Christine de Pizan

Christine de Pizan



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Biographie de Christine de Pizan, écrivaine et penseuse médiévale

Christine de Pizan (1364 à 1430), née à Venise, en Italie, était une écrivaine italienne et une penseuse politique et morale de la fin du Moyen Âge. Elle est devenue une écrivaine de premier plan à la cour de France sous le règne de Charles VI, écrivant sur la littérature, la morale et la politique, entre autres sujets. Elle était connue pour sa défense exceptionnellement franche des femmes. Ses écrits sont restés influents et souvent imprimés tout au long du XVIe siècle, et son travail a repris de l'importance au milieu du XXe siècle.

Faits saillants : Christine de Pizan

  • Connu pour: Premier penseur féministe et écrivain influent à la cour royale de Charles VI de France
  • Née: 1364 à Venise, Italie
  • Décédés: 1430 à Poissy, France
  • uvres publiées: Le livre de la cité des dames, Le trésor de la cité des dames
  • Citation célèbre: "L'homme ou la femme en qui réside la plus grande vertu est d'autant plus élevé ni la hauteur ni l'humilité d'une personne ne réside dans le corps selon le sexe mais dans la perfection de la conduite et des vertus." (de Le livre de la cité des dames)

Christine de Pizan - Histoire

Christine de Pizan était une écrivaine française de la Renaissance qui a écrit certaines des toutes premières œuvres littéraires féministes. À la Renaissance, Christine de Pizan rompt de plusieurs manières avec les rôles traditionnels attribués aux femmes à une époque où les femmes n'avaient aucun droit légal et étaient considérées comme la propriété d'un homme. Parce qu'elle était l'une des rares femmes de l'époque à être éduquées, elle était capable d'écrire. Lorsqu'elle a été abandonnée de manière inattendue à elle-même et à celle de sa famille, elle est devenue la première femme en Europe à réussir à gagner sa vie grâce à l'écriture. Elle a écrit dans de nombreux genres et styles différents en fonction de son sujet et de son mécène. Finalement, elle a commencé à aborder le débat sur les femmes qui se déroulait au cours de sa vie à travers des œuvres comme Letters to the God of Love (1399), The Take of the Rose (1402) et Letters on the Debate of the Romance of the Rose ( 1401-1403). Son écriture a finalement abouti à son livre le plus célèbre, Le Livre de la Cité des Dames (1404-05) et sa suite Livre du Trésor des Dames (1405).

La jeunesse de Christine de Pizan l'a bien préparée aux défis auxquels elle sera plus tard confrontée. Née en Italie, elle s'installe très jeune en France lorsque son père, Thomas de Pizan, devient l'astrologue du roi Charles V. Son père lui assure qu'elle a la meilleure éducation possible. Elle a été mariée à l'âge de quinze ans à Etienne de Castel. Malgré un mariage arrangé, ils étaient très heureux ensemble. Etienne était un noble et un érudit qui a encouragé Christine à poursuivre ses études alors qu'ils étaient mariés.

Peu de temps après leur mariage, une tragédie a frappé la vie de Christine. A la mort de Charles V en 1380, son père perd son poste à la cour. il est tombé malade et est finalement décédé en 1385. Elle et son mari ont ensuite pris soin de sa famille. Puis, en 1389, Etienne tomba subitement malade alors qu'il était à l'étranger avec Charles VI. Christine est restée seule pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses trois jeunes enfants.

Malgré le souhait de mourir, Christine a persévéré et s'est tournée vers l'écriture pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle a commencé à écrire à la fois de la prose et de la poésie qu'elle a envoyées à divers membres de la cour. Comme c'était la coutume, ils ont commencé à lui envoyer de l'argent en retour. Elle faisait des copies de poèmes et les envoyait à plusieurs personnes. Finalement, ils ont commencé à lui commander des travaux et elle a pu se désendetter et sauver sa famille. La capacité de Christine à écrire pour des publics spécifiques a contribué à renforcer sa popularité auprès de ses clients. Une fois que ses enfants ont grandi et sont devenus indépendants d'elle, Christine a de nouveau pu lire et étudier en même temps que son écriture.

Au fur et à mesure que sa vie avançait, elle a commencé à traiter directement de la cause des femmes dans ses écrits. Son ouvrage le plus important, Le Livre de la Cité des Dames, a été écrit pour combattre les idées actuelles qui existaient sur la nature de la femme. City of Ladies est divisé en trois sections dans lesquelles Christine construit sa ville symbolique pour les femmes. Elle comprend toutes les femmes célèbres qui ont régné dans l'histoire, les femmes qui ont honoré leurs parents, gardé leur chasteté, été fidèles à leurs maris, et toutes ces femmes qui sont devenues des martyres pour leur foi. Son livre a rendu hommage à toutes sortes de grandes femmes et leur a donné un endroit pour être à l'abri des attaques des hommes. Le livre de Christine était un témoignage de la grandeur et des réalisations des femmes, les mettant au même niveau que les hommes.

La vie de Christine était remarquable en raison de l'âge dans lequel elle vivait. Les femmes n'avaient pas le droit d'avoir une voix ou d'être indépendantes, mais elle a réussi les deux. Son écriture a permis à sa famille de survivre et lui a donné les moyens de créer non seulement pour de l'argent, mais pour ses propres fins. Elle a travaillé pour réfuter les idées négatives que les érudits répandaient sur les femmes à la Renaissance et a montré au moins aux femmes d'élite de son temps comment elles pouvaient naviguer avec succès dans ce qui était un monde d'hommes.

Bibliographie annotée

Brown-Grant, Rosalind. Christine de Pizan et la défense morale des femmes : lire au-delà du genre . Cambridge : Cambridge University Press, 1999 .
Ceci a été écrit par un professeur de français à l'Université de Leeds. Brown-Grant écrit sur la littérature médiévale et a traduit une version du Livre de la Cité des Dames. Ici, elle fait une analyse approfondie de l'œuvre majeure de Christine, l'examinant d'un point de vue féministe. L'objectif de Brown-Grant est de montrer comment la culture et le public ont influencé l'écriture de Christine et sa vision morale du monde. Elle examine les fortes convictions de Christine dans les bonnes mœurs et comment elle a changé les genres et les voix dans lesquels elle a écrit afin de pouvoir convaincre les hommes que les femmes devraient avoir plus de droits. Il s'agit d'une source intéressante et informative qui est écrite à un niveau savant. Il conviendrait aux étudiants et aux professeurs de littérature.

Échecs, Simone. "Vision et révision : Christine de Pizan et l'histographie féministe." (Dernière mise à jour 2002) < http://www.uweb.ucsb.edu/

schess/courses/christine/ > (22 novembre 2005).
Ce site examine le travail de Christine d'un point de vue féministe, en particulier comment le Livre de la Cité des Dames peut être utilisé pour commencer une lecture de l'histoire qui se concentre sur l'histoire des femmes plutôt que sur des textes historiques plus traditionnels dominés par les hommes. Le livre peut être considéré comme un modèle pour les futures révisions modernes féministes de l'histoire. C'est un essai intéressant qui serait utile à toute personne intéressée par une critique féministe de Pizan. Cependant, Chess propose quelques avertissements concernant sa page. Alors que son travail était certainement original, l'auteur a tendance à ignorer le fait que City of Ladies n'a pas entraîné de changement important dans la pensée, et qu'un grand nombre de femmes ne l'a pas lu. Garder ces points à l'esprit aidera le lecteur à mieux interpréter la page. Ce site présente également quelques peintures de Pizan travaillant et lisant. Il propose également une bonne sélection de liens vers d'autres sources en ligne sur Pizan, bien que plusieurs d'entre eux soient en français.

Desmond, Marilynn, éd. Christine de Pizan et les catégories de la différence. Minneapolis : University of Minnesota Press, 1998.
Ce recueil d'essais est issu d'une conférence intitulée "Christine de Pizan : Textes/Intertextes/Contextes" qui a eu lieu à l'Université de Binghamton en 1995. Il y a plusieurs illustrations dans la collection. Ils comprennent des peintures de Pizan, des peintures incluses dans son travail et d'autres peintures de lieux ou de situations qui ont influencé son écriture. Une grande partie de l'objectif des essais est de savoir comment Pizan a pu écrire dans autant de styles différents et adapter son travail à des publics spécifiques. C'est une bonne source qui se concentre sur son travail plus que sur sa vie. Il est facile à comprendre et serait accessible aux étudiants de niveau collégial.

Desmond, Marilynn, Harris, Roy, Sheingorn, Pamela. Mythe, montage et visualité dans la culture manuscrite de la fin du Moyen Âge. Binghamton : University of Michigan Press, 2003.
Ce livre se concentre spécifiquement sur le travail de Christine Epistre Othea et comment elle utilise l'apparence du texte lui-même pour affecter le lecteur. Les auteurs examinent le processus de création d'un texte à l'époque de Pizan et comment ces articles de luxe utilisaient des illustrations ainsi que du texte pour façonner l'expérience de lecture. C'est une excellente source pour quiconque cherche à explorer en détail comment Pizan adapterait ses textes à son public. Elle écrit à ses riches mécènes dans différents styles et genres selon leurs goûts et les sujets. Ce n'est pas aussi utile pour quelqu'un qui essaie d'en savoir plus sur sa vie ou sur l'ensemble de ses œuvres, et est écrit à un niveau savant.

Disse, Dorothée. "Christine de Pizan." Autres voix de femmes. (Dernière mise à jour le 16 novembre 2005)<http://home.infionline.net/

ddisse/christin.html> (22 novembre 2005).
Ce site regorge de nombreuses informations utiles, mais le format est assez lourd. Il faudra un certain temps pour trouver ce que vous cherchez ici. La page commence par une liste de liens vers les travaux de Christine en ligne ainsi que quelques essais écrits à son sujet. La partie suivante de la page, qui en constitue la majorité, contient des extraits d'une variété de ses œuvres. Ensuite, les collections qui présentent son travail sont répertoriées, suivies d'une liste de sources secondaires sur Pizan. Cette seule page contient beaucoup d'informations, mais le mauvais formatage rend difficile la recherche de ce que vous cherchez. La partie la plus utile est la petite table des matières en haut. Il contient des liens vers les différentes sections de la page, y compris chacune des traductions. L'utiliser est beaucoup plus facile que d'essayer de faire défiler la page vers le bas. Cela vaudrait la peine pour tous ceux qui ont du mal à trouver des sources imprimées sur Pizan car la liste sur le site est longue.

Dufresne, Laura Rinaldi. « Femmes guerrières : un cas particulier du XVe siècle : la ville des dames ». Études de femmes . 23, non. 2 mars 1994, 111-132.
Cet article examine la relation entre le texte et les images dans The City of Ladies. Dans l'ouverture, l'auteur la compare à la façon dont l'ouvrage de Boccace concerne les femmes célèbres dépeint les « femmes guerrières ». En comparant les deux, Dufresne constate que Pizan prend les femmes beaucoup plus au sérieux et essaie de défendre l'idée de la femme guerrière. Pourtant, elle note également que les images des femmes dans toute la ville sont très conservatrices par rapport aux idées de l'œuvre. Dufresne en discute les raisons et poursuit en comparant les images originales utilisées par Pizan aux images utilisées dans les éditions parues après sa mort. Il s'agit d'un article scientifique qui serait utile pour étudier City of Ladies et la relation entre les images et le texte dans la littérature médiévale.

Enders, Jody. "Les Mnémoniques Féministes de Christine de Pizan." Trimestriel de la langue moderne. 55, non. 3 sept. 1994, 231-250.
Cet article examine comment Pizan a développé ses théories sur les femmes à travers la rhétorique, qui était une institution dominée et contrôlée par les hommes. Enders, professeur de français à l'Université de Californie, soutient que Pizan réussit à utiliser l'outil qui a si souvent été utilisé pour critiquer et rabaisser les femmes pour faire valoir son point de vue. L'examen des visuels de City of Ladies montre comment Pizan a su retravailler l'histoire et y donner une place aux femmes. C'est un essai intéressant, mais il nécessite une certaine connaissance préalable de Pizan et de son travail. Les étudiants avancés en langue seraient mieux à même de comprendre et de travailler avec cette pièce.

Forhan, Kate Langdon. La théorie politique de Christine de Pizan. Burlington, Vermont : Ashgate, 2002.
Comme le titre l'indique, ce livre examine le travail de Christine d'un point de vue politique. En s'intéressant au contexte historique et aux travaux de ses prédécesseurs, Forhan montre en quoi les théories de Christine différaient de celles de ses contemporains. Ses œuvres sont également examinées pour découvrir ce qu'elle ressentait à propos de choses comme la royauté, les lois et la guerre. Dans la préface, l'auteur précise que ce livre est destiné aux politologues et théoriciens. Bien que ce soit une bonne source, il sera difficile à lire pour ceux qui ne comprennent pas le langage de la politique.

Isman, Josette A. "La Résurrection selon Christine de Pizan." La religion et les arts. 4, non. 3 septembre 2000, 337-358.
C'est l'un des articles les plus uniques de cette liste. Isman choisit d'explorer l'œuvre de Pizan d'un point de vue religieux. Plus précisément, il examine ce que Pizan a à dire sur la résurrection du Christ. Isman examine comment elle utilise le genre du sermon pour discuter de ce sujet et de sa signification. L'article utilise également des sources bibliques et théologiques pour expliquer la résurrection. Isman regarde comment Pizan présente ses informations et ce que cela dit sur la façon dont les gens de la Renaissance ont compris cette doctrine. Il s'agit d'un article intéressant et utile qui aiderait quiconque cherche à comprendre comment Pizan correspond au style de son écriture pour son objectif. Ce serait également une excellente source pour quiconque s'intéresse aux liens entre Pizan et la religion.

Nowacka, Keiko. « Réflexions sur le « féminisme » de Christine de Pizan. » Études féministes australiennes . 17, non. 37 mars 2002, 81-97.
Cet article examine Le Livre de la Cité des Dames dans une perspective féministe, en accordant une attention particulière aux revendications de Christine sur l'égalité morale et intellectuelle des sexes. L'auteur examine les styles littéraires de Pizan et ce qui constitue le féminisme du XVe siècle. Nowacka examine son travail à travers le prisme du féminisme du XVe siècle, car elle estime que juger le travail selon les normes actuelles serait injuste et entraînerait une condamnation de tout le travail de Pizan. C'est l'un des meilleurs articles de cette liste et mérite d'être lu. Ce serait acceptable pour tout étudiant de premier cycle souhaitant mieux comprendre Pizan et son travail. En regardant Pizan non pas à travers ce que nous considérons comme un féminisme approprié, mais à travers le féminisme de son époque, le lecteur apprend à quel point ses idées étaient différentes et importantes.


Christine de Pizan

Candidat improbable pour contester le traitement injuste et misogyne des femmes par les hommes et la société, Christine de Pizan a défié avec succès les opinions négatives acceptées qui étaient exprimées sur les femmes par le monde littéraire exclusivement masculin de son époque. Une partie du caractère unique de Christine provient de l'époque à laquelle elle a vécu, du milieu à la fin des années 1300. L'absence d'un modèle féminin positif sur lequel s'inspirer a fait de Christine une véritable visionnaire dans la lutte pour l'égalité des droits des femmes.

Ses idées originales et sa perspicacité ont fourni une façon nouvelle et plus intelligente de voir les femmes. L'ouvrage de Pizan, The Book of the City of Ladies, a fourni aux femmes des conseils indispensables sur la façon de survivre sans le soutien d'un homme. Née à Venise vers 1364, Christine est la première femme écrivain professionnelle en Europe. Son père, Thomas de Pizan, était un célèbre astrologue et médecin qui emmena Christine enfant en France.

Sa renommée en tant qu'astrologue lui a permis d'être nommé à la cour du roi de France Charles V (Kosinski xi). Dépendant de son père pour la majeure partie de son éducation, le grand amour de Christine lorsqu'elle était enfant apprenait cependant, la mère de Christine a estimé qu'éduquer Christine était inapproprié, ce qui a conduit à un arrêt prématuré de son enseignement. (Kosinski xi). Les réalisations de Christine et l'opinion de sa mère selon laquelle « les femmes ne devraient pas être éduquées » (Kosinski xi) montrent le contraste entre la mère et la fille.

Bien qu'elle aurait décrit son éducation comme « rien d'autre que ramasser les miettes d'apprentissage qui sont tombées de la table de son père » (Kosinski 299), l'écriture de Christine est remplie d'allusions à « des auteurs classiques, des pères d'église, des poètes et des écrivains historiques. ” – -intellect révélateur supérieur aux restes de table (Kosinski 299). A quinze ans, Christine épouse Etienne de Castel, notaire et secrétaire de la cour royale (Kosinski xi). Tout comme son écriture reflétait son caractère unique, son mariage était de toute évidence un « match d'amour », quelque chose de remarquable à l'époque médiévale des mariages arrangés (Kosinski xi).

Christine a parlé d'une relation amoureuse en décrivant son mariage avec Etienne comme "une chose douce" et son mari comme "gentil et prévenant" lors de leur nuit de noces (Kosinski xi). La famille de Christine dépendait de la charité de Charles V pour leur subsistance. Par conséquent, sa mort en 1380 s'est avérée préjudiciable à Christine et à sa famille. Le successeur du trône, le roi Charles VI, n'a pas été aussi généreux envers la famille Pizan, et le père et le mari de Christine ont perdu la majeure partie de leur salaire. Entre 1384 et 1389, Thomas de Pizan meurt en laissant peu d'héritage à sa jeune fille (Kosinski xi).

Christine a été laissée à dépendre entièrement de son mari pour sa sécurité financière. Christine et son mari auront trois enfants ensemble avant sa mort due à une épidémie de 1389 (Léon 214). À l'âge de 25 ans, Christine était veuve avec trois jeunes enfants et sa mère à charge (Kosinski xii). Christine décrit cette période de sa vie comme une période où elle a été « forcée de devenir un homme », alors qu'elle commençait à chercher des mécènes pour son écriture (Kosinski xii). Même si Christine était manifestement une écrivaine brillante et talentueuse, la nécessité était sa véritable inspiration, car elle devait littéralement écrire pour nourrir sa famille.

Les premiers efforts littéraires de Christine étaient les poèmes d'amour très demandés du 14ème siècle, ainsi que des textes de dévotion qui soulignaient sa forte foi chrétienne (Kosinski xii). Cependant, c'est l'œuvre littéraire de Christine Le Livre de la Cité des Dames qui intrigue le plus les lecteurs contemporains. Christine a été la première femme écrivain à posséder la capacité d'identifier et d'aborder les problèmes de misogynie dans la littérature de son temps, ainsi que dans la société (Kosinski xii). Cette caractéristique fait d'elle une championne du mouvement féministe à venir.

Bien que Christine n'ait jamais abordé la question de « changer les structures de sa société » (Kosinski xiii), sa capacité à identifier la misogynie à une époque où elle était un aspect normal de la vie des femmes, révèle la perspicacité de la jeune femme. La scène de début du Livre de la Cité des Dames décrit Christine regardant un livre de Mathéolus : Lorsque je l'ai tenu ouvert et que j'ai vu à son titre qu'il était de Mathéole, j'ai souri, car bien que je ne l'avais jamais vu auparavant, j'avais souvent entendu que, comme d'autres livres, il parlait du respect des femmes. e Pizan 3) La croyance de Christine en l'égalité intellectuelle se retrouve dans le thème de cette histoire avec une jeune femme lisant pour le plaisir. Les femmes du 14ème siècle étaient rarement alphabétisées. Choisir la lecture comme activité agréable aurait été rare.Ce que Christine découvre à la lecture de ce texte est tout le contraire de ses attentes. Elle se rend compte que Matheolus n'est pas respectueux envers les femmes, mais tout le contraire. Son travail représente les femmes comme « diaboliques et méchantes. » Cependant, elle utilise son esprit pour décrire son mécontentement dans le texte :

Parce que le sujet m'a semblé peu agréable pour les gens qui n'aiment pas le mensonge, et inutile pour développer la vertu ou les manières, étant donné son manque d'intégrité dans la diction et le thème, et après avoir parcouru ici et là et lu la fin, j'ai mis le baisser afin de porter mon attention sur une étude plus élevée et plus utile. (de Pizan 3) Les propos de Christine critiquent ici le sujet du texte de Matheolus, mais aussi son choix de diction. Ses commentaires font non seulement savoir au lecteur qu'elle est mécontente de ce morceau de littérature, mais qu'elle estime que le lire n'est ni élevant ni utile.

Ainsi, elle insinue la futilité de l'œuvre elle-même. Christine commente habilement le sujet du caractère des femmes en flattant ses contemporains masculins. Elle écrit : … il serait impossible que tant d'hommes célèbres – des érudits si solennels, dotés d'une compréhension si profonde et si grande, si clairvoyants en toutes choses, comme cela semblait – aient pu parler faussement à tant d'occasions …. (de Pizan 4) Christine utilise intelligemment cette méthode « enrobée de sucre » pour souligner le point – le point que ces hommes avaient tort. Même si Christine était manifestement franche, elle connaissait ses limites.

Son travail ne serait pas reconnu, ni même lu, si elle avait ouvertement attaqué les écrivains masculins. Par conséquent, elle a plutôt choisi de les constituer en « érudits solennels » avant de s'opposer à leurs positions. L'humilité ironique de Christine ne s'arrête pas aux écrivains masculins de son temps. Elle s'adresse à Dieu avec la même question rhétorique qu'elle demande : Oh, Dieu, comment cela peut-il être ? Car, à moins que je m'écarte de ma foi, je ne dois jamais douter que votre sagesse infinie et votre bonté la plus parfaite n'aient jamais rien créé de bon. (de Pizan 5) Encore une fois, Christine s'est soigneusement opposée au point de vue masculin en utilisant cette fois des références bibliques.

Christine fait un point indiscutable – Dieu ne créerait rien qui ne soit pas bon. Christine poursuit en demandant à Dieu comment elle peut douter de ce que ces « hommes instruits » ont écrit sur les femmes alors qu'il a lui-même dit : « … le témoignage de deux ou trois témoins donne foi… pourquoi ne douterais-je pas que cela soit vrai ? » (de Pizan 5). L'ironie de sa question réside dans le fait qu'elle sait que le témoignage est faux. En demandant à Dieu conseil et compréhension en la matière, elle révèle qu'elle est une femme bonne et morale - et non le stéréotype du "démon diabolique". » Christine continue d'interroger Dieu en demandant :

Hélas, Dieu, pourquoi ne m'as-Tu pas laissé naître dans le monde en tant que mâle, afin que tous mes penchants soient à mieux Te servir, et pour que je ne m'égare en rien et que je sois aussi parfait qu'un mâle est dit être? (de Pizan 5) Comme Christine décrit les hommes comme « parfaits », une connotation ironique se fait sentir. Bien que Christine était une chrétienne très fervente, sa question à Dieu n'en est pas une de sincérité. La déclaration « En effet, je maintiens que lorsque les hommes sont parfaits, les femmes suivront leur exemple » (de Pizan 186), se trouve beaucoup plus tard dans le texte illustrant la capacité de Christine à utiliser les propres mots des hommes contre eux et révèle la profondeur de son esprit et la sagesse.

En criant à Dieu pour la sagesse en ces matières, Christine est visitée, non par Dieu lui-même, mais par trois femmes qu'il lui a envoyées. Le fait que Pizan ait choisi d'utiliser ces «trois femmes» pour apporter confort et sagesse est symbolique de l'importance des femmes. Elle aurait pu demander à Dieu de parler directement à Christine d'une voix masculine, comme la voix qui parlait à Moïse et à Abraham. Cependant, Pizan utilise les trois femmes sages et angéliques pour renforcer sa défense des femmes. Une autre stratégie que Pizan utilise pour souligner les forces morales des femmes consiste à faire allusion à des femmes puissantes et mythologiques tout au long de son texte.

Elle parle de l'amour de Thisbé pour Pyrame dans le conte Métamorphoses d'Ovide, de l'amour de Médée pour Jason et de l'amour de Hero pour Léandre. Elle cite ces femmes comme des exemples d'amour fidèle et éternel de la part des femmes, réfutant donc la déclaration faite par les hommes selon laquelle « ». . . si peu de femmes sont fidèles dans leur vie amoureuse » (de Pizan 186). En prenant ces femmes comme exemples, des femmes immortalisées par les écrits des hommes, elle profite à nouveau des contradictions des hommes. Les hommes disaient à quel point les femmes infidèles et frivoles étaient avec leur cœur, mais ils ont décrit de nombreuses femmes à travers la littérature qui, « . persévéré dans leur amour jusqu'à la mort. . . » (de Pizan 188).

Non seulement Pizan a fait allusion aux femmes mythologiques qui étaient fidèles en amour, elle mentionne également une ville gouvernée par des reines puissantes, « … de très nobles dames qu'elles ont elles-mêmes élues, qui les ont gouvernées à volonté et ont maintenu leur domination avec une grande force » (de Pizan 11 ). Cet exemple de femmes puissantes les dépeint dans un rôle masculin – en tant que dirigeantes et dirigeantes à succès. Pizan utilise cet exemple pour préfigurer la construction de la « Cité des Dames » que Christine a été choisie par Dieu pour construire.

En donnant l'exemple d'une domination réussie et forte dirigée par des femmes, Pizan fait de cette idée d'une ville de femmes un concept plus crédible. Christine de Pizan était une femme extraordinaire qui n'a pas encore été complètement découverte. L'esprit et la sagesse trouvés dans Le Livre de la Cité des Dames éclipsent certaines littératures contemporaines qui défendent les droits des femmes. Bien que l'écriture de Pizan ait été écrite pour des raisons pratiques, la survie, son travail a révélé une vision que les femmes s'efforcent toujours d'accomplir aujourd'hui - l'égalité en toutes choses.

Pour exporter une référence à cet essai, veuillez sélectionner un style de référencement ci-dessous :


La création d'une cité de dames : Christine de Pizan et son héritage

Le féminisme au XVe siècle ? Ceci est considéré comme un concept rare au cours de la période médiévale. C'était une époque de serfs/seigneurs, de mariages arrangés et une époque où les femmes n'étaient considérées que comme une propriété. Cette période manquait de champions pour tenir tête au patriarcat qui dominait la société. Eh bien, une telle championne existait, même si beaucoup ne la connaissaient peut-être pas. Elle est considérée comme la première femme écrivain de profession en France (même en Europe) et était populaire à l'échelle internationale. Elle s'appelait Christine de Pizan.

Christine est considérée comme l'une des premières figures féministes car, à travers son travail, elle s'attaque directement à de nombreuses injustices dont son sexe a été victime. Elle dénonce l'injustice de leur traitement de manière très progressive. Cela est évident dans deux de ses livres les plus célèbres, Le livre de la cité des dames et Le livre des trois vertus. La version du féminisme de Christine au XVe siècle n'est toujours pas ce qu'elle est aujourd'hui (car elle était encore une femme de son temps), mais elle était extrêmement radicale pour la période qu'elle a vécue. J'ai découvert cette femme extraordinaire pour la première fois lors d'un cours d'histoire de l'art à l'université et c'est une figure que je voulais mettre en valeur depuis longtemps maintenant.

Christine de Pizan a traversé beaucoup d'épreuves pour découvrir qu'elle avait un talent d'écrivain et pour réaliser son objectif. Son enfance a commencé comme la vie de nombreuses autres jeunes femmes à la fin du Moyen Âge. Elle est née à Venise vers 1364. Son père, Tommaso di Benevenuto da Pizzano était un homme instruit qui a étudié la médecine et l'astrologie à l'Université de Bologne. Lorsque Christine avait quatre ans, son père s'est vu proposer un poste à la cour de Charles V à Paris et la famille a quitté l'Italie pour un tout nouveau pays. Tommaso a changé son nom en Thomas de Pizan. En raison de la position de son père à la cour, Christine a grandi avec une admiration pour Charles V. Il était généreux envers sa famille et offrait une bonne compensation financière et un accès aux bibliothèques royales et à la cour française à la mode.

Charles Quint de France

Le père de Christine, étant lui-même un homme instruit, était d'avis que les femmes devaient être instruites de la même manière que les hommes. Christine a grandi entourée des livres de ses pères et de la bibliothèque royale. Il a encouragé son amour de toujours pour l'apprentissage et voulait que Christine ait une éducation formelle, mais sa mère avait une opinion différente. Sa mère avait le point de vue typique de l'époque : les jeunes femmes devaient apprendre les tâches ménagères pratiques, comme le filage, et éviter les livres et les sujets qui appartenaient à la sphère des hommes. Sinon, comment était-elle censée être une bonne épouse pour son futur mari ? Il semble que l'influence de sa mère l'ait emporté et que son éducation formelle ait été brève. En 1379, elle était mariée à un jeune secrétaire royal nommé Etienne de Castel. Christine avait une quinzaine d'années.

Malgré son mariage si jeune (même si c'était courant à son époque) et sa participation à un mariage arrangé, la vie du couple semblait être très heureuse. Des années plus tard, Christine écrira affectueusement sur cette période de sa vie. Son mari avait une carrière prestigieuse, avait un accès proche du roi et gagnait un bon salaire. Ils ont eu deux enfants survivants ensemble, Jean et Marie.

Tout a changé lorsque le Charles V est décédé. Cela a conduit à une lutte de pouvoir destructrice entre les membres de la famille royale française. Charles V laissa un fils (le futur Charles VI, « Le Roi Fou ») qui n'avait que onze ans. Cela signifiait que la régence était disputée par les frères restants de Charles V, Philippe le duc de Bourgogne, Louis le duc d'Anjou et Jean le duc de Berry. Les luttes intestines constantes diviseraient le gouvernement. Ces trois frères auront une influence sur la future carrière de Christine.

Portrait de Christine de Pizan dans son bureau

En raison du changement de pouvoir, le père de Christine a reçu une baisse de salaire importante et a commencé à vieillir rapidement. Son père est décédé en 1387. En 1390, le mari de Christine est décédé subitement des suites d'une maladie inattendue. Cela laissait Christine, à vingt-cinq ans, avec deux jeunes enfants, sa mère et une nièce dont elle devait s'occuper. En raison de son sexe et de son manque d'éducation en matière financière, elle n'a pas pu percevoir l'argent qui lui était dû sur la succession de son mari. Pourtant, Christine n'a pas baissé les bras et s'est engagée dans des poursuites devant quatre tribunaux parisiens différents pour obtenir l'argent qu'elle croyait lui être dû. Elle a écrit à ce sujet plus tard dans Le livre du corps politique. Elle a imploré les dirigeants de revoir leur traitement des veuves, des femmes et des orphelins en ce qui concerne les questions financières. Elle a conseillé aux personnes au pouvoir de cesser de profiter des personnes dans le besoin uniquement pour leur propre gain personnel. Elle donne également des conseils à d'autres veuves dans une situation similaire (des années après sa propre expérience) lorsqu'elle écrit le livre des trois vertus. Elle avertit que les personnes qui étaient

qui ont l'habitude de vous honorer du vivant de votre mari ne sont plus très aimables et ont peu d'estime pour vous. Le deuxième mal qui vous afflige, ce sont les poursuites diverses et les nombreuses demandes de dettes ou de litiges fonciers ou de retraite. Le troisième est le langage abusif des gens qui dans la nature des choses sont enclins à vous attaquer, de sorte que vous ne pouvez presque rien faire sans que les gens trouvent quelque chose à critiquer.”

Clairement, Christine a ressenti toutes ces choses de première main. Pourtant, elle conseille que s'abandonner au gouffre de la perte et du chagrin n'est pas le moyen de prendre en charge sa famille, son foyer et ses enfants. Une femme veuve doit commencer un nouveau mode de vie. Elle doit protéger ses droits et s'assurer que ses enfants ont ce qui leur est dû. Christine n'a pas abandonné son chagrin ou n'a pas abandonné après avoir été trompée d'une grande partie de ce qui lui était dû. Elle avait besoin de s'occuper de ceux qui dépendaient d'elle et de leur assurer un revenu stable. En conséquence, elle a commencé à écrire.

Philippe, duc de Bourgogne, l'un des mécènes de Christine de Pizan

Elle commence à écrire pour la cour du Louis d'Orléans. Chacun des trois oncles royaux avait ses propres cours qui étaient devenues les centres de la culture en France (la cour royale était en plein désarroi). Ils ont organisé des concours de poésie, des débats de poésie et ont fait réciter des ballades à des écrivains. Tous ces concours auraient attiré Christine à la cour de Louis. Elle profiterait de ces opportunités pour se faire un nom et faire carrière.

Christine a utilisé la poésie pour gérer ses frustrations et le deuil qu'elle vivait en tant que jeune veuve.

« Seul je suis, seul je veux être,

Seul mon doux amour m'a laissé,

Je suis seul, sans ami ni maître,

Je suis seul, dans le chagrin et dans la colère,

Je suis seul, mal à l'aise, dans la langueur,

Je suis seul, plus perdu que quiconque,

Je suis seul, laissé sans amant… »

-“Seulette suy et seulette vueil estre” Christine de Pizan

Elle a également écrit la poésie d'amour populaire, qui lui a valu la faveur à la cour. Au fil des années, elle étudie et pratique différents styles (comme le rondeau et la ballade). Finalement, Christine a commencé à créer des recueils de poésie plus complexes. Une collection comprendrait une série de poèmes plus longs qui étaient liés par un thème commun. L'une de ses collections les plus célèbres a commencé sous le nom de « Cupids Letter », mais a finalement pris une place plus importante dans le « Debate of the Romance of the Rose » en 1402. Cette lettre a fait sortir Christine des cercles exclusifs de la cour et l'a amenée à un public plus large.

Dans « Cupids Letter » et le reste du « Debate », Christine est en désaccord avec le populaire le roman de la rose par Jean de Meun. Dans ce poème, Meun parle d'amour courtois, mais caractérise également les femmes comme séductrices et possessions. Le désaccord public de Christine déclenche le début de sa première défense des femmes. Ce poème est devenu très populaire parce qu'une femme prenant la défense de son sexe était extrêmement radicale à la fin du Moyen Âge. Les débats ont continué pendant une période entre Christine et d'autres écrivains. Sa « lettre de Cupidon » a été rapidement traduite en anglais.

Pourtant, les calomniateurs malveillants qui avilissent les femmes de cette manière soutiennent toujours que toutes les femmes ont été, sont maintenant et seront toujours fausses, affirmant qu'elles n'ont jamais été capables de loyauté… a été fait leur est attribuée. C'est un mensonge maudit, et on peut facilement voir que le contraire est vrai.”

Dans cette citation, Christine souligne le problème avec la façon dont les hommes ont traité les femmes. Il considère que toutes les femmes sont des menteuses naturelles et indignes de confiance.

Avec cette lettre, Christine a souligné qu'un sexe entier ne peut pas être généralisé. Les femmes ne se limitent pas à l'opinion de l'Église qui contrôlait une grande partie de la société médiévale. C'était la croyance commune que depuis qu'Ève a créé le premier "péché originel", toutes les femmes étaient responsables de ce fardeau. Les femmes, en tant que sexe, étaient considérées comme intrinsèquement pécheresses, les plus faibles, les plus lubriques et l'outil de Satan pour pousser les hommes sur la mauvaise voie. Puisque l'église était le centre de la société médiévale, cette idée a naturellement façonné l'opinion laïque des femmes. Cela a contribué à la raison pour laquelle les femmes étaient si fortement contrôlées et tenues à des normes impossibles. Cette lettre attire également l'attention sur l'opinion de Christine sur la tendance de « l'amour courtois » (voir mon précédent billet sur le sujet : La Tradition de l'amour courtois). Elle a une opinion négative de la mode car elle croyait que les femmes n'avaient rien à gagner de la pratique, mais davantage de critiques et d'accusations. Les hommes pourraient utiliser cette pratique comme « preuve » de la nature pécheresse des femmes. Ces débats ont mis en évidence le talent d'écrivain de Christine et l'ont fait connaître à l'international. Christine a même envoyé la collection de lettres du débat à la reine Isabeau de France.

Christine présentant ses œuvres à la reine Isabeau

Il n'est pas surprenant que d'autres membres des hautes sphères aient commencé à lui prêter attention et à fréquenter ses œuvres. À une époque où le roi actuel, Charles VI, souffrait de maladie mentale, les oncles tentaient d'établir leur domination à la cour de France. Christine a été chargée par le duc de Bourgogne d'écrire une biographie complète de son frère décédé, Charles V. Il s'agissait de promouvoir la famille Valois, d'asseoir son pouvoir (malgré la faiblesse du roi actuel) et de faire bonne figure au duc de Bourgogne. également. Christine devait présenter Charles V comme un roi idéal et sage. C'était à elle d'en conserver le souvenir.

Christine a souligné l'importance de l'éducation de Charles V et comment elle a contribué à son succès. Le choix de Christine comme auteur est intéressant car cela aurait été la première fois qu'elle écrivait un livre grandeur nature. Il a également été écrit en prose et non dans le style poétique auquel elle était habituée. Cela montre comment elle a réussi à briser la barrière et s'est fait remarquer dans un cheminement de carrière dominé par les hommes. Christine a même dit elle-même qu'elle devait assumer un rôle d'homme pour changer sa vie et rendre la vie de ses enfants meilleure. Le duc de Bourgogne est décédé au milieu de la création de la biographie, Christine a donc dû présenter l'ouvrage à son frère, le duc de Berry. Le duc de Berry finit par l'accepter et devint bientôt un mécène de longue date de Christine de Pizan.

Jean, duc de Berry, autre mécène de Christine de Pizan

Christine rebondirait sur différents clients. Après, le duc de Berry, elle rendrait des services à Jean sans Peur (le fils du duc de Bourgogne) et même à une partie de la maison royale. Elle a écrit Le livre du corps politique en pensant au dauphin et lui a dédié l'ouvrage. Le livre se compose de trois parties et détaille l'éducation appropriée pour les princes, les chevaliers/nobles et, enfin, les roturiers. Cet ouvrage a été écrit pendant la guerre de Cent Ans. C'était une époque chaotique pleine de conflits et de rivalités entre la famille royale française, un roi au pouvoir qui souffrait de maladie mentale, ils perdaient la guerre contre les Anglais, et la cupidité et l'ambition globales de ceux au pouvoir. Le peuple français souffrait d'un manque de leadership fort et était aux prises avec les impôts élevés du temps de guerre. Christine a écrit ce livre sur la théorie politique pour créer une société efficace pendant une période de difficultés et de chaos. Elle veut souligner que la société devait relever ces défis en tant que corps unifié. Si chacun faisait sa part, il y aurait plus de stabilité. Si ceux qui sont au sommet pouvaient mettre de côté leur gain personnel et se concentrer davantage sur le bien commun, alors le monde ne serait pas aussi chaotique. C'est une perspective politique intéressante d'une femme du 15 e siècle.

Christine de Pizan est surtout connue pour ses écrits féministes. Cela comprenait ses deux livres: Le livre de la cité des dames et Le livre des trois vertus. Ces œuvres s'appuient sur ce que Christine a commencé dans le débat sur « Le roman de la rose ». Les Livre de la Cité des Dames commence par une Christine frustrée qui en a marre de lire des ouvrages d'hommes qui calomnient à tort les femmes. "Oh mon Dieu, pourquoi ne suis-je pas né mâle pour que tout mon désir soit de te servir, de bien faire en toutes choses et d'être une créature aussi parfaite que l'homme prétend l'être ?», se demande-t-elle dans le livre. Cette nuit-là, trois dames lui apparaissent : la Raison, la Rectitude et la Justice. Ils chargent Christine de créer une ville fortifiée où elle invitera toutes les femmes honorables et les défendra contre la misogynie de leur société. Tout au long du livre, Christine met en évidence les grandes femmes de l'histoire pour prouver que les généralisations des écrivains masculins ne sont pas vraies. Ceux-ci comprenaient les Amazones légendaires et de nombreuses femmes fortes et remarquables du monde antique. Ces exemples ont prouvé que les femmes pouvaient être fortes, contribuer à l'écrit, participer aux affaires judiciaires, devenir des inventeurs et pouvaient bénéficier d'une bonne éducation. Les femmes avaient besoin d'une chance de faire leurs preuves et de montrer à la société qu'elles sont plus que les opinions dominées par les hommes.

Christine encourage les femmes à saisir l'opportunité d'utiliser l'éducation pour s'améliorer : « Il [Dieu] a choisi de doter l'esprit des femmes de la capacité non seulement d'apprendre et de saisir toutes sortes de connaissances, mais aussi d'en inventer de nouvelles par elles-mêmes. (Le livre de la cité des dames).” Elle exprime que les femmes sont les plus généreuses et sacrifient beaucoup pour les hommes dans leur vie : «Ils [les hommes qui calomnient les femmes] n'ont aucune raison de critiquer les femmes : ce n'est pas seulement que chaque homme qui est né d'une femme reçoit tant d'elle, mais aussi qu'il n'y a vraiment pas de fin aux grands cadeaux qu'elle a si généreusement comblés sur lui. Ces employés qui calomnient les femmes… devraient vraiment se taire une bonne fois pour toutes. Eux et tous ceux qui souscrivent à leurs opinions devraient baisser la tête de honte pour avoir osé sortir de telles choses…

Christine a souligné que les femmes doivent prendre leur vie en main, contribuer au plus grand bien de la société et prendre le contrôle de leur propre vie. Après les expériences et les luttes de Christine au cours des premières années de son veuvage, elle s'est demandé pourquoi « les femmes ne sont autorisées ni à présenter un cas au procès, ni à témoigner, ni à prononcer une sentence… » Elle encourage les femmes à apprendre la loi et à connaître leurs droits. Christine aurait grandement bénéficié elle-même si elle avait eu cette connaissance lorsqu'elle s'est battue pour ses droits après la mort de son mari.

Cité des Dames

Dans le Livre des trois vertus, Christine enseigne aux femmes de toutes les classes (de la royauté au roturier) comment s'améliorer pour devenir une digne dame de sa ville et comment se défendre contre ceux qui voudraient les insulter. Les deux livres entreront dans l'histoire comme ses œuvres les plus populaires. Bien que les écrits de Christine ne soient pas aussi progressistes que le féminisme dans le monde moderne, ils étaient encore très radicaux pour son époque. Elle dédia les œuvres à Marguerite de Nevers (fille du duc de Bourgogne et récemment mariée à l'héritier de France) pour l'aider à l'instruire.

Christine est décédée, croit-on, dans les années 1430. Elle avait continué à écrire de la poésie jusqu'à ses soixante-cinq ans (une bonne vieillesse à l'époque médiévale). Elle a soutenu avec succès ses enfants avec ses écrits et a vécu pour voir trois petits-enfants. Pourtant, l'héritage qu'elle a laissé était encore plus grand.

Christine était devenue la première femme écrivain professionnelle d'Europe et a créé de nombreuses œuvres de renommée internationale. Ses œuvres continueront à circuler dans les siècles qui suivirent. Elizabeth I avait une copie du Livre de la Cité des Dames dans sa bibliothèque personnelle. Si quelqu'un connaît l'œuvre d'art, Le dîner de l'artiste Judy Chicago, Christine de Pizan tient un couvert à cette table. Chicago a créé cette œuvre d'art pour attirer l'attention sur de grandes femmes qui avaient été omises de l'histoire et elle est considérée comme une grande pièce féministe. Il y a 39 couverts et chacun met en valeur une femme en particulier. Je pense que Christine de Pizan mérite une place à cette table. C'est elle qui s'est finalement levée et a attiré l'attention sur la manière ridicule dont la société médiévale était représentée par les femmes. Elle a prouvé que c'était faux. Christine n'avait pas peur d'interpeller ceux qui calomniaient les autres, malgré tout ce qu'elle avait à perdre. Je suis tellement heureuse d'avoir pu découvrir cette femme dans l'histoire et j'espère que d'autres seront également inspirées par elle.

Le dîner par Judy Chicago. Situé dans le musée de Brooklyn. Gros plan sur la table de Christine de Pizan dans Le dîner

Le Livre de la Cité des Dames de Christine de Pizan, édité/traduit par Rosalind Brown-Grant

Le trésor de la cité des dames (alias Livre des trois vertus) par Christine de Pizan, édité/traduit par Sarah Lawson

Livre du corps politique par Christine de Pizan, édité/traduit par Kate Langdon Forhan

La Querelle De La Rose : Lettres et Documents par Joseph L. Baird et John R. Kane

Christine de Pizan : sa vie et ses œuvres par Charity Cannon Willard


Portraits de Christine de Pizan dans Le manuscrit de la reine

L'une des trente-neuf femmes qui prennent place à table dans l'œuvre féministe emblématique de Judy Chicago Le dîner , à partir de 1979, est Christine de Pizan. En tant que première auteure professionnelle et modèle féminin important de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, elle mérite certainement d'être célébrée. Un certain nombre de portraits qui accompagnent ses œuvres écrites survivent et la montrent en train d'écrire. Puisqu'elle a souvent joué un rôle dans la direction d'artistes (parfois d'autres femmes) dans la façon de la représenter, nous pouvons conclure que ces portraits en disent long sur Christine et sur la façon dont elle voulait être représentée et comprise de son vivant.

Christine de Pizan dans son bureau, pour Le manuscrit de la reine, ch. 1410-1414, f. 4r (Harley MS 4431, British Library)

Christine dans son bureau

Dans l'un des portraits les plus reconnaissables de Christine de Pizan, elle porte une robe bleue simple mais brillante, appelée un cotehardie , les cheveux relevés en arrière et recouverts d'une coiffe à double corne recouverte d'un voile blanc transparent. Cette coiffe distinctive ressemble à celle qu'on appelle le Avocat de Gibet, ou cornu hennin (ou peut-être même le hennin papillon), originaire de Bourgogne et de France.

Les femmes aristocratiques ou royales les portent généralement. Les cornes étaient faites pour se tenir avec du fil pour soutenir le tissu, puis souvent le voile les recouvrait. Christine communique son statut noble avec sa coiffe et sa robe. Le bleu saturé et lumineux de la robe est peint avec de l'outremer, qui provient de la pierre semi-précieuse lapis-lazuli extraite en Afghanistan et extrêmement coûteuse à l'époque. Tout au long de Le manuscrit de la reine, elle porte le même bleu cotehardie, avec le matériel coûteux véhiculant sans aucun doute son statut et un sens du luxe.

Dans le portrait, Christine est assise dans un bureau, encadré par un arc en plein cintre, qui appartient à un ensemble architectural plus vaste. Elle tient un stylo alors qu'elle écrit dans un livre. L'accompagnant dans le bureau est un petit chien blanc, fidèlement assis à côté de sa chaise. Bien que l'on puisse se demander si le portrait de Christine est une fiction, Pizan avait en fait une étude avec un bureau, des outils d'écriture et divers livres. Le portrait imagine à quoi il aurait ressemblé. C'est au sein de son étude que Pizan a écrit ses poèmes et ses textes en prose, ainsi qu'a étudié les œuvres littéraires d'autres auteurs, à la fois ses contemporains et ceux qui l'ont précédée.

Christine a donné Le manuscrit de la reine à Isabeau de Bavière, reine de France et épouse de Charles VI . Le portrait de Christine écrivant apparaît au début du manuscrit, accompagnant le Cent ballades d'un amant et de sa dame ( Cent Ballades d'amant et de dame, virelyas, rondeaux ), que Christine a écrit vers 1402.

Hildegarde de Bingen expérimentant une vision mystique et la racontant au moine Volmar, de la Liber Scivia, complété 1151 ou 1152 (photo : Manfred Brückels)

Le portrait de Christine est remarquable pour un certain nombre de raisons, notamment parce qu'il montre une femme connue de la fin du Moyen Âge/du début de la Renaissance écrivant dans une étude. Elle n'était cependant pas la première femme à être représentée dans l'art de l'écriture ou engagée dans des activités intellectuelles. Plusieurs siècles plus tôt, nous trouvons des images d'Hildegarde de Bingen enregistrant certaines de ses expériences mystiques (comme dans le Liber Scivia ).

On connaît d'autres femmes médiévales, comme Diemund du cloître de Wessobrun en Bavière ou la peintre Ende, qui a écrit ou enluminé des manuscrits. Pourtant, il était rare de montrer des femmes en train d'écrire car ce n'était pas compris comme leur domaine. Le portrait de Christine est également remarquable car ce n'est pas le seul portrait la représentant engagée dans des activités intellectuelles. Il y en a d'autres à l'intérieur Le manuscrit de la reine, ainsi que dans de nombreux autres manuscrits.

Saint Matthieu, folio 18 verso de la Evangiles d'Ebbo (Livre de l'Évangile de l'archevêque de Reims) d'Hautvillers, France, v. 816-35, encre et tempera sur vélin, 10 1/4 x 8 1/4 (Bibliothèque Municipale, Épernay)

Christine comme auteur et intellectuel

Le portrait de Christine assise à un bureau dans son bureau en train d'écrire est un type familier qui remonte à l'Antiquité. Il existe de nombreux exemples de penseur et d'érudit solitaire, écrivant et engagé dans une réflexion profonde et d'autres activités intellectuelles. Les portraits de Christine rappelaient probablement les portraits des quatre évangélistes qui sont souvent représentés assis et en train d'écrire, comme le portrait de saint Luc des évangiles de Lindisfarne de c. 700 ou saint Matthieu dans les évangiles d'Ebbo du IXe siècle. Les scribes médiévaux, comme Eadwine, étaient fréquemment affichés de la même manière, assis et écrivant dans leurs études ou scriptoria. Le portrait de Christine puise dans ce long héritage d'images d'auteurs éduqués.

La vie de Christine

Christine est née à Venise, en Italie, mais très jeune, son père (Tommaso di Benvenuto da Pizzano, ou Thomas de Pizan) a rejoint la cour de France à Paris en tant qu'astrologue et secrétaire du roi Charles V. Elle a reçu une éducation humaniste. , apprentissage de l'histoire, des langues classiques et de la littérature (entre autres matières). Elle a été mariée à quinze ans au secrétaire royal et notaire, Etienne du Castel, avec qui elle a eu trois enfants. Les archives historiques, et même Christine elle-même, indiquent qu'ils s'entendaient bien, ce qui n'était certainement pas toujours le cas dans les mariages arrangés.

Etienne a soutenu la formation continue et les efforts littéraires de Christine. Il mourut subitement en 1390, alors que Christine n'avait que 25 ans, et son père mourut peu de temps après, laissant Christine subvenir aux besoins de ses enfants et de sa mère. Elle s'est tournée vers l'écriture à temps plein pour gagner sa vie, et elle a été la première personne en France à gagner sa vie en tant qu'auteur professionnelle. Plus tard dans sa vie, elle entra dans un couvent où elle resta jusqu'à sa mort en 1431. L'une de ses dernières œuvres était un poème célébrant Jeanne d'Arc, probablement écrit peu de temps avant que Jeanne ne soit brûlée sur le bûcher pour sa supposée hérésie pendant les Cent Ans. Guerre (1337-1453). La guerre a opposé l'Angleterre et la France, et Christine avait été témoin du chaos et de la dévastation que le conflit en cours infligeait au peuple français.

Christine de Pizan discutant avec son fils (détail), pour Le manuscrit de la reine, ch. 1410-1414, f. 261v (Harley MS 4431, British Library)

Tout au long de sa carrière littéraire, Christine a écrit sur un certain nombre de sujets, allant de la religion et de la théorie politique à la poésie amoureuse courtoise et aux tactiques militaires. Elle a également écrit dans différents genres, dont de la poésie et des textes en prose. Beaucoup de ses écrits font référence ou font allusion aux bouleversements qu'elle a vécus au cours de sa vie, notamment les morts persistantes de la peste, une couronne instable, les guerres civiles et l'occupation étrangère.

Elle a produit de nombreux manuscrits dans son propre scriptorium, dont environ 50 survivent. Il y en a beaucoup d'autres (environ 150) qui incluent une partie de son travail. Parmi celles qu'elle a complétées, nous savons qu'elle a déterminé comment elles seraient organisées, ce qui serait inclus ou exclu, y compris les types d'images. Elle avait une main directe dans toute leur composition, ce qui est d'autant plus remarquable en tant qu'auteur professionnelle à une époque où les femmes n'étaient pas attendues ou encouragées à travailler - en particulier pas les nobles dames - et la plupart n'étaient pas bien éduquées.

Les manuscrits de Christine, et les images qu'elle a déterminées qu'elles y seraient incluses, nous aident à savoir quels types de messages et d'idées elle espérait transmettre à ses lecteurs. Bien qu'elle-même n'ait pas dessiné et peint les illustrations, il semble qu'elle ait employé des femmes artistes pour les produire. Elle mentionne même ce fait dans son Livre de la Cité des Dames (c. 1405) , nommant l'artiste Anastaise qui, selon elle, était « si bonne à peindre des bordures décoratives et des paysages de fond pour les miniatures qu'il n'y a aucun artisan qui peut l'égaler dans tout Paris, même si c'est là que le meilleur au monde peut être trouvé…. [E]lle est si bien considérée qu'elle est chargée de terminer même les livres les plus chers et les plus inestimables. [1]

Christine de Pizan présente son manuscrit à la reine de France (détail), pour Le manuscrit de la reine, ch. 1410-1414, f. 3r (Harley MS 4431, British Library)

Christine présente son manuscrit à la reine de France

Les autres portraits de Christine dans Le manuscrit de la reine sont facilement identifiables car l'artiste (sous la direction de Christine elle-même) la représente systématiquement vêtue d'une robe bleue brillante et d'une coiffe blanche à cornes. Dans la première image du manuscrit, nous la voyons agenouillée et présentant un livre devant la reine, assise sur une chaise longue dans sa chambre royale avec un petit chien blanc. D'autres dames d'honneur sont assises dans la salle. Un autre chien blanc repose au pied du lit, placé à droite dans la pièce. Des textiles bleus décorés de la fleur de lys royale dorée ornent les murs.

La reine et beaucoup de ses dames d'honneur portent des vêtements plus élaborés que Christine et ont des coiffes plus complexes. Le livre que propose Christine est censé représenter le manuscrit même d'où provient l'image. Ce portrait était basé sur un type appelé images de présentation, qui montrait généralement un auteur masculin présentant un livre à un roi. Christine, et l'artiste qu'elle employait, ont modelé l'image sur des conventions artistiques établies afin qu'elle puisse asseoir sa position d'auteur légitime.

Christine charge quatre hommes (détail), pour Le manuscrit de la reine, ch. 1410-1414, f. 259v (Harley MS 4431, British Library)

Christine dans l'acte de dispute

Dans un autre portrait Christine apparaît au début sa Proverbes moraux (Proverbes moraux). Elle est assise sur ce qui ressemble à un trône, une fois de plus vêtue d'une robe bleue brillante avec une coiffe blanche. La chaise est semblable à un cathédra, ou une chaire épiscopale, qui était associée plus généralement aux ecclésiastiques mais était aussi communément associée à des auteurs ou à des hommes de considération intellectuelle à l'époque médiévale. Elle a un livre, ouvert sur un support, qui repose sur un bureau.

Sur le côté du bureau se trouvent quatre hommes, dont trois regardent dans sa direction. Les cinq d'entre eux semblent être engagés dans la conversation. Certains ont suggéré que Christine et ces quatre hommes sont engagés dans un débat, connu sous le nom de dispute ( dispute ) au moyen Âge. Les disputes étaient courantes dans les universités, où étudiants et professeurs s'engageaient dans des débats intellectuels pour prouver leur sagesse. Les femmes n'étant pas autorisées dans les universités, le siège de Christine en position d'autorité et engagée dans un débat avec quatre hommes communique ses capacités intellectuelles et l'élève à une position d'autorité.

Ce portrait, ainsi que tous les portraits de Christine en Le manuscrit de la reine, soulignez son statut important. Encore aujourd'hui, fonctionne comme celle de Judy Chicago Le dîner reconnaître la contribution importante de Christine.

Remerciements

Merci à Lydia Parker.

Remarques

[1] Christine de Pizan, Le livre de la cité des dames , trad. Rosalind Brown-Grant (Londres : Penguin, 1999), partie 1, p. 41.

Ressources additionnelles:

Voir l'intégralité Manuscrit de la reine à la British Library

Susan Groag Bell, Les Tapisseries perdues de la cité des dames : l'héritage de la Renaissance de Christine de Pizan ( Berkeley et Los Angeles : University of California Press, 2004)

Charlotte E. Cooper, « Portraits d'auteurs ambigus dans Harley MS 4431 », Dans Interpréter un texte médiéval , éd. Ardis Butterfield, Henry Hope et Pauline Souleau (Cambridge : Legenda, 2017), p. 89-107

Sandra Hindman, Épitre Othéa de Christine de Pizan : peinture et politique à la cour de Charles VI ( Wetteren : Institut pontifical d'études médiévales, 1986)

Nadia Margolis, Une introduction à Christine de Pizan , Nouvelles perspectives sur la littérature médiévale : auteurs et traditions (Gainesville : University Press of Florida, 2012)

Christine de Pizan, Le livre de la cité des dames (Londres : Penguin Classics, 2000)

Christine Sciacca, Illuminer les femmes dans le monde médiéval (Los Angeles : Musée J. Paul Getty, 2017)


Christine de Pizan - Histoire

Christine de Pizan, Le livre de la cité des damesorganisateur de notes et questions d'étude

La motivation du travail de Christine a été reprise par de nombreux écrivains à travers l'histoire : comment faire la distinction entre ce que sont réellement les femmes et ce qu'elles prétendent être ? Sa réponse aux écrivains misogynes est personnellement ressentie, car elle a été critiquée comme une femme pour ses réactions négatives au poème, Le roman de la rose, dans un débat critique en cours.

Le livre de Christine est un rappel matériel des réalisations et de la capacité des femmes à agir avec moralité et prudence. C'est une réponse directe aux récits accablants sur les femmes qu'elle a lus et qui jettent le doute sur les capacités intellectuelles des femmes, leur chasteté et leur foi en Dieu. Mais sans effacer le focus dans le livre de Christine, nous pouvons également voir une question philosophique fondamentale dans son approche de son sujet : comment connaissons-nous la vérité de quoi que ce soit ? Comment distinguons-nous l'essence des - comme dirait Platon - les opinions à son sujet ?

La réponse de Christine anticipe curieusement les recherches épistémologiques empiriques du protestantisme du XVIe siècle et de la Nouvelle Science du XVIIe siècle : rechercher la vérité en collectant des données. Elle n'est bien sûr pas exhaustive dans sa recherche. Mais il y a lieu de croire que sa dette d'éducation envers son père, médecin-astrologue à la cour de France, lui a donné cette sorte d'impulsion scientifique.

Ses exemples de femmes accomplies et admirables caractérisent ce que E. J. Richards appelle « les notions médiévales d'histoire universelle » (BCL, 264, n. II.22.2). Christine mélange des figures de l'histoire récente, de l'histoire ancienne, de la mythologie, de la Bible et des récits fictifs, ainsi que des femmes contemporaines.Fictifs ou factuels, tous ses exemples prennent une valeur « mythique », défiant les prétentions d'autres auteurs sur l'infériorité des femmes. Elle maintient sa position pro-féminine au sein du christianisme, affirmant que l'écriture chrétienne, qui comprend l'adoration de la Vierge Marie et des saintes, s'oppose également à la misogynie.


Minatures d'un manuscrit enluminé du 15ème siècle du "Livre de la Cité des Dames"

Cité des Dames souligne l'importance de l'éducation pour former des femmes vertueuses et fortes. Un passage dit : « S'il était d'usage d'envoyer les petites filles à l'école comme les garçons... . . ils apprendraient aussi à fond les subtilités de tous les arts et de toutes les sciences. Christine souligne que les hommes insensés considéraient qu'il était mauvais pour les femmes d'être éduquées « parce que cela leur déplaît que les femmes en sachent plus qu'elles. » (Ce sont les meilleurs endroits pour être une femme aujourd'hui.)


Les Écrits de Christine de Pizan

Christine de Pizan (vers 1364-vers 1430) était une philosophe, intellectuelle, écrivaine et protoféministe, née à Venise et élevée à Paris. Son travail donne aux historiens modernes un aperçu des rôles et des attentes des femmes dans la société médiévale, ainsi qu'une fenêtre sur la psyché féminine de l'époque. Ses œuvres les plus célèbres sont Le Trésor de la Cité des Dames, La Cité des Dames et La Lettre au Dieu d'Amour.

Le trésor de la cité des dames

Le Trésor de la Cité des Dames est un livre de conseils pragmatiques, écrit pour les femmes courtoises de l'Europe médiévale. Dans ce livre, elle enseigne aux femmes à parler doucement et à être douces, à être des artisanes de la paix et à être soumises à leurs maris. De plus, elle instruit également les femmes sur ce qu'il ne faut pas faire - ne pas se plonger dans des aventures amoureuses, ne pas agir au-dessus de leurs postes, ne pas perdre de temps ou d'argent, et ne pas bavarder, car "les femmes de la cour devraient ... ne jamais réprimander ou se diffamer les uns les autres. (Pizan, 107)

Tous ces conseils soutiennent clairement le statu quo patriarcal, ce qui n'est pas ce pour quoi Christine est connue, mais démontrent également les rôles attendus, ou dans certains cas idéalisés, des femmes dans la société. Jamais Christine ne présume qu'une femme est célibataire et sans enfant dans ce livre, à moins que cette femme ne soit veuve (ou stérile dans ce dernier cas), enfant elle-même ou dans un couvent. De même, les attitudes de Christine varient entre les femmes nobles et les roturiers. Elle dédie presque tout le livre à l'ancienne classe et rejette presque les classes inférieures mais pour la dernière partie de son travail, où elle couvre rapidement un assortiment de professions, disant essentiellement à chacun de se souvenir de sa place, d'obéir à son mari, de vivre chastement et religieusement, et être modeste en vêtements et en paroles.

Pour la défense de Christine, le fait qu'elle mentionne ces femmes est remarquable et reflète probablement un « penchant médiéval pour l'inclusivité ». (Lawson, XXI) Elle écrivait ce livre pour la noblesse, et son rapide sondage ne démontre pas nécessairement un manque de respect envers les classes dites inférieures de sa part, mais plutôt l'objectif stratégique et financier (pour son bien-être était contingent sur ses clients masculins et féminins étant heureux avec elle) d'écrire pour son groupe démographique. (Lawson, XXI)

La cité des dames

Certaines des œuvres les plus célèbres et idéalisées de Christine s'opposent aux rôles de genre mêmes qu'elle souligne dans Le trésor de la ville des dames. Dans The City of Ladies, elle postule que les femmes peuvent faire littéralement tout ce que les hommes peuvent faire dans la société, du soldat à la construction. Dans ce livre, elle illustre avec force son propos en décrivant une ville faite et entièrement peuplée de femmes. C'est une sorte d'utopie, mais dans sa nature utopique, c'est aussi une protestation contre ses « suzerains » patriarcaux.

Le livre n'a pas eu d'effets profonds sur le statut des femmes dans sa société, mais l'esprit de l'entreprise suggère que toutes les femmes ne se considéraient pas comme la racine de tous les maux ou comme des êtres inférieurs, comme le faisaient souvent l'Église et le gouvernement séculier. De cette façon, Christine a été une précurseur des droits et des valeurs des femmes.

La Lettre au Dieu d'Amour

C'est peut-être parce que Christine de Pizan a été contrainte par le patriarcat et le système de mécénat tout au long de sa carrière qu'elle n'a pas pu tirer davantage parti de ses idées pro-femmes. Pourtant, peu importe jusqu'où elle est allée (ou n'est pas allée) en exigeant l'égalité entre les sexes, elle a défié la misogynie masculine à chaque tournant.

Dans son célèbre traité, La Lettre au Dieu de l'Amour, elle s'oppose à la misogynie du Roman de la Rose, une ballade très populaire de Jean de Meun qui renvoie à la tradition amoureuse courtoise du Haut Moyen Âge. Cette réfutation « marque le premier exemple clair dans l'histoire européenne d'une femme écrivant contre les calomnies que les femmes avaient si longtemps endurées », et a donné lieu à un débat houleux entre les partisans de Christine de Pizans et les sympathisants de Jean de Meuns, qui a duré une bonne partie du XVIe. siècle. (Bennett, 374)

Le simple fait que Christine conteste l'une des œuvres les plus populaires du Moyen Âge, et se défende dans ses arguments avec des intellectuels masculins, démontre son pouvoir de défier les patriarches. De même, cela, ses autres écrits et sa popularité au cours de sa propre vie, soulignent tous son importance et sa signification historiques à la fois en tant que personne et en tant que source principale de l'histoire sociale de son époque.

L'importance des écrits de Christine

C'est sa popularité dans sa propre société et les informations que ses œuvres contiennent à la fois sur leurs sujets et sur sa société, qui la rendent importante pour les historiens médiévaux et modernes. Chacun de ses écrits donne à l'historienne une mine d'informations, même au-delà des rôles de genre et des attentes de genre comme détaillé ci-dessus.

Par exemple, dans Le trésor de la cité des dames, Christine nous donne un aperçu du cadre de vie quotidien des femmes nobles : « Quand la princesse ou la dame de haute naissance se réveille le matin, elle se voit allongée luxueusement dans son lit entre des draps moelleux, entouré de riches accessoires et de tout pour le confort corporel, et les dames d'honneur autour d'elle concentrant toute leur attention sur elle. (Pizan, 6)

Poursuivant quelques pages plus loin, elle décrit plus en détail la journée des femmes nobles : la princesse « sage » assiste à la messe peu de temps après son réveil, veille au gouvernement de sa maison ou de son royaume - car même en cette époque de déclin du pouvoir dans le domaine public, les femmes sont toujours un force avec laquelle il faut compter à la maison, comme on le voit dans les lettres des Paston en Angleterre, ou dans cet exemple du Trésor de la ville des dames - mange et écoute ses serviteurs et visiteurs, parle et joue et travaille avec ses dames, se promène dans le jardin pour sa santé, mange à nouveau, prie au coucher, puis dort. (Pizan, 32-35)

Ce livre et les autres écrits de Christine - qui comprenaient, en plus de ce qui précède, un volume d'accompagnement pour les hommes, à lire avec Le trésor de la ville des dames son autobiographie de nombreux morceaux de prose et de poésie une histoire en vers du monde allant de la création biblique à son époque, une étude sur les grandes femmes de l'histoire et même un traité militaire intitulé The Book of Feats of Arms and of Chivalry (Bennett, 373-374 et Lawson, xxiv) - sont des contributions importantes à sa société : ils sont moralisateurs, idéalistes. , religieux, innovants, imaginatifs, extrêmement intelligents et ont été largement lus à leur époque.

Bennett, Judith M. et C. Warren Hollister. Europe médiévale : Une histoire courte (dixième édition). New York : McGraw-Hill, 2006.

Lawson, Sarah. Christine de Pizan : Le Trésor de la Cité des Dames ou le Livre des Trois Vertus. Londres : Penguin Books, 2003.

Pizan, Christine de. Le Trésor de la Cité des Dames, trad. Sarah Lawson. Londres : Penguin Books, 2003.


L'écriture

Christine a produit une grande quantité d'œuvres vernaculaires en prose et en vers. Ses œuvres comprennent des traités politiques, des miroirs pour les princes, des épîtres et de la poésie.

Ses premières poésies courtoises sont marquées par sa connaissance des coutumes aristocratiques et de la mode de l'époque, impliquant en particulier les femmes et la pratique de la chevalerie. Ses premiers et derniers traités allégoriques et didactiques reflètent à la fois des informations autobiographiques sur sa vie et ses opinions, ainsi que sa propre approche individualisée et humaniste de la tradition savante scolastique de la mythologie, de la légende et de l'histoire qu'elle a héritée des érudits du clergé, et des genres et courtois ou sujets scolastiques de poètes français et italiens contemporains qu'elle admirait. Soutenue et encouragée par d'importants mécènes royaux français et anglais, elle influence la poésie anglaise du XVe siècle.

En 1405, Christine avait terminé ses œuvres littéraires les plus célèbres, Le livre de la cité des dames et Le trésor de la cité des dames. Le premier d'entre eux montre l'importance des contributions passées des femmes à la société, et le second s'efforce d'enseigner aux femmes de tous les domaines comment cultiver des qualités utiles. Dans Le trésor de la cité des dames, elle met en évidence l'effet persuasif du discours et des actions des femmes dans la vie de tous les jours. Dans ce texte particulier, Christine soutient que les femmes doivent reconnaître et promouvoir leur capacité à faire la paix entre les personnes. Cette capacité permettra aux femmes de servir d'intermédiaire entre le mari et les sujets. Elle soutient également que le discours diffamatoire érode l'honneur et menace le lien fraternel entre les femmes. Christine soutient ensuite que « l'habileté dans le discours devrait faire partie du répertoire moral de chaque femme. » Elle croyait que l'influence d'une femme est réalisée lorsque son discours accorde de la valeur à la chasteté, la vertu et la retenue. Elle a soutenu que la rhétorique est un outil puissant que les femmes pourraient utiliser pour régler les différends et s'affirmer. En outre, Le trésor de la cité des dames donne un aperçu de la vie des femmes en 1400, de la grande dame du château à la femme du marchand, la servante et la paysanne. Elle donne des conseils aux gouvernantes, aux veuves et même aux prostituées.

Photo extraite du Livre de la Cité des Dames

Le trésor de la cité des dames est un manuel d'éducation de l'auteur médiéval italo-français Christine de Pizan.


Christine de Pizan - Histoire


Christine de Pisan
Le livre de la cité des dames
(1405)

Extraits d'un texte fourni par Anne Kelsch à l'Université du Dakota du Nord et un autre fourni par S. Spishak à l'Université George Mason.

<1>Un jour que j'étais assis seul dans mon bureau entouré de livres sur toutes sortes de sujets, me consacrant à des études littéraires, mon habitude habituelle, mon esprit s'attarda longuement sur les opinions de poids de divers auteurs que j'avais étudiés pendant un Longtemps. J'ai levé les yeux de mon livre, ayant décidé de laisser ces questions subtiles en paix et de me détendre en lisant un petit livre. Par hasard, un étrange volume me tomba entre les mains, non pas l'un des miens, mais celui qui m'avait été donné avec d'autres. Quand je l'ai tenu ouvert et que j'ai vu sa page de titre qu'il était de Mathéole, j'ai souri, car bien que je ne l'avais jamais vu auparavant, j'avais souvent entendu dire que, comme des livres, il parlait du respect des femmes. Je pensais le feuilleter pour m'amuser. Je ne lisais pas depuis bien longtemps que ma bonne mère m'appela pour me rafraîchir à souper, car c'était le soir. Dans l'intention de le regarder le lendemain, je l'ai posé. Le lendemain matin, de nouveau assis dans mon bureau comme à mon habitude, je me souvins avoir voulu examiner ce livre de Mathéolus. J'ai commencé à le lire et j'ai continué un peu. Parce que le sujet m'a semblé peu agréable pour les gens qui n'aiment pas le mensonge, et inutile pour développer la vertu ou les manières, étant donné son manque d'intégrité dans la diction et le thème, et après avoir parcouru ici et là et lu la fin, j'ai mis le baisser afin de porter mon attention sur une étude plus élevée et plus utile. Mais la simple vue de ce livre, même s'il n'était d'aucune autorité, m'a fait me demander comment il se fait que tant d'hommes différents - et parmi eux des érudits - ont été et sont si enclins à exprimer à la fois dans leurs discours et dans leurs traités et écrit tant d'insultes méchantes sur les femmes et leur comportement. Pas seulement un ou deux et même pas seulement ce Mathéole (car ce livre avait une mauvaise réputation de toute façon et se voulait une satire) mais, plus généralement, des traités de tous les philosophes et poètes et de tous les orateurs - il faudrait aussi longtemps à mentionner leurs noms - il semble qu'ils parlent tous d'une seule et même bouche. En réfléchissant profondément à ces questions, j'ai commencé à examiner mon caractère et ma conduite en tant que femme naturelle et, de même, j'ai considéré d'autres femmes dont je fréquentais souvent la compagnie, des princesses, de grandes dames, des femmes des classes moyennes et inférieures, qui m'avaient gracieusement dit de leurs pensées les plus privées et intimes, espérant que je pourrais juger impartialement et en toute bonne conscience si le témoignage de tant d'hommes notables pouvait être vrai. Au meilleur de ma connaissance, peu importe combien de temps j'ai affronté ou disséqué le problème, je ne pouvais pas voir ou réaliser comment leurs affirmations pouvaient être vraies par rapport au comportement naturel et au caractère des femmes. Pourtant, j'ai continué à argumenter avec véhémence contre les femmes, disant qu'il serait impossible que tant d'hommes célèbres - des érudits si solennels, dotés d'une compréhension si profonde et si grande, si clairvoyants en toutes choses, comme il semblait - aient pu parler faussement sur maintes fois où j'ai eu du mal à trouver un livre de morale où, avant même de l'avoir lu en entier, je n'ai pas trouvé plusieurs chapitres ou certaines sections attaquant les femmes, quel qu'en soit l'auteur. Cette seule raison, en somme, me fit conclure que, bien que mon intellect ne percevât pas mes propres grands défauts et, de même, ceux des autres femmes à cause de sa simplicité et de son ignorance, il convenait pourtant vraiment que tel soit le cas. Et donc je me suis plus appuyé sur le jugement des autres que sur ce que je ressentais et savais moi-même. J'ai été tellement figé dans cette ligne de pensée pendant si longtemps qu'il m'a semblé que j'étais dans une stupeur. Comme une fontaine jaillissante, une série d'autorités, que j'ai rappelées les unes après les autres, me sont venues à l'esprit, ainsi que leurs opinions sur ce sujet. Et j'ai finalement décidé que Dieu avait formé une vile créature quand il a fait la femme, et je me suis demandé comment un si digne artisan avait pu concevoir pour faire une œuvre aussi abominable qui, d'après ce qu'on dit, est le vase aussi bien que le refuge et la demeure de tout mal et vice. En pensant cela, un grand malheur et une grande tristesse me montèrent au cœur, car je me détestais moi-même et tout le sexe féminin, comme si nous étions des monstruosités dans la nature et dans ma complainte je prononçais ces mots :
Oh, mon Dieu, comment est-ce possible ? Car, à moins que je m'écarte de ma foi, je ne dois jamais douter que votre sagesse infinie et votre bonté la plus parfaite n'aient jamais rien créé de bon. N'as-tu pas toi-même créé la femme d'une manière très spéciale et depuis lors ne lui as-Tu pas donné toutes ces inclinations qu'il Te plaisait qu'elle ait ? Et comment se fait-il que tu puisses te tromper en quoi que ce soit ? Pourtant, regardez toutes ces accusations qui ont été jugées, décidées et conclues contre les femmes. Je ne sais comment comprendre cette répugnance. S'il en est ainsi, beau Seigneur Dieu, qu'en fait tant d'abominations abondent dans le sexe féminin, car vous dites vous-même que le témoignage de deux ou trois témoins donne foi, pourquoi ne douterais-je pas que cela soit vrai ? Hélas, Dieu, pourquoi ne m'as-Tu pas laissé naître dans le monde comme un homme, afin que tous mes penchants soient à mieux Te servir, et pour que je ne m'égare en rien et que je sois aussi parfait qu'un homme est dit être? Mais puisque votre bonté ne m'a pas été accordée, alors pardonnez ma négligence à votre service, très beau Seigneur Dieu, et qu'elle ne vous déplais pas, car le serviteur qui reçoit moins de cadeaux de son seigneur est moins obligé dans son service.

L'histoire se poursuit sous forme d'allégorie, alors que trois femmes (Lady Reason, Lady Rectitude et Lady Justice) viennent instruire Christine et lui montrer comment construire une ville pour les femmes vertueuses. Comme l'explique Lady Reason

<2>Il y a une autre raison plus grande et encore plus spéciale à notre venue que vous apprendrez de nos discours : en fait, nous sommes venus pour vaincre du monde la même erreur dans laquelle vous étiez tombée, de sorte que désormais, mesdames et toutes les femmes vaillantes peuvent avoir un refuge et une défense contre les divers assaillants, ces dames abandonnées depuis si longtemps, exposées comme un champ sans haie environnante, sans trouver un champion pour leur assurer une défense adéquate, malgré ces hommes nobles qui sont requis par l'ordre de la loi pour les protéger, qui par négligence et apathie leur ont permis d'être maltraités. Il n'est donc pas étonnant que leurs ennemis jaloux, ces méchants scandaleux qui les ont assaillis avec diverses armes, aient été victorieux dans une guerre dans laquelle les femmes n'ont eu aucune défense. Où y a-t-il une ville si forte qui ne pourrait être prise immédiatement si aucune résistance ne se manifestait, ou le procès, si injuste soit-il, qui n'ait pas été gagné par l'obstination de quelqu'un qui plaidait sans opposition ? Et les dames simples et nobles, suivant l'exemple de la souffrance des commandements de Dieu, ont joyeusement subi les grandes attaques qui, à la fois dans la parole et dans la parole écrite, ont été injustement et pécheressement perpétrées contre les femmes par des hommes qui, tout en faisant appel à Dieu pour le droit de le faire. Maintenant il est temps que leur juste cause soit retirée des mains de Pharaon, et pour cette raison, nous trois dames que vous voyez ici, émues de pitié, sommes venues vous annoncer un édifice particulier construit comme un mur d'enceinte, fortement construit et bien fondé, qui a été prédestiné et établi par notre aide et nos conseils pour que vous construisiez, où personne ne résidera sauf toutes les dames de renommée et les femmes dignes de louange, car les murs de la ville seront fermés à ces femmes qui manquent de vertu .

. . . .

<3>"Ma dame, d'après ce que je comprends de vous, la femme est une créature des plus nobles. Mais même ainsi, Cicéron dit qu'un homme ne devrait jamais servir une femme et que celui qui le fait s'abaisse, car aucun homme ne devrait jamais servir quelqu'un d'inférieur à lui. " Elle répondit : " L'homme ou la femme en qui réside la plus grande vertu est le plus haut ni la hauteur ni le sexe, mais dans la perfection de la conduite et des vertus. Et sûrement il est heureux qui sert la Vierge, qui est au-dessus de tous les anges." avec les dieux." Elle répondit : "Vous pouvez maintenant voir la folie de l'homme qui est considéré comme sage, car, grâce à une femme, l'homme règne avec Dieu. Et si quelqu'un peut dire que l'homme a été banni à cause de Lady Eve, je vous dis qu'il a gagné plus grâce à Marie qu'il n'a perdu grâce à Eve lorsque l'humanité a été unie à la Divinité, ce qui n'aurait jamais eu lieu si le méfait d'Ève n'avait pas eu lieu. Ainsi, l'homme et la femme devraient se réjouir de ce péché, par lequel un tel honneur est venu. Car aussi bas que la nature humaine tombait à travers cette créature femme, la nature humaine était élevée plus haut par cette même créature.Et quant à converser avec les dieux, comme ce Caton l'a dit, s'il n'y avait pas eu de femme, il parlait plus vrai qu'il ne le croyait, car il était un païen, et parmi ceux de cette croyance, on pensait que les dieux résidaient aussi en enfer. comme au Ciel, c'est-à-dire les démons qu'ils appelaient les dieux de l'Enfer - de sorte que ce n'est pas un mensonge que ces dieux auraient conversé avec les hommes, si Marie n'avait pas vécu.

Christine et Lady Reason discutent de l'éducation des femmes.

<4>Christine, a parlé, "Ma dame, je me rends compte que les femmes ont accompli beaucoup de bonnes choses et que même si des femmes méchantes ont fait du mal, il me semble néanmoins que les bénéfices se sont accumulés et continuent de s'accumuler grâce aux bonnes femmes, en particulier les les sages et les littéraires et ceux instruits dans les sciences naturelles que j'ai mentionnés ci-dessus l'emportent sur le mal. Par conséquent, je suis étonné par l'opinion de certains hommes qui prétendent qu'ils ne veulent pas que leurs filles, épouses ou parents soient éduqués parce que leurs mœurs seraient ruinées en conséquence. les opinions des hommes sont fondées sur la raison et que ces hommes ont tort. Car il ne faut pas présumer que les mœurs s'aggravent nécessairement en connaissant les sciences morales, qui enseignent les vertus, en effet, il n'y a pas le moindre doute que l'éducation morale les amende et les ennoblit. Comment pourrait-on penser ou croire que quiconque suit un bon enseignement ou une bonne doctrine est le pire pour cela ? Une telle opinion ne peut être exprimée ou maintenue. . . .

<5>Pour parler d'une époque plus récente, sans chercher d'exemples dans l'histoire ancienne, Giovanni Andrea, professeur de droit solennel à Bologne il y a à peine soixante ans, n'était pas d'avis qu'il était mauvais pour les femmes d'être éduquées. Il avait une belle et bonne fille, nommée Novella, qui était instruite en droit à un degré si avancé que lorsqu'il était occupé par quelque tâche et n'avait pas le loisir de présenter ses cours à ses étudiants, il envoyait Novella, sa fille, à sa place pour faire la leçon aux étudiants depuis sa chaise. Et pour éviter que sa beauté ne gêne la concentration de son auditoire, elle a fait tirer un petit rideau devant elle. De cette manière, elle pouvait à l'occasion compléter et alléger l'occupation de son père. Il l'aimait tellement que, pour commémorer son nom, il écrivit un livre de remarquables conférences sur le droit qu'il intitula Novella super Decretalium, du nom de sa fille.

. . . .

<6>Ainsi, tous les hommes (et surtout les plus sages) ne partagent pas l'opinion qu'il est mauvais pour les femmes d'être éduquées. Mais il est très vrai que beaucoup d'hommes insensés ont prétendu cela parce qu'il leur déplaît que les femmes en sachent plus qu'elles. Votre père, qui était un grand savant et philosophe, ne croyait pas que les femmes valaient moins en connaissant la science plutôt, comme vous le savez, il prenait un grand plaisir à voir votre inclination à apprendre. L'opinion féminine de votre mère, cependant, qui souhaitait vous occuper de filatures et de petites filles idiotes, suivant la coutume commune des femmes, était l'obstacle majeur à votre plus grande implication dans les sciences. Mais comme le dit le proverbe déjà cité plus haut : Personne ne peut enlever ce que la nature a donné, « votre mère ne pouvait empêcher en vous le sentiment des sciences que vous, par inclination naturelle, aviez pourtant rassemblées en petites gouttelettes. Je suis sûr qu'à cause de ces choses, vous ne pensez pas que vous valez moins, mais plutôt que vous le considérez comme un grand trésor pour vous-même et vous avez sans doute raison de le faire. " Et Christine, répondit à tout cela, "En effet, ma dame, ce que vous dites est aussi vrai que le Notre Père."

. . . .

Lady Reason explique les causes de la misogynie.

<7>Lady Reason explique que certains hommes qui blâment les femmes le font avec de bonnes intentions, bien que les bonnes intentions ne soient pas une excuse pour l'erreur. D'autres les blâment à cause de leurs propres vices, d'autres à cause de l'infirmité de leur propre corps, d'autres par pure jalousie, d'autres encore parce qu'ils aiment calomnier. Certains, enfin, désireux de montrer qu'ils ont beaucoup lu, prennent position sur ce qu'ils trouvent dans les livres et citent simplement des auteurs familiers, reprenant ce qui a été dit auparavant.

<8>Par ceux qui le font à cause de leurs propres vices, j'entends ces hommes qui ont dissipé leur jeunesse dans la débauche et se sont consacrés à la promiscuité. Le grand nombre de leurs aventures en a fait des coquins. Vieillis dans le péché, ils passent leur temps à regretter les transgressions de leur jeunesse - d'autant plus que la Nature les empêche d'assouvir leurs désirs impuissants. Ils purgent leur bile en dénigrant les femmes, pensant ainsi dégoûter les autres de profiter de ce qu'ils ne peuvent pas jouir.

<9>Ceux qui sont motivés par l'infirmité de leur corps sont des infirmes au corps difforme et aux membres tordus. Leurs esprits sont méchants et vifs, et ils n'ont d'autre moyen de se venger de la misère de leur impuissance que de blâmer ces [femmes] qui apportent de la joie aux autres.

<10> Ceux qui blâment les femmes par jalousie sont des hommes indignes qui, ayant connu ou rencontré beaucoup de femmes plus intelligentes ou plus nobles que les leurs, ont conçu l'amertume et la rancœur.

<11> Quant à ceux qui sont par nature scandaleux, il n'est pas surprenant qu'ils calomnient les femmes, quand ils disent du mal de tout le monde. Pourtant je vous assure que tout homme qui prend plaisir à vilipender les femmes a un cœur abject, car il agit contre la Raison et contre la Nature car il n'y a pas d'oiseau ou de bête qui ne recherche naturellement son autre moitié, c'est-à-dire la femelle. Il n'est donc pas naturel pour un homme raisonnable de faire le contraire. . . .

Christine et Lady Reason discutent des inventions et autres avantages que les femmes ont apportés à l'humanité.

<12>Et y a-t-il jamais eu un homme qui ait fait plus pour l'humanité que la noble reine Cérès. qui a amené les nomades barbares qui habitaient dans les forêts, sans foi ni loi, comme des bêtes sauvages pour venir remplir les villes et les cités où ils vivent désormais dans le respect de la loi ? Elle leur fournissait une meilleure nourriture que les glands et les pommettes qu'ils avaient l'habitude de manger : blé, maïs, aliments qui rendent le corps plus beau, le teint plus éclatant, les membres plus forts et plus agiles, car ils sont plus substantiels et mieux adaptés. aux besoins de la race humaine. Quoi de plus digne que de développer une terre remplie de chardons, d'arbustes épineux et d'arbres sauvages, de la labourer et de la semer et de transformer la bruyère sauvage en champs cultivés ? La nature humaine s'est ainsi enrichie de cette femme qui l'a portée de la sauvagerie barbare à la société ordonnée, sauvant ces nomades paresseux de la sombre ignorance et ouvrant l'accès aux plus hautes formes de pensée et aux plus nobles occupations.

<13>Isis a fait de même pour les cultures. Qui peut détailler le bien qu'elle a apporté à l'humanité en lui apprenant à greffer de beaux arbres fruitiers et à cultiver les bonnes plantes propres à la subsistance humaine ?

<14>Et puis Minerva ! . Les gens allaient vêtus de peaux et elle fournissait des vêtements en laine, les gens portaient leurs biens dans leurs bras et elle inventa l'art de construire des charrettes et des chars, soulageant l'humanité de ce fardeau, elle enseigna aux nobles chevaliers comment fabriquer des cottes de mailles, afin que leurs corps soient mieux protégés à la guerre - une armure plus belle, plus noble et plus solide que les survêtements en cuir qu'ils avaient auparavant !

<15>Alors je lui ai dit : Ah ! Ma dame! A vous entendre, je me rends compte plus que jamais combien est grande l'ignorance et l'ingratitude de tous ces hommes qui disent tant de mal des femmes ! Je croyais déjà qu'avoir eu une mère et avoir fait l'expérience des services que les femmes rendent normalement aux hommes suffiraient à apaiser leurs langues espiègles. Mais je vois maintenant que les femmes les ont submergées de cadeaux et continuent à être généreuses de leurs bénédictions. Qu'ils se taisent ! Qu'ils se taisent désormais, ces clercs qui disent du mal des femmes ! Que tous leurs complices et alliés qui disent du mal des femmes dans leurs écrits ou leurs poèmes se taisent. Qu'ils baissent les yeux de honte d'avoir tant osé mentir dans leurs livres, quand on voit que la vérité va à l'encontre de ce qu'ils disent.

<16> Et que les nobles chevaliers, dont beaucoup parlent mal des femmes, se taisent, sachant que c'est à une femme qu'ils doivent l'armure, l'art de la guerre et de la constitution des armées, ce métier des armes dont ils sont si fier. Et généralement, quand on voit des hommes vivre de pain et habiter dans des villes civilisées soumises à la loi civile, quand ils travaillent leurs champs, comment peut-on, en vue de tant de bonnes affaires, condamner et mépriser les femmes comme tant le font ? Car ce sont les femmes – Minerva, Cérès, Isis – qui leur ont apporté toutes ces choses utiles dont elles jouissent toute leur vie et dont elles profiteront toujours. Ces choses sont-elles insignifiantes ? Pas du tout, Ma Dame, et il me semble que ce n'est pas la philosophie d'Aristote - si utile et si hautement louée, et à juste titre aussi ! -- ni toutes les autres philosophies qui ont jamais existé, jamais apportées ou n'apporteront jamais autant d'avantages à l'humanité que les inventions que nous devons à l'esprit de ces femmes.


Voir la vidéo: Christine de Pizan