Le burin Noailles, le prédécesseur de l'aiguille à coudre

Le burin Noailles, le prédécesseur de l'aiguille à coudre



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Une équipe de chercheurs dirigée par l'Espace Préhistoire de l'Université du Pays Basque vient de publier, dans le Journal de Rapports scientifiques archéologiques, un article dédié à la fonctionnalité de l'un des outils les plus caractéristiques et énigmatiques de la période gravettienne, la dite 'Noailles burin‘.

L'article propose pour lesdits burins une utilisation principalement pour percer la peau ou une matière organique périssable molle similaire, étant ainsi le ancêtres des aiguilles.

L'échantillon analysé provient de fouilles récentes effectuées par l'archéologue Christian Normand dans le Grotte basque-française d'Isturitz, qui abrite l'un des gisements les plus importants de cette période sur tout le continent européen.

Le travail présente les résultats obtenus dans l'analyse technologique, typométrique, morphotypologique et surtout fonctionnelle (appuyée par un programme expérimental) de la Collection de burin Noailles du niveau IV de la grotte d'Isturitz.

C'est l'un des peu d'études publié à ce jour sur ce sujet, ce qui contraste avec l'importance et le nombre dans lesquels ces types d'ustensiles apparaissent habituellement, de l'ordre du millier dans des sites comme Isturitz.

A quoi servait le burin Noailles?

le Noailles burin Il s'agit d'un petit ustensile (souvent moins de 3 cm de longueur et 2 cm de largeur) réalisé, dans la plupart des cas, sur une petite feuille de silex.

Une retouche concave abrupte est appliquée sur le bord distal, créant une petite plate-forme. appelée troncature, à partir de laquelle l'un des bords latéraux de la feuille est retiré; cela crée une extrémité pointue, qui serait la partie fonctionnelle de l'outil.

L'analyse a montré que ces petits burins sont utiles hautement standardisé destiné à des tâches spécialisées et de précision.

Plus précisément, la distribution et le type de traces d'usage observées en eux au niveau microscopique ont conduit les chercheurs à proposer le hypothèse selon laquelle les burins Noailles de la grotte d'Isturitz ont été principalement utilisés pour les travaux de forage, principalement de matériaux de faible dureté tels que la peau animale.

Certainement, l'efficacité de ces outils dans ce type de tâche est très élevée, comme les auteurs l'ont apprécié après avoir reproduit expérimentalement cette activité.

Tout cela peut être lié à ce qui a été observé dans les contextes funéraires de autres gisements graviens européens comme Sunghir (Russie), Arène Candide ou Ostuni (Italie), dans laquelle tombes avec objets funéraires composés de centaines ou de milliers de perles.

À l'origine, ces ornements auraient été cousus de façon décorative sur des vêtements tels que des chapeaux, des vestes ou des pantalons.

Par conséquent, la Burins de Noailles de la grotte d'Isturitz pourrait être employé de la même manière processus de forage de vêtements ou d'autres types d'éléments en cuir pour la décoration avec des perles ou d'autres objets similaires. Dans ce sens, le burin de Noailles précéderait les premières aiguilles à coudre (tels que nous les connaissons aujourd'hui), qui est apparu dans la période immédiatement après le Gravettien, le Solutréen », souligne le chercheur Aitor Calvo.

Référence bibliographique:

Aitor Calvo, Unai Perales, Maite García-Rojas, Christian Normand et Alvaro Arrizabalaga «Juste avant de coudre des aiguilles. Une hypothèse fonctionnelle pour les burins gravettiens de type Noailles de la grotte d'Isturitz (Pays basque, sud-ouest de la France) »Journal of Archaeological Science: Reports (Volume 25 juin 2019. Pages 420-432).


Vidéo: Ourlet à laiguille Wing - machine à coudre