14 janvier 1940

14 janvier 1940


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

14 janvier 1940

Janvier

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
> Février

Guerre d'hiver

Attaques soviétiques lourdes sur le front de Salla

Helsinki est bombardée

Attaque d'avions soviétiques sur le front de Petsamo

Guerre dans les airs

Les Français effectuent des vols d'enquête au-dessus de l'Allemagne



Budget de guerre de Roosevelt pour la défense de qui ?

De Appel socialiste, Vol. IV n° 2, 14 janvier 1940, p. 4.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Les politiciens utilisent habituellement des mots clés non pas tant pour décrire clairement ce qu'ils signifient que pour les sentiments que les mots suscitent. Imaginez, par exemple, quelle différence cela ferait dans l'attitude du public si les dépenses d'armement dans le budget étaient inscrites sous le titre « Agression impérialiste » au lieu de « Défense nationale ».

Or, les fonds d'armement que Roosevelt a proposés pour l'exercice 1940&ndash41 méritent réflexion. 1 800 000 000 $ sont inclus pour les dépenses « régulières » de l'armée et de la marine. 272 000 000 $ sont demandés à titre de crédit d'urgence pour déficit pour cette année et 302 000 000 $ pour les éléments « d'urgence » au cours de l'exercice à venir. Ceux-ci, totalisant la somme colossale de 2 374 000 000 $, commencent seulement à indiquer le véritable fardeau de la guerre sur la communauté.

Les intérêts sur la dette publique s'élèveront à 1 100 000 000 $. Les dépenses de guerre et d'armement au cours des vingt-cinq dernières années ont représenté bien plus que la totalité de la dette fédérale et, puisque ces dépenses ne remplissent aucune fonction sociale utile, il est tout à fait légitime d'imputer la totalité du paiement des intérêts sur la guerre. Les pensions s'élèveront à 1 200 000 000 $ au moins aux trois quarts résultant de la guerre. Sur les 1 100 000 000 $ inscrits pour les travaux publics, un minimum de plusieurs centaines de millions iront à des projets de guerre. De même avec les 1 300 000 000 $ alloués à l'allégement du travail. Les 1 000 000 000 $ pour les « dépenses de fonctionnement régulières » comprennent au moins quelques centaines de millions pour les activités des départements de l'État, de la guerre, de la marine et de la justice qui n'auraient de place que pour la guerre.

Considéré de manière très prudente, cela nous donnera environ : 5 300 000 000 $ que Roosevelt a proposé la semaine dernière pour la guerre et qui représente près des deux tiers du budget du gouvernement fédéral. On peut dire sans exagération que les gouvernements du monde impérialiste moderne sont devenus avant tout des machines de guerre.

Que faut-il défendre ?

Lorsque l'expression « défense nationale » est utilisée à propos des armements, elle est conçue pour suggérer certaines images à l'esprit des honnêtes gens ordinaires du pays. Nous imaginons des bombardiers envahissant les villes, des troupes débarquant en Californie et en Floride, des chars descendant du Canada ou remontant du Mexique. Et il semble plus naturel de penser : &ldquoNe devrions-nous pas avoir les moyens de nous défendre &ndash nos maisons et nos enfants &ndash contre les envahisseurs.&rdquo

Même si nous abordions le problème d'un point de vue purement militaire, et réfléchissions soigneusement à l'utilisation de l'argent, ces images disparaîtraient rapidement.

Au programme, par exemple, dix énormes cuirassés soit déjà commencés, soit bientôt démarrés. Deux d'entre eux sont actuellement conçus pour un déplacement de 45 000 tonnes, le plus important au monde, pour un coût de 90 000 000 $ chacun. Des tailles encore plus grandes sont débattues.

Mais les cuirassés ne sont pas adaptés pour défendre les côtes d'un pays au sens littéral. Ils opèrent à grande distance de leurs bases. Les défenses côtières comprennent des sous-marins, des mines, de l'artillerie côtière, des bateaux anti-moustiques, etc. Aucune attaque imaginable contre les côtes des États-Unis ne nécessiterait ces cuirassés (bien que, d'ailleurs, aucune attaque d'aucune sorte contre les côtes des États-Unis ne soit imaginable ).

La vérité est que l'idée des experts militaires de &ldquodéfensive&rdquo et &ldquooffensive&rdquo est complètement différente de celle du profane. Pour l'expert, le travail est simplement celui de gagner la guerre donnée et il adopte une stratégie défensive ou offensive, ou les déplace, en fonction de cet objectif unique. Il ne peut se permettre le luxe sentimental de préférer la défense simplement parce qu'elle lui donne une meilleure conscience.

Et, dans le cas d'une guerre contre une ou plusieurs autres nations, la machine de combat de ce pays est conçue pour mener la guerre à des milliers de kilomètres des côtes. Elle n'est défensive que par rapport à une guerre interne, c'est-à-dire pour supprimer une révolution ouvrière.

Ceux qui soutiennent honnêtement le programme de Roosevelt & ldquonational defense & rdquo parce qu'ils croient que son objectif est de protéger la maison et les enfants soutiennent, qu'ils le veuillent ou non, une politique de guerre extérieure agressive. Cela peut être clairement vu à partir d'une seule analyse militaire.

Et quelle nation ?

Comme toujours, l'objectif militaire est subordonné aux objectifs sociaux et politiques. Le gouvernement construit une machine militaire agressive, conçue pour le combat extérieur loin des côtes de ce pays, parce que le gouvernement a une politique sociale et politique agressive.

De ce point de vue plus fondamental, il est correct de parler de "défense nationale", tout comme les armées et marines de France, d'Allemagne et d'Angleterre font toutes partie de leurs "défenses nationales". de la nation et la "quonation" désigne ici le "gouvernement impérialiste", représentant des grands banquiers et industriels, des Soixante Familles.

Mais la défense de ces intérêts exige infraction contre les intérêts des peuples d'Amérique du Sud, de la Chine et contre les puissances rivales et, surtout, contre les intérêts du peuple des États-Unis. Le nouveau budget montre ce dernier point de la manière la plus effrontée : afin d'obtenir des fonds pour la "défense nationale", le budget retire des fonds au peuple, aux chômeurs affamés et sans abri. Roosevelt&rsquo la première ligne de &ldquonational defense&rdquo est la sienne attaque sur le niveau de vie et les droits du peuple des États-Unis.

Il est à tous égards légitime que le peuple veuille se défendre, défendre ses foyers et se défendre de tout ennemi. Mais l'ennemi principal qui attaque le peuple n'est ni Hitler, ni Staline, ni le Mikado, mais Roosevelt lui-même et son gouvernement : ce sont ses G-men qui brisent les droits du travail et démocratiques, son fouet qui sabre les fonds de secours, son parti qui refuse de établir des normes de salaires et d'horaires humainement décents, son état-major qui achève ses plans pour jeter au loin la jeunesse du pays dans la mort, au nom de son programme d'expansion impérialiste.


Aujourd'hui dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale—14 janvier 1940 & 1945

Le colonel Dregne de l'US 357th Fighter Group donne un briefing aux pilotes Foy, Storch et Evans à Leiston Army Air Field en Angleterre, le 14 janvier 1945, montrant les 54 victoires remportées par le groupe ce jour-là (révisé plus tard à 56,5 victoires), et le les 549 victoires totales du groupe (Imperial War Museum, Roger Freeman Collection)

Il y a 80 ans, le 14 janvier 1940 : Un raid du FBI à New York révèle des armes à feu, des munitions et du matériel de fabrication de bombes, ainsi qu'un complot visant à saboter et à renverser le gouvernement. 17 membres du groupe antisémite « Christian Front » sont arrêtés (plus tard acquittés).

Les chimistes britanniques (pharmaciens) bénéficient d'une dérogation au rationnement du sucre pour enrober les pilules.

Il y a 75 ans—janv. 14, 1945 : Le 357 e groupe de chasse américain a abattu 56,5 avions allemands au-dessus de Derben, en Allemagne, le total le plus élevé sur une seule journée pour un groupe de chasse de l'US Army Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale.

En Birmanie, la 19 e division indienne tente de traverser la rivière Irrawaddy à Thabaikkyin mais se retire sous une violente attaque à la baïonnette japonaise.


Contenu

  • 1803–1813: [données inconnues/manquantes]
  • 1813-1823 : comté de Montgomery
  • 1823-1913: [données inconnues/manquantes]
  • 1913-1945 : Certaines parties de Manhattan
  • 1945-1983 : Certaines parties de Brooklyn
  • 1983-1993 : Tout Staten Island, certaines parties de Brooklyn
  • 1993-2003 : Parties de Brooklyn, Manhattan, Queens
  • 2003-2013 : Parties de Manhattan, Queens
  • 2013-présent: Parties de Queens, Le Bronx

Au cours des années 1970, cette zone était le 18e arrondissement dans les années 1980, c'était le 15e arrondissement.

Le district était un siège basé à Brooklyn jusqu'en 1982, date à laquelle il est devenu le district de Staten Island. En 1992, il est devenu le quartier East Side de Manhattan, qui pendant la majeure partie de son existence avait été le 17e arrondissement. En 2012, le district est passé à l'ancien territoire du 7e arrondissement du Queens et du Bronx.

Membre Fête Années Cong
ressasser
Histoire électorale Emplacement
Quartier créé le 4 mars 1803

Racine d'Érastus
Démocratique-Républicain 4 mars 1803 –
3 mars 1805
8e Élu en 1802.
Retraité.
1803–1809
Delaware et Otsego.
John Russell Démocratique-Républicain 4 mars 1805 –
3 mars 1809
9e
10e
Élu en 1804.
Réélu en 1806.
Retraité.
Vincent Mathieu Fédéraliste 4 mars 1809 –
3 mars 1811
11ème Élu en 1808.
Retraité.
1809–1813
Tioga, Steuben, Cayuga et Sénèque.
Daniel Avery Démocratique-Républicain 4 mars 1811 –
3 mars 1813
12e Réélu en 1810.
Redistribution au 20e arrondissement.
Jacob Markell Fédéraliste 4 mars 1813 –
3 mars 1815
13e Élu en 1812.
Retraité.
1813–1819
Montgomery

Daniel Cady
Fédéraliste 4 mars 1815 –
3 mars 1817
14e Élu en 1814.
Retraité.
John Herkimer Démocratique-Républicain 4 mars 1817 –
3 mars 1819
15e Élu en 1816.
Redistribution au 15ème arrondissement.
Jean Fay Démocratique-Républicain 4 mars 1819 –
3 mars 1821
16e Élu en 1818.
Retraité.
1819–1823
le comté de Montgomery et la ville de Danube dans le comté de Herkimer.
Vacant 4 mars 1821 –
3 décembre 1821
17e Des élections ont eu lieu en avril 1821. On ne sait pas quand les résultats ont été annoncés ou les lettres de créance délivrées.

Alfred Conkling
Démocratique-Républicain 3 décembre 1821 –
3 mars 1823
Élu en 1821.
Retraité.
Henry R. Storrs Démocratique-Républicain 4 mars 1823 –
3 mars 1825
18e
19e
20e
21
Élu en 1822.
Réélu en 1824.
Réélu en 1826.
Réélu en 1828.
Retraité.
1823–1833
Oneida
Anti-Jacksonien 4 mars 1825 –
3 mars 1831

Samuel Beardsley
jacksonien 4 mars 1831 –
3 mars 1833
22e Élu en 1830.
Redistribution au 17ème arrondissement.

Rançon H. Gillet
jacksonien 4 mars 1833 –
3 mars 1837
23e
24
Élu en 1832.
Réélu en 1834.
Retraité.
1833–1843
[ données inconnues/manquantes ]
James B. Spencer Démocratique 4 mars 1837 –
3 mars 1839
25 Élu en 1836.
Retraité.
Jean Fin Démocratique 4 mars 1839 –
3 mars 1841
26e Élu en 1838.
Retraité.

Henry Bell Van Rensselaer
Whig 4 mars 1841 –
3 mars 1843
27e Élu en 1840.
Retraité.

Charles Roger
Whig 4 mars 1843 –
3 mars 1845
28 Élu en 1842.
Retraité.
1843–1853
[ données inconnues/manquantes ]
Erastus D. Culver Whig 4 mars 1845 –
3 mars 1847
29 Élu en 1844.
Retraité.

Orlando Kellogg
Whig 4 mars 1847 –
3 mars 1849
30e Élu en 1846.
Retraité.
George R. Andrews Whig 4 mars 1849 –
3 mars 1851
31 Élu en 1848.
Retraité.
John H. Boyd Whig 4 mars 1851 –
3 mars 1853
32e Élu en 1850.
Retraité.

Rufus W. Peckham
Démocratique 4 mars 1853 –
3 mars 1855
33e Élu en 1852.
Retraité.
1853–1863
[ données inconnues/manquantes ]
Samuel Dickson Opposition 4 mars 1855 –
3 mars 1857
34e Élu en 1854.
Retraité.

Eraste Corning
Démocratique 4 mars 1857 –
3 mars 1859
35e Élu en 1856.
Retraité.

John H. Reynolds
Démocrate anti-Lecompton 4 mars 1859 –
3 mars 1861
36e Élu en 1858.
Retraité.

Eraste Corning
Démocratique 4 mars 1861 –
5 octobre 1863
37e
38e
Élu en 1860.
Réélu en 1862.
Résigné.
1863–1873
[ données inconnues/manquantes ]
Vacant 5 octobre 1863 –
7 décembre 1863
38e

John V. L. Pruyn
Démocratique 7 décembre 1863 –
3 mars 1865
Élu pour terminer le mandat de Corning.
Retraité.

Charles Goodyear
Démocratique 4 mars 1865 –
3 mars 1867
39e Élu en 1864.
Retraité.

John V. L. Pruyn
Démocratique 4 mars 1867 –
3 mars 1869
40e Élu en 1866.
Retraité.

Stephen L. Mayham
Démocratique 4 mars 1869 –
3 mars 1871
41e Élu en 1868.
Retraité.

Eli Perry
Démocratique 4 mars 1871 –
3 mars 1873
42e Élu en 1870.
Redistribution au 15e arrondissement.

David M. De Witt
Démocratique 4 mars 1873 –
3 mars 1875
43e Élu en 1872.
Retraité.
1873–1883
[ données inconnues/manquantes ]

George M. Beebe
Démocratique 4 mars 1875 –
3 mars 1879
44e
45e
Élu en 1874.
Réélu en 1876.
Réélection perdue.

John W. Ferdon
Républicain 4 mars 1879 –
3 mars 1881
46e Élu en 1878.
Retraité.

Plage de Lewis
Démocratique 4 mars 1881 –
3 mars 1885
47e
48e
Élu en 1880.
Réélu en 1882.
Redistribution au 15e arrondissement.
1883–1893
[ données inconnues/manquantes ]

William G. Stahlnecker
Démocratique 4 mars 1885 –
3 mars 1893
49e
50e
51e
52e
Élu en 1884.
Réélu en 1886.
Réélu en 1888.
Réélu en 1890.
Retraité.

John R. Fellows
Démocratique 4 mars 1893 –
31 décembre 1893
53e Redécoupé du 6e arrondissement et réélu en 1892.
A démissionné pour devenir procureur du comté de New York.
1893–1903
[ données inconnues/manquantes ]
Vacant 31 décembre 1893 –
30 janvier 1894

Lemuel E. Quigg
Républicain 30 janvier 1894 –
3 mars 1899
53e
54e
55e
Élu pour terminer le mandat des boursiers.
Réélu en 1894.
Réélu en 1896.
Réélection perdue.

William A. Chanler
Démocratique 4 mars 1899 –
3 mars 1901
56e Élu en 1898.
Retraité.

William H. Douglas
Républicain 4 mars 1901 –
3 mars 1903
57e Élu en 1900.
Redistribution au 15e arrondissement.

Ira E. Rider
Démocratique 4 mars 1903 –
3 mars 1905
58e Élu en 1902.
Retraité.
1903–1913
[ données inconnues/manquantes ]

Charles A. Towne
Démocratique 4 mars 1905 –
3 mars 1907
59e Élu en 1904.
Retraité.

William Willett Jr.
Démocratique 4 mars 1907 –
3 mars 1911
60e
61e
Réélu en 1906.
Réélu en 1908.
Retraité.

John J. Kindred
Démocratique 4 mars 1911 –
3 mars 1913
62e Élu en 1910.
Retraité.

Jefferson M. Levy
Démocratique 4 mars 1913 –
3 mars 1915
63e Redistricted du 13e arrondissement et réélu en 1912.
[ données inconnues/manquantes ]
1913–1933
[ données inconnues/manquantes ]

Michael F. Farley
Démocratique 4 mars 1915 –
3 mars 1917
64e Elu en 1914.
Réélection perdue.

Fiorello H. LaGuardia
Républicain 4 mars 1917 –
31 décembre 1919
65e
66e
Élu en 1916.
Réélu en 1918.
Résigné.
Vacant 31 décembre 1919 –
2 novembre 1920
66e

Nathan D. Perlman
Républicain 2 novembre 1920 –
3 mars 1927
66e
67e
68e
69e
Élu pour terminer le mandat de LaGuardia.
Également élu le même jour en 1920 pour le prochain mandat.
Réélu en 1922.
Réélu en 1924.
Réélection perdue.

Guillaume Ier Sirovitch
Démocratique 4 mars 1927 –
17 décembre 1939
70e
71e
72e
73e
74e
75e
76e
Elu en 1926.
Réélu en 1928.
Réélu en 1930.
Réélu en 1932.
Réélu en 1934.
Réélu en 1936.
Réélu en 1938.
Décédés.
1933–1943
[ données inconnues/manquantes ]
Vacant 17 décembre 1939 –
6 février 1940
76e

Morris Michael Edelstein
Démocratique 6 février 1940 –
4 juin 1941
76e
77e
Élu pour terminer le mandat de Sirovich.
Réélu plus tard en 1940.
Décédés.
Vacant 4 juin 1941 –
29 juillet 1941
77e

Arthur George Klein
Démocratique 29 juillet 1941 –
3 janvier 1945
77e
78e
Élu pour terminer le mandat d'Edelstein.
Réélu en 1942.
Retraité pour se présenter à la Cour suprême de l'État de New York.
1943–1953
[ données inconnues/manquantes ]

Léo F. Rayfiel
Démocratique 3 janvier 1945 –
13 septembre 1947
79e
80e
Elu en 1944.
Réélu en 1946.
Résigné.
Vacant 13 septembre 1947 –
4 novembre 1947
80e

Abraham J. Multer
Démocratique 4 novembre 1947 –
3 janvier 1953
80e
81e
82e
Élu pour terminer le mandat de Rayfiel.
Réélu en 1948.
Réélu en 1950.
Redistribution au 13e arrondissement.

John J. Rooney
Démocratique 3 janvier 1953 –
31 décembre 1974
83e
84e
85e
86e
87e
88e
89e
90e
91e
92e
93e
Redistricted du 12e arrondissement et réélu en 1952.
Réélu en 1954.
Réélu en 1956.
Réélu en 1958.
Réélu en 1960.
Réélu en 1962.
Réélu en 1964.
Réélu en 1966.
Réélu en 1968.
Réélu en 1970.
Réélu en 1972.
Retraité et démissionnaire.
1953–1963
[ données inconnues/manquantes ]
1963–1973
[ données inconnues/manquantes ]
1973–1983
[ données inconnues/manquantes ]
Vacant 31 décembre 1974 –
3 janvier 1975
93e

Frederick W. Richmond
Démocratique 3 janvier 1975 –
25 août 1982
94e
95e
96e
97e
Elu en 1974.
Réélu en 1976.
Réélu en 1978.
Réélu en 1980.
Résigné.
Vacant 25 août 1982 –
3 janvier 1983
97e

Guy V. Molinari
Républicain 3 janvier 1983 –
31 décembre 1989
98e
99e
100e
101e
Redécoupé du 17e arrondissement et réélu en 1982.
Réélu en 1984.
Réélu en 1986.
Réélu en 1988.
A démissionné pour devenir président de l'arrondissement de Staten Island.
1983–1993
[ données inconnues/manquantes ]
Vacant 31 décembre 1989 –
20 mars 1990
101e

Susan Molinari
Républicain 20 mars 1990 –
3 janvier 1993
101e
102e
Élue pour terminer le mandat de son père.
Réélu plus tard en 1990.
Redistribution au 13e arrondissement.

Carolyn Maloney
Démocratique 3 janvier 1993 –
3 janvier 2013
103e
104e
105e
106e
107e
108e
109e
110e
111e
112e
Elu en 1992.
Réélu en 1994.
Réélu en 1996.
Réélu en 1998.
Réélu en 2000.
Réélu en 2002.
Réélu en 2004.
Réélu en 2006.
Réélu en 2008.
Réélu en 2010.
Redistribution au 12e arrondissement.
1993–2003
[ données inconnues/manquantes ]
2003–2013

Central Park et l'East Side de Manhattan, tout Roosevelt Island et les quartiers d'Astoria, Long Island City et Sunnyside dans le Queens.

Joe Crowley
Démocratique 3 janvier 2013 –
3 janvier 2019
113e
114e
115e
Redécoupé du 7e arrondissement et réélu en 2012.
Réélu en 2014.
Réélu en 2016.
Renomination perdue.
2013-présent

La partie orientale du Bronx et une partie du centre-nord du Queens.

Alexandrie Ocasio-Cortez
Démocratique 3 janvier 2019 –
Présent
116e
117e
Elu en 2018.
Réélu en 2020.

Notez que dans la politique électorale de l'État de New York, il existe de nombreux partis mineurs à divers points du spectre politique. Certains partis soutiendront invariablement le candidat républicain ou démocrate pour chaque poste, par conséquent les résultats électoraux de l'État contiennent à la fois les votes du parti et les votes des candidats finaux (listés comme « Récapitulatif »).

Élection de 1870 : District 14 [3]
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Eli Perry 17,716 54.1%
Républicain Minard Harder 14,726 44.9%
Parti réformiste travailliste John Hastings 336 1.0%
Majorité 2,990 9.2%
S'avérer 32,778 100%

Élection de 1896 : District 14 [4]
Fête Candidat Votes %
Républicain Lemuel Quigg (titulaire) 27,875 54.9%
Démocratique John Quincy Adams 18,533 36.5%
National Démocratique Charles Quint Fornes 2,414 4.8%
Travail socialiste Richard Morton 1,235 2.4%
Interdiction Benjamin T Rogers 137 0.3%
Rien Blanc et éparpillé 548 1.1%
Total des votes 50,762 100%
Élection de 1898 : District 14 [5]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Astor Chanler 31,604 54.3%
Républicain Lemuel Quigg (titulaire) 25,209 43.3%
Travail socialiste Emil Neppel 1,307 1.1%
Interdiction Albert T. Wadhams 104 0.1%
Total des votes 58,224 100%
Élection de 1900 : District 14 [6]
Fête Candidat Votes %
Républicain William H. Douglas 36,904 52.0%
Démocratique John S. Hill 32,167 45.3%
social-démocrate Emil Neppel 931 1.3%
Travail socialiste Peter Carroll 645 0.9%
Interdiction James H. Yarnall 130 0.2%
Total des votes 70,777 100%
Élection de 1902 : District 14 [7]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Ira E. Rider 20,402 63.7%
Républicain Andrew J. Anderson 8,492 26.5%
social-démocrate Guillaume Ehret 2,348 7.3%
Travail socialiste Arthur Chambers 647 2.0%
Cloche de la Liberté Démocratique John J. M. Issing 79 0.2%
Interdiction John C. Wallace 79 0.2%
Total des votes 32,047 100%
Élection de 1904 : District 14 [8]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Charles A. Towne 21,627 57.1%
Républicain Lucien Knapp 12,664 33.4%
social-démocrate Guillaume Ehret 2,973 7.8%
Travail socialiste Lewis Newman 380 1.0%
du peuple Peter A. Leininger 217 0.6%
Interdiction Albert Wadham 47 0.1%
Total des votes 37,908 100%
Élection de 1906 : District 14 [9]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Willett Jr. 17,675 46.3%
Républicain Frank E. Losée 10,006 26.2%
Indépendance Charles E. Shober 8,110 21.3%
Socialiste Richard Morton 2,328 6.1%
Interdiction Albert Wadham 40 0.1%
Total des votes 38,159 100%
Élection de 1908 : District 14 [10]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Willett Jr. (titulaire) 21,643 52.2%
Républicain Emmanuel Castka 14,189 34.2%
Socialiste Philippe H. Schmitt 3,055 7.4%
Indépendance Herbert Wade 2,485 6.0%
Interdiction Joseph. H Ralph 69 0.2%
Total des votes 41,451 100%
Élection de 1910 : District 14 [11]
Fête Candidat Votes %
Démocratique John J. Kindred 20,875 54.3%
Républicain Victor Hugo Duras
Indépendance Victor Hugo Duras
Le total Victor Hugo Duras 14,018 36.5%
Socialiste Guillaume Ehret 3,481 9.1%
Interdiction Joseph H. Ralph 54 0.1%
Total des votes 38,428 100%
Élection de 1912 : District 14 [12]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Jefferson M. Levy 8,950 49.4%
Progressive Abraham H. Goodman 4,457 24.6%
Républicain E. Crosby Kindleberger 3,468 19.1%
Socialiste Marie MacDonald 958 5.3%
Indépendance James W. Conners 202 1.1%
Jefferson Henri B. Martin 73 0.4%
Interdiction Charles H. Simmons 14 0.1%
Total des votes 18,122 100%
Élection de 1914 : District 14 [13]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Michael F. Farley
Indépendance Michael F. Farley
Le total Michael F. Farley 7,310 46.5%
Républicain Fiorello H. La Guardia 5,331 33.9%
Socialiste Henry L. Slobodin 1,534 9.8%
Progressive John B. Golden 1,456 9.3%
Interdiction James F. Gillespie 82 0.5%
Total des votes 15,713 100%
Élection de 1916 : District 14 [14]
Fête Candidat Votes %
Républicain Fiorello H. La Guardia
nationale Fiorello H. La Guardia
Progressive Fiorello H. La Guardia
américain Fiorello H. La Guardia
Le total Fiorello H. La Guardia 7,272 39.0%
Démocratique Michael F. Farley
Indépendance Michael F. Farley
Le total Michael F. Farley 6,915 37.0%
Socialiste Guillaume Ier Sockheim 2,536 13.6%
Rien Blanc, éparpillé, défectueux et nul 1,867 10.0%
Interdiction Samuel Fishman 80 0.4%
Total des votes 18,670 100%
Élection de 1918 : District 14 [15]
Fête Candidat Votes %
Républicain Fiorello H. La Guardia
Démocratique Fiorello H. La Guardia
Le total Fiorello H. La Guardia (titulaire) 14,523 65.0%
Socialiste Scott s'approchant 6,214 27.8%
Rien Blanc, éparpillé, défectueux et nul 1,531 6.8%
Interdiction Alfred H. Saunders 89 0.4%
Total des votes 22,357 100%
Élection de 1920 : District 14 [16]
Fête Candidat Votes %
Républicain Nathan D. Perlman 18,042 45.2%
Socialiste Algernon Lee 8,515 21.3%
Rien Blanc, éparpillé, défectueux et nul 3,370 8.4%
Total des votes 39,927 100%
Élection de 1922 : District 14 [17]
Fête Candidat Votes %
Républicain Nathan D. Perlman (titulaire) 8,782 37.4%
Démocratique David H. Knott 8,173 34.8%
Socialiste Jacob Panken 6,459 27.5%
Interdiction Kenneth S. Guthrie 94 0.4%
Total des votes 23,508 100%
Élection de 1924 : District 14 [18]
Fête Candidat Votes %
Républicain Nathan D. Perlman (titulaire) 12,046 43.5%
Démocratique William Irving Sirovitch 11,920 43.0%
Socialiste Guillaume Karlin 3,165 11.4%
Ouvriers Histoire de Ludwig 216 0.8%
Total des votes 27,707 100%
Élection de 1926 : District 14 [19]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Irving Sirovitch 11,809 47.4%
Républicain Nathan D. Perlman (titulaire) 10,688 42.9%
Socialiste S.E. Beardsley 1,277 5.1%
Rien Vide, vide et éparpillé 1,060 4.3%
Ouvriers Alexandre Trachtenberg 112 0.4%
Total des votes 24,930 100%
Élection de 1928 : District 14 [20]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Irving Sirovich (titulaire) 16,602 52.1%
Républicain Sol Ullman 11,974 37.5%
Socialiste Août Claessens 1,648 5.2%
Rien Vierge 1,359 4.3%
Ouvriers Alexandre Trachtenberg 307 1.0%
Total des votes 31,890 100%
Élection de 1930 : District 14 [21]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Irving Sirovich (titulaire) 12,431 47.3%
Socialiste Jacob Panken 6,793 25.9%
Républicain Edward E. Spafford 6,658 25.3%
Rien Alexandre Trachtenberg 385 1.5%
Total des votes 26,267 100%
Élection de 1932 : District 14 [22]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Irving Sirovich (titulaire) 20,668 60.7
Républicain Henry A. Lowenberg 9,651 28.3
Socialiste Août Claessens 2,735 8.0
communiste Abraham Markoff 1,011 3.0
Total des votes 34,065 100
Élection de 1934 : District 14 [23]
Fête Candidat Votes %
Démocratique William Irving Sirovich (titulaire) 15,437 48.1
Républicain Frédéric J. Groehl 9,744 30.4
Rien Blanc et éparpillé 2,868 8.9
Socialiste Rachel Panken 2,259 7.0
communiste Pierre Cacchione 1,612 5.0
Préservation du droit Lyman A. Garber 160 0.5
Total des votes 32,080 100

Élection de 1996 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 130,175 72.4%
Républicain Jeffrey E. Livingston 42,641 23.7%
Vert Thomas K. Leighton 3,512 2.0%
Conservateur Joseph A. Lavezzo 2,188 1.2%
Droit à la vie Delco L. Cornett 1,221 0.7%
Majorité 87,534 48.7%
S'avérer 179,737 100%
Élection de 1998 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 111,072 77.4% +5.0
Républicain Stéphanie E. Kupferman 32,458 22.6% -1.1
Majorité 78,614 54.8% +6.1
S'avérer 143,530 100% -20.1
Élection 2000 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 148,080 73.9% -3.5
Républicain C. Adrienne Rhodes 45,453 22.7% +0.1
Vert Sandra Stevens 4,869 2.4% +2.4
Indépendance Frederick D. Newman 1,946 1.0% +1.0
Majorité 102,627 51.2% -3.6
S'avérer 200,348 100% +39.6
Élection de 2002 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 95,931 75.3% +1.4
Républicain Anton Srdanovic 31,548 24.7% +2.0
Majorité 64,383 50.5% -0.7
S'avérer 127,479 100% -36.4
Élection de 2004 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 186,688 81.1% +5.8
Républicain Anton Srdanovic 43,623 18.9% -5.8
Majorité 143,065 62.1% +11.6
S'avérer 230,311 100% +80.7
Élection de 2006 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 119,582 84.5% +3.4
Républicain Daniel Maio 21,969 15.5% -3.4
Majorité 97,613 69.0% +6.9
S'avérer 141,551 100% -38.5
Élection 2008 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 183,239 79.9% -4.6
Républicain Robert G. Heim 43,385 18.9% +3.4
libertaire Isaïe Matos 2,659 1.2% +1.2
Majorité 139,854 61.0% -8.0
S'avérer 229,283 100% +62.0
Élection 2010 : District 14
Fête Candidat Votes % ±%
Démocratique Carolyn B. Maloney (titulaire) 107,327 75.1% -4.8
Républicain David Ryan Brumberg 32,065 22.4% +3.5
Conservateur Timothy J. Healy 1,891 1.3% +1.3
Indépendance Dino L. La Verghetta 1,617 1.1% +1.1
Majorité 75,262 52.7% -8.3
S'avérer 142,900 100% -37.7
Élections américaines de 2012 : District 14 [24]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Joe Crowley 116,117
Familles de travailleurs Joe Crowley 4,644
Le total Joe Crowley (Titulaire) 120,761 83.2%
Républicain Guillaume Gibbons 19,191
Conservateur Guillaume Gibbons 2,564
Le total Guillaume Gibbons 21,755 15.0%
Vert Anthony Gronowicz 2,570 1.8%
Rien Vide/Vide/Éparpillé 25,915
Total des votes 145,086 100.00%
Démocratique prise
Élections américaines de 2014 : District 14 [25]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Joe Crowley 45,370 67.34%
Familles de travailleurs Joe Crowley 4,982 7.39%
Le total Joe Crowley (Titulaire) 50,352 74.74%
Conservateur Elizabeth Perri 6,735 10.00%
Rien Vide/Nul/Inscriptible 10,285 15.27%
Total des votes 67,372 100%
Démocratique prise
Élection 2016 : District 14 [26]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Joe Crowley 138,367 70.13%
Familles de travail Joe Crowley 7,317 3.71%
Égalité des femmes Joe Crowley 1,903 0.96%
Le total Joe Crowley (Titulaire) 147,587 74.80%
Républicain Frank J. Spotorno 26,891 13.63%
Conservateur Frank J. Spotorno 3,654 1.85%
Le total Frank J. Spotorno 30,545 15.48%
Rien Blanc/Vide/Diffusion 19,169 9.72%
Total des votes 197,301 100.00%
Démocratique prise
Élection 2018 : District 14 [27]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Alexandrie Ocasio-Cortez 100,044 78%
Républicain Antoine Pappas 17,762 13.8%
Familles de travailleurs Joe Crowley (Titulaire) 8,505 6.6%
Conservateur Elizabeth Perri 2,028 1.6%
Réforme James Dillon N / A N / A
Total des votes 128,339 100.00%
Démocratique prise
Élection 2020 : District 14 [28] [29]
Fête Candidat Votes %
Démocratique Alexandria Ocasio-Cortez (Titulaire) 152,661 71.6%
Républicain John Cummings 58,440 27.4%
SAM Michelle Caruso-Cabrera 2,000 0.9%
Total des votes 213,323 100%
Démocratique prise

Année Bureau Résultat
2000 Président Gore (D) 70 - 23%
2004 Président Kerry (D) 74 - 25%
2008 Président Obama (D) 78 - 21%
2012 Président Obama (D) 80 - 18%
2016 Président Clinton (D) 77 - 19%
2020 Président Biden (D) 72 - 27%

Dans la série télévisée Héros, le personnage Nathan Petrelli a remporté le siège du Congrès du 14e district lors des élections de 2006 dans un glissement de terrain, en raison d'une fraude électorale. Il n'a cependant pas pris place. [30]


Contenu

Bond est né à l'hôpital Hubbard de Nashville, Tennessee, de parents Julia Agnes (Washington) et Horace Mann Bond. Son père était un éducateur qui a ensuite été président de l'Université Lincoln, une université historiquement noire en Pennsylvanie. [4] [5] Sa mère, Julia, était une ancienne bibliothécaire à l'Université Clark d'Atlanta. [6]

La famille résidait sur le campus du Fort Valley State College, où Horace était président. La maison des Bond était une halte fréquente pour les universitaires, les militants et les célébrités de passage, tels que W. E. B. Du Bois et Paul Robeson.

En 1945, le père de Bond a accepté le poste de président de l'Université Lincoln, devenant ainsi son premier président afro-américain, et la famille a déménagé vers le Nord. [7] En 1957, Bond est diplômé de la George School, un pensionnat préparatoire privé Quaker près de Newtown dans le comté de Bucks, en Pennsylvanie. [8]

Le 17 avril 1960, Bond a aidé à cofonder le Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC). [9] Il a été directeur des communications du SNCC de janvier 1961 à septembre 1966, lorsqu'il a voyagé en Géorgie, en Alabama, au Mississippi et en Arkansas, pour aider à organiser les droits civiques et les campagnes d'inscription des électeurs. Bond a quitté Morehouse College en 1961 pour travailler sur les droits civiques dans le sud. [10] De 1960 à 1963, Bond a mené des manifestations étudiantes contre la ségrégation dans les établissements publics et les autres lois Jim Crow de Géorgie. [11]

Bond est retourné au Morehouse College en 1971, alors âgé de 31 ans, pour terminer son baccalauréat ès arts en anglais. [12] Avec Morris Dees, Bond a aidé à fonder le Southern Poverty Law Center (SPLC), un cabinet d'avocats d'intérêt public basé à Montgomery, en Alabama. [13] Bond en a été le président de 1971 à 1979. [14] Bond était membre émérite du conseil d'administration du Southern Poverty Law Center au moment de sa mort en 2015. [15] Bond a également plaidé pour les Africains en Europe. [16]

En politique Modifier

En 1965, Bond était l'un des 11 Afro-Américains élus à la Chambre des représentants de Géorgie après l'adoption du Civil Rights Act de 1964 et du Voting Rights Act de 1965 ayant ouvert l'inscription des électeurs aux Noirs. En mettant fin à la privation du droit de vote des Noirs par l'inscription discriminatoire des électeurs, les Afro-Américains ont retrouvé le droit de voter et sont entrés dans le processus politique. [17] Bien qu'il ait d'abord été indécis quant à son affiliation à un parti, Bond s'est finalement présenté et a été élu démocrate, le parti du président Lyndon B. Johnson, qui avait promulgué le Civil Rights Act et le Voting Rights Act. [18] Le 10 janvier 1966, les représentants de l'État de Géorgie ont voté 184-12 pour ne pas le faire asseoir, parce qu'il avait publiquement approuvé la politique du SNCC concernant l'opposition à l'implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam. [19] Cinq des représentants qui ont voté pour asseoir Bond étaient blancs, dont le républicain Rodney Cook. [20] [21] Ils n'aimaient pas sa sympathie déclarée pour les personnes qui "ne voulaient pas répondre à une conscription militaire." [22] Un panel de trois juges du tribunal de district des États-Unis pour le district nord de la Géorgie a statué dans une décision 2-1 que la Georgia House n'avait violé aucun des droits constitutionnels de Bond. En 1966, la Cour suprême des États-Unis a statué 9-0 dans le cas de Bond contre Floyd (385 U.S. 116) que la Chambre des représentants de Géorgie avait refusé à Bond sa liberté d'expression et avait été obligée de le faire asseoir. De 1967 à 1975, Bond a été élu pour quatre mandats à la Georgia House, où il a organisé le Georgia Legislative Black Caucus. [23]

En janvier 1967, Bond faisait partie des onze membres de la Georgia House qui ont refusé de voter lorsque la législature a élu le démocrate ségrégationniste Lester Maddox d'Atlanta au poste de gouverneur de Géorgie sur le républicain Bo Callaway. Callaway avait mené aux élections générales de 1966 par quelque trois mille voix. Le choix s'est porté sur les législateurs de l'État en vertu de la Constitution géorgienne de 1824, car aucun des principaux candidats des partis n'avait obtenu la majorité aux élections générales. L'ancien gouverneur Ellis Arnall a recueilli plus de cinquante mille voix en tant que candidat écrit, un facteur qui a conduit à l'impasse. Bond ne soutiendrait ni Maddox ni Callaway, bien que le lieutenant-gouverneur Peter Zack Geer lui ait ordonné de voter. [24]

Tout au long de sa carrière à la Maison, le quartier de Bond a été à plusieurs reprises redécouvert :

Bond a ensuite été élu pour six mandats au Sénat de Géorgie, où il a servi de 1975 à 1987. [28]

Au cours de l'élection présidentielle de 1968, Bond a dirigé une délégation alternative de Géorgie à la Convention nationale démocrate à Chicago, où il est devenu le premier Afro-Américain à faire entrer son nom dans l'investiture en tant que candidat d'un grand parti à la vice-présidence des États-Unis. Bond, âgé de 28 ans, a rapidement décliné, invoquant l'exigence constitutionnelle selon laquelle il faut avoir au moins 35 ans pour occuper ce poste. [29] [30]

Bond s'est présenté à la Chambre des représentants des États-Unis dans le 5e district du Congrès de Géorgie en 1986. Il a perdu la nomination démocrate lors d'un second tour face au leader des droits civiques John Lewis dans un concours acharné, [31] au cours duquel Bond a été accusé d'avoir utilisé de la cocaïne et d'autres médicaments. [32] Pendant la campagne, Lewis a défié Bond de passer un test de dépistage de drogue (Lewis avait dit qu'il en avait pris un et avait réussi). Bond a refusé, affirmant que le test de dépistage de drogue s'apparentait au maccarthysme et banalise la question de la drogue. [33] Alors que Bond avait levé deux fois plus d'argent que Lewis et avait une plus grande réputation nationale, Lewis s'est présenté comme l'homme en première ligne du mouvement des droits civiques et a accumulé de grandes marges sur Bond parmi les libéraux blancs à Atlanta. [34] Comme le district avait une énorme majorité démocrate, la nomination a remis le siège à Lewis, qui a siégé au Congrès pendant 30 ans jusqu'à sa mort le 17 juillet 2020. Toujours poursuivi par des allégations de consommation de drogue, Bond a démissionné du Sénat de Géorgie. l'année suivante. [35] [36] L'ex-femme de Bond, Alice, qui l'a publiquement accusé d'utiliser de la cocaïne, s'est plus tard rétractée. [30]

Après avoir quitté la politique, Bond a enseigné dans plusieurs universités des grandes villes du Nord et du Sud, dont l'American University [37][37] Drexel, [38] et Harvard. [39] Bond a enseigné l'histoire du mouvement des droits civiques à l'Université de Virginie de 1990 à 2012. Là-bas, il a eu la chance de partager ses expériences du mouvement avec des milliers d'étudiants à travers des histoires, des actualités, de la musique et des films. [40] Bond faisait partie du Conseil de sélection des prix Jefferson pour la fonction publique. [41]

Dans l'activisme Modifier

Bond est devenu le premier président du Southern Poverty Law Center [42] en 1971. Il a servi jusqu'en 1979, restant membre du conseil d'administration et président émérite pour le reste de sa vie. [43] En 1998, Bond a été choisi comme président de la NAACP. Bond a déjà qualifié la direction de la NAACP de « travail le plus puissant qu'un homme noir puisse avoir en Amérique ». [44] En novembre 2008, il a annoncé qu'il ne solliciterait pas un autre mandat en tant que président. [45] Le lien a accepté de rester dans la position jusqu'en 2009, alors que l'organisation a célébré son 100e anniversaire. Roslyn Brock a été choisie comme successeur de Bond le 20 février 2010. [46]

Bond était un fervent partisan des droits des gais et des lesbiennes. Il a publiquement déclaré son soutien au mariage homosexuel. Plus particulièrement, il a boycotté les services funéraires de Coretta Scott King au motif que les enfants King avaient choisi une méga-église anti-gay comme lieu de rendez-vous. Cela était en conflit avec le soutien de longue date de leur mère aux droits des homosexuels et des lesbiennes. [47] Dans un discours prononcé en 2005 à Richmond, en Virginie, Bond a déclaré :

Afro-américains . étaient les seuls Américains qui ont été réduits en esclavage pendant deux siècles, mais nous étions loin d'être les seuls Américains à souffrir de discrimination à l'époque et aujourd'hui. La disposition sexuelle est parallèle à la race. Je suis né comme ça. Je n'ai pas le choix. Je ne le changerais pas si je le pouvais. La sexualité est immuable. [48]

Dans un discours prononcé en 2007 à l'occasion de la célébration du Martin Luther King Day à la Clayton State University, Bond a déclaré : « Si vous n'aimez pas le mariage homosexuel, ne vous mariez pas avec un homosexuel. Ses positions ont opposé des éléments de la NAACP à des groupes religieux du mouvement des droits civiques qui s'opposent au mariage homosexuel. La plupart des résistances sont venues de la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), qui a été en partie blâmée pour le succès de l'amendement sur l'interdiction du mariage homosexuel en Californie. [49] Le 11 octobre 2009, Bond est apparu à la National Equality March à Washington, DC, et a parlé des droits de la communauté LGBT, un discours qui a été diffusé en direct sur C-SPAN. [50] [51]

Bond était un fervent critique des politiques qui contribuent au changement climatique anthropique et faisait partie d'un groupe de manifestants arrêtés à la Maison Blanche pour désobéissance civile en opposition au pipeline Keystone XL en février 2013. [52]

Autres opinions politiques Modifier

Bond était un critique sévère de l'administration de George W. Bush, en grande partie parce qu'il croyait que c'était illégitime. À deux reprises en 2001, d'abord en février lorsqu'il s'est adressé au conseil d'administration de la NAACP, puis en juillet lorsqu'il s'est exprimé lors de la convention nationale de cette organisation, il a attaqué l'administration pour avoir sélectionné des secrétaires de cabinet "de l'aile talibane de la politique américaine". Bond visait spécifiquement le procureur général John Ashcroft, qui s'était opposé à l'action positive, et le secrétaire à l'Intérieur Gale Norton, qui a défendu la Confédération dans un discours de 1996 sur les droits des États. Dans la sélection de ces personnes, a déclaré Bond, Bush avait apaisé "les appétits misérables de l'extrême droite et des fonctionnaires choisis du Cabinet dont le dévouement à la Confédération est presque canin dans son affection non critique". Le chef de la majorité à la Chambre de l'époque, Dick Armey, a répondu à la déclaration de Bond par une lettre dans laquelle il accusait les dirigeants de la NAACP de « maccarthysme racial ». [53] Bond a ajouté plus tard à la convention annuelle de la NAACP cette année-là, que depuis l'élection de Bush, il avait "se fait prendre en photo avec plus de Noirs qu'il n'a voté pour lui". [53]

Le 14 mai 2013, alors qu'il apparaissait sur MSNBC, Bond a qualifié le Tea Party d'« aile talibane de la politique américaine ». [54] Bond a déclaré à MSNBC : "Je pense qu'il est tout à fait légitime de regarder le Tea Party." Mais il a également déclaré: "C'était mal pour l'IRS de se comporter de manière aussi brutale. Ils ne l'ont pas bien expliqué avant ou maintenant ce qu'ils font et pourquoi ils le font." Il a qualifié les membres du Tea Party de "groupe de personnes qui sont certes racistes, qui sont ouvertement politiques, qui ont fait de leur mieux pour nuire au président Obama de toutes les manières possibles". Il a ajouté: "Nous devrions tous être un peu inquiets pour eux." [54]

Travail et apparitions dans les médias Modifier

En 2012, Bond a été au centre de Julian Bond : Réflexions des premières lignes du mouvement des droits civiques, un film documentaire d'Eduardo Montes-Bradley. [55] [56] De 1980 à 1997, Bond a hébergé Forum noir américain. [30] Il a également été commentateur pour la radio Par ligne et NBC L'émission d'aujourd'hui. [57] Il est l'auteur de la chronique d'un journal diffusé à l'échelle nationale Point de vue, [37] et a narré la série PBS acclamée par la critique Les yeux sur le prix en 1987 et 1990. [58]

Bond hébergé Saturday Night Live le 9 avril 1977, devenant la première personnalité politique noire à animer l'émission de télévision. La même année, il est également apparu dans le véhicule Richard Pryor Foudre graissée. En 1978, Bond s'est joué dans la mini-série roi. [59] Il a également fait une petite apparition dans le rôle du représentant de l'État John E. White dans le film Rayon (2004), [60] en plus d'une autre petite apparition dans laquelle il s'est joué dans le film 5 à 7 (2014). [61]

Le 28 juillet 1961, Bond épousa Alice Clopton, une étudiante du Spelman College dont ils divorcèrent le 10 novembre 1989. Ils eurent cinq enfants : Phyllis Jane Bond-McMillan, Horace Mann Bond II, Michael Julian Bond (un conseiller municipal d'Atlanta), Jeffrey Alvin Bond et Julia Louise Bond. Il a épousé Pamela Sue Horowitz, une ancienne avocate du SPLC, en 1990. [62] Bond est décédé des complications d'une maladie vasculaire le 15 août 2015 à Fort Walton Beach, en Floride, à l'âge de 75 ans. Il laisse dans le deuil son épouse. , ses cinq enfants, son frère James et sa sœur Jane Bond Moore, et huit petits-enfants. [43]


Aujourd'hui dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale—14 janvier 1940 & 1945

Le colonel Dregne de l'US 357th Fighter Group donne un briefing aux pilotes Foy, Storch et Evans à Leiston Army Air Field en Angleterre, le 14 janvier 1945, montrant les 54 victoires remportées par le groupe ce jour-là (révisé plus tard à 56,5 victoires), et le les 549 victoires totales du groupe (Imperial War Museum, Roger Freeman Collection)

Il y a 80 ans, le 14 janvier 1940 : Un raid du FBI à New York révèle des armes à feu, des munitions et du matériel de fabrication de bombes, ainsi qu'un complot visant à saboter et à renverser le gouvernement. 17 membres du groupe antisémite « Christian Front » sont arrêtés (plus tard acquittés).

Les chimistes britanniques (pharmaciens) bénéficient d'une dérogation au rationnement du sucre pour enrober les pilules.

Il y a 75 ans—janv. 14, 1945 : Le 357 e groupe de chasse américain a abattu 56,5 avions allemands au-dessus de Derben, en Allemagne, le total le plus élevé sur une seule journée pour un groupe de chasse de l'US Army Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale.

En Birmanie, la 19 e division indienne tente de traverser la rivière Irrawaddy à Thabaikkyin mais se retire sous une violente attaque à la baïonnette japonaise.


Auschwitz

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Auschwitz, Polonais Oświęcim, aussi appelé Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp de concentration et d'extermination de l'Allemagne nazie. Situé près de la ville industrielle d'Oświęcim dans le sud de la Pologne (dans une partie du pays annexée par l'Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale), Auschwitz était en fait trois camps en un : un camp de prisonniers, un camp d'extermination et un camp d'esclaves. -camp de travail. Camp d'extermination nazi le plus meurtrier, Auschwitz est devenu le site emblématique de la « solution finale », quasi synonyme de l'Holocauste. Entre 1,1 et 1,5 million de personnes sont mortes à Auschwitz, 90 % d'entre elles étaient des Juifs. Parmi les morts figuraient également quelque 19 000 Roms qui étaient détenus dans le camp jusqu'à ce que les nazis les gazent le 31 juillet 1944 - le seul autre groupe de victimes gazé dans des unités familiales aux côtés des Juifs. Les Polonais constituaient le deuxième plus grand groupe de victimes à Auschwitz, où quelque 83 000 personnes ont été tuées ou sont mortes.

Auschwitz a probablement été choisi pour jouer un rôle central dans la « solution finale » parce qu'il était situé à un nœud ferroviaire avec 44 voies parallèles – des voies ferrées qui servaient à transporter les Juifs de toute l'Europe jusqu'à leur mort. Heinrich Himmler, chef des SS, le corps paramilitaire nazi, ordonna l'établissement du premier camp, le camp de prisonniers, le 27 avril 1940, et le premier transport de prisonniers politiques polonais arriva le 14 juin. Ce petit camp, Auschwitz I , a été réservé tout au long de son histoire aux prisonniers politiques, principalement polonais et allemands.

En octobre 1941, les travaux ont commencé sur Auschwitz II, ou Birkenau, situé à l'extérieur du village voisin de Brzezinka. Là, les SS ont développé plus tard un immense camp de concentration et un complexe d'extermination qui comprenait quelque 300 casernes de prison, quatre grands soi-disant Badeanstalten (allemand : « bains »), dans lesquels les prisonniers étaient gazés à mort Leichenkeller (« caves à cadavres »), dans lesquelles leurs corps étaient entreposés et Einäscherungsöfen (« fours à crémation »). Un autre camp (Buna-Monowitz), près du village de Dwory, appelé plus tard Auschwitz III, devint en mai 1942 un camp de travail forcé fournissant des ouvriers pour les usines voisines de produits chimiques et de caoutchouc synthétique d'IG Farben. En outre, Auschwitz est devenu le nœud d'un complexe de 45 sous-camps plus petits de la région, dont la plupart abritaient des travailleurs esclaves. Pendant la majeure partie de la période de 1940 à 1945, le commandant des camps centraux d'Auschwitz était le SS-Hauptsturmführer (Capt.) et finalement le SS-Obersturmbannführer (Lieut. Col.) Rudolf Franz Hoess (Höss).

Le camp de la mort et le camp de travaux forcés étaient interdépendants. Les prisonniers nouvellement arrivés au camp de la mort ont été divisés dans un processus connu sous le nom de Sélection. Les jeunes et les valides étaient envoyés au travail. Les jeunes enfants et leurs mères ainsi que les personnes âgées et infirmes étaient directement envoyés dans les chambres à gaz. Des milliers de prisonniers ont également été sélectionnés par le médecin du camp, Josef Mengele, pour des expériences médicales. Les médecins d'Auschwitz ont testé des méthodes de stérilisation sur les prisonniers, en utilisant des doses massives de radiations, des injections utérines et d'autres procédures barbares. Les expériences impliquant le meurtre de jumeaux, sur lesquels des autopsies ont été pratiquées, étaient censées fournir des informations qui conduiraient soi-disant à l'expansion rapide de la «race aryenne».

Soumis à des conditions difficiles – y compris des abris et des installations sanitaires inadéquats –, une alimentation minimale et un travail jusqu'à l'épuisement, ceux qui ne pouvaient plus travailler devaient être ramenés à Birkenau pour être gazés. Les sociétés allemandes ont investi massivement dans les industries de travail esclave adjacentes à Auschwitz. En 1942, IG Farben a investi à lui seul plus de 700 millions de Reichsmarks dans ses installations d'Auschwitz III.

Entre le 15 mai et le 9 juillet 1944, quelque 438 000 Juifs hongrois ont été expédiés sur 147 trains à Birkenau, étirant les ressources du camp pour tuer au-delà de toutes les limites. Parce que les crématoires étaient surpeuplés, les corps ont été brûlés dans des bûchers alimentés en partie par la propre graisse des victimes. Juste avant la déportation des Juifs hongrois, deux prisonniers se sont évadés avec les plans du camp. Ils ont rencontré des leaders de la résistance en Slovaquie et ont rédigé un rapport détaillé comprenant des cartes. Alors que ce rapport parvenait aux services de renseignement occidentaux à l'été 1944, il y eut des demandes de bombardement d'Auschwitz. Bien que le complexe industriel adjacent à Auschwitz ait été bombardé, le camp de la mort et ses crématoires sont restés intacts, un sujet de controverse plus de 50 ans plus tard. (Voir Pourquoi Auschwitz n'a-t-il pas été bombardé ?)

Au fur et à mesure que les armées soviétiques avançaient en 1944 et au début de 1945, Auschwitz fut progressivement abandonné. Le 18 janvier 1945, quelque 60 000 prisonniers ont été conduits à Wodzisław Śląski, où ils ont été placés dans des trains de marchandises (beaucoup dans des voitures ouvertes) et envoyés vers l'ouest dans des camps de concentration loin du front. Un sur quatre est mort en route de faim, de froid, d'épuisement et de désespoir. Beaucoup ont été abattus en cours de route dans ce qui est devenu connu sous le nom de « marches de la mort ». Les 7 650 prisonniers malades ou affamés qui restaient ont été retrouvés par les troupes soviétiques qui arrivaient le 27 janvier 1945.

Bien que les Allemands aient détruit des parties des camps avant de les abandonner en 1945, une grande partie d'Auschwitz I et d'Auschwitz II (Birkenau) est restée intacte et a ensuite été transformée en musée et mémorial. Le site est menacé par l'intensification de l'activité industrielle à Oświęcim. En 1996, cependant, le gouvernement polonais s'est associé à d'autres organisations dans un effort à grande échelle pour assurer sa préservation. Initialement nommé camp de concentration d'Auschwitz, le mémorial a été désigné site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979. Il a été rebaptisé «Auschwitz-Birkenau. Le camp de concentration et d'extermination nazi allemand (1940-1945) » en 2007.


AUJOURD'HUI DANS L'HISTOIRE DU SPORT - 14 janvier 1940

Le 14 janvier 1940, le deuxième match annuel des étoiles de la NFL a opposé les Packers de Green Bay à une ÉQUIPE DE NFL ALL-STARS. et a gagné!

Alors que la liste des emballeurs se composait de noms connus comme : Dick Weisgerber, Milt Gantenbein et Pug Manders. L'équipe d'étoiles de la NFL envoyait des gars comme : Enry Pinckert, Buford Ray et Gust Zarnas.

Les 1940 Ligue nationale de football Jeu des étoiles était le deuxième match des étoiles de la ligue de football professionnel. Le match a opposé les Packers de Green Bay, champion de la ligue pour la saison 1939, à une équipe d'étoiles. Le match a été joué le dimanche 14 janvier 1940 au Gilmore Stadium de Los Angeles, en Californie, devant 18 000 fans. Les Packers ont battu les étoiles par un score de 16-7. Le match devait initialement se jouer le dimanche précédent, mais il a été retardé en raison de la pluie.

Les joueurs de l'équipe d'étoiles ont été sélectionnés par un sondage national des fans. Wilbur Crowell était l'arbitre du match.


Invasion de la France le 17 janvier 1940. Et si ?

Publier par cleisch » 07 mars 2003, 08:48

Publier par davethelight » 09 mars 2003, 14:09

Publier par Redbaron1908 » 10 mars 2003, 01:32

Re : Invasion de la France le 17 janvier 1940. Et si ?

Publier par Carl Schwamberger » 06 nov. 2011, 00:04

Si je me souviens bien, les Britanniques n'avaient que deux corps en sous-effectif en Europe et moins d'avions dans le corps expéditionnaire de la RAF.

Un deuxième point est que le plan « Sickle Cut » n'existait pas en janvier 1944. Le plan en place avait encore le poids principal ou l'effort principal au nord des Ardennes sur la plaine belge. Cet effort principal n'incluait pas autant de corps mécanisés que le plan de mai 1940 utilisé dans son effort principal. Les corps mécanisés étaient répartis un peu différemment sur le front. Le Mech Corps n'était pas non plus rassemblé en groupes de panzers massés, comme le Panzer Group Kleist de mai 1940. ils étaient sous le contrôle des commandants de l'armée qui les considéraient comme des forces tactiques locales et non comme une arme "stratégique" proposée par Guderian.

Tout ce qui fonctionne à l'avantage des Français dont la faiblesse était de gérer la vitesse et la puissance de la force de frappe des Kleists. Par exemple, le seul corps blindé allemand qui frappa la 1ère armée française en mai 1940 fut repoussé. L'étalement des corps blindés allemands parmi les armées permet aux Français de les traiter par lots gérables. Certaines des faiblesses de la position française le long de la Meuse n'existaient pas non plus en janvier 1940. Les armées étaient organisées différemment et plusieurs des divisions de meilleure qualité étaient encore en place pour intervenir au centre où les Allemands percèrent plus tard. Dans les airs, les FAF avaient le maximum d'unités entraînées au combat prêtes à l'emploi, contrairement au mois de mai où une proportion importante avait été retirée dans le sud de la France pour rééquiper et s'entraîner avec de nouveaux avions. Les Français avaient prévu que janvier serait une période à haut risque et avaient mis leurs forces en alerte partielle.

Ainsi, si les Allemands ont encore quelques avantages, les Français ne sont pas dans la même situation qu'en mai. Les chances sont beaucoup plus élevées qu'il y ait une impasse après quelques mois sanglants de combats.

Re : Invasion de la France le 17 janvier 1940. Et si ?

Publier par phylo_roadking » 06 novembre 2011, 00:36

Quoi qu'il en soit - quelques autres facteurs.

L'hiver 1939-40 fut atroce, le plus froid depuis 25 ans IIRC. et le dégel printanier en Scandinavie a au moins été

6 semaines plus tard que d'habitude. Cela va causer de terribles problèmes d'approvisionnement pour les Allemands. mais peut-être pas autant pour les Alliés car ils maintenaient dégagées les lignes de chemin de fer alimentant le « front » le long de la frontière française.

ÉTAIT il n'y a pas de plan Dyle ? )Les Britanniques et les Français certainement prévu de "défendre en avant" à l'intérieur de la Belgique. et il y avait des contacts secrets avec les Belges. Même s'il s'agissait d'un coup monté à la dernière minute (ce qui, IIRC, ce n'était pas. ) alors que les Français se seraient déplacés vers leurs positions à l'intérieur de la Belgique. une des choses qu'ils auraient trouvées là aurait été une combinaison complète de clôture anti-char Cointet/fossé d'inondation juste le long de leur devant, pas le gâchis que les Belges en avaient fait le 10 mai. démonté prêt à être déplacé plusieurs tronçons reculés, mais non reliés au reste de la ligne et bien sûr, les reculer a rompu le lien essentiel entre la clôture antichar et les fossés/rivières d'inondation, il a formé un en deux parties obstacle avec !

Re : Invasion de la France le 17 janvier 1940. Et si ?

Publier par Tim Smith » 06 nov. 2011, 01:22

Le soutien de la Luftwaffe en janvier 1940 sera moins efficace qu'en mai 1940 en raison du mauvais temps. Les sorties de bombardiers seront moins nombreuses et les bombardements seront moins précis en raison des nuages ​​et du brouillard.

Le mauvais temps fait plus de mal aux Allemands que les Alliés - la Luftwaffe était le principal facteur qui a donné à l'armée allemande l'avantage sur les Français, et le soutien aérien allié n'était pas aussi efficace même par temps d'été car ils avaient moins de bombardiers.

Dans ce scénario, les Alliés ont de meilleures chances de remporter une victoire défensive équivalente à la bataille de la Marne en 1914. Les armées alliées en Belgique ne seraient probablement pas coupées et pourraient se replier sur la France. Les Allemands envahiraient probablement la plus grande partie de la Belgique, mais en raison de pertes plus lourdes qu'historiquement en attaquant les Alliés de front, ils auraient probablement tiré à la mi-février et auraient besoin d'au moins un mois pour récupérer, peut-être même deux mois - cela donne au Les alliés ont le temps de récupérer et de former une ligne de front solide.

L'Allemagne a eu de la chance qu'Hitler n'obtienne pas ce qu'il veut. Ou peut-être malheureux, étant donné que les succès nazis n'ont fait qu'allonger la guerre.

Re : Invasion de la France le 17 janvier 1940. Et si ?

Publier par phylo_roadking » 06 nov. 2011, 01:40

Tim, les Alliés ont déjà une ligne solide sur laquelle se rabattre si nécessaire, et s'ils sont prêts à - ils peuvent dans ce scénario se replier sur les Allemands en Belgique. sur leurs positions à la frontière française, ils passèrent l'hiver à construire !

Gamelin serait content quand même. le temps hivernal devrait aussi rendre les Ardennes infranchissables aux blindés étroits du début de la guerre et moins inquiétant pour lui.


Traité de Paris ratifié

Le Congrès continental a ratifié le Traité de Paris le 14 janvier, 1784, établissant officiellement les États-Unis en tant que nation indépendante et souveraine. Le Congrès continental approuva les articles préliminaires de la paix le 15 avril 1783. Le traité, signé à Paris le 3 septembre 1783, obligeait le Congrès à renvoyer le document ratifié à l'Angleterre dans les six mois.

L'Amérique du cheval, jetant son maître. Westminster : Publié par William White, le 1er août 1779. Dessins animés, britannique. Division des tirages et des photographies

Bien que le Congrès devait se réunir au Maryland State House en novembre, jusqu'au 12 janvier, seuls sept des treize États étaient légalement représentés. Opérant en vertu des articles faibles de la Confédération, le Congrès n'avait pas le pouvoir d'imposer la présence. Le voyage vers l'Angleterre ayant duré environ deux mois, le temps était compté.

Annapolis, Maryland. Capitole de l'État du Maryland I.Theodor Horydczak, photographe, vers 1920-1950. Collection Horydczak. Division des tirages et des photographies

Les délégués ont continué à affluer. Les représentants du Connecticut ont présenté leurs lettres de créance au Congrès le 13 janvier, laissant la convention à un délégué du quorum. Richard Beresford de Caroline du Sud a quitté son lit de malade à Philadelphie pour Annapolis et, après son arrivée, le vote a eu lieu.

Le traité de Paris accorde le territoire des États-Unis aussi loin à l'ouest que le fleuve Mississippi, mais réserve le Canada à la Grande-Bretagne. La pêche à Terre-Neuve est restée accessible aux Américains et la navigation sur le fleuve Mississippi était ouverte aux deux parties. Le Congrès a promis de recommander aux États de restituer les biens loyalistes confisqués, mais ils n'avaient pas le pouvoir de faire respecter cette demande. Les créanciers des deux pays étaient libres de poursuivre le recouvrement des dettes.


Voir la vidéo: Paris 1940 - Deutsche Besatzung - German Occupation - lOccupation allemande, film: colorbw


Commentaires:

  1. Burghard

    Mauvaise qualité mais vous pouvez voir

  2. Shakamuro

    Ce faisant, je n'ai aucun doute.

  3. Kazrak

    bonhomme de neige

  4. Malcolm

    C'est dommage que je ne puisse pas parler maintenant - je suis en retard pour la réunion. Je serai libéré - j'exprimerai certainement mon opinion.



Écrire un message