Panneau sur l'atoll de Majuro, Îles Marshall

Panneau sur l'atoll de Majuro, Îles Marshall


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Panneau sur l'atoll de Majuro, Îles Marshall


Ce panneau sur l'atoll de Majuro dans les îles Marshall montre à quel point le théâtre du Pacifique était vraiment grand, avec toute une série de destinations à plus de 1 000 milles de l'atoll.


Histoire[modifier | modifier la source]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

L' aérodrome de Majuro a été créé à l' origine par le service aérien de la marine impériale japonaise en 1942 . L'île a été capturée le 31 janvier 1944 lors de la bataille de Kwajalein par la V Amphibious Corps Marine Reconnaissance Company et le 2nd Battalion, 106th Infantry Regiment qui l'ont trouvée inoccupée. Le 100e bataillon de construction navale a commencé à améliorer l'aérodrome en créant une piste de 5 800 pieds (1 800 160 m) sur 445 pieds (136 160 m) couvrant la majeure partie de l'île Delap. À la mi-mars, l'aérodrome était en exploitation limitée et le 15 avril, l'aérodrome, les voies de circulation, les aires de trafic, les logements, les magasins et les jetées étaient pleinement opérationnels. Les Seebees ont également construit des routes et des chaussées reliant Delap aux îles adjacentes. Le parc d'avions de remplacement du transporteur a ensuite été situé à Majuro et une nouvelle piste de 4 000 pieds (1 200 m) sur 175 pieds (53 160 m) a été construite sur l'île d'Uliga et une chaussée à deux voies reliant Uliga et Delap a été construite. Un tablier de 800 pieds (240 160 m) sur 150 pieds (46 160 m) a été dégagé et pavé à côté de la piste principale pour faciliter les opérations de transport.

Le quartier général de la Quatrième Marine Air Wing et le Marine Air Group 13 (MAG-13) ont déménagé sur l'atoll de Majuro à la mi-mars 1944. Les unités stationnées à Majuro comprenaient le VF-39 exploitant le F6F Hellcat, le VMF-155 et le VMF-224 exploitant des F4U et VMSB- 231 SBD en fonctionnement.

Des B-25 du 41e groupe de bombardement opérant à partir de l'aérodrome de Bairiki (Mullinix), à Tarawa, se sont rendus à Majuro pour des bombardements sur Maloelap, l'atoll de Wotje Mili et Jaluit en mars et avril 1944.

Un pilote de VMSB-231 se tient sur l'aile de son SBD à Majuro en août 1944

Après-guerre[modifier | modifier la source]

L'aérodrome a été réduit au statut inactif le 1er janvier 1947 et supprimé le 1er juin 1947. ΐ]

Dans la période d'après-guerre, l'aérodrome a continué à servir d'aéroport pour Majuro, mais au milieu des années 1960, la surface de la piste se détériorait et elle devenait impropre à l'utilisation par les avions modernes, il a donc été décidé de déplacer l'aéroport à son emplacement actuel à l'ouest. de Rairok et d'utiliser la zone de Delap pour le développement industriel, commercial et résidentiel. L'aéroport international des Îles Marshall a ouvert ses portes en 1972 et l'aérodrome de Majuro a cessé ses activités.


Trop de Marshallais, trop peu d'opportunités

Les preuves d'un réchauffement de la planète sont omniprésentes dans les îles Marshall : des coraux blanchissants, des tempêtes plus violentes et des sécheresses pluriannuelles.

Comme le littoral est souvent frappé par les inondations saisonnières, ou les marées royales, de nombreuses îles des îles utilisent avec ingéniosité tout matériel disponible pour défendre leurs terres. Des monticules de sable et de pneus en caoutchouc créent des digues de fortune, mais ils sont facilement emportés par l'eau.

La plus haute altitude des atolls, situés entre Hawaï et l'Australie et répartis sur une zone du Pacifique quatre fois plus grande que la Californie, est de près de dix pieds au-dessus du niveau de la mer. L'exception : d'imposants monticules de déchets - débris métalliques, voitures d'occasion, meubles - dans une décharge à Majuro.

Sherwood Tibon est allé en Arkansas pour les mêmes raisons que tout le monde : il y a trop de Marshallais et trop peu d'opportunités à Majuro. Il est revenu à Majuro désabusé. Même en travaillant tout le temps, sans temps pour la famille, le salaire de Sherwood provenant de son travail de peintre payait à peine les factures.

«Je crois que certaines des personnes ici qui migrent vers l'extérieur n'ont aucune idée de ce dans quoi elles s'embarquent», dit-il.

« Ils espèrent qu'un jour ils vivront le rêve américain », dit Sherwood. « Que vous ayez cette palissade blanche et ces belles maisons. Mais vous vous retrouvez dans des duplex. Vous vous retrouvez dans des maisons de ville. Vous vous retrouvez dans des rues bondées. Ce n'est pas ce que vous voyez généralement dans les films.

Il possède une entreprise qui emballe des glacières avec du poisson et d'autres produits. « C'est ainsi que nous prenons une partie de notre vie sur ces îles et la transportons dans une autre partie du monde », dit-il.

« La glacière représente en quelque sorte notre culture, nos traditions. »

Alors que les entrepreneurs chinois et philippins, qui dirigent des entreprises à la manière d'un monopole, ont mis en faillite la plupart des entreprises marshallaises, Sherwood's Seafood Connection est florissante. Des affiches colorées représentant une glacière bleue et un gros porteur, conçues par l'épouse de Sherwood, Emma Kabua-Tibon, sont placardées sur les fenêtres de la ville. Alors que les glacières deviennent le symbole d'une nation en mouvement, elles sont également l'une des entreprises commerciales les plus lucratives de Majuro.

Des glacières des Îles Marshall arrivent sur un tapis roulant à Honolulu, à Hawaï.

Contrairement à Sherwood, peu de Marshallais reviennent. Les billets sont chers. Un vol aller simple vers l'Arkansas coûte 1 600 $. Le retour est réservé aux anniversaires ou aux funérailles. Catégorisés comme « non-immigrants compacts », un statut créé lors des négociations pour l'indépendance des États-Unis dans les années 1980, la grande majorité des Marshallais ne bénéficient jamais de tous les avantages de la citoyenneté américaine, bien qu'ils puissent vivre en tant que résidents.

Les vols sont complets depuis des semaines. Certains disent que l'augmentation du nombre de passagers commence lorsque les familles aux États-Unis reçoivent leurs déclarations de revenus, ce qui permet à beaucoup d'entre elles d'acheter des billets d'avion.

"S'il n'y avait pas eu le service plus frais, j'aurais du mal au bord de la route en essayant d'annoncer que nous avons du poisson", dit Sherwood avec un léger sourire. « Maintenant, nous pouvons garantir que notre poisson sera acheté. Parce que nous savons que les gens volent toujours.

Il a récemment déménagé l'entreprise dans un lieu en face de l'aéroport, un arrêt plus rapide pour les commandes de dernière minute.

Le poisson et les fruits soigneusement conservés survivent aux longs vols à travers le Pacifique et la zone continentale des États-Unis. À leur arrivée, ils sont partagés avec des parents désireux de goûter à la maison.


Panneau sur l'atoll de Majuro, Îles Marshall - Histoire

La base navale de l'atoll de Majuro a été créée pour soutenir deux escadrons de bombardiers en piqué de la Marine, un demi-escadron de patrouille et une mise en scène temporaire pour un groupe de chasseurs de l'armée. En outre, il devait répondre aux besoins du service de transport aérien naval, un ancrage de la flotte sans installations à terre, des installations médicales et une station de transmission Loran. Les navires de réparation, les sous-marins et les destroyers, ainsi que les pétroliers et les navires de ravitaillement, devaient subvenir aux besoins de la flotte.

L'atoll de Majuro, dans le groupe Marshall, se compose de 56 îles, dont l'île de Majuro, à sa pointe ouest, est la plus grande. La piste d'atterrissage occupait la majeure partie de l'île Dalop, à la pointe est, et les îles Uliga et Darrit contenaient les installations de la base, les camps et la zone du directeur du port.

Les surfaces de ces îles sont recouvertes de sable de corail qui, à certains endroits, s'était formé comme couche arable par la décomposition de la végétation. Les précipitations sont abondantes et le climat tropical.

Dans le lagon, les profondeurs vont de 25 à 35 brasses, avec un fond de sable et de corail variable, relativement peu de têtes de corail existent ailleurs que dans la partie ouest. L'approche du canal contient une profondeur suffisante pour les plus gros navires, et les plages de sable offrent d'excellentes zones d'échouage pour les petits bateaux et le LST.

Les forces d'assaut de l'armée débarquèrent le 31 janvier 1944 et trouvèrent l'atoll inoccupé. Le 100e bataillon de construction a suivi le 1er février, avec le premier échelon d'un bataillon de défense des Marines.

L'île Darrit était autrefois occupée par les Japonais, qui ont laissé une jetée en bois de 400 pieds, une piste à voie étroite de la jetée menant à quatre entrepôts à ossature, une rampe d'hydravion et deux bâtiments en acier. À une extrémité d'une zone dégagée, une grande dalle de béton avait été coulée pour un hangar et de l'acier de construction était empilé à proximité, à partir duquel un entrepôt a été construit. Un bâtiment à ossature, situé entre la jetée et la rampe des hydravions, est devenu le bureau du capitaine du port. Plusieurs bâtiments de stockage de nourriture à proximité ont également été utilisés. Les casernes des travailleurs indigènes à grande charpente sont devenues la construction du navire de maintenance. D'autres casernes ont été transformées en quartiers pour les transitoires et un hôpital, un hangar pour hydravions a été converti en entrepôt et une construction japonaise plus petite a été utilisée à diverses fins.

Sur l'île Dalop, une piste d'atterrissage recouverte de corail, de 5 800 pieds sur 445 pieds, a été construite. Cela a été utilisé le jour J-plus-12 pour un atterrissage d'urgence, et le 15 avril, l'aérodrome, les voies de circulation, les aires de trafic, les logements, les magasins et les jetées, initialement prévus, étaient terminés. La construction supplémentaire comprenait 10 miles de routes de corail et 11 000 pieds de chaussées de corail de 30 pieds reliant diverses îles.

Le dispensaire d'Acorn 8, situé parmi les anciens quartiers japonais, s'est agrandi par l'érection de huttes et de tentes Quonset, sa capacité finale étant de 150 lits. Les installations de stockage de carburant étaient confinées à des réservoirs de stockage d'essence. La livraison au parc de stockage s'est faite par pétrolier, via une ligne de chargement maritime.

L'eau était fournie par distillation, les 21 alambics utilisés pour ce travail produisant environ 50 000 gallons par jour. Les réservoirs de stockage d'eau douce comprenaient 25 réservoirs en bois d'une capacité de 160 000 gallons, quatre réservoirs en toile de 12 000 gallons et deux citernes de 8 000 gallons. L'eau était distribuée en divers points par des conduites et des camions-citernes. Une jetée flottante en eau profonde de 625 pieds sur 28 a été construite et les opérations de déchargement ont été facilitées par neuf barges de 4 ponts sur 12 et quatre barges de 3 sur 7 pontons.

Les installations de stockage érigées, en plus des structures japonaises, étaient des tentes, des abris couverts de bâches et 47 Quonsets. Les munitions étaient stockées dans plusieurs magasins souterrains, dans trois huttes de Quonset et dans des revêtements de stockage ouverts.
Les magasins étaient situés dans 17 huttes Quonset et 6 000 pieds carrés d'abris couverts de bâches. Les bâtiments administratifs comprenaient dix huttes Quonset et 81 tentes, ainsi que les bâtiments japonais réaménagés à cet effet. Sur l'île Calanin, à l'entrée du chenal d'approche, une station de signalisation et un poste de contrôle d'entrée du port ont été établis.

Des abris à l'épreuve des bombes ont été construits à des endroits stratégiques, nécessitant un total de 350 000 mètres cubes de remplissage de corail. Des installations de loisirs de la flotte ont également été fournies, tout le travail étant effectué par le 100e bataillon, complété dans certains cas par le personnel de la station. L'unité Seabee était logée dans deux tentes cams, deux entreprises vivant dans la zone attenante à la piste d'atterrissage et le reste étant basé à Uliga, le logement principal et l'administration.

Cette construction était l'ouvrage initialement prévu. L'affectation d'unités supplémentaires à la base et l'élargissement du champ d'activité ont nécessité une expansion considérable.

Le quartier général de la Quatrième Marine Air Wing et le Marine Air Group 13 se sont établis sur l'atoll de Majuro à la mi-mars 1944. Ces unités nécessitaient la construction de deux camps de 750 hommes, d'un magasin et d'installations de stockage. Sur la piste d'atterrissage, il a été nécessaire de construire sept huttes Quonset, un hangar avant et plusieurs structures en appentis, et d'augmenter les aires de stationnement et les aires de trafic. Un escadron aérien de services publics a également été affecté à Majuro et a exigé le nombre et les types standard de bâtiments de quartier général, de navires, de hangars de nez et de parkings.

Lorsqu'il a été décidé de localiser le parc d'avions de remplacement du transporteur à Majuro, une bande de 175 pieds sur 4 000 pieds a été dégagée et pavée sur l'île d'Uliga et une chaussée à deux voies reliant Uliga et Dalop a été construite, fournissant une chaussée de 30 pieds. Pour faciliter les opérations de transport aérien, une aire de trafic de 150 pieds sur 800 pieds a été dégagée et pavée à côté de la piste, avec quatre huttes Quonset pour abriter des bureaux et des installations de stockage. L'introduction des activités du pool d'avions a exigé le doublement du personnel des unités de service des avions porteurs et, par conséquent, l'agrandissement de leurs installations de vie et d'atelier. Les terrains de loisirs et les installations de la flotte ont été agrandis et un camp de récupération de base sous-marine a été construit qui comprenait toutes les installations nécessaires pour un camp de 750 hommes.

Toutes les installations ont été utilisées à pleine capacité car de nombreux escadrons de bombardiers et de chasseurs ont opéré à partir de l'aérodrome. L'unité de service porte-avions desservait les transporteurs de la flotte, et le pool d'avions entretenait et fournissait des avions de remplacement. Le port servait de mouillage à la flotte et de centre de loisirs de la flotte. Le tri des fournitures, le stockage du courrier, les communications et le remplacement du personnel ont mis à rude épreuve les installations restantes de la gare.

Les tâches d'arrimage ont été reprises du 100e bataillon en février 1944, lorsque le détachement du bataillon de construction 1034 est arrivé à Majuro. Ce détachement de six officiers et 250 hommes a géré toutes les opérations de fret jusqu'en août 1944, date à laquelle ils ont été transférés sur l'île de Japtan dans l'atoll d'Eniwetok.

Le 60th Battalion a effectué tous les travaux de construction et d'entretien jusqu'à ce qu'il soit relevé par le CBMU 591 le 18 juin 1944. Le 60th a quitté Majuro le 5 juillet 1944 pour Pearl Harbor, le CBMU 591 est resté pour s'occuper de la construction et de l'entretien. Le jour J, toutes les installations fonctionnaient toujours à pleine capacité et aucune mesure de consolidation n'avait été prise.


La source
Marine américaine. Bureau des chantiers et des quais. (1947) Construire les bases de la marine pendant la Seconde Guerre mondiale v.2, Alaska et outre-mer. Washington, D.C. : US General Printing Office


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase À environ 4 000 kilomètres au sud-ouest des îles Hawaï, les îles Marshall représentaient une partie du périmètre de l'empire japonais du Pacifique. L'ancienne colonie allemande a été donnée au Japon après la fermeture de la Première Guerre mondiale et avait depuis été une partie importante des plans offensifs et défensifs de la marine japonaise. À la fin de 1943, l'amiral Mineichi Koga de la flotte combinée japonaise savait que les Américains surveillaient les îles, mais il ne pouvait pas savoir où ils allaient frapper. Ses difficultés ont été encore compliquées par le manque d'avions porteurs, car ils lui ont été retirés pour tenter de renforcer les escadrons basés à terre. Les mains liées, tout ce que Koga pouvait faire était d'envoyer ses sous-marins en tant qu'observateurs avancés et d'ordonner au commandant régional de Truk, l'amiral Masashi Kobayashi, de renforcer les garnisons insulaires les plus exposées aux attaques américaines. Kobayashi a déplacé des hommes vers les îles extérieures de Jaluit, Mili, Wotje et Maloelap. Au total, Kobayashi disposait de 28 000 soldats aux îles Marshall. Pour une garnison de cette taille, les fortifications terrestres étaient inférieures à la normale, mais c'était plutôt prévu à ce stade de la guerre, car Tokyo avait depuis décidé que les îles Marshall ne devaient servir que dans le cadre d'une campagne d'action de retard. Le nouveau périmètre défensif devait être établi beaucoup plus près des îles d'origine.

ww2dbase Le renseignement américain a décodé les messages japonais et détecté des mouvements pour les îles extérieures, et a décidé de changer les plans d'invasion. À l'insu des Japonais, les Américains contournaient maintenant les îles extérieures renforcées, ils attaquaient maintenant directement Kwajalein et Eniwetok.

ww2dbase Prélude
nov.-déc. 1943

ww2dbase Les bombardiers terrestres B-24 Liberator du contre-amiral JH Hoover et d'autres avions d'attaque de la 7e force aérienne des îles Ellice et Gilbert ont attaqué Mille et Maloelap dès novembre 1943. Le 3 décembre, le contre-amiral Charles Pownall&# 39s Task La Force 50 a lancé une frappe aéronavale contre Kwajalein avec des avions de quatre porte-avions et deux porte-avions légers. La frappe a détruit quatre transports et cinquante avions japonais, bien que les dommages aient eu peu d'importance stratégique. Lors de la récupération des avions, Pownall a annulé une deuxième frappe prévue contre l'atoll de Wotje par crainte d'une contre-attaque japonaise. La contre-attaque a pris la forme d'attaques de bombardement de nuit, que les Américains n'avaient aucun moyen de défense aérienne puisque les pilotes américains n'avaient aucune formation de vol de nuit. Lexington a reçu un coup de torpille dans l'une des frappes nocturnes, mais l'ensemble du groupe de travail finirait par retourner à Pearl Harbor.

ww2dbase L'atoll de Majuro a été nommé pour être une base avancée en préparation de l'invasion. Le contre-amiral Harry Hill a débarqué la compagnie de reconnaissance du V Corps amphibie du corps des marines des États-Unis et le 2e bataillon du 106e d'infanterie de la 7e division d'infanterie de l'armée américaine, prenant l'atoll légèrement défendu le 31 janvier sans aucune victime.

ww2dbase Bataille de l'atoll de Kwajalein
29 janvier-3 février 1944

ww2dbase Des problèmes logistiques ont retardé d'un mois les plans d'invasion contre les îles Marshall, mais dès que Chester Nimitz a pu rassembler tous les transports de troupes dont il avait besoin, il a lancé l'opération Flintlock contre l'atoll de Kwajalein au sud. Le contre-amiral Richmond Turner commandait les forces contre l'île de Kwajalein, avec à son bord le major-général Charles Corlett, 7e division d'infanterie de l'armée américaine. Le contre-amiral Richard Connolly, avec le major-général Harry Schmidt&# 39s 4e Division de marines, a navigué les îles Roi-Namur dans le nord. Le contre-amiral Harry Hill&# 39s a été désigné force de réserve prête à aider l'une des deux forces d'invasion après avoir sécurisé Majuro. L'ensemble de l'opération a été couvert dans le ciel par les avions du vice-amiral Marc Mitscher à partir de six porte-avions et de six porte-avions légers, qui étaient escortés par huit cuirassés et un assortiment complet de croiseurs et de destroyers.

ww2dbase Dans l'ensemble La garnison japonaise de l'atoll de Kwajalein était composée de 8 000 hommes, mais seulement la moitié d'entre eux étaient aptes au combat. L'autre moitié se composait de conscrits, d'ouvriers (dont beaucoup étaient des Coréens) et du personnel de soutien des avions de la Marine. Le contre-amiral Monzo Akiyama, situé sur l'île de Kwajalein, savait qu'il manquait de solides fortifications, mais sa capacité à coordonner une contre-attaque aérienne dommageable pourrait potentiellement compenser ses lacunes.

ww2dbase Le premier chapitre de l'invasion détruit Le 29 janvier 1944, des porte-avions américains attaquent Roi-Namur, détruisant 92 des 110 avions japonais qui ont survécu aux frappes d'avant l'invasion des deux mois précédents. Akiyama venait de perdre sa capacité à monter une contre-attaque aérienne efficace.

ww2dbase L'invasion de Roi-Namur a commencé en douceur le 31 janvier sur cinq petites îles voisines, mais le temps et l'inexpérience des opérations amphibies ont causé une grande confusion et des retards lors du débarquement effectif sur Roi-Namur le lendemain. Néanmoins, la chance était avec les Américains car la résistance japonaise était beaucoup plus légère que prévu après le bombardement aérien et naval réussi avant l'invasion. Les atterrisseurs ne faisaient face qu'à une garnison de 300 Japonais. Roi-Namur a été sécurisé avec seulement 51 Japonais survécu sur la garnison de 3 000 hommes.

ww2dbase Après une première phase similaire de capture d'îles périphériques plus petites dans l'atoll le 31 janvier, les débarquements du 1er février dans le sud de Kwajalein se sont déroulés beaucoup plus facilement. Les hommes, les véhicules et l'équipement de la 7e division d'infanterie ont été déchargés avec ordre et efficacité. Une partie de la raison était que la plupart des défenses japonaises étaient établies du côté océan de l'île au lieu du revêtement de récif lorsque les défenses ont été construites, les Américains n'avaient pas encore atteint la capacité de traverser les récifs coralliens. Une autre raison était un bombardement efficace avant l'atterrissage. Le commandant Anthony Kimmins de la Royal Navy britannique a observé les débarquements américains à Kwajalein et a été étonné de l'efficacité du bombardement d'avant l'invasion. Il a dit

"Rien n'aurait pu survivre à ce bombardement maritime et aérien. [Le bombardement] a été la chose la plus dommageable que j'aie jamais vue. [À terre] Je n'ai jamais vu une telle pagaille de ma vie. Lorsque vous êtes arrivé à terre, la plage était une masse de poissons très colorés qui avaient été projetés là-haut par des explosions à proximité."

ww2dbase Il a commenté que le bombardement était "le succès le plus brillant" qu'il ait jamais vu.

ww2dbase Akiyama a contré les Américains avec une série de charges d'infanterie féroces soutenues par de solides bunkers et casemates lorsque les Américains ont avancé. Au début du 2 février, seulement 1 500 des 5 000 garnisons d'origine étaient encore en vie. Tout comme Roi-Namur, au moment où l'île a été sécurisée, seuls 265 hommes ont survécu en tant que prisonniers capturés, tous les autres ont péri. Les Américains en ont perdu un pour 100 tués.

ww2dbase Bataille de l'atoll d'Eniwetok
17-21 février 1944

ww2dbase Eniwetok était un atoll avec une série de petites îles et îlots offrant un peu plus de deux miles carrés de terres, mais l'emplacement était stratégique, car ils pouvaient fournir des aérodromes pour l'invasion ultérieure des Mariannes. Le général de division Yoshimi Nishida a renforcé les défenses de l'île principale quelque temps avant janvier 1944, mais la petite taille de l'île signifiait que la défense en profondeur était presque impossible. Toute tentative américaine d'envahir l'île doit être stoppée sur les plages, sinon l'île principale d'Eniwetok serait perdue. L'île principale était gardée par 4 000 hommes, dont environ la moitié appartenaient à l'armée japonaise et l'autre moitié au personnel naval.

ww2dbase L'invasion, l'opération Catchpole, a commencé par un bombardement naval le 17 février, tandis que 8 000 Marines et 2 000 fantassins de l'armée attendaient à bord des transports. Le même jour, le 22e Régiment de Marines commandé par le colonel John Walker sur l'île d'Engebi dans la partie nord de l'atoll. Le débarquement d'Engebi a été un cauchemar logistique qui a embarrassé le général de brigade Watson du Corps des Marines qui a supervisé l'opération, bien qu'il ait commis ses erreurs initiales en sécurisant l'île à un nombre de victimes de seulement 85. Le 19 février, le 106e régiment d'infanterie a débarqué sur la principale l'île d'Eniwetok après seulement un bref bombardement. Le bref bombardement s'est avéré inefficace. Avec des tirs automatiques sillonnant les plages du débarquement, les hommes et l'équipement américains formèrent bientôt un désordre encombré, répétant le même cauchemar logistique qui hantait les envahisseurs. Néanmoins, l'île a été sécurisée le 21 février à la perte de 37 Américains de la même manière, presque toute la garnison japonaise de 800 hommes est morte. Ensuite, Watson a conduit ses Marines (quittant l'armée pour occuper l'île d'Eniwetok) à l'île de Parry. Les atterrisseurs ont fait face à des défenses similaires sur Parry, mais les problèmes logistiques ont été évités par un bombardement naval approfondi mené par les cuirassés Tennessee et Pennsylvania, livrant plus de 900 tonnes d'explosifs sur les défenses japonaises avant que le 22e Régiment de Marines ne débarque. Parry Island a été sécurisé le lendemain.

ww2dbase Avec les îles Marshall sous contrôle américain dix semaines avant la date prévue, les ingénieurs alliés ont commencé à construire les îles comme bases avancées pour la prochaine phase de la campagne d'île en île vers les îles japonaises.

ww2dbase Sources : La campagne du Pacifique, Wikipédia

Dernière mise à jour majeure : septembre 2006

Carte interactive de la campagne des Îles Marshall

Chronologie de la campagne des Îles Marshall

20 août 1943 L'amiral Chester Nimitz a soumis un plan général pour l'invasion des îles Marshall.
4 décembre 1943 L'USS Portland et l'USS New Orleans (classe New Orleans), entre autres navires, ont contrôlé le porte-avions Lexington (classe Essex) lors de frappes contre l'atoll de Kwajalein, dans les îles Marshall. Lexington a reçu un coup de torpille qui a paralysé sa direction. La Nouvelle-Orléans escorte Lexington jusqu'à Pearl Harbor.
29 janvier 1944 L'USS Yorktown (classe Essex) et le groupe opérationnel 58.1 sont arrivés à son point de lancement tôt le matin et ses porte-avions (Yorktown, Lexington et Cowpens) ont commencé des frappes aériennes sur l'aérodrome de Taroa sur l'atoll de Maloelap, dans les îles Marshall. Tout au long de la journée, des avions frappent Maloelap en prévision des assauts sur Majuro et Kwajalein prévus pour le 31 janvier 1944.
30 janvier 1944 L'USS Yorktown (classe Essex) a frappé des cibles à Kwajalein, dans les îles Marshall, pour commencer à adoucir l'île pour les débarquements prévus pour le lendemain.
31 janvier 1944 Les Américains ont débarqué sur les atolls de Kwajalein et Majuro dans les îles Marshall.
31 janvier 1944 Les aviateurs de l'USS Yorktown (classe Essex) ont poursuivi leurs frappes sur Kwajalein, dans les îles Marshall, en soutien aux troupes débarquant sur cet atoll. Le groupe aérien de Yorktown a mené des frappes similaires les trois premiers jours de février.
31 janvier 1944 L'USS New Mexico a bombardé les positions japonaises sur l'île de Kwajalein, l'atoll de Kwajalein, dans les îles Marshall.
31 janvier 1944 L'USS Portland a bombardé l'île de Djarrit, l'atoll de Majuro et les îles Marshall pendant 30 minutes avant d'apprendre qu'il n'y avait pas de Japonais sur l'île.
1 février 1944 L'USS New Mexico a bombardé les positions japonaises sur l'île Ebeye, l'atoll de Kwajalein, aux Îles Marshall.
7 février 1944 Les troupes américaines ont achevé la conquête des atolls de Kwajalein et de Majuro dans les îles Marshall.
17 février 1944 Les Marines américains ont débarqué sur l'atoll d'Eniwetok dans les îles Marshall. L'USS Hoel a tiré avec colère pour la première fois avec ses canons principaux lorsqu'il a tiré sur les troupes japonaises vues se déplacer sur l'île de Parry.
17 février 1944 Portland a bombardé l'île de Parry, l'atoll d'Eniwetok, aux Îles Marshall, dans le cadre de la bataille d'Eniwetok
20 février 1944 Les troupes américaines ont capturé Eniwetok dans les îles Marshall.
21 février 1944 L'USS New Mexico bombarde les positions japonaises à Wotje, dans les îles Marshall.
22 février 1944 Des avions japonais ont attaqué la Force opérationnelle navale américaine 58 à l'approche des îles Mariannes, mais ont subi de lourdes pertes. Pendant ce temps, une autre force alliée opérant autour de Rabaul et de Kavieng n'a rencontré aucun avion japonais, laissant entendre que les ressources japonaises devenaient maintenant rares.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. Anonyme dit :
2 août 2006 13:08:33

Un article est paru dans le journal d'Atlanta Georgia, disant qu'un marine de Géorgie et un marine de New York avaient capturé les premiers prisonniers sur l'île. Le garçon de Géorgie était mon frère Henry Durwood Howard. Cela devait être en janvier 1944. J'avais 4 ans à l'époque et de nombreuses années se sont écoulées depuis que mon frère a été tué quelques jours plus tard. En juin, je suis allé sur le lieu de sépulture d'ohau, et cela a suscité un intérêt dont je ne savais même pas qu'il existait encore. J'ai essayé ces dernières années de localiser l'autre homme qui était impliqué dans l'héroïsme de mes frères. Ce serait super de parler de tout ça à quelqu'un. Merci à qui que ce soit, Wylene Howard Brown Quitman Georgia

2. wylene howard brown dit :
22 oct. 2006 12:18:47

J'espère toujours avoir des nouvelles de quelqu'un qui connaît cette situation. Wylène

3. Charles Aucoin dit :
15 févr. 2007 10:05:59

Quelqu'un a-t-il des informations sur le PLT SGT Charles Lada KIA Roi-Namur en opération Flintlock Il était mon oncle et je ne l'ai jamais rencontré bien que je porte son nom

4. thomas j rose dit :
28 févr. 2007 18:02:54

mon beau-père a combattu dans cette bataille, ainsi que d'autres dans cette campagne. nous avons des photos de la suite.

5. john biggs dit :
16 sept. 2007 06:53:26

Mon père a combattu dans cette bataille. il était dans la 4e div Marine. il a quitté les États-Unis et a navigué directement vers l'île. Ce fut la première pour lui et sept autres invasions suivront. Et ils pleurent parce qu'ils doivent prolonger leur tournée en Irak.

6. Anonyme dit :
24 sept. 2007 14:53:45

L'USS Competent a balayé deux mines à Arno Atoll dans les Mashalls.Ils auraient été les premières mines *** balayées dans le Pacifique

7. j.petkovich dit :
11 novembre 2007 10:14:11

Mon père, Sam Petkovich, a combattu lors de cette invasion et a été blessé. Il a été emmené à Pearl Harbor pour récupérer. Papa est décédé à peine trois ans (2004) mais j'ai des photos et un certificat Domaine de Neptunus Rex (une sorte de document pirate) que les marines ont signé en donnant le nom du navire et la date, le 25 janvier 1944.

8. arogers dit :
11 mars 2008 13:43:37

Mon père, P. Mims Rogers, était major dans le 7e d'infanterie et a combattu dans cette bataille sous les ordres du général Corlett, et j'ai une photo d'eux ensemble. J'aimerais avoir des informations sur cette bataille.

9. Jamie LeClair dit :
25 novembre 2008 10:43:30

Si quelqu'un a des informations sur PLTSGT Herbie "Frenchy" LeClair, veuillez appeler. L'unité était la 5th Amphib Corps Recon Company d'ACC avec le LT Harvey Weeks lorsqu'ils ont capturé l'adjudant *** sur Majuro. Mon oncle l'a ramené sur le navire USS Kane. 320-629-3212

10. Tom dit :
9 avril 2010 03:08:25

J'ai une photo de mon père, le capitaine Maguire, MD, avec Mag. Le général Corlett sur Kwajalein.
Le numéro dans le coin inférieur est W-CPA-44-106-AV.
Quelqu'un peut-il traduire cela et comment est-il possible de rechercher dans les archives de l'armée?
Merci,
À M

11. Doris dit :
22 avril 2010 04:07:01

Mon père m'a dit qu'il avait combattu à Marshal Island en 1944 ?, il a reçu l'étoile de bronze ce que je ne sais pas. J'ai une photo de lui et d'un copain dans leur uniforme de député prise en
Pacifique Sud. Il était dans l'infanterie de l'armée, c'est tout ce que je sais, j'aimerais en savoir plus.
Son nom Roy Patton.

12. marque sans roue dit :
24 avril 2010 09:06:11

Mon père Tommy Oran Wheeless était dans l'armée 1939-45. il est décédé en 1994. il a reçu 3 coeurs violets, je crois qu'il a combattu sur les îles marshall.

13. Cecilia L. Fabos-Becker dit :
4 mai 2010 00:02:41

Après un long effort, j'ai finalement obtenu les dossiers USMC de mon père sur son service pendant la Seconde Guerre mondiale - ou ce qu'il en restait ou disponible. Il y a un grand trou béant au lieu de détails pour la période entre le 25 février 1944 et août 1945, puis à nouveau jusqu'en 1946, date à laquelle il a été envoyé à San Diego. Ce "trou" commence par son envoi "sur le terrain" le 25 février 1944 via "Cape Victory" (un navire de transport de troupes fabriqué par Consolidated Steel, Wilmington DE. Il faisait partie du Provisional Signal Corps , Service Battalion, 5th Amphib.. Il m'a dit verbalement, ainsi qu'à mon frère, qu'il était à Peleliu, Saipan, Iwo Jima et Okinawa. Il a dit à mon frère qu'il avait été capturé à Okinawa et s'était échappé lors de son deuxième essai. Après le premier essai les Japonais ont écorché vif son meilleur ami et l'ont fait regarder. Nous pensons qu'il a été promu à un moment donné de caporal à sergent, en 1944 et ramené au caporal après ce qu'il a fait aux Japonais qui ont tué son ami. Cependant, nous Je n'ai que quelques extraits verbaux de mon défunt père. Le plus qu'il ait jamais parlé de ses expériences était d'environ 10 à 15 minutes et seulement environ quatre fois dont chacun d'entre nous peut se souvenir. Il faisait encore de temps en temps de "mauvais rêves", etc. dont il ne voulait pas discuter, mais l'envoya enfin chez un psychologue au cours des deux dernières années avant qu'il est mort en 2005. J'aurais aimé que le VA ait fourni ce service lorsqu'il a passé les six premières années de ma vie à éviter les 48 états contigus, les villes, le bruit, etc. - et sa famille, ou quand il est finalement rentré à la maison. il avait de tels problèmes de gestion de la colère qu'il m'a presque tué deux fois avant l'âge de 8 ans. Si quelqu'un reconnaît le nom de John George Fabos, du Signal Corp pour les bataillons des services du 5th Amphib. Corps, s'il vous plaît laissez-moi savoir, surtout si vous savez ce qu'il a fait, quand et où. Nous n'avons rien dans le dossier "déclassifié" qui nous a été remis. Il avait plusieurs médailles, etc. et toutes ont été volées lors d'un cambriolage de la maison de ses parents décédés alors qu'elle était passée à une cousine, alors qu'elle était dans une maison de retraite, après un accident de la circulation. Je n'ai même pas reçu un enregistrement de ses médailles des Archives nationales. Comme je l'ai dit, il y a ce gros trou dans ses dossiers.

Cecilia L. Fabos-Becker, San José, Californie
[email protected]

14. sola dit :
4 mai 2010 03:30:26

Opération Flintlock incroyable.
Ma question pourquoi le patron de la force de débarquement à Kwajalein (sud) est le général d'armée ? Not Marine General ?

15. Gunnar Bersos says:
8 Jul 2010 11:24:30 AM

I hope anonymous of item #6 will email me I was there and would like to talk to him

16. Gunnar Bersos says:
8 Jul 2010 08:25:15 PM

Looking for any of the crew of the Competent who were at the Palau Islands September 1944

17. Stephen Stafford says:
27 Aug 2010 11:07:38 PM

My father, Donald Edward Stafford, was shot down and crashed into the lagoon. His plane was a B-26. He was rescued by natives. He spent the next year in Hawaii recovering from his wounds and was headed to Guam aboard ship when the war ended.
This is all I know.
I would like to know what unit he would have been with during the Marshall islands campaign and any other info that some one could provide.

18. Faith Juano "Tsuwano" says:
29 Nov 2010 05:49:26 AM

My grandfather by the name, Terruo Tsuwano, if i'm correct, was captured by the american after the world war 2 on Aerok, Ailinglaplap, Marshall Islands, and haven't been heard from sinced.
I am hoping to find information about on him, and hopefully to reconnect with any relatives, if any.
Please feel free to contact me at the e-mail above, if any info on this man.
He left a son behind my grandmother passed away 4 years ago.

19. Ryan Lelwoj says:
21 Feb 2011 07:16:58 PM

as a Marshallese, it hurts my feeling while looking at the pictures of the war in the Marshall Islands. it reminds me about my great grandparents who were there during the war.

20. Michelle Gulik says:
19 Jul 2011 09:45:01 PM

My uncle was a Private in the 184th Infantry Regiment, 7th Infantry Division, and he was killed in action at Kwajalein on Feb 2, 1944. He was awarded a Bronze Star and Purple Heart, but that's all the information I've ever been able to get. His name was Frederick J Gulik, but he went by Fred or maybe Fritz. My dad--his brother--was stationed in Hawaii at the time, and he said his captain told him that Fred was shot while coming off an LST.

21. Clint Stein says:
12 Dec 2011 07:04:02 PM

My father who was in the toke the troops onshore in the Marshal Islands. The only thing he told me about the invasion that after the invasion was over him and one other person was in charge of burring the bodies of the Japanese. He brought back with him a bayonet,rifle, and some Japanese money. He also said while on the island Japanese aircraft flew over but had no bombs.

22. Anonymous says:
16 Jan 2012 07:17:43 PM

I had a Uncle who serviced in the 4th Marine Division He died on Feb. 2 1944 in the first invasion in the Marshall Islands.

23. Anonymous says:
8 Feb 2012 03:08:45 PM

I have so many family members who were kill on world warII on,kwajelin, Marshall Islands. My mom was 2 years that time. I am a Marshallese and I am Very Proud of The U.S Army and soilder who were die for My country ." I joseph,boas ,promoise to do my best,to do my duty to God and my Country and to obey the people from United state of America."

24. Phil Pyle says:
18 Apr 2012 08:18:10 AM

I understand that both the Japanese and the Americans tried to warn the Marshallese people away from where the worst killing would be, leading up to and during the Feb 1944 WWII battles in the Marshalls. I guess there were people, sailor fishermen, perhaps, who would hear and pass the warnings. For example, I see in Morison's Volume-7 p.226-227, on the unopposed taking of Majuro, "Blessed with fair weather, Admiral Hill prepared to assault the atoll --- which photographic interpretation of the buildings had informed him, might be defended by three to four hundred Japanese. This intelligence was confirmed by natives on the channel islets, where a scout party of Marines, Lieutenant Harvey W. Weeks USMC, had made a landing the previous evening. Before D-day dawned they had overrun Dalap and Uliga, found nary a *** and heard from natives that there were none on Darrit. Captain Jones was unable to convey this information to Admiral Hill in time to stop his scheduled bombardment of Darrit. At 0655, after the shoot had been going on for 18 minutes, he managed to get the word through. The Admiral then ordered his guns to stop talking . Fortunately nothing was seriously damaged during the 18 minute bombardment. " Any stories would be appreciated as to the underground between the Marshalese, Americans and Japanese." I would appreciate hearing from anyone who has any information or stories as to how it actually worked in reality for the Japanese and Americans trying to get the Marshallese people our of the impending harm's way. Merci. Phil Pyle [email protected]

25. Anonymous says:
18 Apr 2012 08:36:55 AM

PS. I missed an important footnote in Morison. "The natives meant that the Japanese had formerly been on the atoll, but the Marines' Gilbertese translator, who did not know Marshallese very well, slipped up. (Conversation with Capt. Jones 24 April 1944. He is brother to Maj. William K. Jones USMC of the Betio battle." PPyle

26. Colton Ribera says:
6 May 2012 11:25:30 AM

My grandfather served in the Marshall islands as a Sgt. in the Army Air Corps. we have photos of him with a PFC. Charles Lubic. if anybody knew about the units that were stationed there, or airbases plz contact me via email.

27. Anonymous says:
27 Jun 2012 11:54:33 AM

MY FATHER, PFC FRANK H. ERNST FOUGHT IN THE
MARSHALL ISLANDS DURING WWII! THANKS DAD FOR
YOUR EFFORTS. IT WILL NEVER BE FORGOTTEN.

28. Relieved says:
16 Nov 2012 01:12:26 PM

seriously interesting helps with my project for history

29. James LaVerdure says:
6 Mar 2013 06:26:09 AM

If any of your fathers or uncles were with the 7th Infantry Division, during the battle for Kwajalein, please do get back with me as i have info that i can share with you. My father was in Co B 17th Regiment 7th Division.
James LaVerdure
[email protected]

30. marlene garmon says:
27 May 2013 02:51:21 PM

my father leland skinner was in the marshall islands where he got shot in june 1944.He was in camp Roberts California in march25 - june 23,1943.I have alot of pictures of him & his buddies there would like to share with anyone who father has been there too.He also was in 7 infantry division in Okinawa, Ryukyu Islands.

31. Al Davis says:
14 Oct 2013 12:29:52 PM

My Uncle, PFC Merle V Davis was killed on Eniwetok, Feb 1944. Any info from anyone on this site would be sincerely appreciated.
my em [email protected]

32. LAURA says:
10 Nov 2013 01:37:05 PM

iso info on Douglas Ralph Byers who served in Australia and New Gineau in WWII.

33. Baldwin Bellu says:
20 Jan 2014 06:42:16 PM

there is family leave in Ailinglaplap half japanese half marshallese Tsuwano.

34. Anonymous says:
18 Feb 2014 01:29:15 PM

GULIK, FREDERICK J
PVT US ARMY
WORLD WAR II
DATE OF BIRTH: 01/15/1922
DATE OF DEATH: 02/02/1944
BURIED AT: SECTION N SITE 907 Click to view the cemetery map
NATIONAL MEMORIAL CEMETERY OF THE PACIFIC
2177 PUOWAINA DRIVE HONOLULU, HI 96813
(808) 532-3720

35. Ron Villi says:
22 Jun 2014 10:50:47 AM

My uncle was on Kwajalein with the Army Air Corps, right after the battle. Does anyone know the Air Corps unit numbers at that time?

36. Anonymous Lucky Lucky says:
5 Jul 2014 11:55:25 PM

I would be so proud if U.S military could remember the Marshallese men and also list their names who served as scout for the U.S military during the WW2 in the Marshall Islands and send their names to RMI government.

37. Leslie Mead says:
23 Aug 2014 05:20:21 PM

To Charles Aucoin. Your uncle Charles Lada is memorialized on a plaque on Roi-Namur Island that was put in place in February of this year in commemoration of the 70th Anniversary of the battle of Roi-Namur.

38. Leslie says:
23 Aug 2014 05:22:34 PM

To Anonymous Lucky Lady. there are currently several efforts underway to memorialize the efforts of the Marshallese Scouts during World War II. I believe these effects include one by the U.S. Army and one on behalf of the U.S. Ambassador to the Marshall Islands.

39. Louis Blossom says:
24 Nov 2014 10:22:29 PM

My uncle, whom I was named after, was killed on Roi Island on February 12 1944 during the battle of Kwajalein. He was a Leutenant jg in the USNR. The Japanese bombed an amunition dump which resulted in a huge explosion and inferno. If anyone has any information about this incident or about my uncle please contact my.

40. Anonymous says:
24 May 2015 08:30:14 PM

Thinking of my father, in the 7th infantry in the battle of Kwajalein on this Memorial Day 2015.
He received a bronze star for his leadership. Was later a Captain.

41. Jim Goss says:
25 May 2015 01:04:21 PM

My father Dell Goss,served with 7th infantry, 184th California division company M.
He received bronze star with oak leaf clusters along with purple harts.
I still have some of his leggings and other "souvenirs"

42. Randy lucky says:
12 Jul 2015 12:59:36 AM

My grandfather was a scout during battle Marshall island. He was a messasenger during the war

43. Anonymous says:
5 Aug 2015 04:45:22 PM

My uncle, who I never met, was killed in the battle of Kwajeline. I was born in 1945. I believe he was a sniper. I was looking for a list of casualties, but have never found one. Nobody left in the family has much information. His name was Charles Swan.

44. Roy Morris says:
30 Sep 2015 02:15:26 AM

My Uncle S Sgt William Dixie Morris from Arkansas was killed February 4, 1944 on Kwajalien Island. He was awarded Silver Star postumously. Trying to find out more information. [email protected]

45. Robert Ettinger says:
7 Dec 2015 12:29:52 AM

My Dad fought on the Marshall Islands in 1944 with the 7th Cav, and was awarded the purple heart . my mother has waited for 5 years since his death to get his heart and never did and I am his son and feel I deserve his Purple Heart . My Dad was Richard D. Ettinger 7th Cav .

46. Bruce Muench says:
28 Mar 2016 04:03:38 PM

I was based on Kwajalein from 1945 to ཪ. I wrote a book, "Spam Cans, Rice Balls and Pearls" which has considerable information about Kwaj as I knew it at that time. I knew some of the natives and often wondered how many casualties they suffered during our invasion.

47. John O'CONNELL says:
1 May 2016 12:05:58 PM

My father, John J. O'CONNELL , served with the 100th Seabee battalion in the Marshal Islands. He went ashore with a Marine Division on Roi. Don't know much more as dad wouldn't talk about it. Was also on Majuro. Was a hard hat diver. Any more info to fill in the blanks?

48. Bill says:
7 Aug 2016 09:48:59 PM

My Dad (Burt Norris Groves) served on the USS Pennsylvania, he was a gunners mate 3 class. He died when I was young, it was not untale about 10 years ago that I looked up his ship. I was amazed at what I found out, I knew very little about what the Pennsylvania was about, or just what took place. Please send me all you can about Mr Groves and the mighty JSS Pennsylvania.

49. Bobby Lee Cude says:
6 Nov 2016 06:21:45 AM

First, I want to thank the providers of this web page for making it possible for me to be able to contribute my experiences in the battle (invasion) of Kwajalein , Jan. 31-Feb3rd 1944.

Yes, I was there, this is a first hand actual account of the invasion through the eyes of an 18 year old kid from Oklahoma. I was, at that time , a very excited young man , about to make his first run to the beach as the coxswain of a Higgins Landing Craft loaded with troops .

I had watched the terrific high altitude bombing of the island, then the battle ship shelling , and finally the dive bombers . And once the air power bombings & ships' cannons had pulverized the island, the actual invasion began . Our boats, loaded with troops , swarmed in the lagoon waters . A GREY HAZE HUNG OVER THE ISLAND. Sounds of small caliper weapons and occasional explosive could be heard as we neared our respective landing targets.

Boats faltered, for a moment . An unexpected traffic jam of landing craft had temporarily blocked the passage of our boats to the beach , but out of no where jumps this older guy , he's standing on a coral rock, he's waving his hands, yelling at us, and pointing the way to go! He yelled at us, "go this way. " and with a traffic cops' signals he direct us to a safe passage way.

I drop my ramp, the troops wade ashore , I go back to the ship , load up again , again and again . keeping this up until we are all finished bringing in what's needed .

From out of no where I'm selected/ordered to stay ashore on the atoll . I am to live in a pub tent, eat with the Army. My assignment , was to provide the Army via my boat , transportation of all their needs, supplies and etc. from the cargo ships in the lagoon/harbor.

That I did, but I also was conscripted to help bury the
bodies of the Japanese Imperial Marines. Which I did ! And in that capacity I witnessed first hand the ugliness of war.

While my Unit 34 shipmates went back on board their ship, I stayed on Kwajalein .

This sounds morbid, but it was a beautiful sight to have witnessed the U S A's military might .

50. Anonymous says:
10 Jan 2018 10:57:46 AM

Looking any information for Marshall W. Lyons (born 7-15-1921) USNR Polit , WWII Pacific Theather, Crashed on a Island near or around Marshall Islands, marooned over a month before resuced (Information needed for family member who is my VFW Post)
Comme
Show more reactions
Commenter
3 3
commentaires
Eileen Flaherty Whitmire
Eileen Flaherty Whitmire Don Bechtel - I'm finding the birth year to be 1923 - Marshall Willard Lyons
in the U.S. WWII Draft Cards Young Men, 1940-1947

View Original Image on Fold3.

Name:
Marshall Willard Lyons
Gender:
Male
Race:
blanche
Age:
18
Relationship to Draftee:
Self (Head)
Birth Place:
Primrose, Nebraska, USA
Birth Date:
15 Jul 1923
Residence Place:
Kansas City, Missouri, USA
Registration Date:
30 Jun 1942
Occupation:
Sear Roebuck And Co
Weight:
170
Complexion:
Light
Eye Color:
Blue
Hair Color:
brun
Height:
6
Next of Kin:
G L Hansen
Household Members:
Nom
Relationship
Marshall Willard Lyons
Self (Head)
Manage
LikeShow more reactions · Reply · 1h
Eileen Flaherty Whitmire
Eileen Flaherty Whitmire Don Bechtel - Marshall W Lyons
in the U.S., Select Military Registers, 1862-1985

Name:
Marshall W Lyons
Birth Date:
1923
Military Date:
1 Jan 1946
Publication Date:
1 Apr 1951
Titre:
Commissioned and Warrant Officers of the United States Naval and Reserve
Manage
LikeShow more reactions · Reply · 1h
Eileen Flaherty Whitmire
Eileen Flaherty Whitmire Don Bechtel - Missouri, Marriage Records, 1805-2002
Does the Marshall W Lyons in this record match the person in your tree?
Yes No Maybe

Name:
Marshall W Lyons
Marriage Date:
1 Sep 1946
Marriage Place:
Jackson, Kansas City, Missouri
Registration Place:
Jackson, Missouri, USA
Spouse:
Madonna E Bargold
Manage
LikeShow more reactions · Reply · 58m
Eileen Flaherty Whitmire
Eileen Flaherty Whitmire Don Bechtel - U.S., Social Security Death Index, 1935-2014

Nom
Marshall W. Lyons
Last Residence
Shreveport, 71118, Caddo, Louisiana
Born
15 Jul 1923
Died
2 May 2008
State (Year) SSN issued
Arkansas - Before 1951

51. Jenn says:
14 Mar 2018 12:17:10 PM

Did anyone know Stanley Lukowski? He was in the 106th Infantry Regiment, 27th Infantry Division and died on February 20, 1944. He was my great uncle. Thank you!

52. Tom says:
13 Aug 2018 01:36:21 PM

My Father-In-Law (a Marine) lost his life in the Marshall Island waters during WWII. His body was never identified. What steps will we need to take to investigate if his remains were ever found?

53. David Stubblebine says:
13 Aug 2018 08:52:37 PM

Tom (above):
Visit the “Defense POW/MIA Accounting Agency” website at http://www.dpaa.mil/. They have a list of still missing men from World War II separated by state (place of enlistment, probably). Your question speaks to exactly what this agency does all the time.

54. Tracey Harrison says:
1 Oct 2018 02:58:05 PM

I have recently uncovered a journal kept by my father Deward Harrison while stationed aboard the Uss cleaveland during the Marshall Island attacks Describes many of the battles and air raids contains orders and messages from rear admiral Shepard. Also details airfield attack, other significant battles task force 36 references etc The Colorado other shios

55. Jacqueline O'LearyAnonymous says:
28 Jan 2019 08:15:53 AM

My dad was in the navy. And in the raid Roi,Kwajalien Atoll, by the Japanese. February 1944. In his belongs I found dogtags which I assume were a friend of his. Name is Robert Wallace Rush T .12-42 USN B. I do not know how to find to who his family members might be. My dad died after the war in 1963. So I could never ask him , I was 13. And didn't know of the dog tags. Would like to return them, but don't know who or how. if any one knows? you can contact me.

56. Anonymous says:
25 Apr 2019 08:15:22 AM

I am only reading this for a project

57. John H Wright says:
20 May 2019 04:06:14 PM

My father, CPL Hamilton Wm Wright, Marine 1st Defense Battalion was seriously injured during the invasion of Kwajalein in 1944. He spent 6 months on a hospital ship before being returned to the Navy Hospital in Corona, CA. Prior to the invasion he was stationed for 2 years on Palmiera Island with the 1st Defense Battalion. Would appreciate any information relative to his injury or battalion during the action period.

58. Tracey Harrison says:
7 Jul 2019 07:36:49 AM

John HWright I am doing a project documenting the burial spots of ww2 navy personnel if you sendthe Info on the tags I may be able to locate family from burial info

59. Bobby Lee Cude 8486438 says:
14 Dec 2019 06:53:52 AM

Great Piece ! Maintenant. read my comments , which , as a participant in the invasion , will give the readers , a thrill of pride in their Country, the USA ! First, as an eighteen year old "kid" from Oklahoma , I wasn't prepared , to witness , the exactness of the pre-pared plans of the fleet , the Air Force , Army and the Marines . It was like a movie ! Our Commander, the night before the invasion , called us all aft of the LSD Lindenwold, to pray ! Early the next morning, we pulled into the lagoon ! WOW! Every kind of war ship one could imagine, was position for action ! The VERY SIGHT of such a massive armada gave me chills of pride in America . I knew then ! On that early morning, that America HAD ARRIVED , AND NO FEAR FOR THE OUTCOME OF THE BATTLE ! The folks , at home , who had sacrificed and made possible this vast fleet of ships , would have been PROUD as well ! I will not take any more of your time and space , by giving you details of the battle , for that has been covered quite well by the hosts of this site. Just remember, please . America is GREAT !

All visitor submitted comments are opinions of those making the submissions and do not reflect views of WW2DB.


Social Stratification

Classes and Castes. In the past highly ranked persons were at the center or windward end of discussion circles and elevated above compatriots or were seated on the ocean side of persons of lesser rank.

Since independence, an emergent class structure has become apparent in urban sectors with radical differences in wealth between the rich and poor. In part, the class structure reflects the distribution of jobs but, at its highest levels, reflects a monopoly of political power among a group of chiefs and a small set of English-speaking half-caste residents and other elite families. The distinction between chief and commoner is long standing. Until the mid-1800s chiefdoms were small, seldom including more than one or two atolls. With colonial support, the power and influence of the chief increased.

Symbols of Social Stratification. In the past intricate tatoos distinguished men and women of higher class from commoners. Renowned warriors and those respected as navigators and medical specialists also displayed their identities through distinctive tatoos. Restricted speech genres were also used to interact with those of highest rank. Speaking styles are divided into honorific and ordinary styles today. Marshall Islanders commonly wear American-style dress modified it to local norms but elite styles of costly dress and personal adornment are increasing as signs of emergent class distinctions.


Marshall Islanders Set To Become Climate Refugees Before International Law Can Catch Up

Sandbags surround the Majuro airstrip while hurriedly-built bridges span flooded sections of road, and many Marshall Islanders have built seawalls to protect their homes on this remote nation in the Pacific Ocean.

The Marshall Islands are made up of five main islands and 29 coral atolls spread across three-quarters of a million miles of ocean, but they amount to just 70 square miles of actual land. And even that is now at the mercy of the seas, which are rising thanks to climate change.

The United Nations has predicted sea levels will rise by up to three feet by 2100 if global carbon emissions continue unchecked, and a recent paper published in the journal Nature said this estimate should be doubled to more than six feet because of ice melt in Antarctica.

The Marshall Islanders seem destined to become climate refugees as the whole country threatens to disappear below sea level by the end of the century. And the seas are rising faster than international law can adapt. There is no international recognition of people displaced by climate change as refugees, leaving them without legal protection or rights.

The average elevation in the Marshall Islands is six feet, with many areas just above sea level. In recent years the “king tides” – two especially high tides that come each year at around the same time – have swept through the streets of the capital, Majuro. King tides never used to swamp the atoll now they do.

Entire rows of damaged and abandoned homes can be seen in some areas of the atoll. About 170 miles southwest, Kili island has been flooded so regularly that its residents are thinking about leaving for good.

“If we lose our islands, we would become aimless refugees,” said Kathy Jetnil-Kijiner, a Marshallese poet and climate activist who lives in Majuro. “We could be the first to leave our entire country, our entire home.”

Two years ago, Jetnil-Kijiner was invited to speak at the United Nations Climate Summit in New York, where she called on world leaders to take action to save her island nation. She read one of her poems that describes the threat that faces the Marshallese people.

“Tell them we are a proud people toasted dark brown as the carved ribs of a tree stump.
Tell them we are descendants of the finest navigators in the world.
Tell them about the water, how we have seen it rising.
Tell them what it’s like to see the entire ocean level with the land.”

If displaced because of rising seas, the Marshall Islanders – like anyone put in this position by climate change or natural disaster – would find themselves in legal limbo. They would not qualify as refugees, so would not receive the same international protection, even though they were forced to leave their homes. That’s because “climate refugee” is not a term recognized under international law.

Alex Randall from Climate Outreach and Information Network (COIN), the Oxford, UK-based climate NGO, says the term is widely used but holds no legal currency: “The phrase ‘climate refugees’ isn’t used much within law or research any more, for the very same reason that such people don’t have similar rights to other kinds of refugees.”

Climate refugees are not covered by the 1951 Geneva Convention Relating to the Status of Refugees, according to the International Organization for Migration (IOM).

That is because “natural disasters or environmental degradation do not constitute a form of persecution as per the Convention criteria (fear of persecution for reasons of race, religion, nationality or membership of a particular social group or political opinion),” according to a 2014 IOM report.

The IOM and the United Nations High Commission for Refugees (UNHCR) have called for international human-rights law to be used to cover the legal gaps threatening people displaced by climate change. That is because its framework covers respect for the rights of all individuals at all times, including protection from arbitrary loss of life.

“The key thing is creating systems that protect all migrants and displaced people,” said Randall.

One effort in this direction has come from Switzerland and Norway through a state-led process known as the Nansen Initiative. Conceived to fill the legal gap in cross-border migration due to climate change and disasters, its agenda was endorsed by some 110 countries last year.

But the Nansen Initiative may not help those displaced from countries that cease to exist altogether.

“I think people understand that climate change will cause migration, but I don’t think they really get what that means for the Marshall Islands,” Jetnil-Kijiner said. “It would mean changes in our status in the international realm.”

If the islands were swamped by rising seas, the country would likely lose its sovereignty, making its people stateless under international law.

The 1954 Convention Relating to the Status of Stateless Persons sets out a minimum standard of treatment for them, including providing travel documents and identity papers. It does not, however, compel any state to accept a stateless person for entry or residence, according to the UNHCR.

Thousands of people have already left the islands for a variety of reasons, with many settling in diaspora communities in Hawaii, California and Oregon. In Springdale, Arkansas – another hot spot for Marshallese migration – traffic signs are written in the Marshallese language.

Several thousand islanders live in the town. One of them, a retired pastor from Majuro who moved there with several members of his family, said Marshallese residents remain close-knit even after leaving the islands.

But some aspects of the culture are incompatible with U.S. customs and norms, including the common practice of family members and relatives living together and speaking Marshallese as a first language.

“We speak Marshallese a lot, but the young ones have to talk in English, too, because of school,” said pastor Charles Heam. “Only the older people speak Marshallese, the younger are not fluent.”

The pastor admits that his family’s new home comes with advantages, like better education and better healthcare, but this does not remove the sense of loss.

“I miss my home island, Majuro,” he admitted.

This article originally appeared on Refugees Deeply . For weekly updates and analysis about refugee issues, you can sign up to the Refugees Deeply email list.


Signpost on Majuro Atoll, Marshall Islands - History

The Republic of the Marshall Islands (RMI) has been a sovereign nation since 1986 with a Compact of Free Association (COFA) with the United States of America. The nation consists of 24 coral atolls, with a total of 1,156 individual islands and islets. The population is 52,158 (2010 Census). 74% of the population resides on Majuro and Kwajalein atolls. The poulation density on these two atolls is quite high. Majuro has a total land mass of 3.75 square miles with a population of 27,797 (7,413 people/m 2 ). Ebeye island on Kwajalein atoll has 9,614 people on 0.12 square miles (80,117 people/m 2 ). Although the fertility rate is quite high, the population is decreasing due to out migration.

In the RMI, the delivery of healthcare services is mixed. Basic public healthcare is available for all residents of RMI. A small copay ($5) is required for all services. Supplemental insurance is also offered for residents which offers better options for off-island care. There are private clinics available, though the majority of the population uses the public system. Generally only foreigners living in RMI have private insurance.

There are two hospitals in RMI, one in Majuro and one in Ebeye. There are 56 outer island health centers managed by the hospital in Majuro by the Office of Outer Islands. These clinics are staffed by local health assistants, and much information is communicated to Majuro Hospital via radio. There are 5 outer island health centers that are managed by the 177 healthcare program (victims of nuclear fallout). This is a U.S. federal grant in which U.S. doctors manage these health centers.

90-120 off-island referrals occur per year- mostly cancer, congenital issues, and orthopedic surgeries. These are determined using a ranked waitlist.


Signpost on Majuro Atoll, Marshall Islands - History

The Republic of the Marshall Islands (RMI) has been a sovereign nation since 1986 with a Compact of Free Association (COFA) with the United States of America. The nation consists of 24 coral atolls, with a total of 1,156 individual islands and islets. The population is 52,158 (2010 Census). 74% of the population resides on Majuro and Kwajalein atolls. The poulation density on these two atolls is quite high. Majuro has a total land mass of 3.75 square miles with a population of 27,797 (7,413 people/m 2 ). Ebeye island on Kwajalein atoll has 9,614 people on 0.12 square miles (80,117 people/m 2 ). Although the fertility rate is quite high, the population is decreasing due to out migration.

In the RMI, the delivery of healthcare services is mixed. Basic public healthcare is available for all residents of RMI. A small copay ($5) is required for all services. Supplemental insurance is also offered for residents which offers better options for off-island care. There are private clinics available, though the majority of the population uses the public system. Generally only foreigners living in RMI have private insurance.

There are two hospitals in RMI, one in Majuro and one in Ebeye. There are 56 outer island health centers managed by the hospital in Majuro by the Office of Outer Islands. These clinics are staffed by local health assistants, and much information is communicated to Majuro Hospital via radio. There are 5 outer island health centers that are managed by the 177 healthcare program (victims of nuclear fallout). This is a U.S. federal grant in which U.S. doctors manage these health centers.

90-120 off-island referrals occur per year- mostly cancer, congenital issues, and orthopedic surgeries. These are determined using a ranked waitlist.


Signpost on Majuro Atoll, Marshall Islands - History

The whole of the South side of atoll is an unbroken strip of land, the East and North East sides are composed of small islets separated by narrow patches of reef bare at low water while the N.W. portion has only 4 or 5 islets separated by wide stretches of reef and some deep water channels.

There are 4 passages all on the North side the most Eastern being the best. It is situated about 10 miles from the S.E. end of atoll and the other passages are between it and the N.W. point. This passage (the most Eastern) is in fact the only one that should be used by vessels, as it is amply sufficient for any vessel, and the Lagoon is comparatively clear of shoals from it up towards the East end of the atoll, while the West end of Lagoon abounds with shoals, many of them with just enough water on them to render them difficult to discern if the weather be overcast. This passage is about one mile in width, the course through is about South, there are some shoals in the passage with 3 1/2 fathoms least water but there are deep water channels between them and they can be easily avoided. It is best to keep as close as possible to the islet forming the Eastern boundary of passage as possible whether going in and out as a reff off from the West side of passage about 2 miles into Lagoon and with light winds and heavy swell a vessel might get sit on to it did she approach it too nearly, it being always remembered that there are very strong tidal currents in all these atoll passages. It would be particularly necessary in beating out of passage (should the wind even be northerly enough to compel to do so), to keep close to the East side of passage. Karolain (Caroline), is the name of the islet forming it.

From the passage up to East and of Lagoon is pretty clear of shoals a vessel can stretch well over to the South side of atoll, should it be necessary to anchor bottom in 20 to 25 fathoms can be obtained under any of the islets near the passage (I do not think from soundings that we took that the greatest depth in centre of Lagoon exceeds 35 fathoms). Anywhere up towards E. end, good anchorage can be obtained in 15 to 20 fathoms sand under any of the chain of islets forming N. E. side of atoll. At Anil there is good sheltered anchorage in 15 fathoms 200 to 300 yards off shore.

The population numbers about 1000, they are ruled by two Chiefs Kaibuke and Jebirik, as before stated (page 25). They are much more uncivilised in appearance than the natives of Mille, but resemble them in everything but manners and dress for these fellows wear but little foreign clothing.

They appear indolent and do not work up half the coconuts which is fine island produces. The Mission has as yet obtained but little influence over these people, there are only 4 church members on the island. Children run about naked and the people are as uncivilised as a Fijian mountaineer.

There are a number of large canoes here, some of which belong to Arno, and to Aurh Island 60 miles to the northward.

There are four white men residing on Majuro, viz-
Henry Burlingame an American, trading for Capelle & Co. on west end and Charles Ingolls an American trading for Capelle & Co. on East and (he is now however absent at Jaluit (Bonham Islands) - Reed an Englishman trading for Capt. Hernsheim, on E. end, Phillip Southwick American living among the natives at W. end.

La source: James Lyle Young, Private Journal, 6 January 1875 - 31 December 1877. Pacific Manuscripts Bureau, Microfilm no 21. Entry for 18 June 1876.


The outer atolls are completely unspoilt

While Western products and technology have slowly made their way into the outer atolls, the island culture and traditional lifestyle still prevail. People here continue to rely on the sea and the land to provide for most of their needs. Men still sail their traditional canoes while women continue to weave crafts from native material. On atolls such as Mili, Jaluit, Maloelap
and Wotje, you will find a multitude of WWII relics, including anti-aircraft guns, coastal defense guns, Japanese Zeros, bunkers and more.

On Majuro Atoll, the nation’s capital, you’ll find the major hotels and facilities. Here, there is an array of restaurants, bars and local craft shops. You will also find the Alele Museum, which houses pictures and artefacts from the nation’s past. Majuro is home to nearly half of the entire Marshall Islands’ population, and it is, therefore, quite developed in comparison
to most other atolls.


Voir la vidéo: Crew Chief Marshalling