Main en bronze d'Arabie

Main en bronze d'Arabie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


10 mythes et légendes arabes fascinants

La civilisation et les peuples arabes ont certaines des histoires et des légendes les plus diverses et les plus colorées du monde, bon nombre d'entre elles étant transmises oralement de génération en génération sur des milliers d'années. Alors que certains d'entre eux sont connus pour être de purs mythes et ont joué le rôle des contes de fées communs chez les Arabes, beaucoup d'autres suggèrent encore qu'ils ont réellement eu lieu, ce qui rend ces mythes et légendes encore plus excitants.


Les plus grandes mains qui prient au monde

Lieux insolites à proximité

Plus d'attractions insolites en Oklahoma

Explorez des milliers de monuments uniques en bordure de route !

Les destinations étranges et amusantes aux États-Unis et au Canada sont notre spécialité. Commencer ici.
Utilisez les cartes des attractions de RoadsideAmerica.com pour planifier votre prochain voyage sur la route.

Mes vues

Économisez des destinations de vacances sympas ! . Essayez mes vues

Application mobile

Amérique du bord de la route application pour iPhone, iPad. Des cartes sur la route, des milliers de photos, des cibles de recherche spéciales ! . Suite

Présidents de bord de route application pour iPhone, iPad. Repères POTUS, bizarreries. . Suite

Oklahoma Derniers conseils et histoires

Vue de la semaine

Cosmosphere, Hutchinson, Kansas (14-20 juin 2021)

Trucs et histoires sur les États-Unis et le Canada

Reserve maintenant

Divers

Précaution de planification de voyage: RoadsideAmerica.com propose des cartes, des directions et des détails sur les attractions pour plus de commodité, fournissant toutes les informations telles quelles. Le statut de l'attraction, les heures et les prix changent sans préavis, appelez à l'avance!

Crédits, demandes de renseignements sur les médias et les entreprises
© Copyright 1996-2021 Doug Kirby, Ken Smith, Mike Wilkins. Tous les droits sont réservés. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, copiée ou révisée sans l'autorisation écrite des auteurs.


2. Javelot

Le javelot égyptien était plus qu'un missile lancé à la main. Il fonctionnait également en combat rapproché comme une lance courte d'environ un mètre de long (3,3 pieds). Les soldats du Nouvel Empire portaient un carquois de javelots sur leur épaule comme des flèches. À courte portée, ils utilisaient le javelot pour attaquer l'ennemi derrière leurs boucliers, mais ils pouvaient également lancer le javelot perforant pour attaquer des chars ou des lignes d'infanterie. Eliott dit que les Égyptiens n'ont pas traité le javelot comme une ordonnance jetable comme une flèche. Ils ont équipé leurs javelots de lames métalliques en forme de losange et les ont rendus plus faciles à viser et à lancer avec une poignée en bois bien équilibrée et renforcée.


Histoire des épées

L'épée a été appelée par beaucoup la "Reine des armes". Il y a beaucoup de mérite dans cette épithète car l'épée, à travers les âges, a possédé la beauté sous ses nombreuses formes et l'art dont elle a été ornée. Il a fallu beaucoup de compétences et de connaissances sophistiquées pour fabriquer une épée et aussi, il a fallu beaucoup de compétences et de connaissances pour savoir comment manier l'épée efficacement. L'épée a une très longue histoire et au fil du temps, elle a évolué et s'est transformée en de nombreuses formes. En conséquence, il peut être classé et regroupé en de nombreux groupes et sous-groupes.

L'épée est une arme qui avait été développée principalement pour infliger des blessures coupantes bien que le coup de couteau était également important (surtout à l'époque romaine et en Europe). L'épée est souvent attribuée aux civilisations de l'ancien monde et aux peuples qui ont hérité de l'arme. L'épée était l'une des armes principales en Égypte, en Afrique, en Chaldée, en Asie, en Grèce préhellénique, à Rome et en Europe. Il est possible de classer l'épée selon la répartition géographique.

Il est important de noter que dans cette classification, certaines épées du groupe oriental et asiatique et du groupe africain sont originaires d'Égypte. Les types d'épées orientaux ont évolué vers une forme très distinguée par rapport aux épées européennes. L'épée de métal n'a pas réussi à se développer sur les continents américain et australien. En Amérique du Sud et centrale, il y avait une épée en bois (macana) utilisée par les cultures indigènes. Les Aztèques ont clouté l'épée en bois avec des lames d'obsidienne pour créer un tranchant.

Pour classer toutes les épées, il faut beaucoup de classes pour avoir une vue générale des épées utilisées à travers le monde. Certaines des épées sont si excentriques qu'elles appartiennent à leur propre classe excentrique et qu'elles doivent être mentionnées séparément. L'épée européenne typique est celle à lame droite et pointue, tandis que l'épée incurvée a été développée au Moyen-Orient et en Asie. Il est très probable que les deux épées soient originaires d'Égypte. Les deux types d'épées ont conservé leurs caractéristiques et au fil du temps ont évolué vers de nombreuses formes différentes. Il est possible de classer l'épée dans les groupes suivants :

  1. L'épée droite à deux tranchants
  2. L'épée à un tranchant droite ou courbe
  3. L'épée à un tranchant
  4. L'épée courbe à lame expansible (cimeterre)
  5. L'épée pointue incurvée bordée sur le bord intérieur (concave)
  6. Le faucon égyptien
  7. Types excentriques (flamberge, épée de bourreau, etc.)

Les épées peuvent également être divisées en groupe à une main et en groupe à deux mains. L'épée à deux mains est toute épée qui nécessite l'utilisation des deux mains. Ce groupe comprend des épées telles que les épées longues européennes, le landsknecht flamberge, la grande épée écossaise Claymore, le Kriegsmesser, l'Odachi japonais, etc. Une épée à une main était une épée courte avec une poignée qui ne pouvait être prise qu'avec une seule main.
L'épée droite à deux tranchants
L'épée droite à deux tranchants peut être divisée en deux sous-catégories :

L'épée à lame en forme de feuille comportait une lame qui s'élargissait généralement au milieu de la lame et se terminait en pointe. L'épée à lame droite comportait une lame à bord droit et se terminait par une pointe ou une pointe arrondie. L'épée en forme de feuille était prédominante à l'époque du bronze et elle était également prédominante dans de nombreux domaines différents parmi diverses cultures. Des épées en forme de feuille ont été trouvées en Espagne, en Italie, en Grèce, en Égypte et même en Grande-Bretagne, en Scandinavie et dans d'autres parties de l'Europe. La dominance de cette forme de lame à l'époque du bronze est probablement due au fait qu'il était plus facile de réaliser ce type de lame avec du bronze. Il est également probable que la forme de l'épée provient de la fusion réussie d'un fer de lance et d'un poignard. L'épée grecque Xiphos est un exemple d'épée en forme de feuille. La longueur moyenne d'une épée en forme de feuille est d'environ 22 pouces, cependant, des spécimens ont été trouvés mesurant jusqu'à 32 pouces de long. Les lames d'épée en forme de feuille étaient les plus courantes à l'époque du bronze, mais il y avait aussi des épées en bronze avec des lames droites et effilées. Les premières épées romaines étaient également en forme de feuille. L'épée en forme de feuille est l'épée la plus dominante de l'ère du bronze. L'épée était excellente pour couper mais offrait également une force de poussée incroyable. Les premières épées romaines étaient en forme de feuille, mais avec le développement du fer, les épées ont évolué en lame droite. Les bons exemples de la période de transition romaine sont les épées trouvées à Hallstadt, en Autriche. L'épée romaine en fer à tranchant droit était l'arme qui prévalait pendant la majeure partie de l'Empire. Le Gladius romain mesurait environ 22 pouces de longueur au début. La Spatha romaine était plus longue et elle a probablement été adoptée d'Espagne ou d'une autre région.

Le développement suivant des épées de fer a été l'aube de la «période celtique tardive» qui se caractérisait par des épées dotées de lames de fer à tranchant droit qui se rétrécissaient à partir de la soie et se terminaient par une pointe arrondie. Certaines épées avaient des poignées en fer ou en bronze. Des épées comme celles-ci se sont produites dans de nombreux endroits en Europe. Les plus belles épées droites ont été trouvées en Scandinavie. Ces épées scandinaves du début et du milieu de l'âge du fer variaient en ce qui concerne la poignée, le pommeau et le garde-main, mais ont ensuite fusionné avec les désormais célèbres épées de type Viking. Les épées vikings étaient un exemple d'artisanat et d'escrime. Beaucoup d'entre eux présentaient des ornements somptueux sur leurs gardes et leurs pommeaux. Les poignées étaient souvent incrustées de pierres et de métaux précieux. L'épée viking comportait une lame à bords droits qui se rétrécissait légèrement et se terminait par une pointe arrondie. Les épées, en moyenne, mesuraient entre 34 et 44 pouces de longueur.

Le modèle de l'épée droite a commencé à changer au 9ème siècle. Le principal changement était la lame plus étroite par rapport à la longueur de l'épée. De plus, les poignées deviennent plus longues et rappellent la garde croisée classique. Le pommeau de l'épée était plus lourd et rond et souvent très orné. Certaines des épées de cette période de transition présentaient certaines des caractéristiques des épées vikings et certaines des nouvelles caractéristiques cruciformes. Cette «épée de transition» a continué d'évoluer pour devenir l'épée de chevalier ou l'épée d'armement, qui présentait la caractéristique cruciforme classique. L'épée d'armement était une épée à double tranchant et à une main très courante au Moyen Âge, entre le XIe et le XIVe siècle. L'épée d'armement était l'épée standard portée dans les batailles. Cette épée était légère et avait un excellent équilibre. L'épée a été conçue plus pour couper que pour enfoncer. La longueur de l'épée variait, mesurant entre 30 pouces et 32 ​​pouces. Avec le temps, les chevaliers ont commencé à porter des armures plus lourdes et c'était l'une des raisons de l'évolution continue de l'épée. Des épées plus grandes et plus longues étaient nécessaires pour infliger un traumatisme contondant à travers l'armure ou pour percer l'armure. Cela a conduit au développement de l'épée longue.

Entre le 13ème et le 17ème siècle, l'épée droite est devenue plus longue car elle mesurait entre 3 pieds et 4'3". Les épées longues présentaient les poignées cruciformes classiques avec des poignées à deux mains mesurant 10 à 15 pouces de longueur. La lame de l'épée longue était à double tranchant et mesurait entre 40 et 48 pouces de longueur. Le poids de l'épée longue était compris entre 2,5 et 5 livres. Au combat, les épées étaient utilisées pour pousser, couper et frapper en utilisant toutes les parties de l'épée, y compris les garde-corps et le pommeau.

L'une des épées à deux mains les plus célèbres était l'épée claymore. Le mot claymore est dérivé du mot gaélique "claidheamh mòr” signifiant « grande épée ». Le nom claymore fait en fait référence à deux types d'épées. L'une des épées est l'épée longue à deux mains et l'autre fait référence à une épée beaucoup plus courte et à une seule main. L'épée claymore à poignée de panier a été utilisée pour la première fois au 16ème siècle. Ce type d'épée est toujours utilisé dans le cadre de la tenue de cérémonie des régiments écossais des Highlands. L'épée à deux mains en claymore des hautes terres a été utilisée à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Cette épée longue a été utilisée dans les guerres entre les clans écossais et les guerres avec les Anglais. Le claymore écossais avait un design distinctif qui comportait une garde croisée avec des bras inclinés vers le bas. Les bras de la garde croisée se terminaient souvent par un motif de trèfle à quatre feuilles. Il y avait aussi d'autres épées claymore, moins connues, qui avaient une conception de poignée à clapet très différente. Une épée claymore moyenne à deux mains mesurait environ 55 pouces de longueur, la partie de la lame mesurait 42 pouces et la poignée 13 pouces. Le poids de la claymore était d'environ 5,5 livres.

L'épée en claymore à poignée de panier (vers 1700) pouvait être à un ou à deux tranchants. L'épée était beaucoup plus courte car c'était une épée à une main avec une lame mesurant entre 30 et 35 pouces de longueur. Le poids de l'épée était compris entre 2-3 livres. La poignée de panier de l'épée protégeait toute la main de la personne qui brandissait l'épée. Le lézard était souvent doublé de velours rouge et souvent il y avait des glands sur la poignée et le pommeau pour la décoration.
La seule épée droite et à double tranchant utilisée au Japon est le tsurugi. Le nom tsurugi faisait également référence aux épées chinoises droites et à double tranchant.
Une rapière est une calomnie et une épée acérée qui a été utilisée pour les attaques de poussée. Les rapières peuvent comporter deux tranchants. La lame peut être affûtée sur toute sa longueur ou du milieu de la lame à la pointe ou complètement sans tranchant (estoc). La Rapière était très populaire en Europe entre le 16ème et le 17ème siècle. Les rapières comportaient généralement des poignées très complexes conçues pour protéger la main qui les maniait. Le mot rapière n'était pas utilisé par les maîtres espagnols, français ou italiens mais plutôt les termes pique, épée ou espada.

L'épée à un tranchant tire son origine d'un long couteau et ce type d'épée a d'abord été utilisé par les chasseurs des tribus sauvages. Lorsque les tribus se sont transformées en nations, elles ont conservé leurs longs couteaux comme armes. Souvent, ils étaient utilisés comme épées supplémentaires. Le Scramasax teutonique ou Yataghan peut être un exemple de telles armes. Le Scramasax variait en forme et en taille selon la culture et la région où il était utilisé. La longueur du Scramasax variait de 20 à 27 pouces. La lame de Scramasax était plutôt droite, cependant, certains spécimens ont été trouvés avec une lame légèrement incurvée. Des épées similaires, semblables à des couteaux, ont été trouvées dans d'autres régions telles que le Japon, l'Afghanistan, la Grèce, la Perse, la Turquie et certains pays africains. Les premières épées japonaises ressemblant à des couteaux comportaient une lame étroite avec un dos droit et une soie lisse. Ces épées mesuraient jusqu'à 45 pouces de longueur. D'autres épées orientales similaires et célèbres étaient les Afghan Salawar, Yataghan et Khyber Knife. Le Ghurka kukri est une arme similaire à l'épée Kopis à un tranchant utilisée par les Grecs. L'épée de type Kopis était également utilisée par les Perses et des épées similaires (appelées Falcata) ont été trouvées en Espagne.

Les épées à un tranchant peuvent être divisées en deux classes incurvées. La première classe comporte une lame qui a le bord du côté convexe et la deuxième classe a le bord du côté concave. Le premier groupe d'épées est assez grand car il comprend des épées de type Cimeterre et leurs variantes, tandis que le deuxième groupe est plutôt petit et très localisé. Le premier groupe comprenait des épées comme des cimeterres, des sabres de coutelas ou des épées daces. L'épée de coutelas a été utilisée en Europe mais elle a été conçue à base de cimeterre. L'épée de coutelas a été développée en Bohême au 15ème siècle. La lame et le manche de l'épée étaient faits d'une seule pièce de métal. La poignée de l'épée de coutelas était soit un anneau de fer, soit la fente de la lame. L'épée dace était une longue épée à lame fine et incurvée. Le deuxième groupe comprenait des épées telles que les épées grecques Kopis, Falcata et Khyber Knife.

Le cimeterre est l'épée typique de l'Orient et en particulier de l'Islam, tandis que l'épée droite typique avec sa forme cruciforme était typique de la culture chrétienne européenne. Le nom Cimeterre vient du mot persan « shamshir ». Les races indochinoises utilisaient aussi des épées courbes. L'épée Parang utilisée dans des pays tels que l'Inde, la Malaisie, Bornéo, la Birmanie et le Népal, comportait une lame mince au niveau du manche et qui s'élargissait vers la fin. L'épée était utilisée pour hacher dans les opérations agricoles et aussi dans la guerre. Une autre épée utilisée en Indochine était l'épée dao. L'épée mesurait environ 18 pouces de long et elle était étroite au niveau du manche et carrée et large au sommet. La lame de l'épée était affûtée sur un bord et le manche était serti dans un manche en bois ou en ébène. L'épée dao était lourde et était capable de porter des coups violents. Une autre épée incurvée intéressante est l'épée égyptienne Khopesh. Cette arme est illustrée sur de nombreux monuments et murs égyptiens et selon les illustrations, elle a été utilisée par tous les guerriers égyptiens, y compris le Pharaon. La lame de l'épée est incurvée et il n'est toujours pas clair si elle était tranchante du côté concave ou convexe, cependant, il est plus probable qu'elle était tranchante du côté convexe. Le manche très fin des épées se termine par un pommeau. L'épée de Khopesh mesurait environ 18 pouces de long.

Une autre épée intéressante était l'épée allemande Kriegsmesser. Le Kriegsmesser était une grande épée à deux mains et à un tranchant légèrement incurvée. Le Kriegsmesser ressemblait simplement à un couteau surdimensionné. L'épée a ses origines dans le couteau européen Seax et le Falchion. Le Falchion a échoué avec sa popularité en Allemagne et la grande épée en forme de couteau s'est développée toute seule. Le nom de l'épée, Kriegsmesser, signifie littéralement « couteau de guerre ». L'épée mérite vraiment ce nom car la poignée de l'épée ressemble à un manche de couteau surdimensionné. Le pommeau de l'épée était généralement courbé d'un côté. Le manche était fait de deux morceaux de bois ou d'os, avec une pleine soie entre eux. La garde de l'épée était souvent constituée d'un anneau ou d'une plaque d'acier ou d'une crossguard cruciforme.

Les épées japonaises appartiennent également au groupe des épées à un tranchant. L'épée Tsurugi était la seule exception. Les épées japonaises étaient généralement à deux mains et comportaient une lame légèrement incurvée avec un seul tranchant. La lame se terminait en pointe. Les épées étaient munies d'un garde-main ornemental appelé tsuba. La lame de l'épée était très rigide et le tranchant de la lame était très tranchant. Les épées japonaises ont été regroupées en fonction de la méthode de fabrication et de la taille des épées. L'épée la plus populaire était le katana qui était porté par la classe des samouraïs japonais. Wakizashi était la version plus courte de l'épée katana. Les épées Odachi et Nodachi étaient également des épées à un seul tranchant, mais elles sont antérieures aux épées katana et wakizashi.
Une autre épée à un seul tranchant est le sabre. Le sabre comporte généralement une lame légèrement incurvée et un grand protège-main qui protège les articulations de la main, du pouce et de l'index. La plupart des sabres avaient des lames incurvées mais il existe aussi des sabres à lame droite qui étaient plus adaptés à la poussée. Les sabres droits étaient généralement utilisés par la cavalerie lourde. Ces sabres seraient également dotés de lames à double tranchant. L'origine du sabre est bien connue. On dit que le sabre est apparu pour la première fois en Hongrie au 10ème siècle. Le sabre peut avoir sa conception influencée par le faucon européen ou le cimeterre du Moyen-Orient. Le sabre était très populaire au 19ème siècle et il était effectivement utilisé par la cavalerie lourde, en particulier pendant les guerres napoléoniennes. Cependant, avec l'avènement des armes à feu, l'arme s'est fanée au milieu du siècle.

L'épée du bourreau peut être classée comme une épée excentrique car cette épée n'était pas destinée au combat mais plutôt à la décapitation des criminels condamnés. L'épée du bourreau était à deux mains et comportait une lame très large et droite qui se terminait sans se rétrécir vers la fin. Ces types d'épées étaient largement utilisés au 17ème siècle.

Une autre épée excentrique est l'épée landsknecht flamberge. Il est excentré de par sa taille et la forme de la lame. L'épée était tout simplement énorme car sa longueur totale dépassait 6 pieds. La lame de l'épée avait une forme ondulée caractéristique qui ressemblait à une flamme. Le nom de l'épée "flamberge" vient des mots "flammard" et "flambard" signifiant "lame de flamme". L'épée landsknecht flamberge a été utilisée au 16ème siècle par les mercenaires allemands appelés Landsknechts. Les lames en forme de flamme étaient très efficaces contre les piques et les hallebardes en bois car la forme de la lame offrait une plus grande surface de coupe tout en réduisant la masse de l'épée.

Terminologie

L'épée se compose de la lame de l'épée et de la poignée. La lame de l'épée est utilisée pour couper, pousser et frapper. La lame peut être à double tranchant ou à simple tranchant. Parfois, la lame à un seul tranchant peut avoir un bord secondaire près de la pointe même de la lame. La lame est divisée en deux parties appelées « forte » et « faible ». La partie "forte" (forte) se situe entre le centre d'équilibre et la poignée. La partie « faible » (faible) se situe entre le centre de percussion et la pointe de la lame (pointe). La section entre le centre de percussion et le centre d'équilibre s'appelle le milieu. Pour rendre les lames plus légères et en même temps plus rigides, la lame peut avoir des rainures le long de la lame. De telles rainures étaient appelées foulons ou parfois bosquets de sang. Le ricasso est la section courte entre la partie affûtée de la lame et la poignée. Le ricasso n'est pas affûté et sa longueur dépend de la longueur de l'épée. Sur certaines grandes épées, telles que le Landknecht Flamberge, la partie ricasso peut être importante pour permettre une prise en main supplémentaire. Certaines épées n'ont pas du tout de ricasso.

La poignée est la partie supérieure de l'épée qui permet de manier l'arme. La poignée se compose de la poignée, de la garde et du pommeau. Le pommeau agit comme un contrepoids à la lame et permet d'équilibrer l'épée améliorant ainsi la capacité de manier l'épée. Le pommeau peut également être utilisé pour des frappes contondantes à très courte distance. Les pommeaux peuvent se présenter sous diverses formes, notamment globulaires, circulaires, semi-circulaires, en forme de disque et rectangulaires. Les pommeaux peuvent être simples ou ornés de motifs ornés ou incrustés de bijoux et de pierres précieuses. Le crossguard empêche la lame d'un ennemi de glisser sur les mains du porteur de l'épée. La garde peut avoir diverses formes et la forme la plus courante de la garde de l'épée est le cruciforme qui prévalait au Moyen Âge. La garde croisée de l'épée peut également être connue sous le nom de quillons.

La soie fait partie de la poignée, mais elle fait aussi partie de la lame. Dans la fabrication d'épée traditionnelle, la soie était faite du même morceau de métal. La soie traverse la poignée et la poignée est le plus souvent constituée de deux morceaux de bois liés ensemble par des rivets et enveloppés de cuir, de cordon de cuir ou de fil métallique. Les fabricants d'épées japonais utilisaient de la peau de requin pour envelopper les poignées de leurs armes blanches. Le terme « pleine soie » fait généralement référence à la soie fabriquée à partir du même morceau de métal que la lame. Le terme "tige en queue de rat" qui est souvent utilisé dans la fabrication d'épées actuelle et commerciale fait référence à la soie qui a été soudée à la lame.

Un fourreau est la gaine protectrice de la lame des épées. Le fourreau protégeait la lame des éléments, à savoir la pluie, la neige ou l'humidité. Divers matériaux ont été utilisés pour fabriquer des fourreaux, notamment le bois, le cuir, l'acier ou le laiton. Habituellement, le fourreau avait deux raccords métalliques aux deux extrémités. La partie où la lame entrait était appelée la gorge et la partie au bout du fourreau, destinée à protéger la pointe de la lame, était appelée chape. Une ceinture d'épée était une ceinture qui servait à attacher l'épée pour la porter sur une personne. L'épée pouvait être attachée à la taille d'une personne ou parfois sur le dos et elle a été conçue pour faciliter le retrait rapide de l'épée du fourreau. Un baudrier est une ceinture qui se porte sur une épaule. L'avantage du baudrier était qu'il ne restreignait aucun mouvement des bras et offrait plus de soutien pour l'épée portée.

Parfois, les épées peuvent comporter des glands ou des nœuds d'épée. Le gland est un matériau tissé, du cuir ou de la dentelle de soie qui est attaché à la poignée de l'épée et enroulé autour de la main de la personne qui brandit l'épée. Cela empêchait l'épée ou le sabre d'être lâchés. Les glands ont également un design très décoratif.

Les épées japonaises construites différemment ont une terminologie et une classification différentes. L'épée katana japonaise se compose de la lame et des supports. Les épées japonaises classiques et authentiques sont fabriquées en acier spécial appelé Tamahagane qui signifie "acier bijou". L'acier tamahagane se compose de couches d'acier à haute teneur en carbone et à faible teneur en carbone qui sont forgées ensemble plusieurs fois. L'acier à haute teneur en carbone a des caractéristiques différentes par rapport à l'acier à faible teneur en carbone. L'acier à haute teneur en carbone est plus dur et, par conséquent, il peut avoir un tranchant plus tranchant. Le même acier est également très cassant. D'autre part, l'acier à faible teneur en carbone est plus malléable et peut résister aux impacts sans se casser. En combinant les deux, les fabricants d'épées japonais ont pu obtenir une lame d'épée supérieure. Les couches d'acier sont chauffées, pliées et martelées ensemble. Ce processus est répété plusieurs fois (jusqu'à 16 fois). Certains fabricants d'épées utilisent différentes pièces d'acier pour le noyau, le bord et les côtés. La légère courbe de l'épée est obtenue en refroidissant l'acier. Avant le processus de trempe, la lame est recouverte d'une couche d'argile. L'argile est appliquée très légèrement sur le bord destiné à la coupe tandis que le noyau et le dos de la lame sont recouverts d'une couche plus épaisse. La lame est à nouveau chauffée et immergée dans l'eau. Le processus de trempe provoque une légère courbure de la lame. Cela est dû à la différence de dureté (et de structure cristalline de l'acier) entre le bord et le noyau et la face arrière de la lame. Le tranchant de la lame est beaucoup plus dur tandis que le noyau et le dos sont plus doux. Le processus de trempe crée également la ligne ondulée distincte le long de la lame appelée hamon. La partie la plus proéminente de la lame est la crête médiane appelée shinogi. La pointe de la lame s'appelle kissaki. Le kissaki a un profil incurvé et il est séparé du reste de la lame par une ligne droite appelée yokote. La soie de l'épée s'appelle nakago. C'est aussi la partie qui porte la signature (mei) du fabricant d'épées. La soie a un trou appelé mekugi-ana qui est utilisé pour monter la poignée (tsuka). Le manche est monté sur la soie par une épingle en bambou appelée mekugi. Le garde-main de l'épée japonaise s'appelle tsuba et est souvent de conception complexe. Tusba peut se présenter sous différentes formes (ronde, ovale ou carrée). Les bosses décoratives sont appelées menuki. Le habaki est la pièce de métal (généralement en cuivre) qui enveloppe la base de la lame près de la tsuba. Le but du habaki est de fournir un ajustement serré dans le fourreau (saya) et de verrouiller le garde-main (tsuba) en place. Le fourreau de l'épée japonaise est en bois clair. La surface extérieure du fourreau est souvent laquée.

Les épées japonaises sont également classées en fonction de leur longueur. L'unité de mesure est le shaku où un shaku mesure environ 13 pouces. Les longueurs de lames japonaises sont classées en trois groupes.

  1. 1 shaku ou moins pour tanto (couteau)
  2. 1-2 shaku pour Shoto – épée courte (wakizashi)
  3. 2 shaku et plus pour Daito – épée longue (katana)
  4. 3 shaku et plus (Odachi ou Nodachi)

Des épées avec des lames de plus de 3 shaku étaient portées sur le dos. On les appelait Odachi signifiant « grande épée » ou Nodachi signifiant « épée de campagne ». Les deux épées étaient utilisées avant que l'épée katana ne devienne populaire.


La Gaule mourante &ndash 230-220BC


Image via http://www.vulture.com
La sculpture originale aurait été conçue vers 230 avant JC pour célébrer la victoire d'Attale Ier sur les Gaulois de Turquie. La version que nous avons aujourd'hui est une copie en marbre d'une sculpture en bronze plus ancienne qui a été perdue pour l'histoire. Le sculpteur de l'œuvre originale est inconnu, bien que les historiens pensent qu'il pourrait s'agir de l'œuvre d'Épigone, qui était sculpteur de cour à l'époque. Le statut représente un homme mourant d'une blessure par épée à la poitrine, et est loué pour son réalisme et sa représentation de la douleur. Jusqu'au 20ème siècle, on supposait que la statue était celle d'un gladiateur, mais un examen plus approfondi a montré que le sujet portait les marques de fabrique d'un Gaulois, y compris la coiffure et la moustache, et un torc autour du cou.


Armure de plaques

Chevaux et cavaliers dans la plaque du XVIe siècle. Par Mattes – CC BY-SA 2.5

Les armures de plaques en bronze existaient dans l'Antiquité. La douceur du bronze signifiait qu'il a été abandonné lorsque les armes et armures de fer sont apparues. Pendant des siècles, le fer était plus efficace que le bronze mais ne pouvait pas être travaillé en morceaux assez gros pour fabriquer des armures de plaques.

Au XIVe siècle, les forgerons européens ont appris à travailler le fer et le métal plus dur, l'acier. Capable d'offrir une meilleure protection contre les flèches et les carreaux d'arbalète qui ont pénétré la cotte de mailles, l'armure de plaques est devenue populaire parmi les riches.

Des combinaisons entières en ont été produites aux XV e et XVI e siècles, avec des joints de plus en plus sophistiqués.


Monde 2500 avant notre ère

La montée de la civilisation ici a été étonnante. À cette date, certaines des structures les plus spectaculaires de toute l'histoire du monde ont été construites - les grandes pyramides d'Égypte.

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

Civilisations

Abonnez-vous pour plus de contenu et supprimez les publicités

L'histoire du monde en 2500 avant notre ère - les civilisations anciennes prospèrent

En 2500 avant notre ère, une grande partie du monde est encore peuplée de chasseurs-cueilleurs. Mais les populations agricoles et pastorales continuent d'empiéter sur leurs terres, et dans de nombreuses régions du monde l'essor de la civilisation est étonnant.

Le Moyen-Orient et l'Egypte

Au Moyen-Orient de l'âge du bronze ancien, les deux grandes civilisations de l'ancienne Mésopotamie et de l'Égypte sont florissantes. Ils ont des systèmes d'écriture sophistiqués, des technologies de bronze et des administrations publiques très développées. Les premières littératures fleurissent, et déjà certaines des structures les plus spectaculaires de toute l'histoire du monde, les Grandes Pyramides, ont été construites dans la vallée du Nil.

Asie du sud

Une civilisation urbaine est également apparue sur le sous-continent indien, dans la vallée de l'Indus. Cela montre des fonctionnalités avancées telles que l'urbanisme et des systèmes de drainage efficaces.

Asie de l'Est

Dans les vallées fluviales de Chine, les villages grandissent en nombre et en taille, et leurs technologies progressent. Bientôt, l'une des plus grandes civilisations du monde émergera ici.

Asie du Sud-Est et Océanie

Sur les îles et les côtes du sud de la Chine, les ancêtres des Malais et des Polynésiens commencent leur grande migration vers les eaux de l'Asie du Sud-Est. De là, au cours de leur histoire, ils parcourront une vaste zone du globe : vers l'est jusqu'à Hawaï et l'île de Pâques, et vers l'ouest jusqu'à Madagascar.

Europe et Asie centrale

Un autre groupe qui, au cours de l'histoire parviendra à couvrir une grande partie du globe, s'étend à partir des steppes au nord de la mer Noire. Ce sont des peuples éleveurs de chevaux qui se sont déplacés à la fois vers l'est à travers l'Asie centrale et vers l'ouest en Europe. Ils emportent avec eux leur langue ancestrale indo-européenne. A cette époque, ils ont attelé des chevaux aux premiers véhicules à roues. Les premiers d'entre eux sont des charrettes lourdes, mais il ne faudra pas longtemps avant qu'elles ne se transforment en chars légers à deux roues.

Les Amériques

En Amérique du Nord, les chasseurs arctiques, ancêtres des Inuits d'aujourd'hui, commencent à se répandre dans le Grand Nord. En Amérique du Sud, l'agriculture s'étend sur une vaste zone et de grands villages permanents apparaissent au Pérou. La majorité du continent, cependant, reste le foyer de chasseurs-cueilleurs.

Creusez plus profondément

Pour plus de détails sur les différentes civilisations, cliquez sur la chronologie appropriée ci-dessus.


Durandal

Roland était le plus courageux des 12 paladins qui ont servi l'empereur du Saint-Empire romain germanique, Charlemagne, au VIIIe siècle. Les légendes médiévales entourant Roland impliquent également sa célèbre épée - le Durandal blanc brillant et inoxydable. On dit que l'épée avait quatre reliques sacrées dans la poignée d'or : un morceau de la robe de Sainte Marie des mèches de cheveux de Saint Denis le sang de Saint Basile et une dent de Saint Pierre.

Fragment présumé de Durendal à Rocamadour. Photo de Patrick Clenet CC BY-SA 3.0

Comme de nombreuses épées légendaires, les origines de Durandal restent un mystère. Dans le poème La chanson de Roland, Durandal est décrit comme anormalement tranchant et indestructible.

Roland a remporté de nombreuses batailles avec Durandal. Dans le poème, il coupe même en deux un soldat sarrasin en armure d'un seul coup d'épée.

Épée de Roland à Rocamadour, croquis de Louis de Veyrières, 1892.

Selon la légende, Roland a été vaincu à la bataille de Roncevaux et a tenté de détruire le Durandal, créant la Brèche de Roland, une brèche naturelle de 130 pieds, haut dans les Pyrénées.

Le folklore local prétend qu'il existe toujours, encastré dans un mur de falaise à Rocamadour.


Arabian Bronze Hand - History

The Islamic Coins From 1-100 AH / 622-719 CE

After the Muslims defeated the armies of Byzantine and Sassanian empires, there came the need to administer the conquered territories. The early Muslim from Arabia did not have a sophisticated system like that of the two defeated empires. So, the best recourse for them was to maintain the existing administrative systems just like other conquerers before and after them did. However, the early Muslims inherited two different administrative systems from the conquered two empires. Hence they had to maintain two parallel administrative systems one in the east and another in the west, which differed in their languages, culture, monetary systems and controls. The Muslims maintained these parallel systems for over 50 years until the reforms of the Umayyad caliph ʿAbd al-Malik.

Before the reforms of ʿAbd al-Malik, the Muslims used the existing monetary systems of their Sassanian and the Byzantine predecessors. There is a debate concerning the earliest coinage and their dating. Some argue that Muslims started striking coinage almost immediately as they did in the former Sassanian domain. Other argue that the Muslims did not strike coins in the former Byzantine realms until the reign of ʿAbd al-Malik. However, the middle ground appears to be more appropriate as the the coinage of the era before the advent of ʿAbd al-Malik was very complex. At some point in time, both in the east and in the west, the Islamic empire started to make its presence known via the coins that circulated in their domains. Initially, the changes were very minor with the addition of short phrases in Arabic and/or the addition of hijra dates. These lasted until a complete reform of the administrative system by ʿAbd al-Malik who united it in Arabic and changed the coinage drastically to what we essentially call as Islamic coins. The reformed coinage of ʿAbd al-Malik was different from its earlier predecessors in epigraphy as well as religious content. The new coins asserted the oneness of Allah and Muḥammad as His last Messenger.

Our aims here are quite modest. We would like to display the unique Islamic coins between 1-100 AH / 622-719 CE. These coins are unique in the sense of epigraphy as well as the religious content and not unique with respect to where they were minted.

Looking for something similar? Essayer

1. Chronological Arrangement Of Islamic Coins From 1st Century AH

Arab-Sassanian Coins From Year 20 (Assume Yazdgird Era, So 31 AH / 652 CE) Onwards.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : jayyid ("Valid" or "Good"). These are some of the earliest dated Islamic coins and believed to have been struck for about 15 years.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh ("In the name of God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : lillāh ("Unto God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse field has Maawia amir i-wruishnikan ("Muʿāwiya, commander of the faithful") written in the Middle Persian. Obverse margin : bism Allāh ("In the name of God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh al-malik ("In the name of God, the King").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh rabbī ("In the name of God, my Lord").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. It comes with a hephtalite countermark and testmark. Obverse margin : bism Allāh rabb al-ḥukm ("In the name of God, the Lord of judgement").

Typical Arab-Sassanian bust, i.e., standing profile potrait of Khusraw II. The reverse field has a unique Middle Persian legend that says: ŠNT ’YWK Y YZYT ("Year one of Yazīd"). The dating "Year one of Yazīd" belongs to Sassanian system the "Year one" being the first year of the current reign. There is no indication of the "Islamic" character of this coin.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : Ṭalha lillāh ("Ṭalha, unto God").

Typical late Arab-Sassanian bust. Obverse margin : In an unpointed Arabic script Bism Allāh, Allāhu / Akbar ("In the name of God, God is / Great"). This appears to be the earliest known Islamic coin to bear the famous slogan Allāhu Akbar .

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / Muḥammad rasūl / Allāh ("In the name of God, Muḥammad is the messenger of God"). This is the earliest occurance of the name "Muḥammad" in a dated Muslim text .

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. It comes with a hephtalite countermark and testmark. Obverse margin : bism Allāh al- ʿ azīz ("In the name of God, the Great").

Two standing figures, facing, wearing long robes and Arab head-dress adorned with six-pointed stars. Their right hand is on their swords. Between them, on three steps, a pointed staff with globe. Obverse margin : bism Allāh ʿ Abd Allāh ʿ Abd al-Malik Amīr al-Mu ʾ minīn ("In the name of God. The slave of God ʿAbd al-Malik, Commander of the Faithful"). Although the coins bears no mintmark, the kufic inscription leaves no doubt that it was an official issue of the Umayyad caliph. Clive Floss is of the opinion that this type apparently represents the caliph ʿAbd al-Malik and his brother ʿAbd al-Azīz, who were jointly proclaimed as successors to their father Marwan in 684/85 CE.

Typical late Arab-Sassanian bust with Pahlavi afzut before bust. Obverse margin : bism Allāh ("In the name of God") in the second quadrant of obverse margin. Reverse field: Fire altar between mint (Dārābjird) and date, in margin afzut (Pahlavi) and baraka ("blessing").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : lillāh al-ḥamd ("Unto God be praise").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh ("In the name of God") BPRWY (in Middle Persian) with a countermark lillāh ("Unto God") in the fourth quadrant.

Obverse field : Typical late Arab-Sassanian bust without the name of governor. Instead it is occupied by Middle Persian legend MHMT PGTAMI Y DAT ("Muhammad is the messenger of God"). Obverse margin : bism Allāh walī / al-Amr ("In the name of God, the Master / of affairs"). The reverse field has typical Arab-Sassanian fire-altar with attendants with unidentified mint (GRM-KRMAN) in the Kirman province and the date. This is the second earliest known record where the name "Muḥammad" is mentioned in a dated Muslim text . Furthermore, this is the earliest mention of the name "Muḥammad" in Middle Persian (Pahlavi) .

Obverse field : Typical late Arab-Sassanian bust. Middle Persian legend on the left of the bust: GDH ’pzwt' xwarrah abzūd ("Increase in glory") and on the right: ’pdwl ’cyc Y ’pdwl’ Y ’myl’n ("ʿAbdul ʿAzīz ī ʿAbdullāh ī Āmirān"), i.e., the name of the governor. Obverse margin : bism Allāh / al-ʿazīz ("In the name of God / the Great"). Reverse field : Absence of typical Arab-Sassanian fire-altar with attendants. Instead it contains the legend in Middle Persian in five line, three of which state full shahada in Middle Persian. This full shahada is perhaps the earliest surviving physical record of it in Pahlavi .

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / bakriyya ("In the name of God. Bakriyya"). This is the only known instance of appearance of the word bakriyya on any of the Arab-Sassanian coins. Bakriyya is a reference to the Bakr bin Wā’il tribe .

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Written in Arabic to downwards to the right of the bust: Muḥammad rasūl Allāh ("Muḥammad is the messenger of God"). The conventional Pahlavi benediction formula khurra afzut is behind the bust. Obverse margin : bism Allāh ("In the name of God"). This is an extremely rare coin and marks the initial steps of ʿAbd al-Malik's monetary reforms in Damascus.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh walī al-Amr ("In the name of God, the Master of affairs"). This is a lesser known slogan of the Kharijites.

These Arab-Byzantine gold solidi imitations including the one which has "three standing imperial figures" bear no Kufic legends to identify themselves as Arab issues. They are recognized as such only by the defacement or elimination of the crosses. Another noticeable feature of these imitation coins is the clumsy arrangement of the legend on the margins of both obverse and reverse sides, with little attention paid to positioning of the letters. G. C. Miles is of the opinion that these coins are roughly contemporary to each other.

This is the Umayyad imitation of the Byzantine prototype - both of them consist of three standing imperial figures on the obverse side. Reverse field: Staff ending in globe in steps. Reverse margin : bism Allāh lā-ilaha il-Allāh waḥdahu Muḥammad rasūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the messenger of God"). This full shahada is perhaps the earliest surviving physical record of it in Arabic .

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / lā-ilaha il-Allāh wa / ḥdahu Muḥammad ra / sūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the messenger of God").

Typical late Arab-Sassanian bust. In the place of the usual Sassanian fire-altar and two attendants, three bearded figures standing, the central one facing with hands raised on either side of his head, in an attitude of prayer, with smaller figures left and right, respectively, having their heads turned toward him. Obverse margin : bism Allāh / lā-ilaha il-Allāh / waḥdahu Muḥammad / rasūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the messenger of God").

Typical late Arab-Sassanian bust. In the place of the usual Sassanian fire-altar and two attendants, three bearded figures standing, the central one facing with hands raised on either side of his head, in an attitude of prayer, with smaller figures left and right, respectively, having their heads turned toward him. Obverse margin : bism Allāh Muḥammad / rasūl Allāh ("In the name of God. Muḥammad is the messenger of God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : lā ḥukm illā lillāh ("Judgement belongs to God alone"), the typical Kharijite slogan.

Typical late Arab-Sassanian bust. In the place of the usual fire-altar and the two attendants, a standing figure of the caliph, bearded and with his right hand resting on his sword-hilt in the attitude of the imām delivering a khutba. Kufic legends on sides running downwards khalfat (sic) Allāh / amīr al-mu'minīn ("khalifa of God, Commander of the Faithful"). Obverse margin : bism Allāh / lā-ilaha il-Allāh / waḥdahu Muḥammad ra / sūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the messenger of God").

Obverse field has an image of the caliph standing in the centre, bearing a sword in a scabbard. Obverse margin : bism Allāh lā-ilaha il-Allāh wa / ḥdahu Muḥammad rasūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the messenger of God"). Reverse field shows a mutiliated cross on steps along with the date. The "standing-caliph" coin was only minted for three years (74-77 AH / 693-697 CE) before giving way to a wholly aniconic form, that is, engraved only with words and no images at all.

Typical late Arab-Sassanian bust with the name "al-Ḥajjāj bin Yūsuf" written in Arabic on the right hand side of the bust. Obverse margin : bism Allāh / lā-ilaha il- / Allāh waḥdahu Muḥammad / rasūl Allāh ("In the name of God. There is no god but God alone. Muḥammad is the Messenger of God"). This is a very unique coin. Les shahadah is arranged in striking fashion radially in the obverse margin. As far as we are aware, no other coin from 1st century of hijra which shows this feature. The Arab-Sassanian and Arab-Byzantine coins which show either full or partial shahadah, show its arrangement running along the obverse margin.

The aniconic reformed silver coinage of ʿAbd al-Malik was different from its earlier predecessors in epigraphy as well as religious content.

The differences between the reformed Umayyad gold et silver coins are quite subtle. The obverse margin in gold became the reverse margin in silver. The reverse margin in gold became obverse margin in silver. Les silver also adds wa-lam yakun lahu kufūwan aḥad ("And there is none like unto Him") which is absent in the gold.

Since this was an exceptionally early issue it was struck before the precise format of the design had evolved. This might also explain why the legends are placed differently on this specimen. What was obverse margin in the experimental Umayyad dirham became reverse margin in the "reformed" dirham.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : quwwat Yazīd billāh ("Strength of Yazīd is from God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : In an unpointed Arabic script Muḥammad ("Muḥammad"). Roman letter ‘T’ replaces star in crescent at 6 o'clock.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : lā-ilaha il-Allāh wahdahu Muḥammad rasūl Allāh ("There is no god but God alone, Muḥammad is the messenger of God").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / rabb ḥarasahu ("In the name of God. May God protect him").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / baraka ("In the name of God. Blessing").

Typical late Arab-Sassanian bust, but with a new type of head-dress with a top like weather-vane. On the reverse side, in place of the usual Sassanian fire-altar and two attendents, a standing figure, facing, in armour, wearing helmet with "weather-vane" like that on the obverse side and holding in his left hand a spear, while grasping with his right hand a sword in its scabbard. Obverse margin : bism Allāh / al-ʿAẓīm ("In the name of God, the Mighty"). Reverse margin : Contains both Hephthalite (Greek) and kufic scripts. Les kufic script says duriba jizya bi-al-Jūzjān ("struck for tribute in al-Juzjan").

Typical Arab-Sassanian fire-altar with attendants. Obverse margin : Naṣr Allāh al-ḥaqq ("May God give victory to the truth").

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : bism Allāh / ʿ Amr lillāh ("In the name of God. ʿAmr, unto God").

Typical Arab-Sassanian fire-altar with attendants. Obverse margin : Muḥammadun rasūlu’llāhi wa’lladhīna yatlūna ma ʿ ahu ashiddāʾu ʿ alā’l-kuffāri ruḥamāʾu baynahum ("Muḥammad is the Messenger of God, those who recite with him are severe [in their dealings] with the unbelievers, compassionate among themselves").

Obverse field : Bust of Emperor Heraclius on left and smaller bust of his son Heraclius Constantine on right, each wearing a crown. Obverse margin : INNDNM [ ] IEST <= "IN Nomine DoMni [ ] non EST">("In the name of the Lord. [ ] does not exist"). Reverse field : A globe on top of a column with a base of three steps with a bead below. Reverse margin : [ ] DSNISOLVSDS <= "[ ] DeuS NIsi SOLUS DeuS">("[ ] there is no god but the one God"). These earliest Islamic coins from North Africa are modifications of those struck by the Byzantines in Carthage immediately before the Muslim conquest. The globe at the top of a column on three steps is the Muslim adaptation of the Byzantine cross on steps.

Typical late Arab-Sassanian bust and fire-altar with attendants. Obverse margin : MA (Pahlavi) / bism Allāh / al- ʿ izza lillāh ("In the name of God. Unto God belongs the honour").

Obverse field : lā-ilaha illa-Allāh waḥdahu la sharīkalah ("There is no god but God alone, He has no associate"). maʿdin amīr al-muʾminīn ("Mine of the Commander of the Faithful'). Obverse margin : Muḥammad rasūl Allāh arsalahu bi-l-huda wa dīn al-ḥaqq liyudhhiru ʿala al-dini kullahi ("Muḥammad is the messenger of God whom He sent with guidance and the religion of truth that He might make it prevail over all religions"). This unique historic coin is of the highest rarity and the earliest known dīnār to bear the legend ‘Mine of the Commander of the Faithful’.Two other dīnārs with similar legend were sold at Morton & Eden on 4th April 2011. These coins are dated 92 AH (sold for £768,000) and 105 AH (sold for £3,720,000). The latter has the legend maʿdin amīr al-muʾminīn bi al-ḥijāz ("Mine of the Commander of the Faithful in the Ḥijāz").

Obverse field : Eight pointed star in the middle. Obverse margin : INNDNINIDSNSDSSLSIN <= "IN Nomine DomiNI Non DeuS NiSi DeuS SoLuS cuI Non (socius)>("In the name of the Lord. There is no god but God alone who has no partners"). Reverse field : INDCXI <= "INDictione XI">. Reverse margin : HDFRTINSPNANNXCIII <= "Hic soliDus FeRiTus IN SPaNia ANNo XCIIII">("This solidus was made in Spain in the year 94"). These coins were modelled in size and design after the Arab-Byzantine coinage. However, their inscriptions were in Latin. A large star in the centre of the obverse field distinguished the Spanish coins from the ones minted in Africa. Notice half shahadah in Latin in the obverse margin.

Obverse field : SOMNC <= "SOMNium Creator">("God the Creator of all"). Obverse margin : DSETRNSDSMGNSDSOID <= "DeuS ETeRNuS DeuS MaGNuS DeuS OmnIum Deus">("God the Eternal, God the Mighty, God the Omniscient"). Reverse field : A globe on top of a column with a base of three steps. Reverse margin : INNDINMSRCSLFERINAFRC <= "IN Nomine DomINi MiSeRiCordis SoLidus FERitus IN AFRiCa") ("In the name of the Lord, the Merciful. Solidus made in Africa").

Obverse field : RTERCIN. Obverse margin : DSETER. <= "DeuS ETER[nus Deus magnus Deus]">("God is eternal. [God is great. God is]"). Reverse field : Cippus topped with 'T' on two steps. Reverse margin : [INNDNI]MISRCVSDNS <= "[IN Nomine DomNI] MISeRiCordis UnuS Deus Non Socius">("In the name of the Lord. One God with no partners"). A tremissis is a gold coin which is the third part of a solidus.

Obverse field : lā-ilaha il-Allāh ("There is no god but God alone"). Obverse margin : SLDFRTINAFRKANCVIII <= "SoLiDus FeRiTus IN AFRiKa ANno XCVIII">("Solidus made in Africa in the Year 98"). Reverse field : Muḥammad rasūl Allāh ("Muḥammad is the Messenger of God"). Reverse margin : INNDNINDSNSSISNDCVNSM <= "IN Nomine DomiNI Non DeuS NiSSI Deus CUi Non SiMilis">("In the name of the Lord. There is no god but God, nothing is similar to Him").

Obverse field : Eight pointed star in the middle. Obverse margin : FERITOSSOLIINSPANAN <= " FeRITOS SOLIdus IN SPANia ANno">("Solidus made in Spain in the Year (omitted)"). Reverse field : Muḥammad rasūl Allāh ("Muḥammad is the Messenger of God"). Reverse margin : ḍuriba hadhā al-dīnār bi-al-andalus sanat thamān wa tisʿīn ("In the name of God, this dīnār was struck in Al-Andalus the year 98").

2. Coin Weights & Other Standard Weights

Coin weights were made to correspond to the weights of particular coin denominations, and the denomination in question was usually indicated in the design. Measuring the weight of a coin is an objective measurement. It can be repeated and it will come out the same time and time again and by different people. The purpose of the coins weights was to check the weight of coin in circulation and ensure that coin received was of good quality. Normally they would correspond to the lowest weight at which the coin remained legal tender. They could be used to guard against clipped, worn or counterfeit coin and to check the standards of foreign coin permitted in currency.

Coin Weight Of The Umayyad Governor Al-Ḥajjāj Ibn Yūsuf, c. 75 AH / 695 CE.

This is a unique coin weight in bronze was issued by the authority of the Umayyad governor al-Ḥajjāj ibn Yūsuf. Walker identified it as a weight of six mithqāls (= six dīnārs, in modern terms 25.5 gms). It weighs 25.14 gms, very close to Walker's suggested six mithqāls.

This standard weight was issued by Muḥammad bin Marwān while he was serving as Governor of the North, where he would have been in charge of implementing the Umayyad coinage reform of 77-78 AH. This piece would have acted as the control tool against which the mint could validate the standard weight of its precious metal coinage. It is certainly the earliest surviving documentary evidence of the famous seven to ten ratio between the weight of the mithqal et le dirham, a standard which has survived in the traditional usage ever since that time.

This glass half dīnār weight may be from the latter part of Caliph ʿAbd al-Malik ibn Marwān's rule when coinage reforms came into effect, for the gold coinage, in 77 AH / 696-697 CE.

Colour unknown. Diameter unknown. Weight =175.50 gm.

The weight of ʿAbd al-ʿAzīz ibn Marwān's (r. 65-86 AH / 685-705 CE) glass piece, 4.29 gms, shows that it must be dated to the latter part of his governorship in Egypt, for it is clearly on the standard introduced for the dīnār in ʿAbd al-Malik's coinage reform, which came into effect, for the gold coinage, in 77 AH / 696-697 CE. The standard is normally calculated at 4.25 gms. Other than the coins themselves it is one of the earliest, perhaps the earliest, of the documents we possess for the standard of the reform dīnār.

This weight is a circular disk of diameter 35.5 mm and thickness 7 mm with a two-grooved tooled profile.

This disc type weight is well known to have been used under Byzantine rule in the sixth century. Only one half of the weight survives.

Dīnār Minted By King Offa, 157 AH / 774 CE.

Albeit not an Islamic coin, this unique dīnār or the gold coin of King Offa of Mercia is generally considered as one of the rarest and most remarkable coins in the world. This piece is considered to be a copy of an Arab dīnār of the year 157 AH issued by caliph al-Mansūr, and was issued in, or more probably, subsequently to the year 774 CE.

The corpus of dated Muslim texts until 72 AH / 691 CE for the study of early Islam.

The corpus of dated texts containing the Qur'an from 1-100 AH / 622-719 CE proving the early codification of the Qur'an in Arabic.

The corpus of dated non-scriptural Muslim and non-Muslim texts mentioning Prophet Muhammad from the first Islamic century.

The Maskukat Collection. This is perhaps the most comprehensive collection of Islamic coins on the web. The arrangement of material is chronological.

Arab-Sasanian (Or Early Muslim) Coinage. Not as comprehensive as the above collection, this site has coins containing different epigraphic material. It also has very useful tables of the Arab-Sassanian mints and Arab-Sassanian ornamentation.


Voir la vidéo: Georges Bush dance avec le Roi dArabie Saoudite


Commentaires:

  1. Shakak

    Bonjour passant !!!!

  2. Giannes

    Je pense qu'il a tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.

  3. Seamus

    Cette idée sera utile.

  4. Rodell

    Je m'excuse d'intervenir, mais pourriez-vous s'il vous plaît donner un peu plus d'informations.



Écrire un message