga. Quoi qu'il en soit, sa préservation vierge lui a valu le statut de site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Il se trouve sur une colline escarpée, perché au-dessus de collines fertiles de bosquets du centre de la Tunisie. Malgré son statut de ville romaine préservée, la colonie est en fait un peu plus ancienne que cela : la découverte de dolmens (structures funéraires de l'âge du bronze) dans les limites de la ville indique une présence humaine depuis au moins 2000 avant notre ère. Bien que la plupart des vestiges de la ville datent de l'époque romaine, il existe plusieurs structures numides importantes, notamment le mausolée punique-libyen. C'est à cette époque que le site était connu sous le nom de Thugga.

Le site doit son état de conservation à l'éloignement et à l'absence d'empiètement moderne. Parmi ses structures se trouve un théâtre pouvant accueillir pratiquement toute la population de la ville, soit environ 3 500 habitants. Il y a aussi un cirque pour les courses de chars, une grande villa, plusieurs bains datant de 300 de notre ère et deux arcs de triomphe.

Le site contenait un grand nombre de sols en mosaïque élaborés. (Certains sont in situ mais la plupart sont conservés au musée du Bardo à Tunis.) Le plus remarquable de tous, cependant, sont les vingt temples trouvés, un nombre vraiment disproportionné de temples pour la taille de la population. Au début, on pensait que Dougga était un site religieux majeur, mais il a depuis été décidé que les temples ont été érigés par de riches résidents en hommage à leur bonne fortune.

Le plus célèbre et le plus photographié de ces temples est le Capitole, construit au IIe siècle de notre ère. Il est dédié à la triade protectrice de Rome : Jupiter, Junon et Minerve. La capitale est exceptionnellement bien conservée, en raison de son inclusion dans une fortification byzantine postérieure. Les visiteurs du site peuvent se promener dans les rues pavées et vallonnées et profiter de l'atmosphère sereine. En dehors des grands sites, il existe une intéressante latrine collective (plus on est de fous !).


Voir la vidéo: Histoire du Maghreb: La guerre de Jugurtha