Howard Kullberg

Howard Kullberg


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Howard Kullberg est né à Somerville, Massachusetts le 10 septembre 1896. Kullberg a été rejeté par le United States Air Service comme étant trop petit. Il rejoint donc le Royal Flying Corps au Canada.

En mai 1918, Kullberg arriva sur le front occidental mais après 19 victoires fut abattu le 16 septembre 1918. Grièvement blessé, Kullberg passa le reste de la guerre à l'hôpital.


Howard Kullberg - Histoire

Le seul as de la Première Guerre mondiale originaire du nord de l'Illinois est présenté dans une nouvelle version bien documentée qui capture l'histoire passionnante d'un homme qui est devenu plus tard l'un des premiers experts en aviation de l'État.

Howard Knotts : l'as de la prairie (liste : 5,99 $) est un regard illustré sur la vie de Knotts (1895-1942), l'un des pilotes américains les plus décorés de la Première Guerre mondiale, qui a abattu six avions au combat en l'espace d'un mois en 1918. Extraits de les dossiers officiels de son combat militaire, y compris son journal de bord, sont utilisés dans Ace of the Prairie pour démontrer, en détail, son succès militaire. Il a ensuite été abattu lui-même et a passé des semaines en captivité avant sa libération. Pour ses mérites, Knotts a reçu la Distinguished Service Cross des États-Unis et la Distinguished Flying Cross du Royaume-Uni.

« Sa bravoure au combat est incontestable », a déclaré Tom Emery, un auteur de Carlinville qui a écrit Ace of the Prairie. « Mais il n'a jamais cessé de se battre. Lorsque Knotts a été capturé pour la première fois, il a tué l'Allemand qui l'a détecté avec son propre fusil. Il a ensuite réussi à détruire plusieurs avions Fokker allemands qui étaient transportés dans le même train de troupes qui l'emmenait dans une prison ennemie.

« Si cela ne suffisait pas, il s'est ensuite échappé de la prison, pour être à nouveau capturé », a poursuivi Emery. « Son courage et sa détermination étaient incroyables, et cela ne fait qu'ajouter à son histoire. »

Né à Girard et élevé à Carlinville, Knotts est retourné dans le centre de l'Illinois après la guerre et est devenu un expert de premier plan en droit de l'aviation, influençant à la fois la réglementation aérienne nationale et nationale. Résident de Springfield pendant plus de deux décennies, il a pratiqué le droit dans l'ancien immeuble du cabinet d'avocats Lincoln-Herndon. Parmi ses amis figuraient Charles Lindbergh et Amelia Earhart, deux des noms emblématiques de l'histoire américaine.

« Certaines personnes à Springfield ont voulu donner son nom aux aéroports de la ville, y compris l'aéroport de la capitale », a déclaré Emery. « Il a laissé une empreinte indélébile sur l'aviation dans l'Illinois et a siégé à de nombreux conseils et comités relatifs au droit et à la réglementation aériens à l'échelle de l'État et au niveau national. »

Howard Knotts : l'as de la prairie était l'idée de Lindell Loveless, un important producteur de porcs de l'Illinois de Gillespie qui a un long amour de l'histoire américaine. Emery, qui a produit quatorze titres de livres et de brochures, n'était que trop heureux d'accepter le défi.

« J'aime faire des recherches sur des personnes et des événements qui n'ont pas été bien couverts », a déclaré Emery, « et Howard Knotts correspond parfaitement à ce moule. Peu de choses avaient été écrites sur lui, et il a eu un grand impact sur les voyages en avion. C'est un personnage fascinant qui va bien au-delà de ses exploits de la Grande Guerre.

En plus des rapports officiels, Emery utilise de nombreuses lettres de Knotts, dont une qu'il a écrite pendant sa captivité allemande, pour dépeindre un homme qu'un chercheur a appelé « 100% héros ».


Howard Gardner

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Howard Gardner, (né le 11 juillet 1943 à Scranton, Pennsylvanie, États-Unis), psychologue cognitif et auteur américain, surtout connu pour sa théorie des intelligences multiples. Présenté pour la première fois en Cadres d'esprit : la théorie des intelligences multiples (1983) puis affiné et étendu en Intelligences multiples : la théorie en pratique (1993), L'intelligence recadrée : des intelligences multiples pour le 21e siècle (1999), et Intelligences multiples : nouveaux horizons (2006), la théorie de Gardner a inspiré les enseignants, les chefs d'établissement et les éducateurs spécialisés à adopter l'idée qu'il existe de nombreuses façons d'être intelligent.

Gardner était le fils de réfugiés juifs de l'Allemagne nazie. C'était un enfant studieux qui aimait lire, et il est devenu un pianiste doué. Il a conservé toute sa vie une passion pour la musique qui a contribué à sa conception non unitaire de la capacité cognitive humaine.

Gardner a effectué la majeure partie de sa formation formelle et de ses études supérieures à l'Université Harvard, où il a obtenu un baccalauréat en relations sociales en 1965 et un doctorat en psychologie du développement en 1971. Ses nombreuses nominations universitaires comprenaient un poste de professeur de neurologie à la faculté de médecine de l'Université de Boston. (1984-2005) et professeur d'éducation à la Harvard Graduate School of Education (1986-98), où il a été nommé professeur John H. et Elisabeth A. Hobbs de cognition et d'éducation en 1998.

Dans Cadres d'esprit, Gardner a critiqué les modèles unitaires antérieurs de capacité intellectuelle, dans lesquels l'intelligence était généralement rapportée sous la forme d'un seul score de QI (quotient intellectuel). Il a plutôt détaillé un paradigme plus complexe dans lequel l'intelligence humaine comprend au moins huit capacités intellectuelles relativement autonomes : intelligence logico-mathématique, intelligence musicale, intelligence linguistique, intelligence corporelle-kinesthésique, intelligence spatiale, intelligence interpersonnelle, intelligence intrapersonnelle (la capacité de se comprendre soi-même). ), et l'intelligence naturaliste (la capacité de reconnaître et d'utiliser certains aspects de l'environnement).

La théorie des intelligences multiples a affecté de nombreux efforts d'amélioration scolaire aux États-Unis. Gardner et d'autres ont encouragé les efforts visant à comprendre les diverses capacités des élèves et ont souligné le besoin d'environnements éducatifs personnalisés, de programmes d'études interdisciplinaires améliorés et de l'utilisation d'évaluations basées sur les performances.

Autres œuvres de Gardner incluses La nouvelle science de l'esprit : une histoire de la révolution cognitive (1985) et Vérité, beauté et bonté recadrées : éduquer pour les vertus au 21e siècle (2011).


Société historique de Westonka

Début du projet de subvention exploratoire

Westonka Historical Society, avec Deephaven, Excelsior-Lake Mtka, Mtka, Museum of Lake Mtka et Wayzata Historical Societies, a reçu une subvention du patrimoine de la MN Historical Society. Ensemble, les sociétés utilisent cette subvention pour engager Arts Consulting Group (ACG) pour évaluer une gamme d'opportunités d'alliance. Le rôle de consultant examinera et recommandera des options tout au long du spectre d'alignement stratégique, de la collaboration aux services partagés en passant par la consolidation. ACG a travaillé avec un large éventail d'organisations dans les industries créatives. Ils analyseront tous les aspects de nos organisations (missions, programmes, collections et éléments constitutifs), recueilleront des données et les opinions des parties prenantes via des sondages en ligne et des événements communautaires qui seront annoncés. En fin de compte, un rapport final sera terminé d'ici l'été 2021, permettant aux conseils d'organisations participants de déterminer le meilleur plan d'action pour améliorer la préservation, l'interprétation et l'accès à l'histoire du lac Mtka. En tant que partisan de l'histoire, WHS a grandement besoin de votre contribution dans les sondages, les questionnaires et les activités connexes. Surveillez votre courrier électronique et votre boîte aux lettres pour déterminer l'avenir de la préservation, de l'interprétation et du partage de l'histoire du lac Minnetonka.

Artefacts du musée maintenant en ligne

La Westonka Historical Society a récemment terminé la phase 1 de notre effort d'inventaire du musée. Grâce au logiciel que nous utilisons maintenant pour notre inventaire, nos artefacts peuvent désormais être affichés en ligne. Nous montrons une brève description et une photo de chaque artefact.

L'inventaire de la phase 1 concernait la salle de stockage du musée, qui a maintenant été inventoriée. Nous prévoyons d'inventorier ensuite la salle principale du musée au niveau 4 de notre musée. Le reste sera terminé dans les mois qui suivront.

Les artefacts qui ont été inventoriés peuvent être consultés en ligne immédiatement. Le reste sera disponible périodiquement, au fur et à mesure que nous poursuivons notre effort d'inventaire.

Nos artefacts sont affichés sur une page Web partagée à l'échelle de l'État intitulée : MN COLLECTIONS, parrainée par la Minnesota Alliance of Local History Museums (MALHM).


Déguiser la haine : comment des évangéliques radicaux diffusent du vitriol anti-islamique sur Facebook

Note de l'éditeur

Les grandes enquêtes journalistiques engendrent souvent plus d'enquêtes, souvent grâce à de nouvelles pistes et perspectives de lecteurs. C'est essentiellement ce qui s'est passé ici. Après la publication de l'exposé de Snopes.com sur les faux sites de journaux dans les principaux États du champ de bataille de 2020, un informateur nous a alertés sur le fait qu'une réponse à cet article avait été partagée sur un réseau coordonné de pages Facebook. Le résultat de cette piste est cette enquête d'Alex Kasprak sur un réseau de pages Facebook remplies de vitriol anti-musulman et anti-immigré. Ces pages, que nous relions à un militant évangélique basé à Columbus, Ohio, semblent viser en partie à réélire le président américain Donald Trump. Nous espérons que vous trouverez cette dernière enquête instructive. Gardez les conseils et les commentaires à venir ici.

—Doreen Marchionni, rédactrice en chef de Snopes.com.

Un réseau coordonné de pages Facebook chrétiennes évangéliques publiant un contenu ouvertement islamophobe et complotiste dépeint une rhétorique de droite extrême et conflictuelle comme ayant un large soutien américain, mais est en réalité lié à un individu, révèle une enquête de Snopes.

Ces pages affirment que l'islam n'est « pas une religion », que les musulmans sont violents et trompeurs, et que la réinstallation des réfugiés islamiques est « une destruction et un assujettissement culturels ». Quelques heures seulement après l'effondrement de la flèche de Notre-Dame d'avril 2019 dans un incendie catastrophique, ce réseau est passé à la vitesse supérieure, semant le doute sur le rôle possible des musulmans dans son effondrement. Plusieurs pages de ce réseau ont déclaré que leur objectif était de "renforcer les messages et de cibler le ciblage". Dix des pages du réseau soutiennent explicitement le président américain Donald Trump dans leurs titres et appartiennent à une organisation faîtière qui « [parle] en faveur d'un programme Trump-Pence. Un article partagé sur plusieurs de ces pages implore les lecteurs de « aimer notre page et c'est parti pour 2020 ! »

Ces pages, cependant, sont imprégnées de notions fantastiques de conspirations «globalistes» liant l'islam, le socialisme et le philanthrope multimilliardaire et partisan du Parti démocrate George Soros au déclin de la civilisation occidentale. Certaines de ces pages affirment également que les survivants du massacre de Parkland High School aux États-Unis, par exemple, sont sur une « masse salariale islamiste-gauchiste » financée par Soros. Dans au moins un cas, ces pages ont reçu un soutien financier ou ont été exploitées par un donateur de premier plan du GOP qui a été collecteur de fonds et membre du conseil de campagne du candidat présidentiel du GOP 2016, Ben Carson.

Bien que la paternité réelle des articles de ces pages soit opaque, leurs titres impliquent une représentation diversifiée d'un large éventail de groupes démographiques américains, notamment « Jews & Christians for America » et « Blacks for Trump ». En réalité, cependant, les pages de ce réseau sont toutes liées à l'activiste évangélique Kelly Monroe Kullberg. Mais elle n'est ni noire ni juive, et ses opinions semblent représenter un sous-ensemble extrême du mouvement évangélique plus large en Amérique. Bien que nous ne sachions pas avec certitude quel(s) individu(s) a créé chacune de ces pages, ou si Kullberg, les membres de sa famille ou divers « stagiaires » écrivent leurs messages, tous semblent maintenant être liés financièrement à Kullberg ou à des organisations qu'elle a créé. Pour autant que nous ayons pu le constater, Facebook n'a aucun problème avec l'existence de ce réseau coordonné, que nous appellerons ici le « réseau Kullberg ».

Ce réseau, et d'autres qui emploient des tactiques similaires, peuvent affecter le discours en ligne de plusieurs manières. Premièrement, le réseau sert à influencer l'opinion publique en présentant les points de vue d'un petit groupe d'activistes comme représentatifs d'une frange beaucoup plus large de la population américaine. Deuxièmement, une telle stratégie dans ce cas amplifie et offre un voile de légitimité aux théories de la haine et du complot. Troisièmement, malgré ces stratégies inondées de désinformation, les pages du réseau ont attiré le soutien financier de donateurs politiques bien nantis qui exploitent ces pages et groupes pour dissimuler l'origine des publicités politiques sur Facebook.

Le réseau Kullberg

Chrétiens pour Trump

  • Toutes ces pages sont répertorié sur le site « Christians for Trump ».
  • Dons hors lignesur ce site Web, allez à un P.O. Boîte partagée avec l'« American Association of Evangelicals ».
  • L'Association américaine des évangéliques a été fondé par Kelly Monroe Kullberg.

Conservatoire américain

  • Toutes ces pages étaient autrefois répertoriées comme " projets" de, ou les médias sociaux pages appartenant à « l'America Conservancy ».
  • Kelly Monroe Kullberg est la fondateur et président de l'America Conservancy.

Malgré ses myriades de pages, le « réseau Kullberg » est lié à une seule personne

Facebook définit les violations de ses conditions d'utilisation ou des normes communautaires de plusieurs manières. Le « comportement inauthentique coordonné » est un de ces moyens, en théorie. Comme l'explique Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook dans une vidéo du 6 décembre 2018, le réseau social définit largement cette activité comme « des groupes de pages ou de personnes travaillant ensemble pour induire les autres en erreur sur qui ils sont ou ce qu'ils font. " Le terme est généralement associé à une intervention gouvernementale ou étrangère dans les élections, comme les pages Facebook créées par l'Internet Research Agency (IRA), la ferme à trolls russe qui a influencé l'élection présidentielle américaine de 2016. Plus récemment, comme autre exemple, Facebook a supprimé un réseau de pages géré par le responsable des médias sociaux du président autoritaire des Philippines, Rodrigo Duterte.

Le réseau Kullberg n'est pas une entité étrangère. Il s'agit d'une collection d'au moins 24 pages Facebook apparemment gérées par un petit groupe de personnes basées à Columbus, dans l'Ohio, qui prétend représenter les points de vue d'une cohorte diversifiée d'Américains. À bien d'autres égards, le réseau est assez similaire à ces exemples de manipulation des médias sociaux étrangers. Du point de vue de Joshua Tucker, professeur de politique et de science des données à NYU, le fait que ces activités proviennent d'acteurs nationaux plutôt qu'étrangers complique les choses. « Je pense que si vous veniez sur Facebook et disiez : ‘Hé, les Russes font ça’, ils auraient supprimé les pages », nous a-t-il dit lors d’un entretien téléphonique. Jusqu'à présent, Facebook n'a pas répondu à nos questions ou à nos multiples suivis sur les pratiques du réseau Kullberg, et le réseau reste en ligne.

Tucker, qui est également co-fondateur et co-directeur du laboratoire NYU Social Media and Political Participation (SMaPP), a étudié le discours de haine en ligne et les efforts de manipulation de l'IRA susmentionné, un acteur majeur de l'influence en ligne du gouvernement russe. opération de soutien au candidat présidentiel de l'époque, Donald Trump. Tucker nous a dit qu'il soutenait depuis longtemps que bien que les efforts des médias sociaux étrangers retiennent beaucoup l'attention, "les personnes qui seront toujours les plus incitées à faire ce genre de chose sont les acteurs nationaux".

Le réseau Kullberg, bien qu'il semble être entièrement exploité aux États-Unis, se présente de manière inauthentique comme représentant les points de vue d'Américains de diverses origines raciales et religieuses dont l'âge va des étudiants aux personnes âgées. Pourtant, le contenu et les messages de ces pages sont en grande partie, sinon littéralement, identiques, ce qui suggère que le contenu de ce réseau « divers » n'est pas écrit par des membres représentatifs de ces groupes, mais par Kullberg et/ou son petit nombre d'associés.

Dans certains cas, ces pages « interagissent » même entre elles :

Chacune des pages de ce réseau est directement liée à Kullberg, un auteur et activiste évangélique dont les opinions semblent s'être éloignées d'une évangélisation plus traditionnelle dans les années 1990 pour adopter une pensée plus conspiratrice dans les années 2010. L'évangélisation américaine, en termes généraux, fait référence à une coalition de traditions chrétiennes protestantes unies par la conviction que le salut nécessite non seulement une transformation inspirée par l'expérience d'être «né de nouveau», mais aussi la diffusion active de l'évangile. Les opinions de Kullberg ne sont pas nécessairement représentatives de ce mouvement plus large.

Kullberg s'est décrite comme présidente et co-fondatrice de "Chrétiens pour une économie durable", une organisation qui cite les écritures pour justifier l'opposition à l'aide fédérale aux pauvres. En outre, elle a été décrite comme «une force motrice derrière» et porte-parole d'une organisation appelée «Evangelicals for Biblical Immigration», qui promeut une justification biblique pour exclure certains immigrants et réfugiés d'Amérique. Le contenu d'Evangelicals for Biblical Immigration a été promu sur des médias nationalistes blancs tels que VDARE. Kullberg a également fondé une organisation appelée "American Association of Evangelicals", dont le message est similaire à Evangelicals for Biblical Immigration, mais qui soutient également "de riches fondations anti-chrétiennes, à l'instar de l'Open Society Foundation du milliardaire George Soros, fonds et ' louer » les ministres chrétiens comme « mascottes » servant de validateurs surprenants pour leurs causes.

Ces organisations, ainsi qu'une foule d'autres pages Facebook, étaient autrefois répertoriées en tant que « projets » ou pages de médias sociaux d'une organisation qui semble avoir pris forme en 2015 appelée « The America Conservancy », qui, dans un thème récurrent, a répertorié Kullberg en tant que fondateur et président. Les pages restantes du réseau de Kullberg appartiennent à « Christians for Trump ». Cette dernière organisation prend en charge les pages qui incluent : Evangelicals for Trump, Women for Trump, Blacks for Trump, Veterans for Trump, Seniors for Trump, Teachers for Trump, Unions for Trump, Catholics for Trump et Students for Trump-Pence.

Les dons à « Christians for Trump » vont actuellement à une entité diversement décrite comme « ACA Inc. » ou « Action CA ». L'adresse postale utilisée pour envoyer un chèque physique à « AC Action » est identique à l'adresse postale de l'American Association of Evangelicals fondée par Kullberg :

Ce lien financier, ainsi que leur contenu partagé, rejoint les 14 pages revendiquées par "America Conservancy" et les 10 pages qui font partie du portefeuille "Christians for Trump" sous un même toit Kullberg. Selon Brendan Fischer, directeur de la réforme fédérale au Campaign Legal Center non partisan, les entités "d'action" comme "ACA Inc" et "AC Action" pourraient représenter la branche d'action politique d'America Conservancy. Bien que Kullberg's America Conservancy soit enregistré dans l'Ohio en tant qu'organisation 501 (c) (3) qui est légalement interdite de la plupart des activités politiques, Fischer nous a dit que de nombreuses organisations caritatives ont une branche politique opérant sous un nom similaire. À l'appui de cette notion, un article publié dans la section « à propos » de la page Facebook « Christians for Trump » indique que « ACA est un groupe 501(c)(4) », qui est légalement autorisé à mener des efforts de lobbying.

Dans un autre exemple de pratiques potentiellement trompeuses, l'America Conservancy semble avoir existé autrefois en tant que Comité d'action politique (PAC) qui a soutenu le candidat républicain Mitt Romney lors de l'élection présidentielle de 2012. Ce PAC, nommé « The American Conservancy » (notez la lettre « n » dans « American », qui distingue ce groupe du futur « America Conservancy ») a mis fin à ses activités en 2013. L'organisation de Kullberg et cet ancien PAC de Romney ont répertorié le même Columbus, Ohio, PO Box comme adresse postale. De nombreuses pages Facebook du réseau Kullberg avaient autrefois des noms spécifiques à Romney qui ont été modifiés. « Moms for America », par exemple, était autrefois « Moms for Mitt Romney » :

On ne sait pas quel avantage America Conservancy a reçu en reprenant les opérations d'un ancien PAC tout en ne changeant que légèrement de nom, en dehors de l'acquisition potentielle du contrôle des anciennes pages Facebook de Romney. Nous avons contacté Paul Kilgore, le trésorier enregistré par la FEC pour American Conservancy en 2012-2013, à plusieurs reprises par e-mail et messagerie vocale pour clarifier ces problèmes, mais nous n'avons reçu aucune réponse. Mis à part ces mystères, la réutilisation des pages Facebook dont l'intention initiale a servi à promouvoir Mitt Romney en 2012 en un outil utilisé pour promulguer l'islamophobie et les théories du complot est intrinsèquement trompeuse. Ce changement de marque sert, comme d'autres mesures prises par Kullberg, à gonfler le soutien perçu pour ses positions les plus extrêmes en impliquant que les partisans de Romney qui n'ont pas quitté ces pages sont également des partisans de la forme spécifique d'activisme de Kullberg.

Le réseau Kullberg rencontre donc potentiellement la violation définie par Facebook de « groupes de pages ou de personnes travaillant ensemble pour induire les autres en erreur sur qui ils sont ou ce qu'ils font » de plusieurs manières. Il induit les autres en erreur en présentant les points de vue d'une personne et de ses proches associés comme les points de vue de plusieurs données démographiques différentes, et il présente un ensemble d'organisations « informelles » comme de multiples organisations indépendantes et non comme un réseau lié financièrement à un petit groupe de personnes, sinon une seule personne, comme c'est effectivement le cas.

En effet, le réseau Kullberg pourrait ne pas s'élever au niveau d'une violation des règles de Facebook telles qu'elles existent actuellement. "Je ne sais même pas ce qu'il viole", nous a dit Tucker. Mais vu dans sa totalité, "Il [le réseau] ne passe vraiment pas le test de l'odorat", a-t-il déclaré. Quoi qu'il en soit, il est difficile d'imaginer en quoi le réseau Kullberg serait tout sauf trompeur à la fois pour les donateurs potentiels et pour les utilisateurs de Facebook qui rencontrent ces organisations sur Facebook en pensant qu'elles sont des entités uniques qui sont d'accord les unes avec les autres.

Nous avons tenté de joindre Kullberg à plusieurs reprises via plusieurs méthodes, notamment des messages Facebook et des formulaires Web à America Conservancy et à l'American Association of Evangelicals, au compte Facebook personnel de Kullberg et à plusieurs de ses adresses e-mail personnelles. À la suite de ces efforts infructueux, nous avons également appelé un numéro de téléphone répertorié dans les archives publiques comme appartenant à Kullberg qui a également été répertorié publiquement comme numéro de contact pour l'America Conservancy, ainsi qu'un deuxième groupe associé à Kulberg.

Après que ce journaliste s'est identifié, une femme qui a répondu au téléphone a affirmé que nous avions le mauvais numéro. Les appels de suivi de ce journaliste et d'un autre journaliste de Snopes sont allés sur la messagerie vocale. Aucun message vocal n'a été renvoyé. La page d'accueil du site Web d'America Conservancy a brièvement disparu et affiche désormais un message indiquant que le site est en cours de « mise à niveau ». Le 28 mai 2019, à la suite de la publication initiale de cette histoire, le réseau Kullberg a apparemment été supprimé de Facebook et de nombreux sites Web de Kullberg ont été supprimés, bien que nous ne sachions pas avec certitude qui a facilité ces mouvements ni pourquoi.

L'islamophobie dans le réseau Kullberg

« Les organisations évangéliques sont les principaux bailleurs de fonds de l'animosité anti-musulmane », nous a dit par e-mail Abbas Barzegar, directeur du Département de la recherche et du plaidoyer au Conseil des relations américano-islamiques (CAIR). Le CAIR, une cible fréquente du réseau Kullberg, a publié un rapport en mai 2019, « Détourné par la haine : la philanthropie américaine et le réseau islamophobie », qui a répertorié les flux de financement des donateurs anonymes aux organisations caritatives et aux groupes anti-musulmans. « Les groupes évangéliques apparaissent systématiquement comme les principaux bailleurs de fonds », nous a-t-il dit.

Les opinions sur les musulmans exprimées par le réseau Kullberg semblent s'inscrire dans une sorte d'islamophobie du « djihad de civilisation » qui gagne en force dans certains cercles d'extrême droite, selon Jonathon O'Donnell, qui étudie la politique de diabolisation en tant que boursier postdoctoral. à l'UCD Clinton Institute for American Studies à Dublin, en Irlande. Son travail universitaire a enquêté sur la rhétorique du Center for Security Policy, dont le contenu est fréquemment promu sur le réseau Kullberg et qui est considéré comme un groupe haineux par le Southern Poverty Law Center.

"Le jihad de civilisation fait essentiellement référence à l'idée que la migration musulmane est une... politique délibérée de remplacement civilisationnel", a expliqué O'Donnell via un appel Skype. Les actes terroristes, nous a-t-il dit, ne sont « pas le vrai Jihad pour ces peuples. Le vrai Jihad est cette forme plus subtile d'infiltration et de transformation culturelles. Conformément à ces thèmes, plusieurs pages du réseau Kullberg ont partagé un article du 21 mars 2019 décrivant la réinstallation des réfugiés comme « destruction et assujettissement culturels », tandis qu'un autre article largement partagé affirmait que « l'immigration détruit… les communautés ».

Un message constant dans le réseau Kullberg est que les musulmans sont incapables de s'assimiler à la culture américaine. Les pages partagent fréquemment du contenu affirmant que les musulmans, y compris ceux qui occupent des postes élus au sein du gouvernement américain, sont incapables d'accepter la Constitution du pays en raison de leur loyauté à la charia. Ces points de vue ont été explicitement exprimés dans un article du 28 avril 2019 partagé entre plusieurs pages de Kullberg qui affirmait que « la loyauté d'un musulman normal est envers la charia et la suprématie ». Cette fidélité est prédestiné, selon le réseau. « C'est leur objectif. Ce doit être. Il est et sera. Mais ce n'est pas compatible avec notre serment de citoyenneté américaine que nos ancêtres ont prêté.

Les musulmans, affirme également le réseau Kullberg, sont violents et trompeurs. Un article de mai 2017, qui utilisait une image déformée d'un garçon musulman avec un pistolet-jouet, déclarait que « les musulmans ont l'ordre d'imiter Mahomet. Mohammed a volé, violé et tué des milliers de personnes. C'est ce que l'Islam entend par paix. Arrêtons la suprématie islamique. #ItsNotAReligion. Un article du 1er janvier 2018 partagé sur au moins huit pages au sein du réseau Kullberg proclame "nous ne nous soumettrons PAS à l'idéologie islamiste de conquête forçant notre soumission". Ce message faisait la promotion du hashtag « #ShariaKills ».

Les musulmans, affirme vigoureusement et sans cesse le réseau Kullberg, travaillent avec des progressistes tels que Soros pour « exploiter les enseignements chrétiens pour responsabiliser ceux qui cherchent à démanteler la civilisation chrétienne ». Soros, affirment ces pages Facebook, est à l'origine d'un mouvement mondial de migration de masse qui ne sert qu'à le maintenir au pouvoir alors qu'il essaie de « démoraliser et détruire » l'Amérique. « De toute évidence, si vous pensez que la civilisation occidentale en tant que concept est supérieure sur le plan civilisationnel … "L'un des moyens de contourner ce problème est de présenter des personnalités comme George Soros comme ces initiés traîtres qui tirent parti de la supériorité de l'Occident dans le but de la saper et de la détruire."

Le réseau Kullberg pousse cette théorie du complot à l'extrême. Par exemple, des messages partagés sur le réseau ont suggéré que les survivants du massacre de l'école Parkland sont financés par Soros et sont donc, de toute évidence, des cibles équitables pour le harcèlement en ligne. Un article du 20 août 2018 a accusé ces survivants d'être "payés pour mentir et tourner pour Soros et ses camarades", ajoutant que "la Gauche et les islamistes travaillent ensemble - contre l'Amérique".

La rhétorique du réseau Kullberg réussit apparemment à attiser une mentalité de haine de foule détachée de la réalité. Répondant à un autre article semant le doute sur la cause de l'incendie de Notre-Dame, les commentateurs de la page Christians for Trump ont reporté leur attention sur les États-Unis, suggérant que les musulmans américains essayaient de détruire ce pays de la même manière. "C'est ce que fait Omar contre l'Amérique", a déclaré un commentateur, faisant référence au représentant américain Ilhan Omar, l'un des deux musulmans actuellement en poste au Congrès américain et qui est une cible commune du réseau Kullberg. "Elle va tomber, attendez", a déclaré cet individu. « Cela ne peut pas arriver assez tôt pour moi ! » un autre a répondu. Omar a fait l'objet d'un nombre croissant de menaces de mort à la suite d'attaques du président Trump et d'autres.

Ce genre de rhétorique ne reste pas forcément isolé sur les pages Facebook. "Comme d'autres éléments de l'islamophobie", nous a dit Barzegar, "ces tropes et cette rhétorique augmentent constamment dans nos espaces publics et politiques".

Dans un article du 9 juin 2019 publié dans le journal local de Columbus, Ohio, Envoi après la publication originale de cette histoire, Kullberg a fourni son premier commentaire public sur la question. Dans une déclaration envoyée par courrier électronique à ce journal, Kullberg a déclaré que le but de son travail était de « discerner la vérité », ajoutant que « toute erreur de publication a été commise avec regret » :

« Les pages des médias sociaux publics sont souvent utilisées pour aider les experts en matière de sécurité nationale, de foi et de nombreux autres sujets à faire la lumière sur la persécution des chrétiens et des musulmans, comme le fait que 3 millions de Ouïghours musulmans se trouvent maintenant dans des camps de concentration chinois, le l'horreur du massacre de Christchurch (Nouvelle-Zélande) et que 500 000 filles en Amérique risquent de subir des mutilations génitales féminines », a écrit Kullberg. "Toute erreur de publication a été commise avec regret", a-t-elle écrit. "Le but de ce travail est de discerner la vérité et la nature de l'amour par rapport aux problèmes difficiles de notre temps."

Les donateurs du GOP exploitent le réseau Kullberg pour les publicités politiques

Malgré son contenu extrémiste, le réseau Kullberg est aidé par au moins une personnalité politique notable du GOP. En 2016, selon un article publié sur leur page Facebook, « Christians for Trump était dirigé par le LibertyT.us PAC ».

Sur la base de la balise de contenu de marque requise par Facebook sur certains messages du réseau Kullberg, "Liberty T, LLC" semble avoir été l'entité commerciale qui, au moins jusqu'à la fin de 2018, a payé pour "l'amplification et le ciblage des messages" au sein de la réseau. Dans le même temps, dans ce qui peut être une relation mutuellement bénéfique, ce PAC a utilisé le réseau de pages Facebook de Kullberg, qui, en raison de leurs noms et détails de profil, semblent représenter des circonscriptions clés, pour diffuser des publicités politiques ciblées sur la plate-forme Facebook.

Mais il est difficile de comprendre les mécanismes exacts de ces arrangements d'entreprise. Personne associé à America Conservancy n'a répondu à nos questions, et seule Anne Peterson, qui s'est décrite comme « juste la fille de la conformité FEC » pour Liberty T, a répondu à l'une de nos demandes. Mais elle n'a pas pu ou n'a pas voulu expliquer quel était le rôle de Liberty T par rapport aux pages Facebook « Christians for Trump », ses opérations en général ou son lien avec Kullberg.

Mais nous savons qu'au cours du cycle électoral de 2018, un homme du nom de William Millis a fourni la part du lion du financement à Liberty T. Millis, un riche descendant des chaussettes de Caroline du Nord et ancien collecteur de fonds et membre du conseil de campagne de Ben Carson, a versé 50 000 $ au PAC. le 26 octobre 2018, selon les divulgations de la FEC. Cette somme représentait plus de 50 % des fonds levés par cette organisation lors du cycle électoral de 2018. L'adresse enregistrée de Liberty T est la même que celle utilisée par un organisme de bienfaisance actuellement inactif nommé «Wounded Warrior Corporation», qui a inscrit Millis en tant qu'administrateur. Another person, listed as the treasurer for Liberty T, was injured in a bike accident and is medically unable to run the organization. As a result, Liberty T is shutting down operations completely, Peterson said.

Chatting with my dear friend Bill Millis before speaking to the masses gathered at the High Point Theater tonight. pic.twitter.com/Dre3SRPpLa

— Ben & Candy Carson (@RealBenCarson) May 9, 2014

But Liberty T’s past involvement in the Kullberg network is illustrative of how such coordinated Facebook networks can be exploited to disguise the source of political messaging. If Liberty T’s primary objective was to distribute political ads as representative of the views of various people that they do not authentically represent, the Kullberg network may have allowed them to achieve that goal.

As an example, Liberty T paid Facebook for a post purporting to come from the Facebook page “Blacks for Trump” in support of then-Kansas gubernatorial candidate Kris Kobach to be “boosted” onto the timelines of up to 50,000 Kansans between 2 November and 5 November 2018. This post, however, never actually appeared on the Blacks for Trump timeline. Instead, based on these ads’ absences from their respective pages’ timelines, Liberty T appears to have paid for what Facebook calls an “Unpublished Page Post.” Such a post is capable, as this one was, of being shared on the timelines of individuals who are not members of the Blacks for Trump while seemingly being endorsed by that page:

On the flip side, Liberty T’s funding enabled the messages, interests, and donation pages of Kullberg’s various organizations and Facebook groups to see a wider audience, like those tens of thousands of Kansans targeted by Liberty T. Indeed, “American Conservancy Action, Inc.” (which listed in FEC filings the same P.O. Box once displayed on Kullberg’s America Conservancy website) donated $25,000 to Liberty T on 17 October 2018. Following those payments, many of the posts “boosted” by Liberty T were general announcements about various Kullberg organizations:

In at least one instance, Liberty T appears to have funded the promotion of products created by Kelly Kullberg’s family members. Between 5 November and 6 November 2018, the PAC paid for the promotion of an Amazon link to a work of fiction written by David Kullberg, Kelly’s husband, titled Breaking Babel. According to the American Association of Evangelicals, the book “accurately predicted George Soros funding fake ministers to split the faith vote to swing the U.S. presidency, crippling the church & nation”:

While the way that Liberty T promotes the interests of the Kullbergs as it uses pages under Kelly Kullberg’s control for political-messaging purposes may be apparent, the reason for the shifting money between multiple corporate entities is less obvious. “It seems hard to imagine why the American Conservancy would pay Liberty T and then disclaim that Liberty T was paying for the ads,” Fischer, from the Campaign Legal Center, said. “It’s entirely possible that this is just a handful of people who are wearing different hats at any given time.”

One benefit of the approach used by the Kullberg network and further enabled by Facebook’s ad products and policies is that it makes answering such questions with any certainty challenging.

Nobody Wants to Talk About the Kullberg Network

A striking pattern that emerged in Snopes’ reporting on the Kullberg network was that nobody — from the people or person creating these messages and the political operatives funding them to the digital platform that allows messages to be transmitted to millions of people — seemed to want anything to do with this story. Multiple inquiries to Kullberg and to the accounts of several of the organizations she runs went unanswered. Multiple inquiries to Liberty T’s Millis, including one passed on via registered agent Peterson, also received no response.

The same can be said of Facebook, whose press office we contacted three times by email (and which has been responsive to our inquiries in the past). None of those inquiries was returned, but following either our first or our second email to the company, two of the posts we specifically linked to as examples in our email to Facebook (and to no other parties) were deleted: a post targeting the Parkland school shooting survivors, as well as a post arguing the Muslims are violent and that Islam “isn’t a religion.” A third inquiry to Facebook, which reiterated our first two emails, also asked if Facebook had taken action on those posts. Facebook did not respond to that inquiry, either.

On the one hand, the Kullberg network is both literally and figuratively small change. In addition to being a modest-sized network of up to 1.4 million followers, the corporate entities behind it are not trafficking in huge amounts of money. CAIR’s Barzegar told us they had never heard of Kullberg or any of the organizations she is associated with. Similarly, a spokesperson for Soros told us he had never heard of Kullberg or her sites, despite the fact that all of these pages or organizations directly target Soros on a near-daily basis.

On the other hand, the Kullberg network is representative of the effects stemming from Facebook’s lack of clarity concerning the nature and enforcement of its own policies and terms of service. For several years, Kullberg has been able to build up a network of discarded political Facebook pages that may serve to add unfounded legitimacy to hateful Islamophobic views. Facebook, meanwhile, has apparently allowed these pages to benefit from the undisclosed or disguised interests of wealthy GOP donors.

The potential harm from something like the Kullberg network is hard to quantify, NYU’s Tucker said. While many of these pages state or imply by their titles to be efforts in support of Trump for president in 2020, it is unclear how effective online influence from a network like this would actually be. “In 2016, the election was super close,” he said, so targeted ads that boosted the turnout of evangelicals in certain areas could in theory be significant. But, he added, “We can’t randomly run an experiment during the election … you wouldn’t want to do this ethically.”

While proving harm on this level may be challenging, it does not take a significant number of radicalized Facebook members to cause harm. Asking if Facebook networks can influence the polls and if they could cause harm by radicalizing people toward violence “are two different questions,” Tucker said. “Unfortunately for these horrendous [hate] crimes that are taking place now, you don’t need a large number of people.”

Social media companies, Barzegar argued, need to be “more transparent and collaborative to help create social media spaces that are both robust and promote dialogue, but at the same time guard against the spread of dangerous and potentially violent ideas.” Though silence seems to have been their strategy leading to the publication of this story, Facebook’s determination to ignore requests for policy clarification could signify an increasingly dangerous approach. “Hate groups tend to mushroom in the social media and non-profit sector as they are easy to exploit due to lack of regulation,” Barzegar told us.

The Kullberg network appears to exist in a gray area. Its content is frequently inflammatory, conspiratorial, and dangerously misleading. But such attributes may not be enough to constitute a violation of the platform’s rules. The network may not be a significant player from an electoral standpoint, either — not that many people have been reached by the efforts of Liberty T.

Two things are clear, however: Social media platforms like Facebook have allowed hateful Islamaphobic, conspiratorial rhetoric to be amplified and boosted inauthentically on their platforms, and these platforms continue to benefit from the revenue and reach of political operatives who exploit the networks.


The Recluse

After a terrible plane crash in 1946, Hughes began to retreat from the world. He bought part of RKO Pictures in 1948, but he never visited the studio. In the 1960s, he lived on the top floor of the Desert Inn in Las Vegas, Nevada, and conducted all of his business from his hotel suite. Few people ever saw him, which led to much public speculation and rumors about his activities. It was thought that he suffered from obsessive-compulsive disorder and had a drug problem. Hughes eventually left Las Vegas and began living abroad. In 1972 an allegedly authorized biography of famed recluse was announced, but it turned out to be a scam. The author, Clifford Irving, was later imprisoned for fraud.


A Brief History of Civil Rights in the United States: The Black Lives Matter Movement

In 2013, three female Black organizers &mdash Alicia Garza, Patrisse Cullors, and Opal Tometi &mdash created a Black-centered political will and movement building project called Black Lives Matter. Black Lives Matter began with a social media hashtag, #BlackLivesMatter, after the acquittal of George Zimmerman in the shooting death of Trayvon Martin back in 2012. The movement grew nationally in 2014 after the deaths of Michael Brown in Missouri and Eric Garner in New York. Since then it has established itself as a worldwide movement, particularly after the death of George Floyd at the hands of police in Minneapolis, MN. Most recently, #Black Lives Matter has spearheaded demonstrations worldwide protesting police brutality and systematic racism that overwhelmingly effects the Black community.

According to the Black Lives Matter website they were "founded in 2013 in response to the acquittal of Trayvon Martin&rsquos murderer. Black Lives Matter Foundation, Inc is a global organization in the US, UK, and Canada, whose mission is to eradicate white supremacy and build local power to intervene in violence inflicted on Black communities by the state and vigilantes. By combating and countering acts of violence, creating space for Black imagination and innovation, and centering Black joy, we are winning immediate improvements in our lives."

Selected Library Resources

  • Barbara Ransby, Making All Black Lives Matter: Reimagining Freedom in the Twenty-First Century,E185.615 .R26 2018
  • Charlene A. Carruthers, Unapologetic: A Black, Queer, and Feminist Mandate for Radical Movements, HQ75.6.U5 C36 2018
  • Christopher J Lebron, The Making of Black Lives Matter: A Brief History of an Idea, E185.615 .L393 2017
  • DeRay Mckesson, On the Other Side of Freedom: The Case for Hope, E185.615 .M3535 2018
  • Maria del Guadalupe Davidson et al., eds, Our Black Sons Matter: Mothers Talk About Fears, Sorrows, and Hopes,E185.86 .O85
  • David Wallace McIvor, Mourning in America: Race and the Politics of Loss, E-Book
  • Laurie Collier Hillstrom, Black Lives Matter : From a Moment to a Movement, E-Book
  • Jessica Watters, Pink Hats and Black Fists: The Role of Women in the Black Lives Matter Movement,24 Wm. & Mary J. Women & L. 199 (2017-2018)
  • Linda S. Greene, et al., Talking About Black Lives Matter and #MeToo, 34 Wis. J. L. Gender, &Soc'y 109 (2019).

Ressources additionnelles

  • Learn more about the Black Lives Matter movement
  • Black Lives Matter Syllabus
  • Free Black Lives Matter Resources from the Free Library of Philadelphia
  • Civil Rights Directory created and maintained by HUSL students
  • Roper Center for Public Opinion Research: 80 Years of Black Americans&rsquo Public Opinion and How the U.S. Public Views Black America
  • Rutgers Center for Security, Race and Rights, Race and Racism in Higher Education: Annotated Bibliography of Articles and Reports (2020).
  • Amnesty International report, USA: THE WORLD IS WATCHING MASS VIOLATIONS BY U.S. POLICE OF BLACK LIVES MATTER PROTESTERS&rsquo RIGHTS
  • Racial Disparities in Police Arrests Map: This map show county by county the extent to which Black Americans are arrested at a higher rate than White Americans, as well as data on the arrests of Asian Americans and American Indians.

Take Action

BLM's #WhatMatters2020 Campaign: This 2020 Election-focused campaign focuses on promoting voter registration "among Millennials, Generation Z, the Black community, and allies" and education voters about a wide range of issues including "racial injustice, police brutality, criminal justice reform, Black immigration, economic injustice, LGBTQIA+ and human rights, environmental injustice, access to healthcare, access to quality education, and voting rights and suppression."

Local BLM Chapters: Local chapters of BLM in many areas of the country, including the DMV, have their own social media accounts to facilitate engagement in civil action close to home.


Contenu

    [12][32][33][12][34][35][12][36][37][38][39][40][41][42][19] : 148 [43][44][45][7] : 195 [46][7] : 194 [47][19] : 152 [48][49][38][50][12][12][51][52][47][19] : 138 [12][53][12][54][55][56][19] : 153 [57][58][7] : 170 [12][19] : 153 [59][60][19] : 153 [4][47][61][62][19] : 144 [63][64][65][19] : 148 [66][12][67][19] : 143 [68][69][70][71][72][19] : 148 [73][12][19] : 148 [19] : 138 [74][75][76][19] : 149 [12][19] : 149 [7] : 200 [19] : 143 [77][7] : 195 [38][12][12][78][79][7] : 201 [12][19] : 153
    [7] : 172 [12][12][19] : 153 [19] : 153 [19] : 145 [136][137][19] : 150 [138][27][12][129][139][12][12][140][12][19] : 145 [19] : 150 [141][142][143][19] : 150 [12][144][19] : 156 [145][146][147][7] : 186 [19] : 154 [19] : 154 [89][25] : 25 [148][64][149][12][19] : 154 [150][19] : 150 [19] : 154 [12][38][151][12][12][19] : 145 [12][7] : 161 [19] : 145 [152]
    [299][12][300][301][47][47][302][303][304][25] : 26 [19] : 157 [12][305][306][307][307][12][12][308][129][12][309][310][19] : 151 [12][19] : 147 [25] : 26 [158][12][19] : 147 [311][76][312][313][314][89][315][12][316][317][318][19] : 142 [319][320][19] : 147 [321][19] : 151 [322][12][19] : 155 [323][12][2][324][12][38][47][7] : 338–339 [7] : 181 [12][12][19] : 151 [325][7] : 161 [7] : 32 [326][4][76][327][328][329][12][330][331][12][7] : 175 [19] : 151 [12][7] : 167 [332][19] : 151 [19] : 151 [12][333][19] : 151 [334][64][65]

Ilya Bolotowsky's WPA mural for the Hall of Medical Sciences at the 1939 New York World's Fair — destroyed, like all of the art, when the fair closed

Louise Brann painting frescos for the Mount Vernon Public Library (1936), inspired by the 15th-century tapestry series, The Lady and the Unicorn

Federal Art Project sculptor Selma Burke with portrait bust of Booker T. Washington (1935)

Waylande Gregory working on one of the six ceramic figures comprised in the WPA sculptural fountain, Light Dispelling Darkness (1937), at Roosevelt Park in Edison, New Jersey

WPA muralist Axel Horn demonstrates how to make a fresco in the main gallery of the American Art Today Building at the 1939 New York World's Fair (1940)

Jeno Juszko with his bronze sculpture of General George Henry Thomas, one of five busts of Civil War generals commissioned for the crypt of Grant's Tomb as part of the WPA restoration (1939)

Nat Karson designed settings and costumes for Orson Welles's productions of Macbeth et Horse Eats Hat, sponsored by the Federal Theatre Project and Federal Art Project

Eric Mose at work on his fresco, Puissance (1936), in the library of Samuel Gompers Industrial High School for Boys in the Bronx, New York

Alice Selinkoff prepares designs for silkscreen at the Federal Art Project poster workshop in New York City

Poster for William DuBois' Haïti (1938) designed by Vera Bock

Poster for Theodore Pratt's The Big Blow (1938) designed by Richard Halls

Poster for an exhibition at New York's Federal Art Gallery (1937) designed by Richard Floethe


Note historique Return to Top

The Oregon State Medical Society was founded in Salem, Oregon, in September 1874. On July 10, 1943, the Council of the Oregon State Medical Society adopted a resolution to publish a Service Bulletin in the interest of Oregon physicians serving with the armed forces during World War II. It was to contain news of medical activities at home and of the physicians in service. The editor was G.B. McLean, chosen because of her interest in the publication and medical affairs, with Lois Douglas and Jerrine Haslinger as assistants. The Service Bulletin was published from August 1943 through September 1946, financed entirely by a voluntary special assessment on civilian members of the society. The final issue, September 1946, contained a complete list of Oregon doctors who were or had been in service during World War II. The Service Bulletin went out without subscription fee to all members, both civilians and servicemen.

Content Description Return to Top

The Oregon State Medical Society Records contain bulletins, letters, correspondence, newspaper articles, U.S. Post Office forwarding address cards, telegrams, and V-mail primarily relating to the publication of the Service Bulletin. The material, dating from 1943-1948, is arranged by type, then chronologically.

I. Publications The Service Bulletin, 1943-1946.

II. Subject Files Index files consist of excerpts from the Service Bulletin. Committee, miscellaneous, news, and record files consist of correspondence, clippings, documents, and miscellaneous notes regarding the war effort and the return of military physicians to civilian practice.

III. Physician Correspondence Files These files include changes of address and rank information, reports of medals and citations, newspaper clippings, and personal correspondence of physicians from 1943-1946. Some of the correspondence includes personal reflections on war, descriptions of areas visited, racial repression/relocation camps, first testing of DDT, and prisoner of war experiences. There is also information on the U.S.S. Comfort (hospital ship), Forty-first Division, Forty-sixth General Hospital, Ninety-first Evacuation Hospital, One Hundred First Airborne Division, and One Hundred Fourth Infantry Division.

IV. Physician Card Files Accumulation file: The purpose of the file was to avoid keeping unnecessary notes on subjects that would not be repeatedly tabulated, and also to avoid overloading the regular address cards (see the Address and Military Status Cards below). Information, such as voter registration data, new addresses, etc., was listed on the cards as it came in on the physicians.

Address & Military Status: Includes current addresses and status of the Oregon military physicians, information on military rank and honors, addresses of various boards and committees, names and addresses of people willing to help on the Service Bulletin ("foreign correspondents"), and reestablishment information.

Non-Current Address & Military Status: Includes physicians given honors, awards, or citations continued cards for non-current addresses and status and status of prisoners of war, missing in action, and wounded in action.

Use of the Collection Return to Top

Citation préférée

Oregon State Medical Society records, Collection Number 1997-003, Oregon Health & Science University, Historical Collections & Archives

Restrictions d'utilisation

OHSU Historical Collections & Archives (HC&A) is the owner of the original materials and digitized images in our collections, however, the collection may contain materials for which copyright is not held. Patrons are responsible for determining the appropriate use or reuse of materials. Consult with HC&A to determine if we can provide permission for use.

Informations administratives Return to Top

Matériaux connexes

Bylaws of Oregon State Medical Society: a non-profit corporation / Oregon State Medical Society.

Transactions of the Oregon State Medical Society.

Medical Education in Oregon/Oregon State Medical Society.

The Service bulletin : published by the Oregon State Medical Society during the second world war, G.B. McLean, editor / bound and presented to the Oregon Medical Historical Museum, by Courtland L. Booth, M.D., and Mrs. Booth, Portland, 10 July 1948.

Rod and serpent: official bulletin of the Oregon State Medical Society and affiliated organizations.

The Oregon medical blue book : the official blue book of the medical profession of Oregon / Oregon State Medical Society.

Proceedings of the annual meeting of the Medical Society of the State of Oregon. Portland, Or.: G. H. Himes, 1876.

Informations sur l'acquisition

The original files of the Service Bulletin (except letters in which men asked for information to assist them in the solution of personal problems, which were reportedly destroyed) were turned over to the Oregon State Archives. The files were later deposited with the University of Oregon Medical School Library in 1962. An overlooked, separate box in storage with Merle Evans at her home was sent directly to the University of Oregon Medical School Library (now OHSU) in February of 1962. It contained 182 physicians' correspondence files that were in use to the last moment. These materials were processed by OHSU Library staff in October-November 1997.


Kullberg wind indicator

Hi Graham. appreciated thanks. I’d like to solicit your help with the below case. The earliest as per the awards on the back plate would be 1873 and we have a London S with the same date ? Also if you would please explain the 2 sets of initials . I’m assuming one set is the case maker ?

In reference to your comments on English watchmaking circa 1900 and steep decline . 100% acknowledged. However, in my thoughts, they did produce some exceptional timekeepers 1900-1910 . reading the Kew results, and the top 50 placements during those years.

always the best, thanks again for your help ..John

Gmorse

As this is a different watch, I suggest that you ask a moderator to start it in a new thread for you, otherwise it could become confusing.

'PW' in an oval cartouche is for Philip Woodman & Sons, first registered in March 1872, and 'JM' in an oval is probably for John Martin that 's' on the Woodman doesn't look like the 1873/4 style, but more like the 1893/4 and I can't see a date letter on the Martin. What hallmarks are inside the front lid? All this suggests that one of the back lids has been replaced, possibly because of damage.

So they did, at the top end of the trade as these watches were, especially the Bonniksen karrusels, but the bulk of the business wasn't in this tiny sector and that's what was declining.

Travler1

Travler1

PS to my last . total agreement on your thoughts of the general demise of the industry while the top end seemed to pass away later . however the best of the best we’re really something ! I consider the time trial movements, of that general time, to be akin to formula 1 racing.

The S.Smith & Sons rotating escapements, the Bonniksen Karrusels, the Andrew Taylor annular tourbillon’s . all were definitely race car stuff grabbing some pole position for the England side !!

Dr. Jon

Moderator

Travler1

Hi Dr. John thank you for the input . I was not aware that this movement was a fuse rather than a going barrel Unfortunately the case does not have a movement stamp. The movement number is marked 3193 the address is 105 Liverpool rd London . I do not believe the rear or front lid have been replaced . 99% sure as the match is perfect for gold color and architecture . they are perfect match front to back. The rear covers both snap hard when closing . pictures might explain.

Grant I have misled you on case markings . the front cover is clearly stamped K&D the rear cover is stamped PW . the dust cover is stamped JM . on the dust cover at the bottom toward the hinges I found a micro stamp of a W or a V1 small small small . hope this helps pictures soon come. John

Gmorse

The craftsmen who made these cases were certainly capable of creating perfect matches if a replacement part was ever required. Looking forward to seeing some pictures.

'K&D' was the mark of Kendal & Dent, listed as gold and silver workers, but was not registered until 1921 at the earliest the shape of the cartouche is, as always, significant. Whilst subsidiary parts such as pendants were commonly made by specialists and bought in by the principal case makers, hence bearing different hallmarks, this practice was not common for the major case parts, so to find different marks on the various lids does strongly suggest that some modification has been carried out.

Travler1


Hi Grant . I would never argue with you on a replacement cover ! Only attempt to supply photos and info, the present 4 shots are all front cover. I consider the engraving to be 30-35% worn . the bottom marks on case are very week strike . I would guess 18 for one mark and lions head for the second. More photos to follow

Travler1

Hello again . 4 shots of hinge detail . the back cover appears to have much less of a hidden hinge?

Travler1

Travler1

Inside marks dust cover The micro W mark I mentioned can be seen in the first photo . above and left of watchmakers service (in green felt tip)

Dr. Jon

Moderator

Replacement may not have been what occurred. The may have had work done on the case but it was enough that the the parts had to be reassayed and as such marked with the sponsor mark.

As Graham wrote, the goldsmiths then could have made a perfect match if they decided that making anew part was less effort than a modification or repair, but a major repair would have required re marking

Travler1

Hope these help . any chance of dating the movement via serial number ? Any Kulberg serial numbers available from viewers ? did they run true or play hopscotch ? Thanks to all for your help with this watch . John

Travler1

Gmorse

Those two marks together would usually be a crown and the 18 for gold.

The third picture in your post #10 shows very clearly that the date letter is for 1893/4 all the other 's' marks are in very different fonts.

John Matthews

Graham is definitely correct - you need to check gold hallmarks in Jackson not Bradbury. While the date letters are the same for both gold and silver, the shape of the cartouche differs. For silver the cartouche is a shield with a pointed base (as shown in Bradbury), for gold it is a square with cut corners, as the stamp in the photograph that Graham refers to.

Travler1

Please don’t consider me argumentative as I have utmost respect for the both of you and your generous sharing of knowledge . However I’m having a problem with ascribing an 1890-1900 date on this watch.

I would very much appreciate your further comments once I lay out my research. The earliest serial number I captured in my notes is. #2075 1872 JM , # 2875 1875. JM. # 3262 1877 JM #3282 1876 JM # 3415 1877 JM # 3453 1879 JM . those are the JM case maker watches I found record of

Moving on I found #4323 - 5048 ( 6 watches date stamped 1886-1888) next I found. #6063 - 6288 ( 4 watches date stamped 1894 - 1899 )
I found #6474 date stamped 1905. # 7143 date stamped 1910

Enclosed are photos of one of the watch’s I found
Seems to me my watch dates to around 1878 via serial numbers . am I tripping

Dr. Jon

Moderator

The Kullberg records are at the Guildhall Library in London and some who look at this board have a copy of them.

The Vaudrey Mercer book on the Frodshams has a short table to Kullberg watches sold by Charles Frodsham.

Frodsham sold Kullberg #3881 in 1880 and #2021 in 1871 which bracket your watch. This supports but does not prove an earlier date. Keyless fusee watches with up down indication were top of the line items and may have stayed in inventory for years before being sold.

I have an extract of fifteen numbers in the 2300 range with sale dates from 1872 to 1876.

You can get a copy of the actual records of your watch from David Penney for a modest fee. If has it, it will tell when the was sold,who did the various specialty work and when

Gmorse

As Dr. Jon suggests, serial numbers aren't necessarily a reliable guide to the date of a movement, especially in the case of high end examples. When a watch was made by one company and sold by another, (as was almost always the case), there can be some doubt as to whose serial number is on there. Jonathan Betts has commented on this subject:

"Finally a point that needs to be emphasised when interpreting these series, and the series of many other watch and chronometer makers, is that the numbering was rarely perfectly chronological. Numbers were applied at the outset of an instrument's life, and by its completion, possibly two or three years later, its place in the series could be considerably adrift. We should also remember that serial numbers are not always what they seem. Parts of a number, sometimes the first digit(s) but possibly sometimes the last digit(s), can represent a category rather than part of a numerical sequence and creating a 'number against date' list is often too simplistic an analysis."

However, what really needs to be established here, if any meaningful dating is to be arrived at, is which set of hallmarks, if any, are those on the original case, because we appear to have three at the moment, only one of which is reliably dated.

John Matthews

There is a difference between the dates derived from a case and that of the movement - cases as well as movements can record work being undertaken across many decades - which is the situation here .

My summary - spelling out what Graham means by .

All we can say with certainty from the photographs that you have posted is that the dome (dust cover) carries the maker's mark (JM) in an oval cartouche and no date letter. The back carries a different set of initials (PW) again in an oval cartouche. To reliably assign a name to a maker's mark you MUST have a full set of genuine hallmarks. In this case you do appear to have such and both Graham & I believe those marks to be for London 18K gold cases assayed in the assay year 1893/94. Given that information we can, with a degree of certainty, say that (PW) is the mark of Philip Woodman & Sons who continued in business until at least 1907, even after Philip's son John died in 1903. With less certainty, it is possible that (JM) could be the mark of John Martin who registered marks in 1866 and 1875.

The front cover has the mark (K&D) a mark which again we have to try and assign in the absence of a full set of hallmarks. However, this mark is not recorded in Culme who records the London goldsmith marks up to 1914. It is recorded in Priestley, who records marks up to 1970. We can therefore be fairly certain that this element of the case is the latest - the mark is that of Kendal & Dent, I believe their earliest registered 18 May, 1921.

So to conclude in my (our) opinion you have a Kullberg movement in a case that has elements made at three different times and only one can be reliably dated.

Edit - here is a link to David's services mentioned by Jon .

Gmorse

I think this image is revealing:

It shows that the plugs in both the visible joints are a different colour from the covers and the band and are not a very close fit. Since these plugs would have been perfectly colour matched and practically invisible as originally made, this strongly suggests that both covers have been removed and replaced at some point, and as all the plugs are a very similar colour, possibly by the same case maker. These plugs are destroyed in order to remove them, so that the joint pin can be pushed out and the cover taken off once removed, new ones must be made.

It's also apparent that the left-hand cover, (the front), in this picture is very slightly larger than that on the right, that its raised rings are slightly more prominent and that its fit with the band is not as tight.

Travler1

Thank you Dr Jon, Graham & John,

In my thoughts all three of you are correct . Graham started with, I think you have a cover replaced, Dr John then said covers aren’t the best for dating a movements build/ the lid might have been repaired/restamped and John M sums up the present debacle of three makers mark . What a journey this watch must have gone through .

Case markings in my thoughts are an aid used to determine age of the watch . I asked for hallmark assistance and I have received it !! Merci les gars.
You have been very detailed with you responses . Graham . I 100% agree with you , As a result of your thoughts I see the case lid changes that you suggested and then later pointed out via photos

Emmm where to go ? I’m thinking that the JM makers mark on the cuvette is a correct mark for the watch and an original cover to the watch. As born out by the serial number on the movement and the fact that 6 watches in my survey, hovering around 1872-1879, were date stamped with JM . my serial number falling in the midst of those watches . obviously the front cover was seriously repaired/re stamped or replaced . as K&D is a non player and obviously much later than the JM dust cover and serial number info. The PW mark is a tad more difficult to understand on the rear cover . I assume it was replaced/repaired also . as u can’t have 2 case makers? Or can you ? Seems like I do .

That’s it for me . I’m done . I’m satisfied with this blast into the past . I thank you all for your time and assistance with the watch. John


Voir la vidéo: Howard Deitcher - One Minute Introduction