Que veulent dire les historiens lorsqu'ils parlent d'explications « côté offre » et « côté demande » de la révolution industrielle ?

Que veulent dire les historiens lorsqu'ils parlent d'explications « côté offre » et « côté demande » de la révolution industrielle ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Joel Mokyr écrit dans Demande contre offre dans la révolution industrielle cette

La détermination de « quand », où » et « à quelle vitesse » doivent être recherchées d'abord et avant tout dans le processus lié à l'offre et non à la demande.

Je suis confus quant à ce que l'on entend par "offre" et "demande" dans ce cas. Quels sont les exemples spécifiques d'explications du côté de l'offre ? Serait-ce similaire à l'argument selon lequel l'offre crée sa propre demande en raison d'une surproduction entraînant des stocks excédentaires et des baisses de prix ? N'importe quelle aide sur la compréhension de la terminologie serait grande.


Question:
Que veulent dire les historiens lorsqu'ils parlent d'explications « côté offre » et « côté demande » de la révolution industrielle ?

Réponse courte:
Le « côté de l'offre » décrit l'industrie et sa motivation à produire des biens et à faire des bénéfices. Le « côté de la demande » décrit les consommateurs et leur désir d'acheter des biens. Ensemble, ils décrivent un cycle d'offre et de demande qui permet à un marché libre de s'autoréguler efficacement sans avoir besoin d'une planification ou d'une intervention gouvernementale centralisée.

Réponse détaillée :
Vous touchez à un thème majeur de l'opus d'Adam Smith "Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations" également connu simplement sous le nom de "La richesse des nations", publié pour la première fois en 1776 - un livre fondamental en science économique.

Institut Adam Smith

  • Le premier thème est que la richesse n'est pas déterminée par la quantité d'or et d'argent qu'un pays possède, mais plutôt par le flux de biens et de services qu'un pays crée.

  • Le deuxième thème Ces vastes ordres de grandeurs d'efficacité doivent être obtenus en décomposant tout effort de production en ses tâches composantes et en répartissant les efforts entre les personnes dédiées à ces tâches composantes. Smith utilise l'exemple classique de la fabrication d'épingles. Un artisan pourrait créer une épingle par jour, 10 artisans dédiés chacun à l'exécution d'une tâche de composant pourraient créer 4800 épingles par travailleur et par jour. voir Division du travail et spécialisation.

  • Le troisième thème Les revenus futurs d'un pays dépendent de la distribution de sa richesse, à savoir si et comment il investit les bénéfices pour améliorer la production.

  • Le quatrième thème s'appuie sur ces thèmes précédents décrivant le mécanisme automatique dans le cycle de production. L'offre et la demande. Lorsque "l'offre" est rare, les gens sont prêts à payer plus, ce qui encourage les producteurs à investir plus de capitaux pour fabriquer plus de produits. Lorsque l'offre dépasse la demande, les prix baissent, les producteurs investissent leur capital ailleurs. L'industrie reste concentrée sur les besoins les plus importants sans avoir besoin d'une direction centrale.

L'offre et la demande font référence au cycle, à la motivation et à l'effet net selon lequel, laissé aux forces du marché, le marché lui-même agira dans le meilleur intérêt du pays en dispersant ses capitaux là où il fera le plus de bien.

Sources:

  • Adam Smith
  • La richesse des nations
  • wiki : La richesse des nations
  • Institut Adam Smith
  • Division du travail et spécialisation

Pendant la plus grande partie de l'histoire, l'économie a été limitée par l'offre. C'est-à-dire que les gens pouvaient fabriquer des biens à un rythme plus lent qu'ils ne pouvaient les consommer. Donc, si vous pouviez fabriquer plus ou de meilleures "pièges à souris", vous pourriez probablement leur trouver un acheteur. Dans ces circonstances, la variable importante à surveiller était l'offre de biens. Dans une économie de « rareté », toute offre supplémentaire créerait sa propre demande. C'était la prémisse de la loi dite de Say, qui « décrivait » le monde jusqu'à la révolution industrielle, bien qu'elle soit venue plus tard. L'« offre », dans ce contexte, fait référence à l'offre « globale » dans l'ensemble de l'économie, par exemple les États-Unis, sinon le monde entier.

À la fin du 19e et au début du 20e siècle, surgit le phénomène de la production de masse. Désormais, il était possible de fabriquer des marchandises en grande quantité, parfois à « excès ». Dans cette « nouvelle » ère, il était important pour les fabricants de restreindre la quantité d'un type donné de biens produits, et de ne pas « inonder le marché ». (Cela n'avait jamais été un problème sous l'ancien régime basé sur l'offre.)

Lorsqu'il y a une capacité excédentaire dans de nombreuses parties des marchés (comme cela s'est produit de temps en temps au milieu et à la fin du 20e siècle et plus tard), non seulement les entreprises, mais les gouvernements doivent entrer en action, par exemple en augmentant les taux d'intérêt ou les impôts. pour décourager les dépenses excessives ou « la demande excessive ». Ce processus est appelé « gestion de la demande » et fait référence en fin de compte à la demande « globale » (pas seulement pour un bien ou une industrie).


Le côté de l'offre est

L'ensemble spécifique d'idées insensées qui a revendiqué le nom d'« économie du côté de l'offre » est une doctrine excentrique qui aurait eu peu d'influence si elle n'avait pas fait appel aux préjugés des éditeurs et des hommes riches. Mais au cours des dernières décennies, il y a eu une dérive constante de la pensée économique du côté de la demande vers le côté de l'offre de l'économie. (p182)
Paul Krugman : « Le retour de l'économie de la dépression et la crise de 2008 », WW Norton : New York, 2009.

Paul Krugman : « Les zombies à prix réduits », New York Times, 23 décembre 2005

M. David Stockman a déclaré que l'économie du côté de l'offre n'était qu'une couverture pour l'approche de retombée de la politique économique - ce qu'une génération plus âgée et moins élégante appelait la théorie du cheval et du moineau : si vous nourrissez le cheval avec suffisamment d'avoine, certains passera par la route des moineaux.
John Kenneth Galbraith : "Recession Economics", The New York Review of Books, 2 février 1982

En d'autres termes, l'offre est :

Le modèle que nous présentons est très simplifié. Nous appelons nos deux facteurs de production capital et travail, mais nous ne distinguons pas l'un de fixe et l'autre de variable. Le modèle étant statique, nous n'essayons pas d'analyser le processus de formation du capital. Au lieu de cela, nous supposons qu'il existe à tout moment des stocks fixes de capital et de travail et que ces stocks doivent être affectés soit à la production des ménages, soit à la production du secteur marchand.

Victor A. Canto & Douglas H. Joines & Arthur B. Laffer : "Foundations of supply-side economics. Theory and Evidence", Academic Press : New York, Londres, 1983, p1.

Alors que la demande est :

L'économie de la demande est une théorie macroéconomique qui soutient que la croissance économique est le plus efficacement créée par une forte demande de produits et de services. Selon l'économie de la demande, la production est déterminée par la demande effective. Des dépenses de consommation élevées entraînent une expansion des entreprises, ce qui se traduit par de plus grandes opportunités d'emploi. Des niveaux d'emploi plus élevés créent un effet multiplicateur qui stimule davantage la demande globale conduisant à une plus grande croissance économique. Les économistes du côté de la demande soutiennent que les allégements fiscaux pour les riches produisent peu ou pas d'avantages économiques, car la majeure partie de l'argent supplémentaire n'est pas dépensée pour des biens ou des services. Au lieu de cela, ils soutiennent que l'augmentation des dépenses gouvernementales contribuera à la croissance de l'économie en stimulant des opportunités d'emploi supplémentaires.
L'économiste britannique John Maynard Keynes est le plus célèbre des théoriciens économiques de la demande. Keynes a vu ses théories démontrées avec succès dans les années 30 lorsqu'elles ont aidé à mettre fin à la Grande Dépression et dans les années 50 et 60 lorsque le capitalisme a connu son âge d'or. Parmi les autres partisans de l'économie de la demande figurent Leon Keyserling, John Kenneth Galbraith, Hyman Minsky, Joseph Stiglitz, James K. Galbraith, Steve Keen et Nouriel Roubini. (PT)

Pour comprendre ce que Keynes avait en tête, imaginez les politiques budgétaires fédérales qui augmenteraient la demande globale dans le graphique 6, déplaçant la courbe de la demande globale vers la droite, pour la ramener à sa position d'origine. Un tel changement augmenterait le PIB réel, ce qui augmenterait l'emploi. Selon la prescription keynésienne, le médicament miracle de la politique fiscale - les changements dans les dépenses publiques et les impôts - pourrait compenser ce qu'il considérait comme l'instabilité des dépenses du secteur privé, en particulier l'investissement. Si la demande dans le secteur privé diminuait, Keynes a déclaré que le gouvernement devrait prendre le relais. Nous pouvons considérer l'approche keynésienne comme une économie de la demande car elle se concentre sur la manière dont les changements dans la demande globale pourraient promouvoir le plein emploi. Keynes a fait valoir que les mesures de relance du gouvernement pourraient sortir l'économie de sa dépression. Une fois que les investissements sont revenus à des niveaux normaux et que l'économie a commencé à croître d'elle-même, le traitement de choc du gouvernement ne serait plus nécessaire.
William A. McEachern : « Economics : A Contemporary Introduction » Pub du South-Western College, année : 92011.

Cela signifie que les deux théories seules ou une insistance excessive sur l'une d'entre elles sont le résultat d'une idéologie idiote prenant le dessus sur un raisonnement solide. Laisser l'offre gouverner le développement économique conduit à des crises comme la Grande Dépression et maintient l'économie dans là plus longtemps. Malheureusement, favoriser un côté par rapport à l'autre est souvent influencé par ou le résultat de préjugés fermes des écrivains. Les conservateurs optent pour l'offre, les sociaux-démocrates (États-Unis : libéraux) optent pour l'approche de la demande.

Cela ressort clairement de la lecture d'un manuel d'économie pour débutants :

Buts d'apprentissage
Après avoir lu ce chapitre, vous serez capable de :
■ Comprendre comment les composants du modèle commercial standard, les frontières des possibilités de production, les lignes d'isovaleurs et les courbes d'indifférence s'emboîtent pour illustrer comment la structure des échanges est établie par une combinaison de facteurs liés à l'offre et à la demande.

Paul R. Krugman & Maurice Obstfeld & Marc J. Melitz : "International Economics. Theory & Policy", Pearson, 2018, p152.

Vous avez donc besoin non seulement d'un marché libre (côté offre), mais aussi d'orientations et de réglementations gouvernementales en tant qu'arbitre suprême pour rester en équilibre avec la demande, sinon toutes ces crises prédites par Marx s'effondreront sans freiner l'économie.

Ou, comme Adam Smith l'a dit :

Un propriétaire terrien, un fermier, un maître manufacturier, un marchand, bien qu'ils n'employaient pas un seul ouvrier, pouvaient généralement vivre un an ou deux sur les stocks qu'ils ont déjà acquis. Beaucoup d'ouvriers ne pouvaient subsister une semaine, peu pouvaient subsister un mois, et presque aucun une année sans travail. A la longue, l'ouvrier peut être aussi nécessaire à son maître que son maître l'est à lui, mais la nécessité n'est pas si immédiate.
(Adam Smith : "La richesse des nations" (1776) Livre I, ch 8)

Un exemple en essayant d'appliquer cela à la révolution industrielle :

Si la demande n'était pas un « facteur », quelle était exactement sa place dans la révolution industrielle ? Pour commencer, nous observons que tout déplacement de l'offre affectera l'économie en proportion directe de la taille proportionnelle de l'industrie touchée par rapport à l'économie dans son ensemble. Pour une baisse définitive des coûts, la structure de la demande n'a d'importance que pour déterminer la composition de l'augmentation du revenu national, mais pas son ampleur. Si le déplacement de l'offre est un processus continu, cependant, la forme de la courbe de demande importe, car elle détermine le modèle futur de la taille relative de l'industrie en question dans l'économie. Pour être plus précis : si l'élasticité-prix propre est supérieure à l'unité en valeur absolue, on peut montrer que (1) l'impact global d'un taux constant de réduction des coûts augmentera avec le temps, et (2) les effets d'entraînement pour tous les autres les biens pris ensemble sont négatifs. Ceci jette un éclairage particulier sur le rôle des secteurs dits de pointe qui sont censés croître en raison d'une courbe de demande très élastique. De plus, à mesure que la production augmente, l'économie descendra dans le segment inélastique de la courbe de demande. À ce stade, la baisse continue des coûts entraînera une augmentation de la demande pour tous les biens (c'est-à-dire pour le bien en question et pour tous les autres biens pris ensemble), mais cet impact s'estompera lentement avec le temps. Quelque chose de similaire à ce processus s'est produit sur le marché des textiles entre 1760 et 1860. La demande élastique a entraîné une croissance très rapide de la production en réponse aux réductions de prix initiales, de sorte que les réductions de prix ultérieures ont été appliquées à une base beaucoup plus large.
Deuxièmement, il y a la stabilité de la demande. Alors que le niveau absolu de la demande de biens industriels ne peut pas être utilisé pour expliquer le calendrier et la vitesse du processus d'industrialisation, de fortes fluctuations de la demande ont eu un effet négatif sur la croissance, en raison des coûts substantiels de réaffectation des ressources, l'acquisition de nouvelles informations , et ainsi de suite. Les guerres, les révolutions, les blocus, les tarifs, les mauvaises récoltes et autres catastrophes imprévues ont inhibé la croissance non pas tant au cours des premiers instants des paramètres de la fonction de demande qu'au cours des seconds moments.
Une troisième manière dont les facteurs liés à la demande auraient pu jouer un rôle important dans la détermination de la vitesse et du calendrier du processus d'industrialisation est la détermination des termes de l'échange intersectoriels. En conséquence d'un changement dans les termes de l'échange, la répartition des revenus peut changer. Par exemple, les revenus peuvent être redistribués des ouvriers industriels et des capitalistes aux propriétaires terriens. Il est en effet possible que l'industrialisation conduise à une « appauvrissement » du secteur moderne d'une manière analogue à la possibilité bien connue d'« appauvrissement » d'un pays augmentant ses exportations. Notons cependant que la « croissance appauvrissante » peut se produire au niveau de l'économie mais pas au niveau du monde entier. De même dans une économie fermée, cela peut se produire au niveau d'un secteur, mais l'économie dans son ensemble s'en porte mieux. Néanmoins, si le secteur moderne a une propension à épargner plus élevée ou une aversion au risque plus faible que l'autre secteur, une telle détérioration des termes de l'échange peut affecter le taux de croissance.
Joel Mokyr : « Demand vs. Supply in the Industrial Revolution », The Journal of Economic History, Vol. 37, n° 4 (décembre 1977), pp. 981-1008.

Mais cela est très contesté par exemple par

L'analyse de Robert Allen ravira de nombreux économistes, car il traite de facteurs mesurables tels que les salaires et les prix. Professeur américain d'histoire économique à l'Université d'Oxford et écrivain de longue date dans ce domaine, il suggère que la plupart des explications de la révolution industrielle britannique se concentrent trop sur l'offre de scientifiques curieux, de travailleurs sans terre, de lois utiles. Ces conditions étaient propices à un grand bond en avant mais pas suffisantes. Ils n'étaient pas non plus exclusifs à la Grande-Bretagne. Les droits de propriété étaient sans doute plus sûrs en France; une grande partie de la science derrière la machine à vapeur a eu lieu en Italie et en Allemagne ; les Hollandais étaient très urbanisés. La révolution industrielle s'est produite en Grande-Bretagne au XVIIIe et au début du XIXe siècle pour une raison écrasante, soutient-il : elle était rentable là-bas et à ce moment-là. Il a répondu à une demande.
"La révolution industrielle. L'offre et la demande. Pourquoi la Grande-Bretagne est-elle arrivée en premier" Economist, 21 mai 2009.

Référencement à Allen : « La révolution industrielle britannique dans une perspective mondiale », Cambridge University Press : Cambridge, 2009.

La révolution industrieuse a été un processus de réallocation des ressources par les ménages qui a augmenté à la fois l'offre de marchandises et de main-d'œuvre commercialisées et la demande de biens fournis par le marché. La révolution industrielle était un changement au niveau des ménages avec des caractéristiques importantes du côté de la demande qui ont précédé la révolution industrielle, un phénomène du côté de l'offre. Elle a des implications pour l'histoire économique des XIXe et XXe siècles.

Une interprétation du nouveau ménage industrieux - à laquelle je donne mon assentiment dans mes moments pessimistes - est que l'absorption dans l'économie de marché de la dernière substance restante du ménage représente une dernière frontière du capitalisme, qu'elle démontre la vérité du célèbre Observation à propos de la famille bourgeoise : « L'ordre capitaliste repose sur des supports faits de matériaux extra-capitalistes [et] tire son énergie de schémas de comportement extra-capitalistes qu'il est en même temps voué à détruire.

Jan De Vries : « La révolution industrielle et la révolution industrielle », The Journal of Economic History, Vol. 54, n° 2, 1994, p. 249-270. (jstor)

Et tout cela est tellement coloré par les besoins et les objectifs du présent, si ce ne sont pas les historiens mais les économistes qui écrivent le récit :

"Même si… l'histoire de" la" révolution industrielle est une "orange trois fois pressée", il reste une quantité étonnante de jus dedans. "

Dans la section I, la discussion s'inscrit dans le cadre de l'hypothèse de Cannadine selon laquelle les études sur la révolution industrielle sont fortement influencées par les événements contemporains (expliquant ainsi potentiellement les pressions orange répétées à mesure que les temps changent). Il est soutenu ici que ce point de vue doit être développé davantage, en particulier pour tenir compte de l'évolution des apports de la théorie économique. Dans ce contexte, l'« approche consumériste » associée à McKendrick est comprise comme une réaction contre l'orthodoxie actuelle, qui embrasse de plus en plus la cliométrie. Le révisionnisme se produit, en partie comme un changement d'accent de l'offre vers la demande, en partie comme une réinterprétation de la révolution industrielle comme les douleurs de l'enfantement de la société de consommation moderne, et en partie comme un moyen de conserver ou d'ouvrir des facteurs explicatifs au-delà de ceux dans les limites de plus en plus étroites de analyse économique orthodoxe.
Ben Fine & Ellen Leopold : « Le consumérisme et la révolution industrielle », Histoire sociale, vol. 15, n° 2 (mai 1990), pp. 151-179, (jstor)


Il y a une question historique sur la raison pour laquelle la révolution industrielle s'est produite à la fin des années 1700 en Grande-Bretagne, plutôt qu'à un moment ou un endroit différent. Certaines explications portent soit sur l'offre d'innovations, soit sur des innovations dans l'offre de produits. Par exemple, la Grande-Bretagne avait peut-être un meilleur système de brevets, ce qui rendait l'innovation plus sûre et conduisait à plus d'innovations. C'est un changement du côté de l'offre de l'économie - les inventeurs ont été encouragés, ils ont donc inventé plus et ont pu fournir plus de choses. (C'est une explication que j'ai inventée essentiellement comme un Exemple d'une explication du côté de l'offre. Je ne pense pas vraiment que ce soit juste.)

Alternativement, peut-être que la Grande-Bretagne avait un avoir besoin pour les machines à vapeur ou les métiers à tisser mécaniques, de sorte que toutes les innovations qui y sont apportées prennent réellement leur envol. Peut-être que d'autres pays étaient tout aussi prêts à innover, mais les innovations là-bas n'étaient pas aussi rentables. C'est une explication du côté de la demande. D'après ce que je dis, les explications du côté de la demande semblent moins plausibles, mais cet article dans le Économiste justifie une explication réaliste du côté de la demande.

Du résumé à l'article de Mokyr, il est clair qu'il soutient une explication du côté de l'offre, contrairement au livre plus récent référencé dans l'article de l'économiste. Cela semble donc être encore un débat en direct.

Bien sûr, l'offre et la demande sont des catégories générales de la théorie économique, mais c'est ainsi qu'elles sont appliquées dans ce contexte.


Voir la vidéo: Revolution industrielle