USS Vincennes II - Histoire

 USS Vincennes II - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Vincennes II

(CA-44 : dp. 9 400 ; 1. 588'0"; né. 61'10"; dr. 18'8"; s. 32,7 k.; cpl. 952, a. 9 8", 8 5", 8,50-car. mg., 2 3 pdrs, acte 4 ; cl. La Nouvelle-Orléans)

Vincennes (CA-44) a été posée le 2 janvier 1934 à Quincy, Mass., par l'usine de Fore River de la Bethlehem Shipbuilding Company, lancée le 21 mai 1936, parrainée par Mlle Harriet Virginia Kimmell, fille du maire de Vincennes, Ind., et commandé le 24 février 1937, capitaine Burton H. Green dans la commande.

Le nouveau croiseur lourd est parti de Boston le 19 avril 1937 pour sa croisière d'essai qui l'a conduit à Stockholm, en Suède, à Helsingfors (Helsinki), en Finlande, au Havre, en France, et à Portsmouth, en Angleterre.

Au début de janvier 1938, le Vincennes est affecté à la Cruiser Division ( CruDiv) 7, Scouting Force, et traverse le canal de Panama jusqu'à San Diego. En mars, le navire a participé au Fleet Problem XIX dans la région d'Hawaï avant de retourner à San Pedro pour des opérations au large de la côte ouest pour le reste de l'année.

Après une révision au Mare Island Navy Yard, Vallejo, Californie, qui a duré jusqu'en avril 1939, le croiseur est revenu vers l'est, a traversé le canal de Panama le 6 juin en compagnie de Quiney (CA-39), Tuscaloosa (CA-37), et San Francisco (CA-38); et ancré dans Hampton Roads le 13. Pendant les deux mois suivants, elle a opéré de Norfolk à proximité du bateau-phare Chesapeake et des terrains de forage du sud. Le 1er septembre 1939, le jour où les légions d'Hitler sont entrées en Pologne et ont commencé les hostilités en Europe, Vincennes était à l'ancre au large de Tompkinsville, dans l'État de New York. et a continué ces fonctions jusqu'au printemps 1940.

Fin mai, alors que les troupes allemandes détruisaient les défenses alliées en France, Vincennes se rendit aux Açores et visita Ponta Delgada du 4 au 6 juin 1940 avant de se rendre au Maroc français pour charger une cargaison d'or à transporter vers les États-Unis. Alors qu'il était au mouillage à Casablanca, le navire reçut la nouvelle de la déclaration de guerre de l'Italie à la France, le « coup de poignard dans le dos » condamné par le président Roosevelt peu de temps après. Commandant de Vincennes, le capitaine J. R. Beardall (qui deviendra plus tard aide naval du président)

a noté par la suite dans son rapport officiel de la croisière qu'« il était évident que les Français en voulaient amèrement [la déclaration de guerre] et méprisaient l'Italie pour ses actions ». Après avoir quitté les eaux nord-africaines le 10 juin, le croiseur est retourné aux États-Unis pour décharger sa précieuse cargaison métallique et retourner à la corvée des patrouilles de neutralité.

Révision à Portsmouth Navy Yard, Norfolk, Virginie dans la première semaine de janvier 1941, Vincennes quitte Hampton Roads le 7 janvier—en compagnie de Wichita (CA-45), New York (BB-34) et Texas (BB35)— à destination de Guantanamo Bay, Cuba. Opérant à nouveau dans les Caraïbes, le croiseur lourd a effectué des exercices de combat et de tir en compagnie de Wichita jusqu'au 18 janvier, date à laquelle les deux croiseurs se sont dirigés vers Portland Bight, Jamaïque, Antilles britanniques. Menant des patrouilles de neutralité à partir de ce port, Vincennes a patrouillé en compagnie d'autres navires protégeant les eaux neutres et les bases antillaises récemment acquises par l'Amérique.

Vincennes a rejoint d'autres unités de la Flotte pour des exercices de débarquement à Culebra, Porto Rico, le 4 février 1941 et a envoyé ses bateaux de 50 pieds pour aider au déchargement et aux exercices de débarquement des troupes. Elle a aidé McCawley (AP10) et Wharton (AP-7) à débarquer des hommes et du matériel avant de prendre position avec le groupe d'appui-feu II. Le croiseur a ensuite tiré des opérations d'appui-feu simulé avec ses batteries principale et secondaire dans des exercices qui préfiguraient son futur rôle de combat dans le Pacifique Sud.

Pour le reste de février, le navire a continué ses opérations de soutien d'atterrissage avec les Divisions de Transport 2 et 7, en jetant l'ancre à l'occasion à Mayaguez ou Guayanilla, Porto Rico. Menant des opérations hors des eaux portoricaines, Vincennes a fait escale à Pernambuco, au Brésil, le 17 mars et est devenu en route pour Capetown Afrique du Sud, le 20. Arrivé à un accueil chaleureux neuf jours plus tard, le navire a embarqué une importante cargaison de lingots d'or pour payer les armes achetées aux États-Unis par le Royaume-Uni, puis est rentré chez lui le 30. En route pour New York, elle a mené des exercices. Après une brève période de réparations après le voyage, le croiseur lourd a navigué vers les caps de Virginie, où il a rendez-vous avec Ranger (CV-4) et Sampson (DD-394) ; s'est rendu aux Bermudes; et a jeté l'ancre dans Grassy Bay le 30 avril. Elle a patrouillé dans les Caraïbes et au large de la côte atlantique des États-Unis jusqu'en juin. À l'occasion, elle a fumé en compagnie de navires tels que Yorktown (CV-5), Augusta (CA-31), Ranger, Wichita ou Tuscaloosa.

Après avoir continué ses fonctions avec la Neutrality Patrol jusqu'à l'automne alors que les forces navales américaines dans l'Atlantique Nord se sont retrouvées engagées dans une guerre de facto avec l'Allemagne, Vincennes a entrepris une autre mission dans les eaux sud-africaines. Elle a quitté la côte est fin novembre avec le convoi WS-12, des transports américains transportant des troupes britanniques. Le 7 décembre 1941, le croiseur s'est frayé un chemin dans une mer agitée.

Des murs d'eau battaient impitoyablement les navires du convoi ; et les vagues ont battu Vincennes, brisant un baleinier à moteur en bois d'allumette et arrachant un hydravion Curtiss SOC Seagull de ses "amarres" sur le pont du puits fouetté par la tempête au milieu du navire. L'avion a été heurté contre les silos de la catapulte et dans les portes du hangar avant d'être balayé par le côté du navire. Ce soir-là, cependant, le navire a appris qu'il n'était pas seulement en guerre avec les éléments, mais aussi avec le Japon. Les forces aéronavales japonaises avaient frappé Pearl Harbor et plongé les États-Unis dans la guerre.

Après avoir convoyé en toute sécurité ses charges au Cap, où elle est arrivée le 9 décembre, Vincennes a quitté les eaux sud-africaines le 16, à destination de Trinidad pour Hampton Roads. Après son arrivée à Norfolk le 4 janvier 1942, elle s'installe à New York quatre jours plus tard pour être équipée pour la guerre. À la fin du mois, il a rejoint le Hornet (CV-8) alors que le porte-avions effectuait son entraînement au shakedown au large de la côte est des États-Unis.

Vincennes a navigué de New York le 4 mars, à destination du Pacifique. Elle a transité le Canal de Panama le 11 mars et a procédé via San Diego à San Francisco.

Le croiseur lourd, qui fait maintenant partie de la Task Force (TF) 18, construit autour du Hornet, quitte San Francisco le 2 avril. Le porte-avions transportait une étrange cargaison en pontée, 16 bombardiers moyens B-25 de l'armée destinés à frapper le cœur du Japon. Vincennes a rendez-vous avec la TF 16, construite autour de l'Enterprise (CV-6) et, avec la puissance combinée des deux forces opérationnelles, a attaqué vers l'ouest à travers le Pacifique, en direction des eaux nationales japonaises.

Le matin du 18 avril, alors que les navires de guerre américains étaient encore à environ 150 milles du point de lancement prévu, un accroc inattendu s'est produit. Les chalutiers japonais ont aperçu et signalé le groupe de travail. Le vice-amiral Halsey a décidé de faire décoller les bombardiers immédiatement. En conséquence, les 16 B-25 lourdement chargés - chargés de bombes et de carburant supplémentaire - s'élevèrent du pont d'envol recouvert d'aérosols du Hornet et grimpèrent en chancelant dans le ciel gris plombé. Bien que le raid audacieux n'ait infligé que des dommages matériels minimes à la patrie japonaise, il a néanmoins donné un puissant « coup de poing » au moral. Interrogé sur la base d'où venaient les bombardiers, le président Roosevelt a répondu "de Shangri-La".

La force opérationnelle combinée Enterprise et Hornet se retire vers l'est et atteint Pearl Harbor le 25 avril. Repartant cinq jours plus tard, les navires, toujours masqués par Vincennes, s'élancent vers la mer de Corail. Cependant, ils étaient trop tard pour prendre part à l'action charnière qui a eu lieu au début du mois de mai dans ce magnifique plan d'eau alors que les avions de Yorktown (CV-5) et de Lexington (CV-2) émoussaient la poussée japonaise vers le stratégique Port Moresby.

La force opérationnelle de Vincennes retourna à Pearl Harbor le 26 mai mais reprit la route le 29, à destination des eaux au large de l'île Midway, qui, selon les rapports du renseignement américain, une force d'invasion japonaise approchait.

Le 4 juin, le croiseur lourd et son navire jumeau Astoria (CA-34) voguaient au nord de Midway, une bande de fumée avant d'éclabousser la mer.

À 16 h 40, après que les attaques aériennes américaines eurent paralysé trois des quatre porte-avions japonais, un groupe d'avions lance-torpilles — « Kales » — du porte-avions japonais Hirgu s'approcha du nord. Le radar de la TF 17 les a rapidement détectés à 15 miles de distance, et Yorktown a lancé des avions pour les intercepter alors que son écran se déployait pour amener une concentration optimale de tir antiaérien sur l'ennemi qui approchait. Trois minutes après que le premier avion a été repéré, des F4F Wildcats de patrouille aérienne de combat du porte-avions ont éclaboussé une "Kate". L'avion lance-torpilles japonais s'est envolé du ciel en traînant une longue bande de fumée avant de s'écraser dans la mer.

Vincennes a ouvert le feu à 16 h 44 avec ses batteries antiaériennes de 5 pouces, 20 millimètres et 1,1 pouces sur le « Kales » approchant par bâbord. En augmentant sa vitesse à 25 nœuds et en tournant lentement vers tribord, Vincennes a gardé ses canons bâbord braqués sur l'ennemi. Tout en peignant les pistes de torpilles, Vincennes a empoché un "Kate" et l'a envoyé éclabousser dans la mer à 150 mètres de sa proue bâbord.

L'action aiguë et amère se termina aussi vite qu'elle avait commencé. Les Japonais avaient été chassés, mais au prix fort pour les Américains. Yorktown, mortellement touché et gîte à bâbord, ralentit jusqu'à s'arrêter, de la fumée s'échappant de ses organes vitaux blessés. Vincennes a changé de cap pour suivre les mouvements d'Astoria autour du porte-avions, protégeant le navire de guerre touché de nouvelles attaques aériennes. Cependant, le 6 juin, le sous-marin japonais 1-168 a glissé à travers un écran de six destroyers et a torpillé le Yorktown et le destroyer Hammann (DD-412), coulant ce dernier. Le porte-avions a coulé tôt le 7.

De retour à Pearl Harbor, Vincennes est entré dans le chantier naval pour des réparations et des modifications qui ont duré jusqu'au début juillet. Elle a ensuite mené des exercices tactiques au large de l'île d'Hawaï avec d'autres navires de la TF 11 avant de quitter les eaux hawaïennes le 14 juillet pour rejoindre les TF 16, 18 et 62.

Dépistage de l'escadrille de transport « X-ray », destinée à participer au débarquement de Guadalcanal, Vincennes, en compagnie de San Juan (CL-54) et de Quincy, rejoint la TF 62 le 26 juillet. Le 27, le croiseur a effectué des exercices d'approche pour la pratique d'atterrissage et des exercices de bombardement simulé au large de l'île de Koro dans le groupe Fidji. En tant que navire amiral du Task Group (TG) 62.3, Vincennes est resté en poste dans la force de couverture dans la zone de transport avant d'entreprendre d'autres exercices d'appui aux exercices d'approche et d'atterrissage.

Après le ravitaillement et le ravitaillement, le croiseur lourd s'est formé avec l'armada américaine qui se dirigeait vers les Salomon. Vincennes, division de transport de criblage "Yoke", arrive au large de Guadalcanal le 7 août. À l'aube, sous un ciel couvert, le navire a catapulté ses avions de repérage, puis a dételé ses batteries principale et secondaire pour commencer le bombardement côtier. Alors que le tonnerre des tirs des navires de soutien se répercutait sur les eaux, les marines ont débarqué de leur péniche de débarquement et ont fait irruption à terre pour rencontrer une résistance initialement légère sur l'île.

Peu de temps après 1320, les avions japonais ont lancé une contre-attaque. Au soleil des transports, Vincennes se trouva dans une position favorable pour combattre l'attaque et traqua les avions adverses, étant parmi les premiers navires à ouvrir le feu sur les assaillants. Contraints de larguer prématurément leurs charges mortelles, les Japonais se retirent sans faire de dégâts, mais pas avant que Vincennes n'en ait empoché deux. Après le coucher du soleil, Vincennes,. Quiney et Astoria, en compagnie de Helm (DD-388) et Jarvis (DD-393), se sont retirés pour effectuer des patrouilles de dépistage.

De retour à ses fonctions de couverture à la lumière du jour, Vincennes est arrivée à la zone de transport "X-ray", au large de Guadalcanal à l'aube. Deux minutes avant midi, des bombardiers japonais, déterminés à venger leurs pertes de la veille et à perturber le débarquement américain, descendent de Rabaul. Vingt-sept bombardiers Mitsubishi G4M "Betty" ont fait irruption dans une attaque à la torpille à basse altitude et ont tiré un gant de tirs des transports et de leurs croiseurs et destroyers d'escorte. A trois mille mètres des transports, Vincennes, comme dans l'action de la veille, était de nouveau en position de tir favorable et s'ouvrait avec tous les canons de sa batterie, de 8 pouces à 20 millimètres, qui pouvaient porter sur les assaillants.

Au cours de la mêlée qui a suivi, le croiseur a utilisé efficacement sa batterie principale, des canons de 8 pouces, aidant à abattre au moins sept "Betties" qui ont volé à une altitude de seulement 25 à 50 pieds. Les éclaboussures d'obus de la batterie principale ont fait voler les pilotes japonais dans des murs d'eau ou les ont forcés à modifier radicalement leurs approches. Vincennes esquiva une torpille qui passa sous sa poupe et évita une bombe qui tomba de sa hanche bâbord. Malheureusement, Jarvis, adjacent au croiseur, a subi un coup de torpille qui s'est finalement avéré fatal au navire.

Plus tard, dans l'après-midi, une reconnaissance aérienne a signalé une force de surface japonaise descendant de la base de Rabaul. Ces vols ont noté ce que l'on pensait être trois croiseurs japonais, trois destroyers et deux canonnières ou offres d'hydravions naviguant vers le sud. Tandis que Jarvzs s'éloignait de Lunga Point, Vincennes et ses sœurs Quincy et Astoria se dirigeaient, en tant que force d'escorte nord, vers une position au large de l'île de Savo pour protéger les transports vulnérables qui déchargeaient encore les plages d'invasion. Le capitaine Frederick L. Riefkohl de Vincennes supposa que les navires ennemis en route depuis Rabaul allaient lancer et soutenir une autre attaque aérienne tôt le lendemain matin. Il a donc formé des ordres de nuit pour être particulièrement vigilant pendant la mi-veille et s'attendait pleinement à une attaque aérienne à l'aube.

Vers minuit le 8 août, Biefkohl se retira dans sa cabine de navigation, adjacente à la timonerie, après avoir été sur le pont sans interruption depuis 4 h 45 ce matin-là. En rendant à 0050 le 9 août, il a laissé son navire dans les mains de l'officier exécutif, Comdr. W.E.A. Mullan.

Près d'une heure plus tard, vers 1 h 45, les vigies ont repéré des fusées éclairantes et des obus étoilés vers le sud, accompagnés d'un faible grondement de coups de feu. Le son de l'alarme des quartiers généraux retentit bientôt dans tout le navire et l'incita à l'action. Les vigies de Vincennes assistaient à l'élimination du groupe d'escorte sud, basé autour des croiseurs lourds australiens Canberra et Chicagu (CA-29). À l'insu des hommes qui dirigeaient les navires vers le nord, une puissante force ennemie se dirigeait dans leur direction. Six croiseurs et un destroyer sous le commandement du vice-amiral japonais Gunichi Mikawa avaient tourné vers le nord et se dirigeaient directement vers Vincennes et ses deux sœurs.

Les premiers faisceaux de projecteurs japonais ont repéré le camouflage tacheté de Vincennes peu après 01 h 55, et le croiseur américain a ouvert le feu avec ses tourelles de batterie principale pour tirer la lumière gênante. En moins d'une minute, cependant, des obus japonais entourèrent le navire ; et Vincennes frémit sous l'impact de la grêle d'acier hurlant du ciel d'ébène. L'atelier de menuiserie du pont, la "bataille II" et les troncs d'antenne radio ont tous été touchés lors de la première salve.

Changeant de cap vers bâbord, Riefkohl – qui avait sauté sur le pont à l'alarme – sonna pour augmenter la vitesse ; mais, dans le vacarme assourdissant de la bataille, et avec son navire et ses communications internes perturbés, il est douteux que l'ordre ait été reçu. Se déplaçant toujours à 19,5 nœuds, le croiseur lourd a vacillé sous l'impact d'un autre groupe de coups directs.

Certains des obus de ce groupe ont incendié les avions volatils dans l'espace du hangar de Vincennes, et les flammes résultantes ont défié toutes les tentatives pour les éteindre. Un coup direct a fait tomber le directeur antiaérien arrière par dessus bord. À 0200, Vincennes a gîté sur tribord pour tenter d'échapper au tir ennemi précis, mais les artilleurs japonais n'étaient pas sur le point de laisser s'échapper le navire déjà grièvement blessé. Une ou deux torpilles "à longue lance" ont alors pénétré dans la caserne de pompiers numéro 1 du navire et l'ont mise hors de combat.

Perdant le contrôle de la direction cinq minutes plus tard, Vincennes était mort dans l'eau en quelques minutes. Les obus qui frappent rapidement ont rapidement réduit la puissance de canon du navire à une fraction de sa force d'origine et l'ont rapidement étouffé complètement. Comme un challenger matraqué et chancelant sur un ring de boxe, Vincennes s'est vautré à l'arrêt. Touché au moins 57 fois par des obus de 8 et 5 pouces, le navire a progressivement pris une gîte plus alarmante.

Comme par bonheur, à 02 h 10, les Japonais cessent le feu et se retirent, laissant l'île de Savo et les carcasses en feu des trois croiseurs américains de la force nord dans leur sillage. Alors que la gîte de Vincennes s'allongeait jusqu'au port, Riefkohl fit circuler l'ordre d'abandonner le navire à 2 h 30. Des gilets de sauvetage et des radeaux de sauvetage en bon état furent brisés, et l'équipage commença la triste tâche d'abandonner le navire. A 02h40, le capitaine descend sur le pont principal et rejoint les derniers hommes à quitter le croiseur en train de couler et saute dans les eaux tièdes du détroit de Savo

Riefkohl écrivit par la suite une épitaphe appropriée : « Le magnifique Vincennes, dont nous étions tous si fiers, et que j'ai eu l'honneur de commander depuis le 23 avril 1941, s'est renversé puis a coulé vers 0250, le 9 août 1942, vers 21/z miles à l'est de l'île de Savo . Solomons Group, dans quelque 500 brasses d'eau. "

Rayé de la liste de la Marine le 2 novembre 1942, le Vincennes a reçu deux étoiles de bataille pour sa participation à la bataille de Midway et à l'invasion de Guadalcanal.


Voir la vidéo: The Story Behind The USS Vincennes Incident