Jefferson et Washington ont-ils fumé de l'herbe ?

Jefferson et Washington ont-ils fumé de l'herbe ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

D'après ce document (page 26, §1) :

Comme tous les agriculteurs, Washington a probablement échantillonné la qualité et la puissance de ce qu'il cultivait, et il a peut-être utilisé ce chanvre pour traiter ses maux de dents chroniques. Jefferson (également producteur de chanvre) a noté dans son journal qu'il fumait du chanvre pour soulager ses migraines.

Il y a beaucoup d'affirmations douteuses à ce sujet sur Internet et certaines des citations attribuées à Jefferson en particulier ne sont pas toujours considérées comme authentiques.

Avons-nous une preuve concluante que Jefferson et/ou Washington ont consommé du chanvre à des fins récréatives et/ou médicinales ?


Le haschich était connu en Occident dès 1596, lorsqu'il fut décrit par Jan Huyghen van Linschoten dans un livre décrivant ses voyages en Égypte et en Turquie. Mais ce n'est qu'au 19ème siècle que fumer du cannabis est devenu largement connu en Occident, à travers les représentations de l'exotisme oriental par des écrivains comme Dumas.

Le chanvre a été cultivé dans les colonies britanniques à partir de 1619 environ afin de fabriquer de la corde, demandée par la marine britannique. Aujourd'hui, le chanvre industriel a un faible niveau de THC et un niveau élevé de CBD. Parce que le CBD supprime l'effet narcotique du THC, cette combinaison rend impossible de planer en fumant du chanvre industriel, même si vous gonflez une tempête. Nous ne savons pas si les variétés du XVIIIe siècle étaient similaires au chanvre industriel moderne, mais il n'y a aucune preuve tangible qu'elles étaient différentes.

Beaucoup de gens dans le mouvement de légalisation de la marijuana, ainsi que beaucoup de gens qui voudraient légaliser la culture du chanvre industriel, veulent croire que Washington, Jefferson, Franklin, et al. du chanvre fumé pour se défoncer, car cela pourrait aider à légitimer le pot. (Peu importe que certains de ces gars possédaient également des esclaves… est-ce que l'esclavage est OK ?) Mais leurs preuves sont assez faibles. Il semble y avoir beaucoup de citations fabriquées qui circulent, ainsi que certaines citations que vous devez vraiment étirer afin de les interpréter comme une preuve que les fondateurs se sont défoncés sur le chanvre. On sait que le chanvre était considéré comme une forme de médecine à cette époque, mais de nombreuses herbes sont considérées comme des remèdes sans pour autant faire planer personne.

Le mot « marihuana » n'est devenu courant aux États-Unis que vers 1900, lorsque la drogue était couramment utilisée par les immigrants mexicains et commençait à devenir courante dans les sous-cultures telles que les musiciens de jazz. Il n'y a aucune preuve réelle qu'avant cette époque, il était courant que les gens cultivent du cannabis aux États-Unis capable de faire planer n'importe qui. Bien qu'il soit vrai que la marijuana avait une teneur en THC beaucoup plus faible dans les années 60 qu'aujourd'hui, cela ne veut pas dire que la substance à l'époque était équivalente au chanvre industriel ; il contenait plus de THC et moins de CBD que le chanvre industriel.


Fumer du chanvre, c'est-à-dire Cannabis indica, était largement commercialisé aux côtés du tabac à cette époque. Jefferson s'intéressait beaucoup aux produits agricoles et les collectionnait du monde entier. Il envoyait un grand nombre de variétés de semences à différents agriculteurs avec lesquels il correspondait. Il aurait sans aucun doute eu libre accès au cannabis et à de nombreuses autres drogues.

Le chanvre qu'il cultivait était probablement un cultivar à fibres qu'il ne serait pas bon de fumer.


George Washington

Oui, tu l'as bien lu. Le père des États-Unis cultivait le chanvre. Comment savons nous? Il l'a écrit lui-même dans ses journaux intimes ! Dans une entrée, il note qu'il a commencé à séparer les plantes femelles et mâles, une pratique encore utilisée dans la culture du cannabis aujourd'hui. Une autre entrée suggère que le président George Washington a utilisé le chanvre comme médicament pour lutter contre les maux de dents.

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson était un autre père fondateur qui cultivait du chanvre. Il était ambassadeur en France quand le haschich était extrêmement populaire. Selon certains historiens, Jefferson risquait d'être emprisonné en important en Amérique des graines de chanvre chinois connues pour leur grande puissance. C'est une histoire américaine à laquelle nous aurions prêté attention au lycée !

James Madison

Les consommateurs de cannabis savent que la plante peut aider à susciter des idées et de la créativité. James Madison a accepté ! Il a dit un jour que le chanvre l'avait aidé à avoir la perspicacité nécessaire pour aider à créer une nouvelle nation démocratique. On dirait que tous les Américains doivent à l'herbe un « merci » pour avoir aidé nos pères fondateurs.

James Monroe

Un autre ambassadeur en France, James Monroe, a ouvertement fumé du haschich à l'étranger. Il aurait continué à consommer de la marijuana jusqu'à sa mort. Monroe est toujours l'un des présidents les plus ouverts au cannabis de l'histoire de notre pays.

Andrew Jackson

Loin de la politique officielle de l'armée ces jours-ci, le célèbre général de l'armée américaine et le président Andrew Jackson ont ouvertement écrit dans des lettres sur le fait de fumer du cannabis avec les troupes. Maintenant que nous savons que le cannabis a une efficacité incroyable dans la lutte contre le trouble de stress post-traumatique, il est clair qu'Andrew Jackson était en avance sur la courbe.

Zacharie Taylor

Le président Taylor était un autre militaire qui fumait de la marijuana avec les troupes. Il semblait également comprendre les bienfaits thérapeutiques des plantes bien avant que nous commencions à les étudier nous-mêmes.

Franklin Pierce

Troisième et dernier militaire de cette liste, Franklin Pierce était connu pour fumer de la marijuana avec ses troupes pendant la guerre américano-mexicaine. Il a raconté son habitude de fumer dans des lettres à la maison, disant que pouvoir fumer du chanvre était la seule bonne chose à propos de la guerre.

John F. Kennedy

John F. Kennedy serait probablement considéré comme un patient de marijuana médicale s'il était vivant aujourd'hui. Beaucoup de ses biographies racontent la consommation de marijuana de JFK pour traiter les maux de dos sévères. Un compte écrit par un Washington Post journaliste dit que JFK a fumé trois joints à la Maison Blanche une nuit avec deux collègues. Selon le récit écrit, il a refusé un quatrième joint en demandant : « Et si les Russes faisaient quelque chose maintenant ? »

JFK est le seul président qui a un compte rendu écrit de la consommation de marijuana à la Maison Blanche. La seule autre mention notable de la consommation de cannabis à la Maison Blanche n'était pas du tout un président, mais plutôt le fils de Jimmy Carter, Chip, qui aurait fumé de l'herbe sur le toit de la Maison Blanche avec Willie Nelson. Maintenant, c'est une session de fumée à laquelle nous aurions aimé participer.

Bill Clinton

Nous avons tous entendu la célèbre phrase de Bill Clinton qu'il a utilisée en réponse aux questions sur la consommation de marijuana dans sa jeunesse. Le président Clinton a affirmé avoir essayé du cannabis à plusieurs reprises, mais n'en avoir jamais inhalé. Et il n'a peut-être pas totalement menti. Selon Christopher Hitchens, célèbre écrivain et camarade de classe de Bill Clinton, le président appréciait les brownies au pot. Peut-être que le président Clinton n'a pas vraiment inhalé, il a plutôt mangé sa marijuana !

George W. Bush

George W. Bush était plus connu pour sa consommation de cocaïne à l'université que pour la marijuana. Mais le président Bush a indirectement admis avoir fumé du cannabis à un moment donné de sa vie. Il a évité toutes les questions concernant son utilisation du pot jusqu'après sa présidence. Il a finalement dit qu'il n'avait jamais répondu aux demandes de renseignements sur son utilisation de l'herbe parce qu'il craignait que les enfants ne suivent son exemple d'expérimentation.

Barack Obama

De tous les présidents modernes, le président Obama est le plus ouvert sur la consommation de marijuana dans sa jeunesse. Des photos d'Obama avec un joint ont fait le tour d'Internet à plusieurs reprises au fil des ans. Dans un clin d'œil à Bill Clinton lors des élections de 2008, Obama a admis avoir fumé de l'herbe à l'époque en disant : « Quand j'étais enfant, j'inhalais fréquemment. C'était un peu le but.

Au moins onze présidents américains, des généraux de l'armée aux ambassadeurs, ont fumé de la marijuana et ont mené une vie incroyablement réussie et percutante. En cette journée du président, sortons-en un en leur honneur.

Arrêtez-vous dans n'importe quel magasin Buddy Boy Brands pour obtenir tous les produits à base de cannabis dont vous avez besoin pour votre long week-end de vacances !


Quels présidents ont fumé de l'herbe ?

La dernière fois qu'un abstinent au cannabis a occupé la plus haute fonction aux États-Unis, Michael Jordan n'avait que deux bagues de championnat et le pénis de John Wayne Bobbitt est resté parfaitement ignorant de l'horrible année à venir.

En fait, nos commandants en chef ont une longue histoire de consommation de marijuana qui remonte aux origines du bureau. Une grande partie du dossier historique est inégale, mais voici qui nous pensons avoir fumé et qui, nous sommes presque sûrs, ne l'a pas fait.

Utilisateurs probables de cannabis

George Washington: Beaucoup de pères fondateurs cultivaient le chanvre. L'ont-ils fumé ? Nous ne le savons pas avec certitude, mais Washington a écrit sur la séparation des plants de cannabis femelles, qui auraient eu une teneur en THC plus élevée, et il y a des raisons de penser qu'il aurait pu utiliser un topique dérivé du chanvre sur ses maux de dents.

Thomas Jefferson: Non seulement TJ cultivait du chanvre, mais il aurait fait passer en contrebande une variété rare de cannabis « connue pour sa puissance » hors de Chine.

James Monroe : Comme Jefferson, Monroe a été ambassadeur en France à une époque où le haschich était chic. Selon ses biographes, il a fumé ouvertement à Paris et a continué à fumer après son retour aux États-Unis.

Andrew Jackson : The Notorious AJ a écrit sur le fait de fumer de la marijuana avec des troupes pendant la guerre de 1812.

Zacharie Taylor : Taylor et Franklin Pierce ont tous deux croisé la route de reefer alors qu'ils dirigeaient les forces américaines pendant la guerre américano-mexicaine.

Franklin Pierce : Pierce a par la suite qualifié la marijuana de "la seule bonne chose à sortir de la guerre".

John F. Kennedy: Le ballest de tous les présidents a été enfumé par sa maîtresse, Mary Meyer, qui lui a apporté six articulations pour soulager ses maux de dos. Dans une étrange coïncidence, elle a été assassinée au hasard alors qu'elle faisait du jogging quelques semaines seulement après la publication du rapport de la Commission Warren.

Bill Clinton: Le futur premier gentleman dit qu'il n'a pas inhalé. Christopher Hitchens a affirmé que Bill était un amateur de brownies à Oxford.

George W. Bush: Affirme qu'il ne répondrait pas aux questions pour savoir s'il fumait à cause du message qu'il envoie aux enfants. Comme si n'importe quel enfant voulait être comme Dubya.

Barack Obama: Il a passé une bonne partie de ses années de formation à Hawaï et est toujours le bienvenu pour fumer ici avec nous en cas de visite.

Richard Nixon : Lié la marijuana aux Juifs, aux Latinos et aux Afro-Américains, des gens pour qui Tricky Dick, euh, partageait peu d'affection. A commencé la guerre contre la drogue. Je n'ai pas fumé d'herbe sur le toit de la Maison Blanche avec Elvis, malheureusement.

Ronald Reagan: Je croyais fermement que la consommation de cannabis causait des dommages au cerveau. En fait, j'ai eu des lésions cérébrales.


L'acceptation du cannabis varie d'une tribu à l'autre

Selon le Congrès national des Indiens d'Amérique, il existe 573 nations indiennes reconnues par le gouvernement fédéral, chacune étant diversifiée sur le plan ethnique, culturel et linguistique. Ce nombre n'inclut pas les nations indiennes (également appelées tribus, communautés, villages indigènes, nations, pueblos et bandes).

Il ne faut pas un statisticien ou un anthropologue pour comprendre que les attitudes envers le cannabis diffèrent probablement non seulement entre les nations, mais entre les individus amérindiens.

De plus, depuis sa genèse, la relation entre le gouvernement fédéral des États-Unis et les peuples autochtones qui habitaient ce continent avant l'arrivée des colons européens a été controversée avec une grande disproportion de pouvoir penchée du côté des colonisateurs. Cela signifie que la grande majorité des livres d'histoire, des médias et des artefacts culturels étudiés par les enfants et les adultes ne contiennent pas de récit complet ou précis de l'histoire des Amérindiens.

Nous pouvons extrapoler sur la base du mouvement géographique du cannabis de l'Asie vers les Amériques que diverses tribus ont été exposées au cannabis industriel et récréatif de la même manière que les gens du monde entier ont été exposés à la plante. Et comme nous le voyons dans nos propres États, les opinions sur le cannabis varient d'une ville à l'autre, d'un quartier à l'autre et d'une famille à l'autre.

On peut s'attendre à ce même écart de la part des nations amérindiennes. En plus des perspectives éthiques et morales individuelles sur le cannabis, les tribus amérindiennes reçoivent un financement fédéral dont elles dépendent. Tant que le cannabis reste illégal au niveau fédéral, la légalisation de la marijuana pose un risque pour ce financement.

Enfin, comme l'a noté un rapport du Baker Center for Public Policy de l'Université du Tennessee par Miranda Gottlieb intitulé "Cannabis and The Eastern Cherokee Nation: The Challenges, Barriers, and Prospects", les tribus amérindiennes ont fait l'objet d'un ciblage discriminatoire de la part de la Drug Enforcement. Agence. Le rapport indique qu'en 2015, 30 000 plants de chanvre industriel ont été saisis par la DEA de la tribu Menominee dans le Wisconsin. Bien que la tribu Menominee fonctionnait dans les paramètres juridiques du Farm Bill de 2014, la DEA a détruit son exploitation de chanvre.

Le cannabis est utilisé par des communautés du monde entier depuis plusieurs millénaires. Les raisons de son utilisation sont aussi variables que les cultures qui l'adoptent. Comme ils l'ont fait lorsque les humains ont commencé à récolter et à consommer du cannabis, les attitudes envers la plante continueront de changer en réponse aux influences culturelles, politiques et économiques mondiales.


George Washington était-il le père fondateur de la marijuana ?

/> Croyez-le ou non de Ripley ! &mdash 22 août 2019

C'est une légende urbaine qui a gagné du terrain depuis les années 1990 et tout a commencé avec des billets d'un dollar américain estampillés d'une bulle de conversation près de la bouche de George Washington indiquant : « J'ai fait pousser du chanvre.

Ceux qui soutiennent la légalisation moderne de la marijuana ont sauté sur l'idée avec fureur. Des rumeurs chuchotées et des billets estampillés transformés en traités en ligne complets sur la culture et le tabagisme de l'herbe à Washingtonjours. En 2015, des articles de blog ont examiné si le père fondateur était également un utilisateur de marijuana à des fins médicales.

Mais, est-ce que tout cela tient jusqu'à une vérification des faits? Plongeons dans ce sujet fascinant pour savoir si notre premier président était ou non un « père fondateur de la weed ».

Le scandale de la marijuana « Muddy Hole »

La légende du « Premier président de la marijuana » a refait surface en août 2018. C'est alors que Le magazine Smithsonian a rapporté que le chanvre industriel était à nouveau cultivé et récolté à Mount Vernon, le site de la plantation de Washington. Curieusement, ce rapport était précis à 100 pour cent, à la fois en termes de reportage contemporain et de ses fondements historiques.

Selon le Washington Post, une entrée de journal agricole du 7 août 1765 prouve que le premier président a effectivement cultivé du chanvre sur une grande parcelle de terre qu'il a appelée « Muddy Hole ». Dans l'entrée du journal, il note qu'il a fallu trop de temps pour séparer les plants de chanvre mâles des femelles.

Cependant, son journal est loin de vanter la marijuana à des fins médicinales, et encore moins récréatives. Il s'avère que le chanvre était une culture de rente populaire dans les Amériques, très appréciée pour ses nombreuses applications industrielles.

Washington n'était pas seul dans son intérêt pour la culture du chanvre. Thomas Jefferson a également écrit avec enthousiasme sur le potentiel du chanvre en tant que culture de rente. Parmi ses choses préférées à propos de la plante? Il s'est avéré très productif et copieux, poussant pour toujours sur la même parcelle avec peu d'intervention des agriculteurs nécessaire.

La myriade d'utilisations du chanvre

Pour Washington et Jefferson, le chanvre représentait une culture de rente. En d'autres termes, ils n'avaient pas l'intention d'utiliser les plantes qu'ils ont récoltées pour eux-mêmes. Au contraire, ils ont cherché de l'« argent » pour eux sur le marché. Quoi qu'il en soit, le chanvre était un produit pratique à avoir, qu'il s'agisse de rapporter de l'argent ou de fournir les produits à base de fibres nécessaires à la ferme.

Comment le chanvre du XVIIIe siècle a-t-il été utilisé ? Ses fibres résistantes se sont révélées excellentes pour la fabrication de cordes et de toiles ou pour le filage en tissu. Cependant, ses multiples utilisations ne s'arrêtent pas là. L'huile de chanvre pouvait être extraite de ses graines et utilisée pour tout fabriquer, des vernis aux peintures. En substance, le chanvre représentait une culture de rente de premier ordre.

De toutes les parties intéressées par les exportations de chanvre, la Royal Navy s'est montrée la plus enthousiaste. Après tout, des cordes solides et des voiles en toile se sont avérées cruciales pour les opérations quotidiennes des voiliers britanniques.

La plante qui a aidé la Grande-Bretagne à régner sur les sept mers

La marine britannique a prouvé très actif à cette époque et était considéré comme la force de combat la plus efficace au monde, ayant remporté toutes les grandes batailles et de nombreuses guerres en mer de mémoire récente. Aucun événement n'illustra mieux cette réputation que la conclusion de la guerre de Sept Ans en 1763.

Connue sous le nom de guerre française et indienne en Amérique du Nord, elle s'est accompagnée de victoires décisives pour le Royaume-Uni contre la France et l'Espagne. Maintenant, la Royal Navy avait plus de territoire que jamais à entretenir et, par conséquent, elle avait besoin de plus de corde et de toile dans le processus.

Essentiellement, les champs de chanvre de Virginie ont renforcé les efforts ambitieux d'exploration, de militarisation et de colonisation de la Grande-Bretagne à travers le monde.

Agriculteurs américains et production de chanvre

Au fil du temps, l'Amérique est devenue synonyme de production de chanvre. Les producteurs de chanvre des treize colonies représentaient une partie intégrante de la solidité de la Royal Navy.

Et après la Révolution ? Le nouveau gouvernement américain a encouragé la production de chanvre pour les besoins industriels de la nation naissante.

Outre la fabrication de cordes, de toiles et de tissus, le chanvre s'est également avéré utile pour une grande variété d'autres tâches qui auraient été cruciales pour les pratiques agricoles de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Ceux-ci comprenaient la fabrication de sacs pour stocker le grain et les graines, le tissage du linge pour les vêtements et même la réparation des filets utilisés lors des sorties de pêche au Potomac.

Pas étonnant que Washington et Jefferson se soient montrés de fervents partisans de cette plante immensément utile. Mais, oh, comme les temps allaient changer !

En 1937, la Marihuana Tax Act a classé le chanvre, avec la marijuana et d'autres formes de cannabis, comme une substance hautement suspecte. En 1970, la loi sur les substances contrôlées classait toutes les formes de drogues à base de cannabis (y compris le chanvre) de l'annexe I. Le sort des agriculteurs américains qui cultivaient le chanvre a radicalement changé en quelques décennies seulement.

Le père fondateur de la weed ?

Quand tout est dit et fait, Washington ne fumait pas de blunts et ne plaidait pas pour la légalisation de la marijuana. Après tout, ce n'était même pas encore illégal.

Malgré la réputation ternie du chanvre au XXe siècle, Washington et Jefferson n'ont pas cultivé de variétés de la culture qui seraient aujourd'hui reconnues comme de la marijuana. Les niveaux de tétrahydrocannabinol (THC) étaient beaucoup trop bas pour induire une quelconque « élevée ». Et, comme l'indiquent clairement les journaux de Washington, il s'intéressait au chanvre uniquement à des fins industrielles.

Néanmoins, lorsque le chanvre est devenu illégal de cultiver et de posséder en 1970, la connaissance de ses utilisations industrielles a également disparu. Et l'histoire de l'une des cultures de rente les plus importantes d'Amérique a disparu dans l'ombre de la « guerre contre la drogue ».


George Washington a-t-il fumé du pot ?

George Washington a-t-il cultivé du chanvre ? L'a-t-il fumé ? Était-il gay ?

Les réponses faciles sont certainement, probablement et peut-être.

Les questions se posent avec la pré-publication de la satire bouleversante PASSIONS DES PATRIOTS de « Thomas Paine », qui s'ouvre avec Le Général dans l'étreinte chanvre de son bien-aimé Marquis de Lafayette.

À l'approche de l'anniversaire de Washington, le 22 février, ses habitudes personnelles en disent long sur l'Amérique d'aujourd'hui.

Comme pratiquement tous les agriculteurs révolutionnaires, le père de notre pays cultivait des quantités prodigieuses de chanvre. C'était (est) une culture de rente rentable, facile à cultiver, avec peu de demandes de culture, d'arrosage ou de fertilisation. Vivace rustique, elle n'a besoin d'aucune replantation année après année, ni de pesticides ou d'herbicides.

Les premiers agriculteurs américains utilisaient le cannabis pour le tissu, la corde, les voiles, le papier et bien plus encore. À plusieurs reprises, sa culture a été obligatoire. Le Kansas en a été pratiquement recouvert pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans la conversion actuelle à une économie Solartopian, la cellulose de ses tiges et de ses feuilles, et l'huile de ses graines, pourraient être essentielles pour l'éthanol vert et les carburants biodiesel.

Washington et ses collègues planteurs/présidents Tom Jefferson et James Madison seraient étonnés d'apprendre que le chanvre est illégal. Ces premiers directeurs généraux auraient certainement dit au président Obama qu'une culture de cannabis re-légalisée signifierait des milliards de dollars de revenus agricoles désespérément nécessaires à travers les États-Unis.

Quant au tabagisme, je ne connais aucune communication significative entre les Fondateurs vantant leur « grande herbe ».

Mais dans l'un de ses méticuleux journaux agricoles, daté de 1765, Washington regrette d'avoir tardé à séparer ses plants de chanvre mâles de ses femelles. Pour un maître fermier comme George, il y aurait peu de raisons de le faire, sauf pour rendre les femelles mûres pour le fumage.

Les usages médicinaux du cannabis étaient connus des anciens Chinois. Des milliers d'années plus tard, il est inconcevable que les producteurs américains ne se livrent pas à ses pouvoirs récréatifs.

Quant aux préférences sexuelles de Washington, son mariage avec Martha était parfois suspect. Les historiens plaisantent en disant qu'il ne l'a pas épousée pour son argent, mais plutôt pour ses actions, ses obligations, ses terres et ses esclaves. Dans une lettre à un ami, il s'est plaint qu'il n'y avait "pas beaucoup de feu entre les draps".

Ben Franklin, l'ultime libéral, aimait tant de femmes qu'il a plaisanté en disant que le grand miracle de sa vie était qu'il n'avait contracté aucune maladie apparentée. Tom Jefferson a imprégné sa maîtresse esclave Sally Hemings jusqu'à sept fois. D'Andrew Jackson à Bill Clinton, les présidents américains sont tristement célèbres pour leurs badinages sexuels.

George Washington ne manquait pas de compagnie féminine. Mais ses affections les plus profondes étaient peut-être pour ses compagnons de guerre. Ses frères d'armes bien-aimés comprenaient Lafayette et Alexander Hamilton. Tous deux étaient mariés et avaient des enfants, mais tous deux excitaient sa plus grande dévotion à la camaraderie.

Le fait que le général n'ait pas eu d'enfants biologiques peut être dû à une fièvre au début de sa vie qui aurait pu le rendre stérile.

Ou peut être pas. Il est difficile d'imaginer un George Washington gay dans les années 1790. Mais dans les années 1990, les choses auraient pu être différentes.

L'assaut anti-choix moderne, y compris la Proposition 8 de la Californie, va à l'encontre de tout ce dont Washington et les fondateurs rêvaient pour cette nation.

Les « patriotes du soleil » puritains d'aujourd'hui semblent déterminés à gérer nos vies personnelles. Mais l'Amérique n'a JAMAIS été à ce sujet.

Laissez-les contempler une image de notre premier président, fraîchement sorti des champs de bataille et des champs de chanvre, désespéré d'épouser son compagnon d'hiver.


10 fumeurs de cannabis qui ont changé le monde

Nous connaissons tous la perception commune des consommateurs de marijuana comme des patates de canapé aux yeux vitreux collées à la télévision, riant sans raison valable et mangeant tout ce qui se trouve en vue. Mais tous ceux qui fument des reefers ne sont pas paresseux et distraits.

Les propriétés psychoactives du cannabis ont un potentiel énorme pour stimuler la créativité, l'imagination et l'ingéniosité. L'herbe a été une source d'inspiration pour les artistes, les philosophes, les scientifiques, les inventeurs et les visionnaires dans presque tous les domaines de l'activité humaine.

Voici une liste de ces visionnaires sous influence, dont la vie et le travail ont été si révolutionnaires qu'ils ont profondément façonné le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.

1. Steve Jobs. Jobs est célèbre pour avoir expérimenté le LSD dans les années 70, affirmant que ses expérimentations sur la drogue lui ont ouvert l'esprit et lui ont permis de voir le monde sous un autre jour. Il a également admis avoir fumé de la marijuana au cours de la même période, affirmant que cela l'avait aidé à se détendre et le rendait plus créatif. Son ouverture d'esprit nous a donné le premier ordinateur personnel, la première imprimante laser et l'iPhone, entre autres. Il est difficile d'imaginer un monde sans ses contributions.

2. Bill Gates. Gates a fondé Microsoft en 1975, avec Paul Allen, et a construit et guidé l'entreprise pendant plus de 30 ans. Il a développé le code du système d'exploitation Windows, qui domine toujours le monde du PC, et était à une époque la personne la plus riche du monde. Le magnat du logiciel milliardaire a également admis avoir laissé tomber de l'acide dans une interview avec Playboy. Et bien qu'il n'ait pas ouvertement admis avoir consommé de la marijuana, il a déclaré que lorsqu'il fréquentait l'université de Harvard dans les années 70, il n'était "pas inhabituel" en ce qui concerne les drogues et la musique populaires à l'époque. Et selon son colocataire d'université Sam Znaimer, "la marijuana était le produit pharmaceutique de choix".

3. Francis Crick. Crick a reçu le prix Nobel, avec James Watson, pour avoir découvert la structure en double hélice des molécules d'ADN en 1953. Ses dernières années ont été consacrées à l'étude scientifique de la conscience humaine. Il a été membre fondateur de la Soma Research Association dans les années 60, qui a mené des essais sur le cannabis et plaidé pour la réforme des lois sur la marijuana. Crick admet librement qu'il a fumé de l'herbe lui-même et a affirmé que cela augmentait sa capacité de pensée abstraite.

4. Richard Feynman. Brillant physicien théoricien et l'un des développeurs de la bombe atomique, Feynman a ensuite remporté le prix Nobel pour ses travaux en électrodynamique quantique. Il a également été le premier à concevoir la nanotechnologie. Feynman a admis avoir consommé du cannabis et des psychédéliques alors qu'il était immergé dans un réservoir de privation sensorielle, pour provoquer des hallucinations et des expériences hors du corps.

5. John Lennon. Toutes les idées bouleversantes n'ont pas à voir avec la science et la technologie. Les Beatles ont changé le monde avec leur musique, transformant la culture occidentale en psychédéliques, méditation et philosophie orientale. Et plus que n'importe lequel des Fab Four, John était un défenseur infatigable de la paix, de la non-violence, de la liberté individuelle et des droits humains universels. Sa musique et son message vivent dans le cœur de millions de personnes.

6. Louis Armstrong. Vous ne pouvez pas parler de musiciens qui changent le monde sans rendre hommage au grand Louis Armstrong. Affectueusement connu sous le nom de « Satchmo », Armstrong a essentiellement inventé le solo de jazz, et son style a influencé chacun des grands musiciens à suivre ses traces, d'Ella Fitzgerald à Miles Davis et John Coltrane. Comme de nombreux musiciens, à l'époque et depuis, Armstrong aimait consommer de la marijuana. Il a rendu hommage à l'herbe avec sa composition instrumentale "Muggles" (un terme d'argot des années 1920 pour l'herbe).

7. Maya Angélou. Le récent décès de Maya Angelou a clairement révélé à quel point elle a eu un impact sur le monde. Elle était une auteure, poète, dramaturge, danseuse et musicienne extrêmement populaire, une figure de proue du mouvement américain des droits civiques et une voix puissante s'exprimant au nom des femmes et des minorités. Elle a écrit librement et ouvertement sur sa consommation de marijuana dans ses autobiographies, en disant "Je me suis perdue dans une brume sensuelle de plaisir". Son travail a responsabilisé des générations d'artistes opprimés et marginalisés et a inspiré certaines des femmes les plus influentes au monde aujourd'hui, notamment Hillary Clinton, Oprah Winfrey et Marianne Williamson.

8. William Shakespeare. Sans doute l'artiste le plus influent de tous les temps, Shakespeare a façonné l'utilisation de la langue anglaise au cours des quatre derniers siècles. Son travail a influencé non seulement la poésie et la littérature, mais aussi le théâtre, le cinéma, la narration et l'art de la performance. En 2001, une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Francis Thackeray a trouvé des traces de cannabis et d'autres drogues dans des pipes en terre déterrées dans la maison de Shakespeare, à Stratford-upon-Avon. Cela prouve-t-il que le barde fumait de l'herbe ? Non. Mais cela montre que le pot a été fumé par ses contemporains au moins – et peut-être par le maître lui-même.

9. George Washington. Souvent salué comme le «père de son pays», Washington a commandé l'armée continentale et l'a menée à la victoire dans la guerre d'indépendance, remportant l'indépendance des colonies américaines de la domination britannique. Il a présidé la convention qui a rédigé la Constitution des États-Unis et il a établi de nombreuses formes et traditions de gouvernement encore en place aujourd'hui.

Il a également cultivé des hectares de chanvre dans sa ferme en Virginie - vraisemblablement pour ses fibres durables, qui ont été transformées en corde et en tissu. Mais une entrée dans son journal indique qu'il a séparé les plantes mâles de la femelle, ce qui a conduit à la spéculation que Washington avait l'intention de fumer sa récolte (car les plantes mâles ont la meilleure fibre et les plantes femelles ont des concentrations élevées de THC).

Ici encore, il s'agit plus de possibilité que de preuve. Mais les qualités enivrantes de la marijuana étaient bien connues à cette époque, et il n'est pas si farfelu que le premier président américain ait effectivement fumé la feuille douce à l'occasion. C'est encore une autre tradition présidentielle qui se poursuit à ce jour, perpétuée par les autres fumeurs Thomas Jefferson, Andrew Jackson, John F. Kennedy, Bill Clinton et Barrack Obama.

10. Benjamin Franklin. Philosophe, inventeur, homme d'État et sociologue de renommée mondiale, Ben Franklin a joué un rôle crucial dans l'élaboration de la Déclaration d'indépendance et de la Constitution des États-Unis, la formation de la nouvelle nation américaine et le développement de l'idéal de la république égalitaire. Il fut aussi le premier à comprendre les propriétés fondamentales de l'électricité. Il a été ambassadeur en France de 1776 à 1785 et, d'après ses lettres et sa correspondance, il aimait visiter les salons de hachage qui étaient alors si courants à Paris.

Cette liste n'est que la pointe de l'iceberg. D'innombrables auteurs, artistes, musiciens et grands penseurs se sont tournés vers la marijuana comme source d'inspiration et de créativité. La relation symbiotique entre les humains et le cannabis est en effet puissante, et ces personnes remarquables démontrent vraiment le potentiel des plantes pour élever et faire progresser l'individu et la société dans son ensemble.


En cette journée du président, rappelez-vous que George Washington a élevé du chanvre et l'a probablement fumé

George Washington a cultivé de grandes quantités de chanvre. Tout comme Thomas Jefferson, James Madison et pratiquement tous les autres agriculteurs américains des années 1700.

Il est également très probable qu'au moins certains d'entre eux aient fumé son puissant frère, maintenant connu sous le nom de marijuana.

Peut-être devrions-nous commémorer la prochaine journée du président en honorant George Washington avec une célébration nationale pour re-légaliser le chanvre et la marijuana.

En effet, à l'ère d'Obama, cette vieille nouvelle a un nouveau sens. Il est temps de mettre fin à l'interdiction du chanvre/marijuana. Avec Bush parti et une nouvelle génération prenant les choses en main, nous aurons peut-être enfin une chance de le faire. Les fondateurs célèbres de notre nation sont nos principaux alliés.

Depuis 1937, les États-Unis ont subi une période de persécution du chanvre que tous les fondateurs - de Washington à Franklin, d'Adams à Madison - auraient jugé absolument insensé.

En leur honneur, en protestation renouvelée contre cette interdiction absurde, Les passions des patries, de "Thomas Paine", est en cours de publication. À l'approche du President's Day, ce roman "basé sur l'histoire vraie" montre Washington et ses acolytes dans leur état naturel, cultivant et fumant ce que nous appelons maintenant "pot" en grande quantité.

Dans son journal de ferme du 7 août 1765, Washington note qu'il « a commencé à séparer le chanvre mâle de la femelle. un peu trop tard. Agronome avisé, Washington ne pouvait que rechercher une culture aux qualités « médicinales » plus fortes. Les fondateurs qui fumaient des ballots de tabac et consommaient des océans de bière (Washington était le jeune brasseur américain leader) n'auraient pas pu manquer les propriétés récréatives d'une culture bien connue depuis cinq millénaires.

Quant au chanvre industriel, sa culture a en fait été obligatoire à différents moments de notre histoire. Plus récemment, le Kansas en a été pratiquement recouvert dans le cadre de l'effort pour gagner la Seconde Guerre mondiale.

For more than 5,000 years, dating back at least to ancient China, hemp has been used for paper, rope, sails, cloth, clothing, fuel, food, and much more. Today the rich oil in hemp seeds should be a staple of our conversion to clean, green bio-diesel fuels. Its stems and leaves could be a core crop for making cellulosic ethanol. Re-legalized hemp cultivation could quickly become a multi-billion-dollar bonanza for American farmers, just as it was immensely profitable for George Washington and his cohorts.

Hemp is great for the environment because it is a hardy perennial. It needs no annual re-seeding, no plowing, no fertilizer, no pesticides, no herbicides. Its seeds are loved by birds of all varieties, and are so full of vitamins and protein they comprise a pure, clean supplement for the modern human diet.

An acre of hemp produces five times as much paper as an acre of trees. The product is more durable and easier to manufacture. At least one draft each of the Declaration of Independence and US Constitution were written on it.

Hemp growing is legal in Canada, Germany and China, among other places, where it is productive and profitable. Desperate for income, farmers in the Dakotas and elsewhere throughout the Great Plains have been organizing to get this time-honored plant re-legalized.

They have America's Founders on their side. Washington, Adams, Jefferson, Madison and the entire early American farm community -- about 90% of the populace back then -- would be astonished to hear that industrial hemp or its smokaeble sister are illegal.

With the coming of a president who has admitted to smoking marijuana and liking it, it's time to link Number 44 with Numbers one through four, and beyond.

With our economy on the ropes, there are billions of dollars to be made from growing industrial hemp, and from taxing legalized marijuana. This great plant belongs in our national stimulus package.

On this coming President's Day, Barack Obama should take a hint from our First President by kicking off a national campaign to end Prohibition and re-legalize both hemp and marijuana. It's time to honor our ancestors.


Was George Washington a Gay Pot Smoker?

Did George Washington raise hemp? Did he smoke it? Was he gay?

The easy answers are definitely, probably, and maybe.

The questions arise with pre-publication of the shocking satire Passions of the Patriots by Thomas Paine, which opens with Le General in the hemp-filled embrace of his beloved Marquis de Lafayette.

As Washington's February 22nd birthday approaches, his personal habits say much about today's America.

Like virtually every Revolutionary farmer, the Father of Our Country grew prodigious quantities of hemp. It was (is) a profitable cash crop, easy to grow, with scant demands for cultivation, watering or fertilizing. As a hardy perennial, it needs no year-after-year replanting, nor pesticides or herbicides.

Early American farmers used cannabis for cloth, rope, sails, paper and much more. At various times its cultivation has been mandatory. Kansas was virtually carpeted with it during World War Two. In today's conversion to a Solartopian economy, the cellulose of its stems and leaves, and the oil from its seeds, could be essential for green ethanol and bio-diesel fuels.

Washington and his fellow planter/presidents Tom Jefferson and James Madison would be astonished to hear that hemp is illegal. These early chief executives would certainly have told President Obama that a re-legalized cannabis crop would mean billions of dollars in desperately needed farm revenue throughout the United States.

As for smoking, I know of no significant communication among the Founders extolling their "great weed."

But in one of his meticulous agricultural journals, dated 1765, Washington regrets being late to separate his male hemp plants from his females. For a master farmer like George, there would be little reason to do this except to make the females ripe for smoking.

The medicinal uses of cannabis were known to the ancient Chinese. Thousands of years later, it's inconceivable American growers would not indulge in its recreational powers.

As for Washington's sexual preferences, his marriage to Martha was sometimes suspect. Historians joke that he did not marry her for her money, but rather for her stocks, bonds, land and slaves. In a letter to a friend, he complained that there was "not much fire between the sheets."

Ben Franklin, the ultimate liberal, loved so many women he joked that the great miracle in his life was that he contracted no related diseases. Tom Jefferson impregnated his slave mistress Sally Hemings as many as seven times. From Andrew Jackson to Bill Clinton, American presidents have been infamous for their sexual dalliances.

George Washington did not lack for female companionship. But his deepest affections may have been for his fellow warriors. His beloved brothers in arms included Lafayette and Alexander Hamilton. Both were married with children, but both excited his strongest comradely devotion.

That the general had no biological children of his own may have been due to a fever early in his life that could have rendered him sterile. Or maybe not. It's hard to imagine a gay George Washington in the 1790s. But in the 1990s, things might have been different.

The modern anti-choice assault, including California's Proposition 8, flies in the face of all Washington and the Founders dreamed of for this nation.

Today's puritannical "sunshine patriots" seem hell-bent on running our personal lives. But America has jamais been about that.

Let them contemplate an image of our first president, fresh from the battlefields and the hemp fields, desperate to marry his fellow winter soldier.

Harvey Wasserman's History of the United States is available on his website, as is Passions of the Patriots, by Thomas Paine.


Hemp and Our Founding Fathers

One of the greatest controversies related to hemp is the origin of it in U.S. history. Although the facts show that hemp was a cash crop that helped build our nation, there are myths to what particular uses the founding fathers had in mind for the hemp plant. From speculative quotes to actual diary entries, more and more people are curious about the connection hemp and the founding fathers and early settlements share.

Germination of Hemp in Colonial America

As far as any record shows we have pretty much depended on hemp, at least for the way greater portion of our history. With a plant that produces not only fiber for clothing and materials, but seeds for food and such, there has been no reason not to cultivate it.

As far as the history of hemp on this rock we now call America, hemp was planted from day one it seems. Arriving with the Puritans in Colonial America, hemp was planted almost immediately to supply materials such as lines, sails and other things for the Mayflower. At that time all sea vessels carried some stock of hemp seed. Being the fiber of choice it was quickly spread throughout the colonies.

In 1619, Jamestown announced the order for all farmers to grow hemp seed, and as more colonies popped up hemp cultivation laws became more mandatory. Cannabis hemp quickly became legal tender in most of the early settler days of 1631 into the early 1800s. Taxes were paid with hemp for over two hundred years, and between the 17th and 18th centuries it was illegal NOT to grow hemp in some areas. Some colonies even enforced jail sentences for those who did not participate in what was quickly becoming a patriotic act, especially during the revolutionary war.

America’s Founding Fathers Spread the Seed

It is well known that a few of our founding fathers were big proponents of growing hemp everywhere. A few in particular such as George Washington, Thomas Jefferson, and Benjamin Franklin not only spoke great things of the plant, but actually took part in the creation of a hemp industry.

Thomas Jefferson received the United States first patent A hemp threshing machine. He also smuggled new strains of the cannabis seed from China, to France, Then to America, all awhile serving as ambassador to France. Jefferson also wrote about the advantages of hemp over tobacco, in use, labor and for the sake of the land, probably on hemp paper.

Benjamin Franklin owned one of the first paper mills that processed hemp into parchment, that of which was used in many first drafts that later became the documents that America stands by. The Declaration of Independence, Thomas Paine’s “Common Sense”, the Federalist (and Anti-Federalist) Papers, the Articles of Confederation, and of course the United States Constitution were all written on hemp paper.

George Washington not only grew hemp for clothes (home spun), he actually has a quote from his diary from August 7, 1765: “— began to separate the male from the female hemp at Do — rather too late.” It is debatable, but today that technique is used solely for drug potency in marijuana. There are a few trace evidences to the idea that our founding fathers smoked hemp for pleasure, but it seems likely.

Were the Presidents Hemp Smokers?

Dr. Burke, who is a president of the American Historical Reference Society, has noted seven of the earliest presidents as hemp smokers: George Washington, Thomas Jefferson, James Madison, James Monroe, Andrew Jackson, Zachary Taylor and Franklin Pierce. According to Dr. Burke, “Early letters from our founding fathers refer to the pleasures of hemp smoking,”

After all Thomas Jefferson smuggled seeds from Asia which is believed to be the origin of cannabis. For thousands of years before Americans were growing hemp, Asians were smoking it. It’s hard to say, but if Jefferson was aware of the hemp culture in Asia, one would think he would have seen the delight in smoking it as well, and thus provoked him to bring the Asian strain of cannibus to America.

It is hard for some people to think of our first presidents and leaders as hemp smokers, especially with today’s view on slow witted people whom smoke marijuana. Yet some people look at the views of those days furiously scratch their head in wonder to why such once necessities to build this nation, are being neglected. The hemp industry today is a vast ocean, and the US will not jump ship and swim freely.


Voir la vidéo: Des mamies fument pour la première fois de la beuh--