Djibouti Actualités - Histoire

Djibouti Actualités - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.



Djibouti Actualités

DJIBOUTI

Dans les nouvelles


Chronologie : les faits saillants historiques de la Somalie

Bref historique de la violence en Somalie et de ses relations avec ses voisins.

L'assemblée constituante de la Somalie a approuvé mercredi un projet de constitution présenté comme une étape clé pour mettre fin à des décennies de guerre civile.

1991: Le président Mohamed Siad Barre, au pouvoir depuis 1969, est destitué par les rebelles et fuit la Somalie, alors que la guerre civile s'intensifie à travers le pays.

1992-1995: La communauté internationale intervient pour tenter de mettre fin à une grande famine et de rétablir la paix, mais la mission des Nations Unies se solde par un échec.

Au cours de la « bataille de Mogadiscio » en 1993, un hélicoptère américain est abattu lors d'un événement, décrit plus tard dans le film « Black Hawk Down », qui a causé un traumatisme durable qui a éloigné les forces occidentales à grande échelle jusqu'à ce jour.

2000: Un parlement national de transition est nommé lors de pourparlers à Djibouti voisin, mais la plupart des chefs de guerre somaliens le boycottent.

2002: Alors que les États-Unis craignent que la Somalie ne devienne un refuge pour al-Qaïda après les attentats du 11 septembre, Washington parvient à un accord pour baser ses forces à Djibouti.

2005: Le nouveau gouvernement, formé l'année précédente après de longs pourparlers au Kenya, entre dans le pays mais ne peut toujours pas se rendre à Mogadiscio, qui est contrôlée par des combattants islamistes et des chefs de guerre. Elle s'installe dans la ville de Baidoa.

2006: Les troupes éthiopiennes organisent une invasion préparée par les États-Unis pour renverser les forces de la milice de l'Union des tribunaux islamiques, qui contrôle une grande partie du sud de la Somalie, dont beaucoup de combattants formeront le groupe d'insurgés Shebab.

2007: Une force de l'Union africaine – l'AMISOM – est déployée à Mogadiscio.

Janvier 2009 : L'Éthiopie se retire de la Somalie. Quelques jours plus tard, les shebab s'emparent de Baidoa alors que l'ONU tient des pourparlers à Djibouti avec le parlement somalien, une réunion visant à rallier d'anciens dirigeants des tribunaux islamiques.

Le leader islamiste Cheikh Sharif Cheikh Ahmed devient président de l'administration de transition.

2010: Les Shebab proclament leur allégeance à al-Qaïda. Ils revendiquent la responsabilité d'une attaque à Kampala qui a fait 76 morts, en représailles au rôle de l'Ouganda dans l'AMISOM.

Août 2011 : Les Shebab abandonnent la plupart de leurs positions à Mogadiscio.

Octobre 2011 : Au moins 82 personnes meurent dans un attentat suicide revendiqué par les shebab à Mogadiscio.

Octobre-novembre 2011 : L'armée kenyane lance une offensive dans le sud de la Somalie contre les Shebab. Les troupes éthiopiennes envahissent également plus tard une fois de plus.

Février 2012 : Les troupes éthiopiennes et somaliennes capturent Baidoa aux Shebab, l'une des nombreuses pertes clés pour les combattants, qui contrôlent toujours une grande partie du sud de la Somalie.

Juin 2012 : les troupes kenyanes sont intégrées dans l'AMISOM, portant la force à 17 000.

1er août 2012 : L'assemblée constituante de la Somalie approuve un projet de constitution. La fin du mandat du gouvernement criblé de corruption le 20 août est considérée comme une étape clé dans le rétablissement de l'autorité centrale dans le pays.


Un entrepreneur en béton de la marine américaine à Djibouti admet une conduite frauduleuse et paiera plus de 12,5 millions de dollars

SAN DIEGO – Colas Djibouti, sous-traitant du ministère de la Marine au Camp Lemonnier et à l'aérodrome de Chabeley, et l'ambassade des États-Unis à Djibouti, ont admis aujourd'hui avoir falsifié les résultats des tests et soumis une série de faux documents et de fausses déclarations aux États-Unis comme dans le cadre d'un stratagème visant à frauder les États-Unis dans la vente de béton de qualité inférieure utilisé pour construire des aérodromes de l'US Navy à Djibouti.

Colas Djibouti, société anonyme française, est une filiale à 100 % de Colas SA, société française de génie civil. Selon des documents déposés en justice, dans le cadre de ses contrats avec le ministère de la Marine, Colas Djibouti était tenu de certifier avoir fourni un béton de composition et de caractéristiques spécifiques. Nonobstant ces obligations, Colas Djibouti a créé des résultats d'essais fictifs, fait des déclarations frauduleuses sur la composition et les caractéristiques du béton et a sciemment fourni aux États-Unis du béton non conforme aux spécifications.

Dans un exemple particulièrement flagrant, en réponse à une demande d'analyse de l'eau utilisée dans le mélange de béton, Colas Djibouti a fourni une analyse pour une bouteille d'eau potable du commerce. À la suite de cette conduite criminelle, Colas Djibouti a finalement fourni au ministère de la Marine de Djibouti du béton de qualité inférieure qui pourrait favoriser la fissuration précoce, les défauts de surface et la corrosion de l'acier noyé, et ainsi nuire considérablement à la durabilité à long terme du béton.

Conformément à son accord avec les États-Unis, Colas Djibouti perdra 8 millions de dollars, versera 2 042 002 dollars supplémentaires au ministère de la Marine en dédommagement et payera une amende de 2,5 millions de dollars.

« Partout où notre marine va, nous allons », a déclaré le procureur américain Robert Brewer dans le district sud de la Californie. « Nous continuerons à protéger sans relâche nos combattants américains contre la fraude, la corruption et la corruption, tout en nous protégeant des ennemis étrangers et nationaux. »

L'affaire a fait l'objet d'une enquête par le service d'enquête criminelle de la défense, le service d'enquête criminelle de la marine et l'agence d'audit des contrats de défense. Le procureur américain Brewer a spécialement félicité les nombreux agents et auditeurs qui ont travaillé sur cette affaire à Djibouti et aux États-Unis, ainsi que les procureurs américains adjoints Mark Pletcher et Andrew Galvin, pour leur dévouement et leur persévérance face à des circonstances difficiles.

"Nos marins et marines dépendent des produits et services de haute qualité de nos sous-traitants du ministère de la Marine afin de répondre à la mission mondiale du ministère", a déclaré le secrétaire par intérim de la Marine Thomas W. Harker. «Ce résultat démontre que le ministère de la Marine continuera d'insister pour que nos sous-traitants respectent nos normes élevées. Ce règlement mondial démontre la forte coopération entre le ministère de la Marine et le ministère de la Justice dans la prévention de la fraude, peu importe où dans le monde cela se produit. »

L'affaire pénale a fait l'objet d'une enquête et de poursuites dans le cadre de l'Africa Strike Force, une initiative de la section Major Fraud and Public Corruption du US Attorney's Office à San Diego, en collaboration avec ses partenaires chargés de l'application des lois du Defense Criminal Investigative Service, de la Naval Service des enquêtes criminelles, entre autres. Alors que le ministère de la Défense fournit une aide militaire et humanitaire dans toute l'Afrique pour lutter contre la montée de l'extrémisme violent de Boko Haram, d'Al Shabab et d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, Africa Strike Force a été créée pour répondre à un besoin non satisfait de protection des intérêts américains. contre la fraude et la corruption. Africa Strike Force a également récemment annoncé des accusations contre Micheline Pollock, un entrepreneur de l'US Army Corps of Engineers qui a été inculpé pour avoir fraudé les États-Unis dans le cadre de contrats de construction militaires et humanitaires dans toute l'Afrique.

La résolution pénale d'aujourd'hui, annoncée par le bureau du procureur des États-Unis pour le district sud de Californie, était accompagnée de l'annonce par le ministère de la Justice, division civile, branche du contentieux commercial d'une résolution simultanée d'allégations d'actes répréhensibles civiles, en vertu de laquelle Colas Djibouti paiera un montant supplémentaire de 1 857 998,00 $.

« Les entrepreneurs du gouvernement qui fournissent des matériaux de qualité inférieure à nos forces armées non seulement trompent les contribuables américains, mais imposent également des coûts et des charges supplémentaires aux militaires », a déclaré le procureur général adjoint par intérim Brian M. Boynton pour la division civile du ministère de la Justice. « Le règlement d'aujourd'hui démontre notre engagement à veiller à ce que ceux qui font affaire avec le gouvernement respectent leurs obligations contractuelles. »

« Les voies de circulation des avions sont essentielles aux opérations militaires et nécessitent donc un béton conforme aux normes et aux spécifications élevées du ministère de la Défense », a déclaré Stanley A. Newell, agent spécial chargé du bureau de terrain des opérations transnationales du DCIS. "Le DCIS et nos partenaires d'enquête élimineront vigoureusement les comportements illégaux comme celui-ci qui menacent l'état de préparation militaire des États-Unis et nuisent à l'intégrité du système d'approvisionnement du ministère de la Défense."

"La protection des intérêts de la Marine est une priorité absolue du Naval Criminal Investigative Service. Quiconque envisage de frauder la Marine et les contribuables américains doit savoir que le NCIS poursuivra agressivement toutes ces allégations, de concert avec nos partenaires chargés de l'application des lois et le ministère de la Justice", a déclaré Todd Battaglia. , agent spécial en charge du bureau extérieur du NCIS Europe et Afrique.

DÉFENDEUR Emplacement de l'entreprise Numéro de dossier

Colas Djibouti Djibouti, Djibouti 21CR0280-WQH

Complot en vue de commettre une fraude électronique, en violation de la loi 18 U.S.C. §§ 1349 et 1343

Pénalité maximale : deux fois le gain pécuniaire ou deux fois la perte pécuniaire, selon le plus élevé des deux


Explorer : Djibouti

Ce grand port de commerce est un carrefour pour le commerce maritime. Après une longue période de troubles dus à l'activité de piraterie autour de la Corne de l'Afrique, le port s'ouvre désormais aux yachts de passage.

C'est un port utile pour s'arrêter pour le carburant et le réapprovisionnement avant de se diriger vers le nord.

Notes d'entrée et mises en garde :

Si vous arrivez ici la nuit, jetez l'ancre à 6 NM à l'extérieur du port dans les îles et entrez dans le port à la lumière du jour. De nombreux mouillages non éclairés sont difficiles à apercevoir la nuit aux abords du port.

Autorisation

Entreprises liées

Ahssan Phoenix Mohamed

Adresse : Djibouti, Djibouti,

Services de l'Agence du Golfe

Adresse : 2- Rue de Bruxelles, PO BOX 1754, République de Djibouti, Djibouti,

Agent commercial mais peut s'occuper des yachts si nécessaire. Lire la suite

Amarrage

La marine djiboutienne opère sur le canal VHF 16.
Le contrôle des ports fonctionne sur le canal VHF 12 et est efficace.

Options d'ancrage

Il peut être possible de mouiller à l'intérieur du port. Il y a une bonne tenue dans la boue à env. 4,5 m (N 11°35 953 043°07 908).

Alternativement, vous pouvez être dirigé vers l'ancre entre l'ancien bâtiment du “Yacht Club” et le Port de Pêche. Le Yacht Club de Djibouti est désormais fermé et le bâtiment est utilisé par la Garde Nationale.

Il y a un mouillage à côté du marché aux poissons près du centre de la RAS de Djibouti.

Il y a des frais pour mouiller ici, pas seulement pour la zone portuaire, payables lors du dégagement (voir Frais).

Les croiseurs signalent que l'eau du mouillage est suffisamment propre pour nager et utiliser le dessalinisateur.

Voir ce rapport pour de bons mouillages en dehors du port de Djibouti.

Mouillage du port de Djibouti avec l'aimable autorisation de SY Alytes (2016)

Débarquer

Il peut être un peu difficile de trouver un endroit approprié pour laisser votre dériveur dans le port pendant que vous êtes à terre.

Sur demande, les dériveurs peuvent être déposés en toute sécurité au quai rouge et blanc des garde-côtes à l'extrémité nord-ouest du port de pêche (Port du Pêche).

Si vous laissez votre dériveur dans le port de pêche lui-même, attachez-le près de la rampe en béton. Un local peut être en mesure de le regarder moyennant des frais.

Le port de pêche est idéalement situé à proximité du centre commercial.

Dernière mise à jour : octobre 2019

Drapeau de courtoisie

YachtFlags.com offre un rabais aux membres de Noonsite.

YachtFlags.com fournit des drapeaux de courtoisie de haute qualité fabriqués en tissu de polyester tricoté durable. Tricoté pour que le tissu lui-même ne se détériore pas dans le mouvement constant auquel les drapeaux marins sont généralement exposés, et en polyester pour que le drapeau ne s'affaiblit pas sous la forte lumière UV que l'on trouve généralement dans les principales zones de navigation du monde.

Utiliser le code promo NOONSITE_5A2B au moment du départ pour obtenir 10 % de réduction aujourd'hui.


Faits sur le pays

Population: 872.932 (2015) urbain, 77%
Langues officielles: français et arabe
Langues nationales : Somali, Afar, Arabe
Religion: Islam
Zone: 23 700 km²
Système politique: République
PIB : 6.5%
Monnaie: DJF (Franc Djiboutien)
Taux de change: 177 200 DJF = 1 $.

Djibouti est membre de l'Union africaine, de la Ligue arabe, de la Francophonie, de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)

Petit mais important pays, Djibouti bénéficie de sa situation hautement stratégique. Avec un accès au golfe d'Aden et à l'océan Indien au-delà, le pays est une porte d'entrée importante vers la Corne de l'Afrique et la région plus large de l'Afrique de l'Est.

Djibouti est tributaire de cet avantage concurrentiel. Le port, la logistique et les services associés restent l'activité économique dominante. Le pays dispose de ressources naturelles, d'un potentiel industriel ou agricole limités. Néanmoins, il continue d'afficher des résultats impressionnants. En 2014, l'économie a atteint un taux de croissance de près de 6%, selon les estimations de la Banque africaine de développement. Alors que le chômage reste un défi, ce chiffre de croissance, couplé à une population jeune et en croissance, souligne le fort potentiel du pays.

Occupant une superficie d'environ 23 200 km², le pays se classe au 151e rang mondial, à peu près de la taille de l'État américain du New Jersey. Il partage des frontières avec l'Érythrée, l'Éthiopie et la Somalie et possède un peu plus de 300 km de côtes le long de la mer Rouge et du golfe d'Aden. Le paysage du pays est varié. Djibouti a une plage d'altitude supérieure à 2000 mètres, allant du lac Assal, à 155 mètres sous le niveau de la mer, à Moussa Ali, à environ 2 km au-dessus du niveau de la mer. Le plateau intérieur est séparé de la plaine côtière par une chaîne de montagnes centrale. Certaines parties du pays sont sensibles à l'activité sismique et volcanique. Près des trois quarts des terres sont à usage agricole, bien que la quasi-totalité de ces terres soient des pâturages.

Djibouti a un climat désertique subtropical. Il fait chaud et aride. La capitale, la ville de Djibouti, est l'une des villes les plus chaudes et les plus sèches du monde. Les températures moyennes varient ici de 23°C en hiver à 42°C au milieu de l'été. Le pays reçoit très peu de précipitations, le mois le plus humide, novembre, recevant en moyenne cinq jours de pluie. Sans surprise, Djibouti est vulnérable aux sécheresses. Cependant, le pays peut également souffrir de crues soudaines, conséquence de l'activité cyclonique dans l'océan Indien.

Avec seulement 0,3 km3 de ressources en eau renouvelables totales, Djibouti est l'un des pays les plus pauvres en eau au monde. Ainsi, il y a peu de terres irriguées dans le pays. En 2003, la dernière année pour laquelle des statistiques sont disponibles, seulement 10,12 km² – bien moins de 1% de la superficie des terres disponibles dans le pays – sont irrigués. Les terres arables et l'eau potable limitées, ainsi que la désertification croissante, restent des défis importants pour le pays.

Ressources naturelles

Malgré ces difficultés, Djibouti dispose également d'atouts naturels. En termes de métaux et minéraux, il contient des gisements d'or, de granit, de calcaire et de marbre. En termes d'énergie, les mouvements ont été vers l'exploration pétrolière, alors qu'il existe également un potentiel pour la production géothermique. Le ministère de l'Énergie estime que le potentiel géothermique du pays est de l'ordre de 1 000 MW. Selon l'Agence internationale des énergies renouvelables, les centrales géothermiques pourraient réduire le coût de production d'électricité d'une marge de près de 0,20 par kWh. Djibouti est également bien placé pour devenir un important pays de transit énergétique et un site en aval. L'Éthiopie voisine a récemment fait de nouvelles découvertes de gaz naturel et a recentré ses efforts sur l'exploitation des réserves existantes. En septembre 2015, les deux pays ont signé un accord de 1,55 milliard de dollars pour un nouveau pipeline de 550 km, connu sous le nom de Horn of Africa Pipeline, transportant du carburant entre le centre de l'Éthiopie et la côte de Djibouti, y compris une capacité de stockage de 950 000 barils à Damerjog.

Il y a moins d'1 million de Djiboutiens. Selon les estimations de la Banque mondiale, la population atteignait 876 200 habitants en 2014. La majorité, plus de 500 000 personnes, vit dans la capitale, la ville de Djibouti. Comme cela le suggère, le pays a un taux d'urbanisation élevé, avec plus des trois quarts de la population résidant dans des centres urbains. Le taux de croissance démographique de 2,2 % en 2014 est élevé par rapport aux normes des pays développés, mais non exceptionnel pour le monde en développement. Djibouti est le 40e pays à la croissance la plus rapide au monde.

Djibouti est aussi un pays jeune. Plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Cela conduit à un taux de dépendance de 58,5%. Cependant, au cours de la prochaine décennie, la cohorte des jeunes passera à la population en âge de travailler, et avec le taux de croissance démographique susceptible de ralentir, le taux de dépendance devrait baisser au profit du pays. Cela offrira le potentiel d'une main-d'œuvre substantielle, des opportunités de croissance des recettes fiscales et une réduction des dépenses sociales. A ce titre, la dynamique démographique du pays est favorable à une forte croissance économique.

Langue et religion

Les deux langues officielles sont le français et l'arabe. Cependant, avec la composition ethnique du pays composée principalement de Somaliens (60%) et d'Afars (35%), les langues de ces groupes sont également largement parlées. Il y a aussi de petites populations d'Arabes, de Français, d'Éthiopiens et d'Italiens. Djibouti est un pays à prédominance islamique, avec 94% des citoyens se décrivant comme musulmans et 6% comme chrétiens.

Histoire ancienne

Les découvertes archéologiques, de la poterie à l'art rupestre, témoignent de l'antiquité distinguée de Djibouti. La zone qui constitue l'État moderne est habitée depuis au moins l'époque néolithique, tandis que les ossements d'animaux trouvés à Asa Koma suggèrent l'utilisation de bétail domestiqué pendant 3 500 ans. Dans l'Antiquité, Djibouti aurait fait partie de la zone connue des Égyptiens sous le nom de Pount, un territoire commercial qui s'étendait de la côte soudanaise de la mer Rouge jusqu'au nord de la Somalie, en passant par l'Érythrée. Compte tenu de sa proximité avec la péninsule arabique à travers le golfe d'Aden, il n'est peut-être pas surprenant que Djibouti ait été initié à l'islam quelques années après la genèse de la religion. Le territoire était gouverné par une série de sultanats.

Indépendance

Cependant, au 19ème siècle, alors que le commerce et la concurrence entre les puissances européennes alimentaient leurs ambitions impériales, le territoire est devenu d'un intérêt particulier pour les États étrangers. Alors que la Grande-Bretagne a développé un intérêt pour l'Égypte et le Soudan au nord, le Yémen à l'est et la Somalie au sud, la France a établi une présence sur le territoire qui deviendra plus tard Djibouti.

En 1884-85, l'engagement français est officialisé avec la création des protectorats d'Obock et de Tadjoura, connus par la suite sous le nom de French Somaliland. Les Français ont finalement déplacé la capitale administrative de ces régions à Djibouti, en 1896, et ont commencé peu après la construction d'un chemin de fer à voie étroite, en 1898.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Français ont également commencé à développer des mécanismes politiques plus forts sur le territoire. Une plus grande autonomie est arrivée en 1957 avec la création d'une assemblée territoriale et d'un conseil exécutif local qui conseillait le gouverneur nommé par les Français.

En 1958, les électeurs de la Côte française des Somalis ont choisi de devenir un territoire français d'outre-mer et ont donc été représentés à l'Assemblée nationale française. Près d'une décennie plus tard, lors d'un référendum de 1967, le pays a de nouveau voté pour le maintien de la France et a été rebaptisé Territoire des Afars et des Issas.

Déclarant son indépendance en 1977, le pays prit officiellement le nom de République de Djibouti. Pendant une grande partie de son indépendance, le président Hassan Gouled Aptidon a dirigé le pays en tant que représentant de l'Assemblée du progrès du peuple (RPP). Le multipartisme a été introduit en 1992, mais le RPP est resté dominant. En 1999, Ismaïl Omar Guelleh, également du RPP, est devenu président, prolongeant la séquence électorale du parti.


Contenu

Président Modifier

Le président est élu au suffrage direct pour un mandat de cinq ans selon un système à deux tours. [4] Jusqu'en 2010, le président était élu pour deux mandats de six ans. La constitution a ensuite été modifiée, ce qui a supprimé les limites des mandats et réduit le mandat à cinq ans. [5] Les candidats ne doivent pas être âgés de plus de 75 ans. [6] Le Président nomme le Premier ministre. [7] Le Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed a été nommé en avril 2013. [8]

Assemblée nationale Modifier

L'Assemblée nationale, anciennement connue sous le nom de Chambre des députés, compte 65 sièges, dont 52 sont élus au scrutin majoritaire dans des circonscriptions plurinominales et 13 élus au scrutin proportionnel. [9]

Jusqu'à une modification de la loi électorale en novembre 2012, les 65 sièges étaient élus au scrutin majoritaire dans des circonscriptions plurinominales. [9]

Mohamed Ali Houmed [10] est l'ambassadeur de Djibouti pour l'Éthiopie et le Rwanda.


Djibouti - Politique

Djibouti a obtenu son indépendance en 1977. Le 8 mai 1977, les habitants du territoire français des Afars et des Issas ont voté massivement pour l'indépendance par référendum national. Le 27 juin 1977, la République de Djibouti devient un État indépendant. La constitution a partagé le pouvoir entre les Issas et les Afars. Hassan Gouled Aptidon a été élu président et Ahmed Dini est devenu Premier ministre.

Le "basculement" officiel prononcé dans la neutralité proclamée de Djibouti en faveur de la Somalie pendant tous les mois de la guerre a été l'une des causes profondes de la violence ethnique qui a pratiquement détruit les fragiles institutions politiques et gouvernementales de Djibouti au cours des derniers mois de 1977. Les Somaliens dans la population de Djibouti, depuis le Président jusqu'au bas, ne pouvait pas comprendre pourquoi quelqu'un s'opposerait aux efforts des Somaliens dans l'Ogaden pour se libérer des Éthiopiens. Les Afars, d'autre part, considéraient tout effort qui augmente l'influence somalienne à Djibouti, y compris l'accueil donné au grand nombre de réfugiés ethniques somaliens de la ligne de chemin de fer à Djibouti, comme une menace directe pour leur existence continue en tant que groupe ethnique.

À l'indépendance, le gouvernement a choisi de garder un parti politique officiel afin d'empêcher la désintégration selon les affiliations tribales. Le RPP est né en mars 1979 et Hassan Gouled Aptidon, qui était alors président de la République, en a été élu le premier président. Depuis sa création, un clan, les Issas, a complètement dominé le RPP. En réaction, le deuxième groupe ethnique le plus important, les Afars, a formé son propre parti politique, le Front pour la restauration de l'unité8 (FRUD). Le climat politique est devenu si tendu qu'il a culminé dans la guerre civile de 1991 à 1994.

Hasan Gouled Aptidon

Hassan Gouled Aptidon (un Issa-Somali) est resté au pouvoir depuis l'indépendance en 1977 jusqu'à ce qu'il décide de se retirer en 1999. Il a établi un État à parti unique dominé par le Rassemblement populaire pour le progrès (RPP).

Au début de 1992, le gouvernement a décidé d'autoriser le multipartisme et a accepté l'enregistrement de quatre partis politiques : le FRUD, le Parti national démocratique (PND), le Parti du renouveau démocratique (PRD) et le Rassemblement populaire pour le progrès (RPP). RPP. Le RPP a été formé en mars 1979. À la fin de 1981, l'Assemblée nationale l'a décrété le seul parti légitime. Il a maintenu son statut jusqu'en 1992, date à laquelle la constitution a été réécrite pour légaliser plusieurs partis politiques. Il est le parti au pouvoir depuis sa création et est maintenant dirigé par le président Ismail Omar Guelleh.

Fondé en 1991 par la fusion de trois groupes militants Afar, le FRUD prône une représentation ethnique équitable au sein du gouvernement djiboutien. Il a déclenché une insurrection armée en novembre 1991, qui a conduit à une guerre civile. Avant la fin de la guerre, le FRUD s'est scindé en deux factions, dont l'une a négocié un règlement avec le gouvernement de Djibouti et est devenue un parti politique légal. Les dirigeants du groupe étaient le président Ali Mohamed Daoud et le secrétaire général Ougoureh Kifleh Ahmed. Ahmed Dini Ahmed dirige la deuxième faction, qui est favorable à la poursuite des opérations militaires. Ibrahim Chehem Daoud a créé un groupe dissident, le FRUD-Renaissance, en 1996.

Fondé en 1992, le PRD cherche à établir un gouvernement parlementaire démocratique. Il est dirigé par Abdillahi Hamarateh. PND. Fondé en 1992, le PND recherche un gouvernement d'union nationale pour superviser la mise en œuvre des réformes démocratiques. Robleh Awaleh Aden dirige ce groupe.

Les mouvements djiboutiens non enregistrés comprennent le Mouvement pour l'unité et la démocratie (MUD), le Front uni de l'opposition djiboutienne (FUOD) et l'opposition djiboutienne unifiée (ODU).


Où est Djibouti ?

Djibouti est un pays d'Afrique de l'Est situé dans la Corne de l'Afrique dans les hémisphères nord et est de la Terre. Trois pays bordent Djibouti. Il s'agit de l'Érythrée au nord, de la Somalie au sud et de l'Éthiopie au sud et à l'ouest. Le pays possède également des côtes sur la mer Rouge et le golfe d'Eden à l'est.

Djibouti Pays Limitrophes: Éthiopie, Érythrée.

Cartes régionales: Carte de l'Afrique


Djibouti

La République de Djibouti a connu une expansion économique continue qui a maintenu la croissance au-dessus de 5% pendant plusieurs années, grâce principalement aux investissements dans les infrastructures ferroviaires, portuaires (le port polyvalent de Doraleh et le port de Tadjourah) et hydroélectriques. Le gouvernement entend poursuivre son ambitieux programme d'infrastructures grâce aux investissements étrangers, notamment chinois. Les entreprises chinoises sont engagées dans le lancement d'une grande zone franche industrielle et commerciale, dans l'exploitation des ressources naturelles (poisson, sel et énergie) et dans le développement du tourisme. Ces investissements pourraient modifier la structure de l'économie, qui jusqu'à présent était axée sur les transports et les services connexes, profitant de la position géostratégique du pays au bord du golfe d'Aden à l'intersection de corridors clés pour le transport de marchandises et de pétrole. Le gouvernement souhaite renforcer cet avantage comparatif sur ses pays voisins en faisant du pays une plate-forme régionale et une plaque tournante pour les services logistiques, commerciaux et financiers.

Portée par ces grands projets d'investissement, la croissance est passée à environ 6,3 % en 2016 contre 6,5 % en 2015 et devrait passer à 6,7 % en 2017 et 6,8 % en 2018. Malgré cette reprise, l'extrême pauvreté et le chômage restent endémiques. Environ 23 % du million d'habitants de Djibouti vivent dans l'extrême pauvreté, et ce taux de pauvreté n'a pas baissé depuis 2002, tandis que plus de 48 % de la population en âge de travailler est au chômage. De plus, la dette devient de plus en plus critique. Les nombreux investissements publics dans les infrastructures sont financés en partie par d'importants prêts non concessionnels. Le niveau d'endettement a atteint environ 79,6 % du produit intérieur brut (PIB) en 2016 et devrait dépasser 81,5 % en 2017, ce qui expose le pays à un risque élevé de surendettement.

En mars 2014, pour engager le changement structurel de l'économie et favoriser l'entrepreneuriat, le gouvernement a adopté un cadre stratégique à long terme, Vision Djibouti 2035. Le premier produit à moyen terme de ce cadre a été la stratégie Scape (Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l'emploi), a lancé en 2015. A long terme, le cadre stratégique vise à faire passer Djibouti au statut de pays émergent d'ici 2035, et à court terme, la stratégie Scape vise à accélérer la croissance et à créer travaux.


Relations des États-Unis avec Djibouti

Les États-Unis ont établi une représentation consulaire dans la colonie des Somalis français en 1929. Les relations diplomatiques officielles entre les États-Unis et la République de Djibouti ont commencé en 1977, après l'indépendance de la France. Djibouti est une république dotée d'un parlement et d'un pouvoir exécutif dirigés par le président, qui est élu tous les cinq ans. L'Assemblée nationale est l'organe législatif du pays, composé de 65 membres, également élus tous les cinq ans.

Djibouti est stratégiquement situé dans la Corne de l'Afrique et est un partenaire clé des États-Unis en matière de sécurité, de stabilité régionale et d'efforts humanitaires dans la région. Le gouvernement djiboutien soutient les intérêts américains. Djibouti accueille la seule présence militaire américaine durable en Afrique au Camp Lemonnier, établi par un accord formel en 2003. Un accord bilatéral avec le gouvernement de Djibouti permet également aux États-Unis d'accéder aux installations portuaires et à l'aéroport de Djibouti.

Assistance américaine à Djibouti

Le programme Food for Peace de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) maintient un entrepôt pour les produits d'aide alimentaire prépositionnés à Djibouti, servant de plaque tournante pour une réponse rapide dans certaines parties de l'Afrique et de l'Asie. Les installations du Bureau international de radiodiffusion à Djibouti transmettent des programmes en langue arabe et le service somalien de Voice of America diffuse dans la Corne et la péninsule arabique.

La croissance économique de Djibouti est entravée par une main-d'œuvre en expansion rapide qui est mal adaptée aux besoins économiques du pays, ce qui entraîne un chômage élevé et un manque de candidats qualifiés pour des emplois dans certains secteurs. Les autres obstacles à la croissance comprennent les coûts élevés de l'électricité, les pénuries chroniques d'eau, les mauvais indicateurs de santé, l'insécurité alimentaire et les problèmes de gouvernance. L'aide américaine soutient un portefeuille de programmes visant à accélérer la croissance économique, à renforcer l'enseignement primaire et les opportunités de formation technique pour les jeunes, à améliorer la santé et à construire une société civile dynamique pour contribuer plus pleinement aux priorités de développement de Djibouti.

L'un des principaux objectifs partagés par les gouvernements de Djibouti et des États-Unis est d'augmenter l'emploi dans la main-d'œuvre djiboutienne. Les États-Unis se concentrent sur l'amélioration de la qualité des programmes de préparation à la main-d'œuvre professionnelle, la facilitation de liens durables entre les centres de formation professionnelle et les fournisseurs d'emplois, et le renforcement des services de placement et de maintien en poste. En partenariat avec le ministère de l'Éducation et de la Formation professionnelle (MENFOP), le ministère du Travail et la Chambre de commerce de Djibouti, l'aide américaine soutiendra l'inscription de 12 000 jeunes djiboutiens dans des programmes de renforcement des compétences pour les préparer aux emplois d'aujourd'hui. Le programme de développement de la main-d'œuvre aide les jeunes à acquérir des compétences entrepreneuriales et à améliorer leurs compétences en anglais et les prépare à devenir des leaders dans des secteurs tels que le transport et la logistique, le tourisme, l'hôtellerie et la construction.

L'aide américaine soutient les efforts du MENFOP pour améliorer la qualité de l'enseignement primaire à travers le pays. L'aide des États-Unis se concentre sur l'amélioration des compétences en lecture et en littératie de 55 000 élèves du primaire grâce à un enseignement de la lecture amélioré, une participation communautaire accrue à la lecture en début d'année scolaire et un environnement politique amélioré pour soutenir la lecture.

L'assistance sanitaire des États-Unis se concentre sur le continuum prévention-soins-traitement du VIH/SIDA pour les populations clés et les populations prioritaires de la ville de Djibouti, ainsi que le long des voies migratoires et des routes commerciales transfrontalières critiques.

L'aide américaine vise à renforcer les organisations de la société civile djiboutienne, à favoriser une gouvernance responsable et à améliorer la prestation de services. Le programme de renforcement des organisations de la société civile implique un mélange d'assistance technique, de formation et de développement des capacités et, travaille avec et au sein des activités existantes de l'USAID dans les secteurs de la santé, de l'éducation, ainsi que l'autonomisation des femmes pour garantir que les approches de transparence, de responsabilité et de gouvernance participative sont plus délibérément intégrés pour aider à améliorer la prestation des services clés.

Dans le cadre de l'initiative Power Africa, l'aide américaine se concentre sur le soutien aux investissements du secteur privé dans la production d'énergie renouvelable par le biais d'un projet de biomasse développé aux États-Unis.

L'aide américaine à travers le programme Food for Peace répond aux problèmes d'insécurité alimentaire dans les zones rurales de Djibouti, exacerbés chaque année par la sécheresse et le changement climatique. The United Nations World Food Program is the United States’ largest food security partner in Djibouti, distributing approximately $4 million in food assistance and other services each year.

Educational and cultural exchange programs cement people-to-people ties between the United States and Djibouti. Through the Young African Leaders Initiative (YALI), the International Visitors Leadership Program, the Fulbright Program, and English language programs, Djiboutian leaders and American experts are exchanging ideas and expertise on issues of mutual interest and developing leadership and skills training.

Relations économiques bilatérales

Djibouti is eligible for preferential trade benefits under the African Growth and Opportunity Act (AGOA). Djibouti hosts modern port facilities, which enable the growth of the logistics and services sector. Before 2035, Djibouti is expected to finish several major infrastructure projects including: a natural gas pipeline, a liquefaction plant, an export terminal, a geothermal plant, renewable energy projects, and what will be Africa’s largest free trade zone, the Djibouti International Free Trade Zone. A new railroad connecting Djibouti City and Addis Ababa, Ethiopia began operations in early 2018. These projects are part of the Government of Djibouti’s ambitious plan to turn Djibouti into a major commercial and shipping hub for East Africa. U.S. exports to Djibouti include vegetable oil, wheat, machinery, and foodstuffs. U.S. imports typically transit Djibouti from origin countries farther inland such as Ethiopia. These imports include coffee, vegetables, perfumery, and cosmetics. Landlocked Ethiopia exports nearly 90 percent of its goods through Djibouti’s ports. The United States has signed a trade and investment framework agreement with the Common Market for Eastern and Southern Africa, of which Djibouti is a member.

Djibouti’s Membership in International Organizations

Djibouti is a member of the United Nations, International Monetary Fund, World Bank, World Trade Organization, Organization of Islamic Cooperation (OIC), Arab League, and Intergovernmental Authority on Development (IGAD), among other organizations.

Représentation bilatérale

The ambassador is also the U.S. diplomatic representative to IGAD, which is headquartered in Djibouti. Principal embassy officials are listed in the Department’s Key Officers List.

Djibouti maintains an embassy in the United States at Suite 515, 1156 15th Street, NW, Washington, DC 20005, (tel. 202-331-0270).

More information about Djibouti is available from the Department of State and other sources, some of which are listed here:


Voir la vidéo: breaking news somalie iyo Djibouti