Pourquoi payer des impôts ? : Vos dollars au travail

Pourquoi payer des impôts ? : Vos dollars au travail


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


La politique fiscale de l'État (et locale)

Les ventes de marijuana sont légales et taxées dans neuf États. Les États prélèvent actuellement trois types de taxes sur la marijuana : en pourcentage du prix (soit le prix de détail ou de gros), en fonction du poids (c'est-à-dire par once) et en fonction de la puissance de la drogue (c'est-à-dire le niveau de THC). Certains États utilisent une combinaison de ces taxes.

COMBIEN DE REVENUS L'ÉTAT ET LES GOUVERNEMENTS LOCAUX PROCÈDENT-ILS À PARTIR DES TAXES SUR LA MARIJUANA ?

Bien qu'interdites par la loi fédérale, les ventes de marijuana sont légales et taxées dans neuf États : Alaska, Californie, Colorado, Illinois, Massachusetts, Michigan, Nevada, Oregon et Washington. La marijuana est légale dans le Maine et le Vermont, mais aucun des deux États n'a encore établi son système fiscal. Le District de Columbia a également légalisé la marijuana, mais le Congrès empêche actuellement la ville de réglementer et de taxer les ventes (figure 1).

Le Colorado et Washington perçoivent des taxes sur la marijuana depuis 2014. Au cours de l'année civile 2018, le Colorado a perçu 267 millions de dollars et Washington a collecté 439 millions de dollars en taxes sur la marijuana d'État, soit environ 1 % des revenus autonomes des États et des collectivités locales dans chaque État. Quatre autres États ont déclaré une année complète de recettes fiscales sur la marijuana en 2018 : l'Alaska (15 millions de dollars), la Californie (354 millions de dollars), le Nevada (87 millions de dollars) et l'Oregon (94 millions de dollars). Tous les totaux étaient inférieurs à 1 % des recettes générales autonomes des États et des collectivités locales. (Remarque : aucun de ces totaux n'inclut les recettes fiscales locales.)

La marijuana médicale est légale dans 33 États et certains de ces États prélèvent une taxe sur l'achat. Mais ces taux d'imposition sont souvent identiques ou proches du taux général de la taxe de vente de l'État et ne génèrent pas beaucoup de revenus.

COMMENT DIFFERENT LES TAUX DE TAXE SUR LA MARIJUANA ?

Il existe trois façons pour les gouvernements étatiques et locaux de taxer la marijuana.

Pourcentage-de-prix. Ces taxes sont similaires à une taxe de vente au détail où le consommateur paie une taxe sur le prix d'achat et le détaillant la remet à l'État. Quelques États prélèvent leur pourcentage de taxe sur les prix sur la transaction de gros, mais on suppose que ce coût est ensuite répercuté sur le consommateur dans le prix d'achat final. Certains États permettent également aux localités de prélever un pourcentage de la taxe sur les prix, généralement avec un taux maximum.

Basé sur le poids. Ces taxes sont similaires aux taxes sur les cigarettes, sauf qu'au lieu de taxer par paquet de cigarettes, la taxe est basée sur le poids du produit à base de marijuana. Les États appliquant ce type de taxe fixent également généralement des taux différents pour différents produits à base de marijuana. Par exemple, la Californie prélève une taxe de 9,65 $ l'once sur les fleurs de marijuana, une taxe de 2,87 $ l'once sur les feuilles de marijuana et une taxe de 1,35 $ l'once sur le matériel végétal frais. Comme pour les autres taxes de gros, on suppose que la majeure partie de ce coût est répercutée sur le consommateur dans le prix d'achat final.

Basé sur la puissance. Ces taxes sont similaires aux taxes sur l'alcool, sauf qu'au lieu de taxer les boissons avec un pourcentage d'alcool plus élevé à des taux plus élevés (c. L'Illinois est actuellement le seul État avec une taxe basée sur le THC. Il taxe les produits avec une teneur en TCH de 35 pour cent ou moins à 10 pour cent du prix de détail et ceux avec plus de 35 pour cent à 25 pour cent du prix de détail. Tous les produits infusés de marijuana (par exemple, les produits comestibles) sont taxés à 20 pour cent du prix de détail.

Certains États prélèvent également leur taxe de vente générale sur l'achat de marijuana en plus des taxes d'accise.

Comment les États utilisent-ils les revenus de la marijuana ?

Jusqu'à présent, chaque État qui taxe la marijuana a consacré au moins une partie des revenus générés à des programmes spécifiques :

    verse la moitié de ses revenus à son fonds général et l'autre moitié à des programmes visant à réduire la récidive. les revenus couvrent les coûts administratifs associés à la légalisation de la marijuana, puis utilisent les fonds excédentaires pour des programmes liés à la consommation de drogues, notamment le développement économique, les études universitaires et les programmes pour les jeunes. les revenus sont consacrés aux programmes d'éducation. les revenus paient d'abord les frais administratifs associés à la légalisation de la marijuana. Tous les revenus restants sont ensuite répartis entre le fonds général, les programmes qui soutiennent les efforts de réforme de la justice pénale, les programmes de lutte contre la toxicomanie et les transferts du gouvernement local.
  • Lorsque le Maine commencera à percevoir des recettes fiscales, il répartira également ses revenus entre les programmes de santé et de sécurité publiques et les programmes de formation à l'application de la loi associés à la légalisation de la marijuana. distribue ses revenus à divers programmes de sécurité publique. les revenus sont envoyés aux programmes d'éducation et à son fonds pour les jours de pluie. consacre ses revenus aux programmes d'éducation, aux programmes de prévention et de traitement de la toxicomanie et aux transferts aux gouvernements locaux. consacre ses revenus aux programmes de soins de santé.
Mis à jour en mai 2020

Dadayan, Lucy. 2019. "Les États parient-ils sur le péché? L'avenir trouble de la fiscalité des États." « Washington, DC : Centre de politique fiscale d'Urban-Brookings.

Marron, Donald. 2015. « Faut-il taxer les internalités comme les externalités ? Washington, DC : Centre de politique fiscale d'Urban-Brookings.

Marron, Donald et Adèle Morris. 2016. « Comment les gouvernements devraient-ils utiliser les recettes des taxes correctives ? » Washington, DC : Centre de politique fiscale d'Urban-Brookings.


Des impôts plus élevés sont utilisés pour financer des programmes sociaux

Une réduction d'impôt n'aide pas ou ne nuit pas nécessairement à une économie. Tu doit considérez à quoi servent les recettes de ces taxes avant de pouvoir déterminer l'effet que la réduction aura sur l'économie. De cette discussion, cependant, nous voyons les tendances générales suivantes :

  1. La réduction des impôts et les dépenses inutiles aideront une économie en raison de l'effet dissuasif causé par la fiscalité. La réduction des impôts et des programmes utiles peuvent ou non profiter à l'économie.
  2. Un certain montant de dépenses gouvernementales est nécessaire dans l'armée, la police et le système judiciaire. Un pays qui ne dépense pas suffisamment d'argent dans ces domaines aura une économie déprimée. Trop dépenser dans ces domaines est un gaspillage.
  3. Un pays a également besoin d'infrastructures pour avoir un niveau élevé d'activité économique. Une grande partie de cette infrastructure ne peut pas être fournie de manière adéquate par le secteur privé, de sorte que les gouvernements doivent dépenser de l'argent dans ce domaine pour assurer la croissance économique. Cependant, trop de dépenses ou des dépenses sur la mauvaise infrastructure peuvent être un gaspillage et ralentir la croissance économique.
  4. Si les gens sont naturellement enclins à dépenser leur propre argent pour l'éducation et les soins de santé, alors la fiscalité utilisée pour les programmes sociaux est susceptible de ralentir la croissance économique. Les dépenses sociales qui ciblent les familles à faible revenu sont bien meilleures pour l'économie que les programmes universels.
  5. Si les gens ne sont pas enclins à dépenser pour leur propre éducation et leurs propres soins de santé, il peut être avantageux de fournir ces biens, car la société dans son ensemble bénéficie d'une main-d'œuvre en bonne santé et instruite.

Le gouvernement qui met fin à tous les programmes sociaux n'est pas une solution à ces problèmes. Ces programmes peuvent présenter de nombreux avantages qui ne se mesurent pas en termes de croissance économique. Cependant, un ralentissement de la croissance économique est susceptible de se produire à mesure que ces programmes sont étendus, il faut donc toujours garder cela à l'esprit. Si le programme offre suffisamment d'autres avantages, la société dans son ensemble peut souhaiter avoir une croissance économique plus faible en échange de programmes sociaux plus nombreux.


Centre de ressources

Tout au long de l'histoire, chaque société organisée a eu une certaine forme de gouvernement. Dans les sociétés libres, les objectifs du gouvernement ont été de protéger les libertés individuelles et de promouvoir le bien-être de la société dans son ensemble.

Pour faire face à leurs dépenses, le gouvernement a besoin de revenus, appelés « revenus », qu'il prélève grâce aux impôts. Dans notre pays, les gouvernements prélèvent plusieurs types d'impôts sur les particuliers et les entreprises. Le gouvernement fédéral dépend principalement de l'impôt sur le revenu pour ses revenus. Les gouvernements des États dépendent à la fois de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les ventes. La plupart des gouvernements des comtés et des villes utilisent les impôts fonciers pour augmenter leurs revenus.

Services gouvernementaux

Notre économie américaine est basée sur le système de libre entreprise. Les consommateurs sont libres de décider comment dépenser ou investir leur temps et leur argent. Le but des producteurs est de faire des profits en satisfaisant la demande des consommateurs. La concurrence ouverte entre les producteurs se traduit généralement par la fourniture de la meilleure qualité de biens ou de services aux prix les plus bas possibles.

Le système de libre entreprise ne produit pas tous les services dont la société a besoin. Certains services sont fournis plus efficacement lorsque les organismes gouvernementaux les planifient et les administrent. Deux bons exemples sont la défense nationale et la protection de la police d'État ou locale. Tout le monde profite de ces services, et le moyen le plus pratique de les payer est de recourir aux impôts plutôt qu'à un système de frais de service. D'autres exemples sont la gestion de nos ressources naturelles, telles que notre approvisionnement en eau ou nos terres publiques, et la construction d'hôpitaux ou d'autoroutes. Des impôts sont perçus pour payer la planification de ces services et pour financer la construction ou l'entretien. Les revenus sont également perçus par le biais des frais d'utilisation, comme aux entrées des parcs nationaux ou aux postes de péage sur les autoroutes et les ponts.

La société bénéficie d'un environnement sûr et sain. Dans le système de libre entreprise, cependant, il y a souvent peu d'incitations pour les entreprises à payer le coût supplémentaire pour maintenir ce type d'environnement. Par conséquent, le gouvernement impose des réglementations aux producteurs tels que les constructeurs automobiles, qui doivent installer des contrôles de la pollution atmosphérique. Ces contrôles ajoutent souvent des coûts au prix des voitures neuves. Il existe également des règlements pour contrôler des choses telles que l'utilisation de panneaux d'affichage et de panneaux le long des autoroutes. D'autres réglementations contrôlent la récupération des terres après l'extraction à ciel ouvert, le déversement de déchets industriels dans les ruisseaux et les rivières et la pollution sonore dans les aéroports.

Le système de libre entreprise est basé sur la concurrence entre les entreprises. Avec la concurrence, seules les entreprises les plus efficaces survivent. Pour s'assurer qu'un certain degré de concurrence existe, le gouvernement fédéral applique des lois "antitrust" strictes pour empêcher quiconque d'obtenir un contrôle monopolistique sur un marché.

Certains services, appelés "monopoles naturels", sont fournis plus efficacement en cas de concurrence. Les exemples les plus connus sont les entreprises de services publics, qui fournissent de l'eau, du gaz naturel et de l'électricité à usage domestique et professionnel. Puisqu'il n'y a pas de concurrence, les agences gouvernementales réglementent soigneusement les services, les prix et les bénéfices des entreprises de services publics.

Le système de libre entreprise suppose que les consommateurs connaissent la qualité ou la sécurité de ce qu'ils achètent. Cependant, dans notre société moderne, il est souvent impossible pour les consommateurs de faire des choix éclairés. Pour la protection du public, les agences gouvernementales aux niveaux fédéral, étatique et local émettent et appliquent des réglementations. Il existe des réglementations pour couvrir la qualité et la sécurité de choses telles que la construction de maisons, les voitures et les appareils électriques. Il existe également des réglementations pour les services financiers fournis par les banques, les compagnies d'assurance et les courtiers en valeurs mobilières. Une autre forme importante de protection des consommateurs est l'utilisation de licences pour empêcher des personnes non qualifiées de travailler dans certains domaines, tels que la médecine ou les métiers du bâtiment.

Nos enfants reçoivent leur éducation principalement aux frais de l'État. Les gouvernements des villes et des comtés ont la responsabilité principale de l'enseignement primaire et secondaire. La plupart des États soutiennent les collèges et les universités. Le gouvernement fédéral soutient l'éducation par le biais de subventions aux États pour l'enseignement primaire, secondaire et professionnel. Les subventions fédérales utilisées pour mener des recherches sont une importante source d'argent pour les collèges et les universités.

Depuis les années 1930, le gouvernement fédéral fournit des revenus ou des services, souvent appelés « filet de sécurité », à ceux qui en ont besoin. Les principaux programmes comprennent des services de santé pour les personnes âgées et une aide financière pour les personnes handicapées et les chômeurs. D'autres programmes importants comprennent une aide financière aux familles avec enfants à charge et des services sociaux pour les personnes et les familles à faible revenu.

Impôts aux États-Unis

Impôts sur le revenu

Tous les impôts sur le revenu ne sont pas imposés de la même manière. Par exemple, les contribuables qui possèdent des actions d'une société et les vendent ensuite avec un gain ou une perte doivent les déclarer dans une annexe spéciale. Cet élément et tout autre gain ou perte sont calculés séparément avant d'être ajoutés aux autres revenus. Par comparaison, les intérêts qu'ils gagnent sur l'argent d'un compte d'épargne ordinaire sont inclus dans les salaires, traitements et autres revenus « ordinaires ». Il existe également de nombreux types de plans d'épargne exonérés d'impôt et à imposition différée qui ont un impact sur les impôts des personnes.

Les charges sociales sont une importante source de revenus pour le gouvernement fédéral. Les employeurs sont responsables du paiement de ces impôts, qui comprennent l'assurance sociale et l'indemnisation du chômage. Les employés cotisent également au programme de sécurité sociale par le biais de l'argent retenu sur leurs chèques de paie. Certains gouvernements d'État utilisent également les charges sociales pour payer les programmes d'indemnisation du chômage de l'État.

Au fil des années, le montant payé au titre des prélèvements sociaux a fortement augmenté. Cela s'explique par le fait qu'il y a moins de travailleurs cotisant au système pour chaque retraité qui perçoit actuellement des prestations. Aujourd'hui, certains travailleurs paient plus d'impôts sociaux que d'impôts sur le revenu.

Taxes à la consommation

Les taxes d'accise, parfois appelées « taxes de luxe », sont utilisées à la fois par les gouvernements des États et par le gouvernement fédéral. Des exemples d'articles assujettis aux taxes d'accise fédérales sont les pneus lourds, le matériel de pêche, les billets d'avion, l'essence, la bière et l'alcool, les armes à feu et les cigarettes.

L'objectif de la fiscalité d'accise est de faire peser la charge du paiement de la taxe sur le consommateur. Un bon exemple de cette utilisation des taxes d'accise est la taxe d'accise sur l'essence. Les gouvernements utilisent les revenus de cette taxe pour construire et entretenir des autoroutes, des ponts et des systèmes de transport en commun. Seules les personnes qui achètent de l'essence -- qui empruntent les autoroutes -- paient la taxe.

Certains articles sont taxés pour décourager leur utilisation. Cela s'applique aux droits d'accise sur l'alcool et le tabac. Les taxes d'accise sont également utilisées pendant une guerre ou une situation d'urgence nationale. En augmentant le coût des articles rares, le gouvernement peut réduire la demande pour ces articles.

Impôts sur la propriété et la fortune

La taxe foncière est la principale source de revenus des collectivités locales. La plupart des localités taxent les maisons privées, les terrains et les biens commerciaux en fonction de la valeur de la propriété. Habituellement, les impôts sont payés mensuellement avec le versement hypothécaire. Celui qui détient l'hypothèque, comme une banque, détient l'argent sur un compte "scrow". Les paiements sont alors effectués pour le propriétaire.

Certains gouvernements étatiques et locaux imposent également des taxes sur la valeur de certains types de biens « personnels ». Des exemples de biens personnels souvent imposés sont les voitures, les bateaux, les véhicules récréatifs et le bétail.

Les impôts fonciers représentent plus des trois quarts des recettes provenant des impôts sur la fortune. Les autres impôts imposés sur la fortune comprennent les droits de succession, de succession et de donation.

L'impôt fédéral sur le revenu

Un principe de base sous-jacent aux lois fiscales des États-Unis est que les gens doivent être imposés en fonction de leur « quotité de payer ». Les contribuables ayant le même revenu total peuvent ne pas avoir la même capacité de payer. Ceux qui ont des factures médicales élevées, des paiements d'intérêts hypothécaires ou d'autres dépenses admissibles peuvent soustraire ces montants en tant que « déductions détaillées » pour réduire leurs revenus imposables. De même, les contribuables peuvent soustraire un certain montant sur leurs déclarations de revenus pour chaque "exonération" autorisée. En abaissant son revenu imposable, ces exonérations et déductions soutiennent le principe de base de l'imposition en fonction de la capacité de payer.

Ceux qui ont des revenus imposables élevés paient un pourcentage plus élevé de leurs revenus en impôts. Ce pourcentage est le "taux d'imposition". Étant donné que ceux qui ont des revenus imposables plus élevés paient un pourcentage plus élevé, l'impôt fédéral sur le revenu est un impôt "progressif".

Les taxes de vente et d'accise, par comparaison, sont considérées comme "régressives". Les impôts fédéraux sur le revenu sont perçus selon un système de retenue à la source « payez au fur et à mesure ». La plupart des employeurs doivent retenir des impôts sur les chèques de paie de leurs employés et envoyer l'argent pour dépôt dans le Fonds général du Trésor. Les travailleurs indépendants et les entreprises doivent payer leurs impôts en versements réguliers, appelés paiements d'impôt estimés. Payer des impôts au moyen de retenues à la source ou d'impôts estimés au cours de l'année aide à réduire les dépenses du gouvernement pour emprunter de l'argent. Il fournit également une méthode plus facile pour les contribuables de payer leurs impôts. Pour réduire les coûts de collecte, l'Internal Revenue Service s'attend à ce que tous les contribuables se conforment volontairement à la loi. La plupart des contribuables déterminent le montant de l'impôt qu'ils sont censés payer et produisent leur déclaration de revenus avant la date d'échéance. Sans cette conformité volontaire, il en coûterait beaucoup plus à l'Internal Revenue Service pour collecter le même montant de revenus.

Votre dollar fédéral

Le gouvernement fédéral fonctionne sur un exercice qui commence le 1er octobre et se termine le 30 septembre. La plupart des revenus du gouvernement fédéral proviennent de l'impôt sur le revenu des particuliers. Les autres sources de revenus comprennent les taxes et cotisations de sécurité sociale et d'assurance, les impôts sur les sociétés et les droits d'accise.

Les recettes fédérales sont dépensées pour de nombreux programmes. Parmi les plus importants figurent la sécurité sociale et l'assurance-maladie. Une autre grande partie des dépenses fédérales est consacrée à la défense nationale et comprend les pensions du personnel militaire à la retraite et les activités liées à l'énergie atomique liées à la défense.

Les intérêts nets, ou les paiements d'intérêts sur la dette publique moins les intérêts perçus par les fonds en fiducie et les autres intérêts que le gouvernement reçoit, constituent une autre dépense importante du gouvernement. Le gouvernement fédéral emprunte de l'argent en vendant des titres du Trésor (bons, billets et obligations), des obligations d'épargne des États-Unis et d'autres titres.

Les programmes de sécurité du revenu, y compris l'indemnisation du chômage, les programmes de retraite et d'invalidité, et les avantages tels que les bons d'alimentation et les subventions au logement, proviennent également des revenus du gouvernement fédéral. En outre, le gouvernement fédéral dépense de l'argent pour les soins de santé, y compris l'aide aux pauvres par le biais du programme Medicaid, la formation des professionnels de la santé et les activités de recherche médicale.

Les programmes d'éducation sont également financés par les recettes fédérales. Ces programmes comprennent l'éducation, la formation et les services sociaux tels que des subventions aux écoles élémentaires, secondaires et professionnelles et une aide aux collèges et universités. Sont également incluses dans cette catégorie les subventions accordées à l'État pour les programmes de services sociaux.

Les vétérans et leurs personnes à charge reçoivent également des prestations du gouvernement fédéral. Cela comprenait les pensions, les services médicaux, la formation scolaire et les programmes d'assurance-vie.

Le transport est une autre catégorie de dépenses et comprend des subventions aux États et aux gouvernements locaux pour la construction d'autoroutes, de systèmes de transport en commun et d'aéroports. Sont également inclus dans cette catégorie les coûts d'exploitation de la Garde côtière, la réglementation des voies aériennes et l'assistance aux chemins de fer et à la navigation.

Il existe de nombreux autres services et activités du gouvernement fédéral, notamment la protection des ressources naturelles, la protection de l'environnement et l'entretien des aires de loisirs et des terres publiques. En outre, il y a l'aide aux pays étrangers, les secours en cas de catastrophe et le développement communautaire et régional. Les autres services gouvernementaux sont la recherche, le développement et la conservation énergétiques, ainsi que l'exploration spatiale et d'autres recherches scientifiques. Le gouvernement doit payer pour ses activités administratives, ainsi que pour l'application de la loi fédérale et les prisons fédérales, les paiements au service postal, l'aide aux petites entreprises et l'assurance de financement hypothécaire. Enfin, le gouvernement fournit des fonds pour les subventions aux cultures, la recherche agricole et la conservation des terres agricoles.


Top 20 des pires façons dont le gouvernement a gaspillé vos impôts

Chaque année, le sénateur de l'Oklahoma Tom Coburn et son équipe compilent un volume exhaustif de dépenses gouvernementales inutiles de cette année-là. Le tome de 2014 regorge de gaspillages gouvernementaux allant de la redondance à l'absurde. Oh, et au fait, la dette nationale des États-Unis approche les 18 000 milliards de dollars.

Voici une liste de mes pires des pires déchets fédéraux :

Massages suédois pour lapins : 387 000 $

Les National Institutes of Health ont versé cette somme à six chiffres au

pour la médecine complémentaire et alternative afin de discerner si les massages suédois seraient utiles pour se remettre d'une maladie.

"Un groupe de lapins a reçu des frictions quotidiennes d'un" appareil mécanique qui simule les longs mouvements fluides utilisés dans les massages suédois. ""

Apprendre aux lions des montagnes à faire du tapis roulant : 856 000 $

La National Science Foundation a déboursé près d'un million de dollars des contribuables pour déterminer si les lions des montagnes captifs pouvaient être entraînés à monter sur un tapis roulant. Le chercheur de l'Université de Californie-Santa Cruz s'est même vanté d'avoir reçu la subvention en disant : « Les gens ne croyaient tout simplement pas que l'on pouvait faire monter un lion des montagnes sur un tapis roulant, et il m'a fallu trois ans pour trouver un établissement qui était prêt à essayer. Si quelqu'un se demandait, il a fallu huit mois aux lions pour apprendre.

Étudier combien de fois des personnes « affamées » poignardent une poupée vaudou : 331 000 $

Après avoir enseigné aux lions des montagnes les tapis roulants, la National Science Foundation a également financé une étude pour arriver à la conclusion évidente que les personnes affamées ont tendance à être plus en colère et plus agressives. Ils ont testé cette théorie en permettant aux conjoints d'enfoncer des épingles dans des poupées vaudou à mesure que leur « cintre » grandissait.

« Au cours de vingt et une soirées consécutives, 107 couples ont eu la chance de coller jusqu'à 51 épingles dans une poupée vaudou représentant leur conjoint. La poussée d'épingle s'est produite en secret, loin de l'autre partenaire. Les participants ont ensuite enregistré le nombre d'épingles qu'ils ont enfoncées dans les poupées. Ces tests ont révélé ce qui est peut-être déjà évident pour de nombreux couples : un conjoint souffrant d'hypoglycémie était plus en colère et a planté plus d'épingles dans la poupée.

Étude des habitudes de jeu des singes : 171 000 $

Une autre subvention de la NSF a financé l'étude des singes joueurs. Sous couvert d'étudier le « biais chaud » chez les joueurs humains, le

conçu un jeu informatique, appris aux singes à y jouer et étudié comment ils réagissaient à la victoire et à la défaite. Un doctorant qui a travaillé sur l'étude a semblé ravi d'apprendre : « Heureusement, les singes adorent jouer. » Les contribuables, en revanche, ne seront pas ravis d'apprendre que cette étude se poursuivra jusqu'en mai 2018.

Production de la comédie musicale pour enfants : Zombie in Love : 10 000 $

ype="node" title text-decoration: underline font-weight: bold">Financement d'une « Stoner Symphony » : 15 000 $

Le lieu de cette performance ne devrait choquer personne. Ce qui est sûr de choquer les contribuables, c'est le montant de leur argent qui a été fourni à l'Orchestre symphonique du Colorado pour accueillir «Classically Cannabis: The High Note Series». Non seulement le programme était lié au pot, mais les gens étaient encouragés à respirer (et à manger) tout en regardant.

"L'un des trois concerts, appelé Summer Monsoon, a annoncé sur son site Web de cette façon:" Fumez et remplissez votre ventre de porc épicé de Manna, de poulet Teriyaki aux graines de sésame et d'empanadas philippines. ""

Subventionner le caca d'alpaga : 50 000 $

En plus de ce projet faisant la coupe pour le sénateur Coburn, ce petit bijou a également été couvert par CNSNews.com le mois dernier. Le département américain de l'Agriculture a déboursé une somme considérable pour aider à développer et à commercialiser des « paquets de crottes » d'alpaga à utiliser comme engrais. C'est du gâchis du gouvernement, littéralement.

Natation synchronisée pour les singes marins : 307 524 $

Ce projet a obtenu le soutien de trois agences gouvernementales (National Science Foundation, Office of Naval Research et U.S.-Israel Binational Science Foundation). Dans le but d'étudier le tourbillon créé lorsque les singes marins se déplacent dans l'eau, les chercheurs ont développé une équipe « guidée par laser », « chorégraphiée » de singes marins nageurs synchronisés.

Produire un spectacle « Hallucinatoire » Roosevelt/Elvis : 10 000 $

Dans ce qui pourrait être le projet le plus étrange de cette liste, la NEA a aidé à financer la production d'une émission sur le voyage hallucinatoire d'une fille se faisant passer pour Elvis et se baladant avec le 26e président américain.

"Dans une scène, Ann hallucine qu'elle est Elvis, et qu'elle et Teddy se défoulent dans leur chambre d'hôtel en sous-vêtements, avec Teddy qui finit par se promener sur le dos d'Elvis comme s'il était un bronco en colère."

Financement du jeu vidéo alarmiste sur les changements climatiques : 5,2 millions de dollars

Alors que les sondages montrent que le changement climatique est le dernier sur la liste des priorités des Américains, la NSF a ressenti le besoin d'aider à « stimuler l'activisme contre le changement climatique ». Ils ont payé

pour développer un jeu vidéo intitulé «

”, où la montée des mers provoque un chaos de masse et des calamités météorologiques aux proportions épiques. L'histoire se déroule sur un tas de messages vocaux du futur décrivant l'anarchie.

"Un interlocuteur prétend que les "néo-luddites" sont là pour tuer toute personne ayant des connaissances scientifiques,496 et un autre peint une image cryptique d'une apocalypse zombie en disant que "quand vous les verrez, vous saurez quoi faire".

Apprendre aux enfants à rire : 47 000 $

Le National Endowment for the Humanities a financé des cours à UCLA et

pour enseigner le rire aux étudiants. Dans des séminaires comme « Pourquoi est-ce drôle ? » l'étudiant apprendra probablement « comment le rire joue avec nos perceptions » et « si la comédie est une « chose de gars ». »

« En tant que projet final, les élèves développeront soit une routine de stand-up, soit une « pièce comique utilisant les outils de la narration numérique. »

Développer un costume d'Iron Man réel : 80 millions de dollars

Il semble que le DoD tente de capitaliser sur la popularité des films Iron Man afin de développer sa propre réplique réelle. Surnommé TALOS (Tactical Assault Light Operator Suit), le Pentagone passera les quatre prochaines années à essayer de construire une combinaison faite "de super-armure militaire pour résister aux balles et transporter des centaines de livres, toutes alimentées par [a] source d'énergie futuriste". Mais, il y a un petit problème, cela ne fonctionne pas:

"Et tandis qu'une vidéo promotionnelle du programme TALOS montre des balles ricochant sur un soldat de dessin animé vêtu de la combinaison, des tests sur le terrain ont jusqu'à présent trouvé des soldats qui avaient du mal à courir, plonger et tirer en utilisant la vraie chose."

Tweeter sur des terroristes : 3 millions de dollars

Le Département d'État vise à lutter contre les terroristes dans

et al-Qaida en ligne ainsi que sur le champ de bataille. Son nouveau programme vise à « contrer les machines de propagande sophistiquées des groupes terroristes du monde entier ». Cependant, leur campagne Twitter, "Think Again, Turn Away" a été presque universellement considérée comme non seulement inefficace mais aussi contre-productive.

« Un récent commentateur du Time Magazine l’a dit plus crûment, en disant : ‘cette sensibilisation du gouvernement américain est non seulement inefficace, mais fournit également aux djihadistes une scène pour exprimer leurs arguments. '"

Prédire la fin de l'humanité : 30 000 $

Au lieu de trouver de nouvelles façons d'explorer le système solaire, la NASA consacre plutôt son budget à une étude pour prédire la fin du monde. Des chercheurs de la

et le Minnesota est revenu avec une réponse intrigante et politiquement avantageuse : l'inégalité des revenus. Ils ont averti qu'une "répartition inégale des richesses" a "conduit à l'effondrement de la civilisation".

Financement des enfants qui s'habillent comme des fruits et des légumes : 5 millions de dollars

utilisé 5 millions de dollars de l'argent des contribuables pour permettre à des étudiants de se déguiser en fruits et légumes dans le but de promouvoir de saines habitudes alimentaires. « Les étudiants ont créé le terme « fruvé » pour décrire « le processus de manger FRUson et VEà obtenir.’”

« Les élèves sont divisés en cinq équipes – étiquetées de manière amusante Épinards, Carottes, Bananes, Raisins et Tomates – qui sont dirigées par des mascottes costumées. »

Aidez les parents à contrer le refus des enfants de manger des fruits et des légumes : 804 254 $

Pour tenter d'aider les parents à travers l'Amérique dont les enfants ont refusé de manger leurs légumes verts, le NIH a financé un jeu pour smartphone appelé "Kiddio: Food Fight". Le jeu est censé aider les parents à contrer les réfutations sophistiquées de l'enfance comme « Yuk ! »

"Les parents sélectionneront un légume à offrir à Kiddio, puis sélectionneront une tactique pour influencer Kiddio à manger le légume."

Appareils électroniques perdus de la NASA : 1,1 million de dollars

Il semble que des milliers d'appareils électroniques fournis par l'agence soient perdus dans l'espace. La NASA n'a pas gardé trace des milliers de smartphones, tablettes et AirCards qu'elle a fournis à ses employés. Dans le même temps, « plus de 2 000 appareils, soit 14 % du total détenu par l'agence, sont restés inutilisés pendant au moins 7 mois de 2013 à 2014. » Sur la liste des objets perdus de l'agence, ils ont répertorié « ordinateurs portables, cassettes vidéo, et les rochers de la lune.

Étudier si Wikipédia est sexiste : 202 000 $

La NSF a envoyé près d'un quart de million de dollars aux chercheurs de NYU et de Yale pour étudier s'il existait des préjugés sexistes sur le site Wikipédia. Parce que Wikipédia peut être édité par presque n'importe qui, l'étude a suivi « des accusations de sexisme dans le contenu et parmi les contributeurs de Wikipédia ». Un exemple de sexisme découvert par les chercheurs était une bombe :

Les contributeurs de Wikipédia étaient biaisés car ils avaient qualifié certaines romancières de « romancières américaines » sur Wikipédia, plutôt que de « romancières américaines ».

Demander aux gros buveurs de ne pas boire par SMS : 194 090 $

Les chercheurs prévoient d'utiliser cette frange de l'argent des contribuables pour mener une étude dans laquelle ils envoient des SMS aux « gros buveurs », les avertissent de ne pas boire et vérifient s'ils se saoulent réellement.

«Par exemple, certains sujets d'étude auront une journée de 15 heures tous les jours. SMS leur rappelant les conséquences d'une forte consommation d'alcool.

Crème glacée financée par le gouvernement : 1,2 million de dollars

L'USDA paie les producteurs laitiers pour produire de la crème glacée et de nombreuses autres confiseries laitières :

« Dans le Wisconsin et à New York, une coopérative agricole et une crémerie ont reçu une subvention pour développer la production et la commercialisation de yaourt grec biologique. Une ferme du Missouri utilisera une subvention qu'elle a reçue également pour produire du yaourt, mais à partir de lait de brebis. Une ferme à

Pennsylvanie

a également reçu une subvention pour développer son activité de yaourt, mais utilisera une partie de l'argent pour développer son activité de chocolat mexicain.


Amazon a dû payer des impôts fédéraux sur le revenu pour la première fois depuis 2016 – voici combien

Lorsque le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, a tweeté une photo de lui avec le chanteur et rappeur Lizzo au Super Bowl à Miami, disant qu'il était "le plus grand fan de Lizzo à 100%", la réponse de la sphère Twitter concernait davantage son statut de 1% : Payer impôts, ont déclaré les utilisateurs de Twitter.

Mais pour la première fois depuis 2016, les critiques d'Amazon ne pourront pas pointer du doigt la facture fiscale fédérale inexistante du géant de la technologie.

C'est parce qu'Amazon devait en fait de l'argent au gouvernement fédéral en 2019. Après deux années consécutives de paiement de l'impôt fédéral sur le revenu aux États-Unis, Amazon devait payer une facture de 162 millions de dollars en 2019, a déclaré la société dans un document déposé auprès de la SEC jeudi.

Bien sûr, 162 millions de dollars ne représentent encore qu'une fraction des 13,9 milliards de dollars de revenu avant impôts déclarés par Amazon pour 2019, soit environ 1,2 %, en fait. Le taux d'imposition fédéral des sociétés est de 21%, mais comme par le passé, Amazon a probablement utilisé divers crédits d'impôt et déductions pour réduire sa facture d'impôt fédéral. Amazon also reported $280.5 billion in total revenue in 2019.

Amazon has been the subject of much criticism over the fact that the company's final federal tax burden has been particularly lacking in recent years. The company also came under fire for seeking huge tax incentives worth billions of dollars as part of its search for a second headquarters, or "HQ2," in 2018.

In 2018, Amazon posted income of more than $11 billion, but the company paid in federal taxes. In fact, thanks to tax credits and deductions, Amazon actually received a federal tax refund of $129 million. That was a year after Amazon received a $137 million refund from the federal government for 2017.

President Donald Trump is a frequent critic of Amazon for paying "little or no taxes to state and local governments," though the Trump Administration's 2017 Tax Cuts and Jobs Act helped to lower the statutory corporate tax rate.

In February 2019, Senator Bernie Sanders pointed out in a tweet that any one of the company's roughly 150 million Amazon Prime members would have paid more for that program's annual fee ($119) than Amazon paid in federal taxes for 2018 or 2017.

In a blog post on Thursday, Amazon touted the fact that the company had "over $1 billion in federal income tax expense" in 2019. However, that total includes the $162 million federal tax bill, as well as another $914 million federal tax bill that the company says has been deferred until a later date. (Federal tax laws companies to delay tax payments on certain income, including some foreign earnings and long-term investments in items such as equipment or machinery.)

Amazon also reported $276 million in state tax payments in 2019, as well as an international tax bill of more than $1.1 billion, according to Thursday's SEC filing. And, the company notes in its blog post that Amazon also paid roughly $2.4 billion "in payroll taxes and customs duties" in 2019.

However, paying something like payroll tax is hardly something to boast about, according to Matthew Gardner, a senior fellow at the Institute on Taxation and Economic Policy, or ITEP, a nonpartisan and nonprofit tax policy think tank. In a blog post responding to Amazon's release of its 2019 tax bill, Gardner notes that "economists agree that payroll taxes are ultimately paid by employees in the form of reduced compensation."


Calculating the Conversion Tax

With the above $10,000 example that had $2,000 in after-tax contributions, the $2,000 conversion would play out as follows:

  • Total account value = $10,000
  • After-tax contributions = $2,000
  • Pre-tax contributions = $8,000
  • $2,000 / $10,000 = 20%
  • $2,000 converted x 20% = $400 converted tax-free
  • $1,600 subject to income tax

The same would apply to earnings in the account. Let’s say your account had increased to $15,000, and you want to convert $2,000.

  • After-tax contributions = $2,000
  • Pre-tax contributions = $8,000
  • Earnings = $5,000
  • $2,000 / $15,000 = 13%
  • $2,000 x 13% = $260 converted tax-free
  • $1,740 subject to income tax

Seven ways Americans pay taxes

As Americans across the country rang in the new year, many were unaware that, at midnight, more than 50 different tax breaks expired. According to the Tax Foundation, among them were credits for everything from building motorsports facilities, producing biofuels, conducting business research and development, and even training a mine rescue team.

Clearly, the U.S. tax system can be very complex. Understanding the basics, especially the different types of taxes you may face, can be a valuable tool in financial planning.

Not all taxes are paid at the same time. Some, for example, are deducted from your paycheck. "Generally, three types of taxes will show up on a worker's pay stub: federal income taxes, payroll taxes (Social Security and Medicare), and state income taxes," Andrew Lundeen, manager of federal projects at the Tax Foundation, told 24/7 Wall St.

Other taxes, however, are levied at the register. State and local governments collect sales taxes on individual goods and services. Similarly, governments charge excise taxes on specific items, including gasoline and cigarettes.

Not all authorities levy the same types of taxes. Income taxes serve as the largest source of revenue for the federal government, accounting for over 40% of yearly tax revenue. And according to projections from the Congressional Budget Office, income taxes, as well as social insurance taxes, should continue to account for the bulk of the U.S. government's tax revenue going forward.

At the state level, the picture is a bit more mixed. Different states use different tax structures to raise money for the various services they provide. While some states rely heavily on income taxes, others depend primarily on sales or property taxes. A few states, including Florida and Texas, have no personal income tax. Others "follow a structure similar to the federal [tax] code, but with different brackets and much lower rates," explained Lundeen.

Counties, cities, and other local areas often levy taxes to raise money as well. Property taxes, Lundeen noted, "are generally charged at the local level in order to pay for services such as schools, police and fire departments, and parks." Similarly, localities often charge an additional sales tax.

Not all taxes apply to everyone. The federal estate tax, often the subject of controversy, applies only after death and only if the estate is worth $5.34 million or more. Also, you may be able to avoid paying a number of excise taxes if you do not smoke, drink, or gamble. However, some excise taxes may be harder to avoid, including those levied on cell phone services, hotel stays, and gasoline purchases, according to Lundeen.

Here are seven ways Americans pay taxes.

Income taxes can be charged at the federal, state and local levels. At the federal level, the amount paid depends on a number of factors, including income and marital status. Lundeen noted the U.S. has a progressive tax system, consisting of seven tax brackets. He added, "for each additional dollar in a new bracket, you pay that bracket's tax rate." There are also a number of credits. For one, the Earned Income Tax Credit (EITC) gives a tax credit to low and moderate earners.

State income tax structures vary considerably. Some states, such as Florida, do not levy an income tax at all. A few states use a single income tax rate, while many states apply different tax rates depending on income.

Sales taxes are taxes on goods and services purchased. These are usually calculated as a percentage of the price paid. Sales taxes vary by state, and even by municipality. In some states, there are no sales taxes at either the state or local level. Other states and local authorities can charge a hefty amount. In Tennessee, for example, consumers can pay as much as 9.44% in sales taxes when combining state and local taxes, according to the Tax Foundation. In 12 states, sales taxes are higher than 8%. Sales taxes are often considered to be regressive, meaning lower-income individuals and households spend a greater proportion of their earnings to pay the tax, compared to higher income residents.

Excise taxes are similar to broad sales taxes, except they are charged on specific goods. States typically tax certain purchases, including gas, cigarettes, beer and liquor. Excise taxes are frequently levied on so-called "sin products," and often are intended not only to help raise money, but also to deter unhealthy behaviors. The federal government also collects such taxes, including 18.4 cents per gallon on gasoline and 24.4 cents per gallon on diesel fuel, as well as a 10% charge for tanning services. Excise taxes are often combined with sales taxes on a single purchase. According to Lundeen, in many cases a sales tax is paid on top of an excise tax.

Both employees and employers have to pay the Social Security tax, one of two payroll taxes. For the Social Security tax, employees pay 6.2% of their wages, and employers match that for a total contribution of 12.4%. In 2013, the maximum earnings subject to the tax were $117,000. In 2011 and 2012, the amount employees had to contribute briefly declined to 4.2% of wages, as part of a payroll tax holiday designed to encourage people to spend more and boost the U.S. economy.

A similar tax also exists for Medicare. Both employees and employers are required to contribute 1.45% of wages, or 2.9% in total, to fund the program. Unlike Social Security, there is no maximum taxable wage. In fact, since last year, workers who earned more than $200,000 had to contribute an extra 0.9% of their wages to the program.

Property taxes are usually imposed to fund local services. According to the Tax Foundation's Lundeen, these taxes are based on the property's market value, and are most often levied on real estate, but can also apply to other property, such as cars. In many instances, these taxes are deductible. However, according to the IRS, property taxes on real estate are only deductible if they are used to promote the "general public welfare," but not if they are used "for local benefits and improvements that increase the value of the property." Many homeowners also qualify for a mortgage interest deduction.

The IRS defines an estate tax as "a tax on your right to transfer property at your death." The estate tax is controversial, as it is seen by some as a penalty for dying. Cash, securities, insurance, real estate, and business interests are among the items considered part of an estate. However, for individuals, only estates exceeding $5.34 million are taxed by the federal government. Most Americans, therefore, are exempt from paying the federal estate tax. The highest estate tax rate charged at the federal level is 40%.

Estate taxes are also often levied at the state level. While states frequently use lower rates, they also often have lower exemptions than the federal government's $5.34 million cutoff. Some states have an inheritance tax, where the rate you pay depends on your relation to the deceased.

The gift tax is similar to the estate tax, in that it is a tax on transferring wealth. One important difference is that gift taxes involve two living people, Lundeen added. The federal government also has a far lower exemption level for the gift tax than it does for the estate tax. All gifts over $14,000 are taxable, with the tax to be paid by the recipient. The highest gift tax rate is 40% of the taxable gift amount. This tax applies not only to cash, but also to gifts like company shares or cars. Last year, Minnesota became the second state to implement its own gift tax, following Connecticut.

24/7 Wall St. is a USA TODAY content partner offering financial news and commentary. Its content is produced independently of USA TODAY.


How Income Taxes Work

There's nothing quite like the excitement and pride of receiving your very first paycheck. You worked hard for a solid month, and here's your much-deserved compensation. But wait a second . what's the story with this line that says "net pay?" That can't be your actual salary, could it? What happened to all of your money? By the time you get your paycheck, it's been cut up like a pizza, with several government agencies taking a piece of the pie. Exactly how much money is withheld from each check varies from person to person, company to company and state to state. However, almost every income earner has to pay federal income tax.

We generally don't think much about taxes except during the annual tax season. It's probably the most dreaded time of the year for millions of Americans, yet we circle it on our calendars, along with holidays and birthdays. But little joy is connected to April 15, the deadline for filing tax forms. (This deadline doesn't always fall on the 15th. In 2012, Tax Day was Tuesday, April 17 because the 15th was a Sunday and the 16th was a holiday in Washington, D.C. [source: Kaufman].)

The American tax system is a huge machine with a tax code that seems more complex than rocket science. In this article, we will examine how individual income taxes work, take a look at the history of income taxes in the United States and consider two alternative tax plans.

Taxes have always left a sour taste in the mouths of American citizens. This national hatred for taxes dates back to the tax burden placed on the American colonies by Great Britain. Colonists were taxed for every consumer good, from tea and tobacco to legal documents. This "imposition sans représentation" led to many revolts, such as the Boston Tea Party, in which colonists dumped tea into the Boston Harbor rather than pay the tax on it.

Although the American colonists fought for independence from British rule and British taxes, once the United States government formed, its main source of revenue was derived from placing customs and excise taxes on the same items that had been taxed by Great Britain. In 1812, in an effort to support an expensive war effort, the U.S. government imposed the first sales tax, which was placed on gold, silverware, jewelry and watches. In 1817, internal taxes (taxes on goods and land) were terminated, and the government relied on tariffs (taxes on imports or exports) to support itself. It wasn't until 1862 that the United States imposed the first national income tax [source: Tax Foundation].

To support the Union Army during the American Civil War, Congress passed tax laws in both 1861 and 1862. The office of Commissioner of Internal Revenue was established by the Tax Act of 1862, which stated that the commissioner would have the power to levy and collect taxes. The office also was given the authority to seize property and income in order to enforce the tax laws. These powers remain pretty much the same today, although the Internal Revenue Service (as it's been known since the 1950s) will tell you that enforcement tactics have been toned down a bit [source: IRS].

In 1863, the federal government collected the first income tax. This graduated tax was similar to the income tax we pay today. Those who earned $600 to $10,000 per year paid at a rate of 3 percent. Those who earned in excess of $10,000 paid 5 percent. A flat-rate tax was imposed in 1867. Five years later, in 1872, the national income tax was repealed altogether since the Civil War was long over and revenue needs had declined. The federal government went back to relying mainly on tariffs and excise taxes, such as liquor taxes [source: U.S. Dept. of Treasury].

Spurred on by the Populist Party's 1892 campaign to reduce high tariffs, Congress passed the Income Tax Act of 1894 to make up the difference. This act taxed 2 percent of personal income that was more than $4,000, which only affected the top 10 percent. The income tax was short-lived, as the U.S. Supreme Court struck it down only a year after it was enacted. The justices wrote that the income tax was unconstitutional because it failed to abide by a constitutional guideline. This guideline required that any tax levied directly on people must be levied in proportion to a state's population [source: Our Documents].

In 1913, the income tax became a permanent part of the U.S. government. Congress avoided the constitutional roadblock mentioned above by passing a constitutional amendment. Les 16th Amendment reads, "The Congress shall have power to lay and collect taxes on incomes, from whatever source derived, without apportionment among the several States, and without regard to any census or enumeration." The 16th Amendment gave the government the power to levy taxes on people regardless of state population. Les Underwood Tariff Act of 1913 included an income-tax section that initiated the progressive system we use today: Those who earned more than $3,000 ($4,000 for married couples) were subject to a 1 percent tax, which increased depending on income and topped out at 7 percent [source: IRS].

During World War II, the federal government began withholding taxes, also known as the pay-as-you-earn taxation system. This gave the government the steady flow of money needed to finance the war effort.

In 2014, the tax brackets range from 10 percent to 39.6 percent [source: Bankrate].

While most Americans only think about taxes when April approaches, the tax collection process actually runs all year long.

The process begins when you start a new job. You and your employer agree on your compensation — an hourly wage or an annual salary — which adds up to your gross or "before tax" income. The next thing you do is fill out a W-4 form. The W-4 form is like a miniature income tax survey. It determines if you are single or married, if you have children or other dependents, if your spouse works and if you have childcare expenses. These are called your personal allowances. The number of allowances listed on the W-4 form determines how much income tax your employer will withhold from each paycheck.

Why does your company do this? Because employers are required by law to withhold income tax from all employee paychecks and deposit the money in a Federal Reserve Bank. This is how the federal government maintains a steady stream of income while also drawing interest on your tax dollars. Instead of paying taxes once a year in April, you really pay them all year long.

The W-4 form is important because it ensures that you aren't paying either too much or too little in federal income tax during the year. Some people love to get a big refund check when they file their tax return in April. But what that really means is that they paid too much income tax during the year. They could have put that money in the bank, invested it, or bought something useful with it rather than letting the IRS borrow it. By adjusting the number of allowances on the W-4 form, you can decrease or increase the amount withheld from each check. That way, there are no big checks or big bills in April. Check your W-4 annually to make sure the information is up to date.

Filing income taxes in April is akin to "settling up" with the IRS. In reality, you've been paying taxes all year long. In April, all you are doing is determining if you paid the right amount. If you paid too much, you get a refund too little and you're writing another check. Income tax forms like the 1040 are notoriously confusing, but that's because they're based on a U.S. tax code that's more than 5,000 pages long [source: Shinske]. Here are the basic steps to completing a tax return:

  1. Start by adding up your revenu brut, which includes salary or wages from a job, investment interest income, pensions and annuities. If you have job, your employer will send you a W-2 form in the mail which shows how much you earned and how much income tax was already withheld.
  2. Subtract any ajustements (examples: alimony that you paid, deposits in retirement plans, self-employment estimated taxes paid, moving expenses, interest that you paid on a student loan, etc.). The difference is called adjusted gross income (AGI).
  3. Once you know your AGI, you have two choices: Either subtract a standard deduction, or subtract itemized deductions, whichever is greater. Itemized deductions might include medical and dental expenses, charitable contributions, interest on home mortgages, and state and local taxes from the previous year.
  4. Next, subtract personal exemptions. For 2013, the IRS allows you to subtract $3,900 each for you, your spouse and each dependent if your AGI is under a certain amount [source: IRS]. Everything left over is called your taxable income.
  5. This is where it gets a little complicated, because the United States uses a marginal ou progressive tax rate système. The more you earn, the higher your tax rate. To determine exactly how much you owe, look up your taxable income on the IRS tax table. Find the number that matches your filing status: single, married filing jointly, married filing separately, head of household, or qualifying widow(er) with dependent child, which is the same as "married filing jointly." That number is your gross tax liability. Don't worry, you have one more chance to lower your tax bill.
  6. From your gross tax liability, subtract any crédits. The Child Tax Credit is a big one: $1,000 for each qualifying child. Other credits include the Earned Income Tax Credit (or Earned Income Credit) for low-income working families, which can be as much as $6,000, and the Child and Dependent Care Credit for childcare expenses.
  7. The final number is your net tax. If it's a positive number, you owe money to the IRS. If it's negative, you're getting a refund.

You must file your federal income tax return and pay any taxes owed by April 15. Filing or paying late results in penalties and interest that accrues over time. If you are due a refund, the IRS mails most of them out within two weeks of receiving a return. You could also have the money electronically deposited directly into a bank account.

If you are a freelancer, independent contractor or otherwise self-employed, no one is going to withhold income taxes each time you get paid by a client or customer. Instead, it's your responsibility to pay estimated taxes quarterly based on your taxable income the year before. Not only is it the law (you'll pay a small penalty if you don't), but it allows you to avoid a big tax bill in April.

Humorist and travel writer Stanton Delaplane once offered this lighthearted suggestion for a simplified tax form: "How much money did you make last year? Mail it in." While that may be a drastic way to change the tax system, there has been no shortage of people proposing new tax systems since the 16th Amendment was passed in 1913. If you follow presidential campaigns, there is usually talk from some of the candidates on revising the tax system. Here's a quick look at two of these alternative tax plans.

We currently use a marginal tax system, also called a graduated tax, in which the percentage you pay in taxes varies based on your income. Under a flat tax system, everyone pays the same tax rate no matter how much they earn. Former presidential candidate Steve Forbes proposed a 17 percent flat tax in 1996 and 2000, and Rick Perry floated a 20 percent flat tax in his 2012 presidential campaign [source: Tax Policy Center].

Proponents of a flat-tax system say that it would do away with the complicated tax code and tax forms. The flat tax would need only one form, about the size of a postcard and consisting of only 10 lines. You would merely add up wage, salary and pension income, subtract any personal allowances and pay 17 percent of your taxable income. Deductions and credits would be eliminated under this type of plan. (Perry's proposal did allow a few deductions such as mortgage interest).

Critics of the flat tax say that it would favor the wealthy. Under Rick Perry's plan, a married couple with two children earning $31,000 would lose $5,000 in credits, while the same earning $424,900 would owe nearly $45,000 less in taxes [source: Rampell].

Alternative: National Sales Tax

Even more controversial than the flat tax is the idea of abolishing the federal income tax entirely by repealing the 16th Amendment. In place of an income tax, some propose the use of a national sales tax. Many countries around the world levy a national sales tax, also called a value-added tax or VAT. The difference is that most of those countries also collect income taxes. The U.S. backers of a national sales tax want to get rid of the IRS and charge a flat 10 to 25 percent on all retail purchases of new goods and services [source: Montgomery].

What are the benefits of a national sales tax? Like the flat tax, a national sales tax makes tax collection vastly simpler. Workers could keep their entire paycheck and use that money to buy the things that they need.

Proponents of the so-called Fair Tax — a version of the national sales tax — include a provision called a pre-bate. This is a monthly check mailed by the government to lower-income families to subsidize their purchases. Advocates of a national sales tax also argue that a consumption tax collects revenue from everyone, even illegal immigrants, tax dodgers and tourists from other countries [source: FairTax.org].

Opponents of a national sales tax say it would put an unfair burden on the middle and lower classes, who buy a lot of the products that would be taxed. It might reduce consumer spending, thereby slowing the economy. They add that in order for a national sales tax to be fair, it should be applied to the purchase of stocks and bonds in addition to consumer goods. Under the Fair Tax proposal, investments are not taxed, although brokers' fees would be [source: FairTax.org].

Taxes are a bitter subject in almost every country, and the United States has had a decidedly tumultuous relationship with the issue. America has one of the most complicated tax systems in the world, and it grows more complex every year. In the end, whether you agree with paying taxes or not, you probably have April 15 circled on your calendar, embedded in your brain and on your list of dreaded days.

For more information on taxes and related topics, check out the links on the next page.


Direct Taxes

The definition of a direct tax is a tax that is paid straight from the individual or business to the government body that imposes the tax. Examples of direct taxes include individual income taxes (paid to the federal and state governments), corporate taxes (paid on an organization’s profits), and property taxes (paid on the value of real estate).

The federal income tax almost didn’t make it into law because the Supreme Court initially objected to the fact that it was a direct tax, rather than being apportioned among the states based on population. The 16th amendment to the constitution overrode the Supreme Court’s ruling in 1913 and the direct income tax was born.

Direct taxes are based on a percentage of the value of what is being taxed, and they are set by state and federal law.